Œdipe n°14 jun/jui/aoû 2010
Œdipe n°14 jun/jui/aoû 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de jun/jui/aoû 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (170 x 250) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : les nouveaux métiers du web.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 pratique Bernard Fripiat, coach de l’orthographe : « L’orthographe n’est qu’une question de mémoire » Il se dit intermittent de l'orthographe tout comme il est intermittent du spectacle. Bernard Fripiat coache en stage les nuls en orthographe avec une méthode qui se base essentiellement sur des moyens mnémotechniques. Pour lui, l'orthographe n'est pas innée mais relève seulement d'un travail de mémorisation. En quoi votre approche estelle originale ? Je pars des fautes que les gens font. Actuellement, le gros problème c'est le participe passé. Et beaucoup croient que l'on n'accorde pas avec le verbe avoir ! « Nous nous sommes téléphonés » est aussi un classique. Or il n'y a pas de « s ». Les gens ne savent pas non plus quand ils doivent écrire « ai » ou « ais ». Il suffit de remplacer par le « tu » ou « il » pour savoir si c'est le présent « ai » ou le subjonctif « ais ». On travaille aussi sur les nombres à écrire en lettres, la règle du pluriel pour vingt par exemple... Être drôle, ce que vous avezvous choisi d'être, permet vraiment de progresser ? Trouver un truc drôle permet de désacraliser. Exemple : retenir qu'entraîneur prend un chapeau [accent circonflexe, NDLR] parce que c'est toujours lui qui porte le chapeau ! Quand on rit on apprend beaucoup mieux et on se décomplexe. J'ai eu droit à quelques méthodes du genre à l'école. Quand on pouvait prononcer le verbe appeler, selon les conjugaisons, en faisant comme la chèvre on savait qu'on pouvait mettre deux « l », quand on ne pouvait que mimer la vache, c'était un seul « l ». L'instituteur ne pouvait plus N°14 - Juin-Juillet 2010 faire cours ensuite tellement on rigolait mais on a retenu ça à vie ! « Ça me fait rire quand j'entends les gens dire c'est inné comme s'ils avaient été piqués à la naissance ! » Rien n'est joué quand on est mauvais en orthographe ? L'orthographe ne relève pas de l'intelligence, ça n'est que de la mémoire. Je connais desc... qui ne font pas de fautes ! Ça me fait rire aussi quand j'entends les gens dire « c'est inné », comme s'ils avaient été piqués à la naissance ! Il suffit d'étudier, c'est aussi bête que les tables de multiplication.
Fait-on plus de fautes qu'avant ? Avant, ça ne se voyait pas, selon Bernard Fripiat : « J'ai notamment travaillé dans un ministère en Belgique où les attachés rédigeaient des rapports tapés ensuite par des secrétaires. Leur grand plaisir était de se moquer des attachés qui faisaient des fautes ! L'ingénieur, le manager, le cadre fait des fautes. Avant, ça ne se voyait pas. L'apport d'Internet a changé la donne : tout le monde s'écrit et très vite ! » Ça se dégrade, la faute à un programme scolaire plus varié, selon Danièle Manesse, professeur de sciences du langage à Paris 3 et Jean-Pierre Jaffré, linguiste au CNRS : En comparant les copies d'élèves soumis à une même dictée en 1987 et en 2007, Danièle Manesse découvrait que « les élèves de 5 e ont aujourd'hui un niveau en orthographe comparable à celui des CM2 d'il y a vingt ans (…) ». Parce que l'évolution des programmes « plus complexes, plus intelligents (…) s'est faite au détriment des savoirs de base » Ce que confirme Jean-Pierre Jaffré : « Dans les années 50 (…) il fallait juste savoir lire, écrire et compter (...). Aujourd'hui, on demande aux instituteurs d'enseigner aussi la sécurité routière, l'anglais, l'informatique, l'éducation sexuelle, etc. » Source : La Croix/Libération Ceux qui ne sont pas bons sont ceux qui ne se sont pas donné la peine de mémoriser. Je crois aussi beaucoup au rôle du correcteur d'orthographe sur l'ordinateur. Il corrige une fois, deux fois, trois fois et après ça rentre ! Ainsi, je ne vois pratiquement plus de fautes de doublement de consonnes. En revanche, le correcteur ne voit pas les erreurs de participes passés, certaines fautes de grammaire et de doublement de consonnes. Ainsi il ne fait pas la différence entre « serons » et « serrons » [verbe être ou serrer, NDLR]. En savoir plus : Les livres de Bernard Fripiat ont été publiés aux éditions Demos, notamment « 99 questions à mon coach d'orthographe » et le dernier, « On vous casse les pieds avec l'orthographe ? Ripostez ! ». Il anime un site web avec des sketches : www.orthogaffe.com « Une faute est considérée comme une impolitesse » Pourquoi est-ce important de travailler son orthographe ? En France, l'affectif vis-à-vis de la langue est énorme. Tout ministre, tout présidentiable doit écrire des bouquins ! On a connu Mitterrand grande plume, Villepin poète et Sarkozy est critiqué parce qu'il fait des fautes. On s'enf... ! Il faut qu'il s'occupe du chômage, pas d'autre chose ! Un journaliste du Times me disait un jour qu'une faute N°14 - Juin-Juillet 2010 dans son journal ce n'était pas grave. Quand Le Monde en publie une, il reçoit des courriers des lecteurs. Pour déstabiliser quelqu'un, l'orthographe reste une arme redoutable. Une faute est considérée comme une impolitesse. C'est idiot. Un recruteur considère souvent que celui qui fait une faute n'a pas pris la peine de faire relire et viendra donc en entretien en jean troué ! Propos recueillis par Camille Pons Le conseil de Bernard Fripiat « Relire le texte phrase à phrase (non mot à mot) en commençant par la fin. Si on relit par le début, on est vite emporté dans le texte. Par la fin, c'est ennuyant mais on ne voit plus que l'orthographe. » Fautes courantes : quelques astuces Subjonctif : que je voie ou que je vois ? : remplacer par le verbe faire, si c'est fasse, c'est le subjonctif, donc avec une. Et pas de subjonctif avec Après que, mais l'indicatif ! Participe présent : précédent ou précédant ? Si on peut mettre au féminin, ce n'est pas le participre présent, qui est invariable [précédant] Doublement de consonnes : adverbes finissant par ment : quand le son a précède, on double lem. Exemple : apparemment. 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :