Œdipe n°10 mai/jun/jui 2009
Œdipe n°10 mai/jun/jui 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de mai/jun/jui 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (210 x 148) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 1,4 Mo

  • Dans ce numéro : formation, mastérisation des enseignants, ce qui va changer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 Compétences L’université de Tours forme à la création d’entreprise La pratique se développe en écoles, mais elle est encore rare en université, surtout dans les disciplines généralistes et les sciences dures. Exception à cette tendance, l’université de Tours organise un concours de création d’entreprise pour inciter tous ses étudiants à se lancer dans le montage de projet. En fi ligrane, elle espère susciter des vocations. L’initiative est dans le vent. Concours, pépinières, incubateurs fleurissent en parallèle des incitations légales à la création d’entreprise, tel le nouveau statut d’auto-entrepreneur. Le concours Créa’Campus Tours est aussi une manière « d’éveiller les étudiants au fait que, parmi les débouchés, il y a aussi la création d’entreprise », argumente Francis-Florent Gauthier, le responsable du service valorisation et partenariats. « Nous voulons donner le goût d’entreprendre, sachant que les universitaires sont peu sensibilisés à ça, ou, quand ils le sont, c’est pour des projets qui s’appuient sur des technologies innovantes. » Le concours attire puisque la 2 e édition a recueilli 61 projets portés par 166 étudiants. Toutes disciplines bienvenues Mais ce qui marque surtout, c’est la diversité des origines. Aux étudiants de l’IAE, de l’école supérieure de commerce qui est partenaire de l’opération ou encore de l’IUT tech de co, se greffent des biologistes, littéraires, juristes, musiciens, spécialistes du management du sport ! « Associer des groupes pluridisciplinaires fait l’originalité de ce concours. Sur un projet d’entreprise, on ne travaille pas que sur des aspects techniques et économiques, mais aussi sur des aspects sociologiques et humains. Au-delà du produit, il faut prévoir de communiquer, mettre à disposition des usagers... on fait donc aussi de la relation humaine », justifie Francis-Florent Gauthier. Pour ces jeunes de tous horizons, c’est l’occasion de s’enrichir mutuellement, chacun avec son approche, d’apprendre à se respecter et à prendre en compte les contraintes de chacun. TRIMESTRIEL N° 1 0 M A I/J U I N 2 0 0 9
Formés, accompagnés et défrayés ! Les apports techniques sont aussi bien réels. Dix heures de formation permettent d’aborder management, gestion, marketing, aspects financiers et comptables, juridiques, etc. Auxquelles s’ajoutent sept ateliers animés par des professionnels également présents dans le jury. Et chaque groupe est accompagné par un coach et une chargée de mission, afin d’identifier des blocages et les rebooster quand ils sont face à des inconnus. L’établissement peut aussi prendre en charge des frais de déplacement, pour des enquêtes terrain par exemple, jusqu’à 400 euros. Un vrai appui qui rend cette université inventive, même si elle s’appuie sur des partenaires financiers, notamment la Région Centre, et des soutiens en nature, l’association Val de France Angels par exemple. Au final, même si la création n’est pas effective, « les étudiants ont des arguments à faire valoir dans leur CV, telles les connaissances en management », poursuit Francis-Florent Gauthier. Mieux, ils se démontrent qu’ils peuvent le faire alors qu’ils ne s’en croyaient pas capables... Et pour certains, c’est aussi l’occasion d’obtenir des points pour valider des ECTS. Pour ceux qui sont tentés, l’aventure redémarre l’an prochain. Pour ce faire, il faut soigner le dossier de sélection : qu’il soit complet, crédible et que l’on perçoive un groupe motivé. Les trois lauréats recevront chacun un prix de 1000 euros. Camille Pons « L’approche pratique permet de comprendre les cours » David Kraemer, en IUT tech de co et agro-alimentaire, a porté le projet Club House, Centrale d’achat d’équipement sportif, avec deux étudiants de l’IAE et de l’ESUP « J’avais déjà eu un projet de création en terminale qui est tombé à l’eau. D’où mon intérêt pour ce concours. J’ai beaucoup appris sur le droit des sociétés, les démarches pour faire une étude de marché, en comptabilité (qui n’est pas mon fort), ainsi qu’en utilisant des applications informatiques Tout projet de tous horizons disciplinaires bienvenu Tout profi l peut être un créateur en herbe, sachant qu’il y a aussi « des créneaux dans l’économie du tourisme et de la culture mais aussi beaucoup de choses à faire autour du social », argue Francis-Florent Gauthier. Preuve en est la diversité des projets : l’élevage de poux, la création d’une e-boutique de vêtements pour jeunes handicapés, d’un siège auto transformable en poussette, d’un distributeur automatique de fournitures scolaires, de préservatifs publicitaires, la commercialisation d’huile d’argan culinaire, la livraison au bureau de déjeuners rapides « bons comme à la maison », la vente de murs végétaux aux entreprises… pour traiter les questionnaires de l’étude de marché. L’approche pratique permet surtout de comprendre les cours. Les négociations avec les fournisseurs ont été pour moi l’occasion d’avoir de vrais contacts professionnels et d’apprendre à négocier les prix, les livraisons, etc. J’ai aussi eu la possibilité de travailler avec ma marraine qui travaille à la CCI Touraine sur le tableau fi nancier. Enfin, le blog de Créa’Campus m’a permis de voir des témoignages de créateurs. Même si je ne suis pas fi naliste, j’ai toujours cette envie de créer et je serai certainement candidat au concours l’an prochain. Dans tous les cas, je peux valoriser mon travail de porteur de projet sur mon CV, ainsi que toutes les connaissances techniques que j’ai acquises. » TRIMESTRIEL N° 1 0 M A I/J U I N 2 0 0 9 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :