Œdipe n°15 sep/oct/nov 2010
Œdipe n°15 sep/oct/nov 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de sep/oct/nov 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (170 x 250) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : admissions parallèles en écoles, une voie en plein essor.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Stages actus Le privé paye mieux que le public Le secteur privé est moins avare avec les stagiaires que le secteur public puisque 58% des étudiants sont indemnisés pour leur stage le plus long dans le privé, contre 41% dans la fonction publique, selon une étude du CEREQ (Centre d’études et de recherches sur les qualifications). Le montant moyen de la gratification est aussi plus faible dans le public, sauf pour les niveaux master et doctorat. Il est inférieur à 400 € par mois pour 70% des stagiaires du public et 53% du privé. En revanche, la fonction publique peut se montrer plus généreuse pour des niveaux d'études moins élevés. Ainsi, les jeunes diplômés de bac + 2 santé-social sont plus fréquemment indemnisés dans la fonction publique que dans le secteur privé (51% contre 29%) ; à l'inverse, les diplômés de master perçoivent plus souvent une indemnité dans le privé (72%) que dans le public (41%). De plus, le public semble proposer plus fréquemment des stages intéressants. 79% des stagiaires déclarent avoir pu mettre en application des connaissances acquises en formation dans le public contre 68% dans le privé. Jeunes en entreprise Le rapport de force ? La nouvelle génération d'employés ne cherche plus « un rapport de séduction réciproque, mais une négociation plus concrète, plus pratique, dans laquelle l'employeur doit aussi justifier d'un ensemble d'atouts bien tangibles et immédiats : les avantages en nature et la protection sociale, la politique de congés et de RTT, les horaires et l'ambiance, les programmes de formation » : les jeunes deviennent donc « très pragmatiques, voire cyniques face à la relation à l'entreprise », révèle l'étude « Gene-Tic » de l'institut BVA. Ce qui motive ces comportements ? La « réduction des salaires », la « précarisation », le « manque d'offre ». « L'entreprise, déjà suspecte de s'accaparer la richesse produite par ses salariés, devient le lieu de tous les arbitraires : un cadre horaire imposé ou inflexible, des exigences de "reporting" trop fréquent, des décisions arbitraires sans explication de leurs motifs, des écarts du droit du travail sans compensations, des humiliations publiques... ». Ambiance. Jouez pour vous faire recruter C’est ennuyeux, à la longue, d'essayer de se vendre dans son CV ou en argumentant dans une lettre de motivation. Pourquoi ne pas plutôt faire ses preuves, et en jouant en plus ? L'idée vient du cabinet Uptoo, spécialisé dans le recrutement de commerciaux, qui lance son Serious Game sur Facebook afin de repérer les meilleurs vendeurs. Intéressés ? Allez sur http://bit.ly/bKEhIv. Vous serez plongés dans une vingtaine de situations de la vie quotidienne d'un commercial. Les résultats sont donnés en temps réel, avec une note sur 100 et un « profiling » du type de vendeur qui se cache en vous. Les lots ? Le cabinet s'engage, pour les meilleurs, à les faire accéder prioritairement à plus d'une centaine de postes à pourvoir… Et offre un iPad tous les mois, après tirage au sort. N°15 - Octobre-Novembre 2010 Emploi Stop à la recherche en « chambre » ! « La recherche d'emploi "en chambre" apparaît comme un défaut croissant », écrivait en juillet dernier Daniel Lamar, directeur général de l'AFIJ dans « Potentiel, la lettre des recruteurs de jeunes diplômé(e)s ». De la même manière que les jeunes pratiquaient il n'y a pas si longtemps que ça l'envoi de centaines de courriers « en série », certains font la même chose désormais via le virtuel et « déposent leur CV dans de multiples CVthèques (ou même via des moteurs de placement de CV dans des CVthèques) en attendant les appels des chasseurs de têtes ! ». Sortez de vos écrans et répondez donc aux offres, car rappelle-t-il, « en dehors de certains profils rares et recherchés déposés sur les bases particulières (par exemple, des informaticiens spécialisés), force est de constater que le rendement des CVthèques pour les demandeurs d'emploi reste très mince, voire nul ».
Les TIC recrutent Les recrutements des jeunes diplômés dans le secteur des technologies de l'information et de la communication et de l'informatique devraient être en augmentation de 32% en 2010, selon une étude réalisée auprès de 304 entreprises par l'association Pasc@line et publiée début juillet. Ce sont les fournisseurs de logiciels et de services TIC « qui recruteront le plus massivement des débutants avec un profil TIC (moins de deux ans d'expérience) » avec 82% du total des embauches. Les embauches de débutants concernent les niveaux bac +5 et plus dans 64% des cas, les bac +3 et bac +4 pour 13% et les bac +2 dans 23% des cas. Au total, l'ensemble des recrutements devrait se situer entre 26 et 29 000 personnes, contre 20 700 en 2009. Pour déstresser, vivez en couple ? Vrai ou faux ? La vie de couple réduit le stress. Des chercheurs de l'université de Chicago et de la NorthWestern University ont testé la réaction au stress de 500 étudiants en MBA. 40% des hommes et 53% des femmes étaient mariés ou en couple. Le test consistait à prendre des décisions économiques et les résultats, leur a-t-on dit, pouvaient influencer leur débouché professionnel, ce qui représentait donc une source potentielle de stress. Pour évaluer qui des heureux célibataires ou heureux mariés étaient le plus stressés par ces enjeux, des échantillons de salive ont été prélevés avant et après l'épreuve afin de mesurer les modifications de niveaux d'hormones, notamment le cortisol, connu comme étant l'hormone du stress. Résultat, les célibataires avaient un niveau de cortisol plus élevé que les personnes mariées. Pour les chercheurs, c'est une preuve de plus : le mariage et le soutien social peuvent aider à lutter contre le stress. Ordis, portables au boulot... Dérangés toutes les 12 minutes ! Impossible pour un Français de rester concentré plus de 12 minutes sur son travail sans être interrompu, nous dit une étude réalisée par Sciforma ! La faute à l'informatique et aux télécommunications qui font que les salariés sont sollicités en permanence par la messagerie interne, les messages instantanés, les appels téléphoniques, les SMS... On apprend sans surprise que 93,3% des Français passent plus de 4 heures par jour sur leur ordinateur et que 75% d'entre eux interrompent leur travail pour regarder le contenu d'un nouveau message qu'ils viennent de recevoir (or, ils reçoivent en moyenne 34 mails par jour, jusqu'à 60 pour certains, et 40 SMS !). Mais près d'un message sur 3 n'est pas à caractère professionnel. Au boulot comme à la maison, ils sont aussi 70% à utiliser leur ordinateur pour gérer leurs affaires personnelles (banque, factures, impôts etc.), 57% avouent s'en servir occasionnellement au bureau pour se distraire et plus d'un sur deux se connecte à des réseaux sociaux ! Résultat, à force de se disperser, un quart des sondés qui se déclarent « en permanence sous pression » estiment ne travailler que dans l'urgence. Et encore, la majorité d'entre eux ne sort plus fumer, précise l'étude ! N°15 - Octobre-Novembre 2010 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :