Œdipe n°12 déc 09/jan-fév 2010
Œdipe n°12 déc 09/jan-fév 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de déc 09/jan-fév 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (170 x 250) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : comment soigner son image en ligne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 autonomie L’intérim Des missions adaptables à votre agenda 75 % des étudiants travaillent, dont près, de la moitié durant l’année universitaire. Aux traditionnels soutien scolaire, baby-sitting, service en salle, encaissement dans les péages, on peut préférer les missions d’intérim qui permettent de concilier plus facilement études et travail et d’acquérir de l’expérience. L’intérim permet d’abord de concilier plus facilement études et gagnepain. La plupart des jobs proposés se concentrent en effet dans des secteurs qui fonctionnent le week-end ou en 3x8, l’industrie, la vente et la restauration notamment. Les horaires peuvent ainsi coller davantage à l’emploi du temps d’un étudiant. Au-delà du fait que tous les niveaux sont bienvenus, l’intérim propose aussi des aménagements que l’on n’obtient pas dans un contrat lambda. « Nous pouvons faire remplacer un étudiant par un autre intérimaire les semaines où il a ses partiels, lui proposer des missions seulement sur les périodes où il est dispo puisque nous disposons d’un véritable vivier de ressources », explique ainsi Carol Somazzi, responsable emploi-formation à Randstad (ex-Védiorbis). Les pauses entre deux jobs sont aussi appréciables et pas besoin de candidater à nouveau, c’est l’agence qui vous trouvera la prochaine mission. Enfin, si ça n’est pas le jackpot côté salaire, c’est mieux qu’un contrat classique puisque l’on touche une prime de précarité en fin de mission. Une expérience pro à valoriser C’est aussi un bon moyen d’apprécier si le milieu et l’activité correspondent à ce que l’on veut faire plus tard. Et d’acquérir des compétences variées parce que la panoplie des postes est étendue et que l’on peut essayer un même job dans des boîtes différentes ou différents jobs dans différentes boîtes, parfois en lien avec vos études. « Être comptable dans une grosse boîte n’est pas la même chose que dans une PME où l’on touchera à beaucoup plus d’activités, le budget, la paye, etc. », observe Carol Somazzi. Et « c’est par la diversité des compétences acquises et des secteurs abordés que l’on devient compétitif sur le marché de l’emploi », remarque de son côté Bruno Doncel, responsable d’une agence Synergie à Toulouse. N°12 - Décembre 2009/Janvier 2010 Même si les jobs n’ont rien à voir avec votre formation, cette expérience professionnelle est un plus sur un CV. Ainsi, « un élève ingénieur apprendra beaucoup en étant ouvrier sur une chaîne de montage qu’il aura à connaître ensuite », poursuit Carol Somazzi. Enfin, c’est une bonne façon de se faire un réseau et de postuler ensuite plus facilement dans l’entreprise qui vous a accueilli pour un stage ou un job plus qualifié.
Des opportunités de CDI après la formation • des jobs d’été ou missions ponctuelles, sur 3 ou 4 Le réseau d’agences qui se partagent les CV peut aussi permettre au bac +5 : postes de type manutentionnaire, lo- mois, pour tous niveaux de qualification, du CAP de décrocher un job dans une gisticien, préparateur de commandes, secrétaire, autre région, utile si l’on rentre comptable, agent d’accueil, maçon… chez « soi » en vacances par • un 1 er emploi en CDI. exemple : des dizaines de milliers de missions sont proposées sur les sites Internet, dans les forums emplois, • Pour candidater : se présenter dans une agence, chaque mois par les 700 agences muni d’une pièce d’identité, d’une carte de sécu françaises de Randstad et 40 000 et d’un justificatif de domicile. Après présentation du CV et du projet professionnel, vous pas- missions chaque jour dans les 400 agences de Synergie en sez des tests de connaissances avec mises en situation professionnelle puis un entretien. France. Last but not least, l’intérêt ne se limite pas au job qui permet de financer sa vie d’étudiant. On a Une bonne prépa aussi des chances, après la formation, de décrocher un CDI. Ainsi aux entretiens d’embauche selon Bruno Doncel, 20 à 30 % des missions peuvent déboucher Le passage par l’agence est une bonne préparation sur un contrat durable, sachant à la recherche d’emploi parce que vous allez vous retrouver en situation d’entretien. « On est souvent face aussi que les agences ont, depuis la loi Borloo de 2005 * , la possibilité de faire du placement en CDI. à des jeunes qui ont une formation ou une expérience intéressante mais ont beaucoup de mal à les mettre en Bref, une voie à ne pas négliger, valeur », remarque Carol Somazzi. « On va sélectionner car comme le souligne ce dernier, et valider ensemble leurs compétences, les valoriser directement auprès de l’entreprise, un accompagnement « l’intérim, c’est une chance de plus de trouver du travail ». qui leur donne aussi une meilleure confiance en eux. » D’ailleurs, comme le souligne Bruno Doncel, évitez Camille PONS de venir en claquettes même s’il fait 30° dehors ! « Il faut venir en tenue sérieuse car derrière c’est l’agence qui * Sur la cohésion sociale et les services à la personne. va décider de vous confier des missions. C’est elle l’employeur !». > Les 3/4 des étudiants exercent une activité rémunérée, dont 46 % pendant l’année universitaire et 18,5 % sur un temps plein, > Pour 17 % d’entre eux seulement, elle est en lien avec leurs études, > 1/4 ne perçoit aucun versement de la famille, > Les Français sont les plus « actifs » après la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la Suisse N°12 - Décembre 2009/Janvier 2010 Ce que proposent les agences d’intérim Étudiants et travailleurs, les chiffres sachant qu’en Grande-Bretagne, il y a une forte proportion d’emplois d’une faible durée hebdomadaire et qu’en Allemagne la flexibilité du système d’enseignement permet une plus grande souplesse dans l’organisation de l’emploi du temps. Sources : enquêtes OVE 2006 sur les conditions de vie des étudiants et Eurostudent 2008. 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :