Œdipe n°13 mar/avr/mai 2010
Œdipe n°13 mar/avr/mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de mar/avr/mai 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (170 x 250) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : comment se préparer à devenir son propre patron ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 Faire savoir Le portefeuille d'expériences et de compétence Faites savoir vos savoir-faire Les universités sont de plus en plus nombreuses à proposer aux étudiants la possibilité d'élaborer dès les premières années de leurs études leur portefeuille d'expériences et de compétences (PEC). Un outil intéressant car il oblige à identifier et valoriser ses compétences sans attendre d'être à la recherche d'un emploi. Le PEC profite déjà à des étudiants de seize universités dont les quatre qui ont conçu l'outil, Grenoble 1, Poitiers, Toulouse 1 et 3*. À Toulouse 3, il est mis à disposition de tous dès l'entrée à l'université et introduit dans le cadre d'heures obligatoires en L1 pour en apprendre l'usage. Chaque étudiant a accès au PEC via son Environnement numérique de travail personnel. À chaque expérience son contexte Si le travail de réflexion ne peut être mâché pour l'étudiant, il dispose en revanche d'un véritable canevas puisqu'il lui suffit de remplir des fiches au sein de trois grosses rubriques : Je fais mon bilan, Je construis mon/mes projets, J'agis, je communique, scindées chacune en plusieurs onglets qui permettent de se présenter, parler de ses formations et expériences professionnelles et personnelles, donc aussi des activités culturelles, sportives, de ses expériences de mobilité... Un balayage qui va au-delà de l'espace de formation tout simplement parce que, comme le souligne le responsable du projet, Jean-Pierre Faudé, « si un diplôme est important en France, pour l'insertion d'un cadre moyen ou supérieur, ce qui fait la différence ce sont toutes les compétences transversales et sociales ». Dans chaque onglet, les « fiches » pour chaque expérience permettent quant à elles d'aller plus loin qu'un simple descriptif : resituer chaque expérience dans un contexte (informations sur l'entreprise, ses réseaux, son N°13 - Mars-Avril 2010 activité économique, les services dans lesquels s'est déroulé le stage et son contexte, le projet et les objectifs...), lister les tâches pour chaque activité, les niveaux de responsabilités puis les apports, donc les compétences acquises... Ce que tout seuls « la plupart des étudiants ne savent pas faire », remarque Jean-Pierre Faudé. Préparer des arguments pour un entretien Sur 3, 5 ans ou plus, les étudiants apprennent donc à identifier et valoriser progressivement leurs compétences. Dans un double objectif. D'abord faciliter l'insertion, sachant qu'actualiser régulièrement son CV, collecter et archiver diplômes, attestations officielles et tout ce qui peut illustrer ses expériences constitueront autant
de preuves et d'arguments au final pour attester de ses savoirs et savoir-faire lorsque l'on aura à se vendre. Et c'est d'autant plus important de préparer ces arguments dès le début du cursus que « 5 ou 6 ans après on ne se rappelle pas forcément un stage », note un étudiant qui a travaillé sur son portefeuille. Ensuite, les universités espèrent qu'au-delà de l'insertion, le PEC aidera les étudiants à mieux affiner leur parcours, puisque le travail permet de cibler les compétences que l'on a, et du coup celles qui manquent. Donc d'ajuster si besoin est par la formation ou des expériences. Dans tous les cas, les étudiants le confirment, le travail réalisé donne déjà davantage d'assurance parce qu'il permet de mieux se connaître. Et rien n'empêche ces étudiants qui retourneront à coup sûr en formation ou vivront d'autres expériences dans leur vie, de garder cet outil ensuite pour gérer l'ensemble de leur carrière. Camille Pons * Elles seront bientôt 20, et 13 d'entre elles sont financées par le fonds d'expérimentation pour la jeunesse de Martin Hirsh. N°13 - Mars-Avril 2010 À quoi ça sert : retours d'utilisateurs Une dizaine d'étudiants du M2 « Architecture des systèmes d'information et de communication » de Toulouse 3 ont testé le PEC. 1/Ajuster son parcours « On est obligé de spécifier nos objectifs professionnels et de réfléchir aux apports de notre formation, voire de vérifier si elle correspond bien au métier visé. Pour pouvoir devenir chef de projet, j'ai dû ainsi me poser les bonnes questions : quelles étaient mes qualités, ce qu'il me manquait pour y arriver et ce que je devais faire en conséquence pour atteindre ces objectifs », remarque Saïd Sai. « J'ai ensuite ciblé mes stages, d'abord pour voir toutes les phases d'un projet, ce qui est possible en tant qu'assistant ou analyste programmeur, avant de viser une expérience de chef de projet à part entière. » 2/Élargir les débouchés possibles « Ma précédente formation MIAGE, davantage orientée gestion ne ressortait pas dans mon CV. L'enseignant m'a démontré qu'elle constituait un atout puisque que cela me permettait d'avoir une vision plus globale en terme de gestion de projet. Du coup, j'ai poursuivi dans des stages qui exigeaient justement une certaine polyvalence », se souvient Diarra Doumbouya. De son côté, Landry Ntsama dit avoir été « obligé de faire un travail de recherche, documentaire et en interrogeant des enseignants, pour définir des débouchés autre qu'enseignant, accessibles après une thèse ». 3/Déjouer les pièges d'un entretien Le travail sur le PEC permet enfin, comme le note Diarra Doumbaya, « d'ordonner ses idées et donc d'avoir une cohérence dans ce que l'on dit ». Il permet aussi, selon son alter ego Kamal Jhiar, « de nous poser des questions sur nos limites, et de réfléchir en amont à la manière d'amener en entretien ces défauts de manière positive ». 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :