Œdipe n°16 déc 10/jan-fév 2011
Œdipe n°16 déc 10/jan-fév 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°16 de déc 10/jan-fév 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (170 x 250) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : diplômés de master, l'insertion en chiffres.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 Parcours Même en période de crise, certains secteurs résistent mieux que d’autres. Parce qu’il y aura toujours des besoins en matière d’accueil, les métiers de la restauration et de l'hôtellerie ont toujours besoin de bras. Ce n'est donc pas un hasard si le secteur et ses activités connexes est le 4 e employeur privé. Il regroupe un million d'actifs, dont plus de 800 000 salariés (et davantage encore pendant la période chaude, avec les saisonniers), ce dans près de 200 000 établissements. Chaque année, la profession cherche à pourvoir environ 60 000 nouveaux postes. D'ailleurs, le secteur, l'un des seuls à recruter à tour de bras, fait souvent appel à des étudiants qui souhaitent travailler ponctuellement. Une chance : les horaires pratiqués permettent de « tâter le terrain » pour voir si vous y êtes à l’aise, tout en finançant une partie de vos études. De la sandwicherie de quartier au restaurant étoilé, du cuistot au garçon de café, en passant par le manager ou la femme de chambre, les petites annonces d'embauche sont légion. Les métiers de l’hôtellerie et de la restauration Mais attention, tous ces métiers exigent certaines qualités : un sens du service chevillé au corps, une présentation impeccable, une bonne résistance physique et une patience d’ange – on sourit toujours aux clients, on ne frappe pas les plus pénibles. Enfin, si on se trouve dans une ville qui attire les touristes, la pratique d'au moins une langue étrangère est absolument obligatoire. L’hôtellerie Le veilleur de nuit accueille les retardataires et assure la sécurité de ceux qui dorment. Il est en première ligne en cas de problème. Ce poste est parfois confié à des étudiants, et on peut l’occuper sans aucune formation particulière. Un débrouillard a des chances de se faire remarquer par la direction et de se voir offrir un poste de réceptionniste (pour lequel en principe un BTS Hôtellerie-restauration option A : Marketing et gestion hôtelière est conseillé). La gouvernante manage l'é qui p e de s e m p l o y é s N°16 - Décembre 2010/Janvier 2011 d'étage (c'est ai n s i qu e l'on appelle désormais les femmes de chambre) et gère les stocks de matériel. Le directeur d’hôtel : selon la taille et la qualité de son établissement, il gère une équipe plus ou moins nombreuse. Il est à la fois manager d’hommes et de femmes, commercial et gestionnaire. Il se recrute à bac +2 minimum, mais les diplômés d’écoles de commerce ont la cote dans les grandes chaînes hôtelière. La restauration La restauration regroupe pas moins de seize métiers, qui se répartissent en cuisine ou en salle. Si les émissions comme Un dîner presque parfait vous tire des larmes d’émotion, enfilez donc un tablier. Bien sûr, on ne devient pas chef étoilé en quelques années : l'École hôtelière est la voie royale, avec, par exemple, un BTS Hôtellerie-restauration option B (Art culinaire, arts
de la table et du service). Mais vous pouvez aussi commencer à la plonge et faire vos preuves. Manager de restauration rapide : un métier qui se développe Les snacks divers, tarteries, sandwicheries ou croissanteries, se multiplient en milieu urbain, et ne sont pas forcément synonymes de « malboufferies ». Pour faire face à l’évolution des habitudes alimentaires, ces enseignes offrent de nombreux emplois. On peut y évoluer rapidement, surtout avec un bac +2 ou +3 en commerce, gestion, ou… hôtellerie-restauration. Sylvie de Mathuisieulx Attention, discrétion ! Si les restaurateurs ne sont soumis à aucun secret professionnel, ils doivent savoir faire preuve de retenue : l'un d'entre eux nous a confié avoir eu du mal à garder son sérieux, un soir de Saint Valentin, en servant le même client venu successivement... avec deux dames différentes. Témoignage Sur le web…• www.metiers-hotel-resto.fr : un site sympa et plein d’infos.• www.workingataccor.com : tous les métiers du 23 secteur dans un grand groupe.• www.umih.fr : Union des métiers et des industries de l’hôtellerie.• www.lhotellerie-restauration.fr : (site lié à un magazine professionnel) notamment pour jeter un œil sur les petites annonces. N°16- Décembre 2010/Janvier 2011 Clément Chapuis, réceptionniste globe-trotter « Après avoir obtenu mon baccalauréat général Économique et Social, j’ai choisi l’alternance chez Accor par le biais d’un BTS Tourisme. En tant qu’apprenti réceptionniste à l’hôtel Mercure Paris Suffren Tour Eiffel, j’ai pu développer mon expérience et mes connaissances professionnelles. La participation au challenge de l’alternance m’a permis d’obtenir le prix de meilleur apprenti de France réception 2008. Aujourd’hui je suis absorbé par le monde professionnel de l’hôtellerie et j’envisage de travailler en Angleterre pour découvrir de nouveaux horizons et bien plus encore chez Accor… »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :