Œdipe n°13 mar/avr/mai 2010
Œdipe n°13 mar/avr/mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de mar/avr/mai 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (170 x 250) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : comment se préparer à devenir son propre patron ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 parole d’expert ‘ Est-ce vrai que le savoirêtre n'est plus le même avec la génération Y ? Les savoir-être dépendent de l'âge mais c'est éphémère (par exemple être idéaliste, intuitif voire impulsif), de la génération parce que le mode d'éducation, les parents, le monde économique, Internet... ont changé, mais aussi de la personne, ses rêves, ses attentes. Le savoir-être Indispensable pour sortir du lot Pour se « vendre », être bon d'un point de vue technique ne suffit plus. Les qualités personnelles deviennent stratégiques. Vous, les 20-30 ans ou génération Y comme l'a surnommée Benjamin Chaminade, expert en gestion des talents, avez un savoir-être différent des générations précédentes. Restez vous-même mais pas trop. Est-ce réellement une compétence qui prend de l'importance dans un recrutement ? De moins en moins d'entreprises cherchent uniquement l'ingénieur qui a fait telle école et a telles compétences techniques. Le savoir-être est une compétence attendue dans les secteurs qui recrutent, car c'est une valeur ajoutée qui permet de départager les candidats qui ont des connaissances techniques identiques. C'est une compétence attendue aussi dans les secteurs qui ne recrutent pas : parce qu'ayant des difficultés à trouver les bons profils, les recruteurs recentrent davantage sur le savoir-être que sur les savoirs et cherchent avant tout des gens qui ont envie d'apprendre, sont motivés. Aujourd'hui le grand mot c'est « engagement » : on préfère des candidats qui vont dans l'entreprise pour faire leurs preuves à ceux qui viennent voir, ce qui est plus courant chez un jeune aujourd'hui. N°13 - Mars-Avril 2010 Pourquoi les jeunes donnent l'impression justement de venir parfois « en touriste » ? Avant, on travaillait comme un fou au moins jusqu'à la fin de la période d'essai. Maintenant les jeunes arrivent avec d'autres comportements parce qu'ils ne font pas confiance à l'entreprise, parce qu'avec Internet tout bouge plus rapidement... C'est aussi lié à leur âge : ils n'ont pas forcément une vision à long terme. De plus, les choix des filières se font souvent au départ par élimination parce qu'on ne sait pas vraiment ce qu'on veut faire. Or, les recruteurs veulent des candidats qui ont des projets professionnels. Enfin, ils peuvent « 10 conseils pour jeun sur www.generation
aussi avoir un comportement de touriste les premiers mois parce qu'ils cherchent leur place. « Savoir dire à ses équipes pourquoi on fait ça et pas comment on doit le faire » es professionnels... » y20.com/page/10 Le savoir-être, késako ? Le savoir-être concerne la personnalité, la manière de faire les choses (comportements) et la qualité de la relation avec les autres. Outre les classiques, qualités de communication (excellent relationnel, travail en équipe...) et leadership (écoute, force de conviction...), on trouve aussi le charisme, savoir gérer son image, être bien dans sa peau, maîtriser son stress, l'ouverture et la compréhension des cultures différentes, la prise d'initiative, la rigueur... Comment valoriser son savoir-être ? D'abord, c'est être soi-même mais pas trop quand même. L'action de recruter pour un employeur est très importante. Il ne veut pas prendre de risques et beaucoup cherchent les mêmes modèles. Il faut donc savoir se mettre dans la tête du recruteur, connaître ses attentes donc s'être renseigné un minimum. Il faut se rappeler qu'une entreprise, c'est d'abord des gens : vous allez travailler avec un manager qui sera peutêtre à cheval sur les horaires, sur les fautes d'orthographe, ne conçoit son job qu'en donnant des ordres... Il ne faut pas faire l'arriviste au départ, dire « à ta place je ferais autrement, je sais tout faire, donnezmoi d'autres responsabilités ! ». Il faut commencer par une phase d'observation avant de déclencher une vraie discussion sur le thème « qu'est-ce qu'on peut faire ensemble ? ». Pas question aussi en entretien de poser des questions sur le temps de travail et le salaire. En revanche, « quelle est votre culture ? » est une question très importante. Évidemment il faut s'être renseigné sur l'entreprise pour trouver des exemples dans son expérience qui peuvent illustrer cette culture. Et dans les classiques, il faut mettre en avant l'esprit de synthèse, la capacité à travailler en équipe, le sens du relationnel et, comportement qui est en train d'évoluer, ne pas privilégier une orientation sur les résultats si l'on postule pour manager. Aujourd'hui, on doit savoir dire à ses équipes, N°13 - Mars-Avril 2010 pour les motiver, pourquoi on fait ça et pas comment on doit le faire. Enfin, il faut montrer que l'on est capable de gérer les priorités. Or, aujourd'hui, les jeunes fonctionnent beaucoup à l'affectif ce qui est dangereux ! Ils travaillent en fonction des gens qu'ils aiment, d'abord pour leurs profs préférés... Comment peut-on se renseigner sur l'entreprise ? On peut trouver plein d'informations à l'université et via Internet qui a permis beaucoup de transparence. Il y a aussi les réseaux, type Viadeo, qui permettent de contacter des gens de votre âge qui sont dans l'entreprise et surtout les annuaires des anciens. Aujourd'hui, compte tenu de la profusion d'informations, vous n'avez plus d'excuses pour ne pas savoir ! Propos recueillis par Camille Pons Savoir se tenir à table pour séduire partenaires et clients À l'École supérieure de commerce de Grenoble, un module de 27 heures « Invitation aux arts de la table » apprend aux 2 e et 3 e années à bien se comporter au restaurant ou quand on reçoit chez soi. C’est aussi important pour l'école qu'un cours de finance parce que les entreprises attendent des étudiants qu'ils sachent mettre leurs interlocuteurs à l'aise. 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :