Numéro Spécial n°5 déc 14/jan-fév 2015
Numéro Spécial n°5 déc 14/jan-fév 2015
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°5 de déc 14/jan-fév 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 57,4 Mo

  • Dans ce numéro : Johnny et Laeticia... la vie de famille.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
78
Partie X : sa vérité ★ Confessions toujours là. J’ai peut-être des défauts, mais personne ne pourra m’accuser d’avoir été léger ou frivole avec mon employeur. Tu en connais beaucoup qui sont restés fidèles pendant plus de quarante ans ? Sa vérité Cet être Complexe, aphasique et poétique, suiCidaire et dévorant, travailleur infatigable, validait une fois enCore sa présenCe durable sur le podium des mythologies françaises. après l’apothéose, il est entré dans une zone de tempêtes. une jeune femme, hôtesse sur un bateau, l’a aCCusé de viol. sa partiCipation au finanCement de l’amnesia, boîte de nuit lanCée à paris par son beau-père, a susCité diverses rumeurs. enfin, et C’est le plus important, le Chanteur a déCidé de rompre aveC sa maison de disques de toujours, universal, provoquant ainsi un véritable séisme dans le monde du show-biz. pour l’express, et pour la première fois, johnny hallyday s’explique sur Ce qu’il Considère Comme un tournant dans sa vie d’artiste. L’Express, 14 Février 2004 Propos recueillis par Daniel Rondeau Qu’est-ce qui se passe ? J’en ai marre. Marre de quoi ? C’est toi qui as décidé de quitter ta maison de disques. Tu n’as jamais expliqué tes raisons. C’est vrai : pour moi, c’était une affaire privée. Si je parle aujourd’hui, c’est parce que je n’en peux plus de voir que tout le monde raconte n’importe quoi, que je suis un artiste super bien traité, etc. La vérité est loin de ce qu’on a pu écrire ou dire jusqu’à présent. Je suis un baladin qui gagne sa vie avec sa voix et sa guitare depuis qu’il est môme. Françoise Dolto, la mère de mon ami Carlos, a raconté dans un de ses livres (La Cause des adolescents) les difficultés que j’ai rencontrées à cette époque-là. Carlos venait avec moi quand je n’arrivais pas à me faire payer. Il avait 16 ans, mais il était efficace. Comme disait Maman Dolto, il prenait son rôle de gorille très au sérieux. Si tu veux, j’ai l’impression qu’il y a longtemps que je me fais avoir, et de ça aussi, j’en ai marre. A part tes premiers disques, chez Vogue, tu as fait toute ta carrière dans la même maison ? Je suis dans la même maison de disques depuis le 1er octobre 1961. Ce jour-là, j’ai signé mon premier contrat avec Philips, ou plutôt ma mère a signé pour moi, car j’étais mineur. Mon deuxième contrat a été signé pour vingt ans (1968-1988), en 1966, sans attendre la fin du contrat précédent. Deux contrats se chevauchant ont été fusionnés en un seul. Depuis, Philips s’est appelé Polygram, Phonogram. Maintenant, c’est Universal, dirigé par Pascal Nègre. La boîte a été revendue plusieurs fois, et moi avec. La direction a changé de tête : j’ai connu sept Pascal Nègre ; beaucoup de gens ont bougé à l’intérieur ; moi, non, je suis Ça peut vouloir dire que tu t’y sentais bien ? Disons que je ne pensais qu’à mon métier, à mes disques et à mes tournées, sans me préoccuper du reste. Et, quand tu avais des soucis d’argent, pas de problème, c’est ta maison de disques qui se chargeait de les résoudre ? En 1978, quand j’habitais encore avenue du Président-Wilson, j’ai eu un problème pour payer mes impôts. Je crois que je devais environ 8,5 millions de francs au fisc. Je sais chanter, aujourd’hui je sais jouer la comédie, mais je n’ai jamais pu, jamais su, jamais voulu, diront certains, m’occuper de ce genre de problèmes, que j’ai toujours du mal à comprendre. Compter m’ennuie terriblement. On t’a aimé aussi pour cela, pour ta façon de jeter l’argent par les fenêtres ? De ne pas compter, ni à la ville ni à la scène ? Je suis comme je suis, mais je pense aujourd’hui que j’aurais pu être le même sans forcément devenir l’otage d’un système. Et maintenant je m’aperçois que, dans l’état actuel de mes relations avec Universal, s’il m’arrivait quelque chose, je ne laisserais rien à mes enfants. Cette idée m’est insupportable : j’ai quand même trimé toute ma vie ! Avant, je n’y pensais pas. Il y a peut-être un âge pour jeter l’argent par les fenêtres, comme tu dis, et un autre pour penser à l’avenir de ses enfants. « Tu en connais beaucoup qui sont restés fidèles pendant plus de quarante ans ? » Donc, en 1978, problèmes avec le fisc ? Oui, et mes conseils sont allés trouver ma maison de disques, qui a proposé de me prêter de l’argent, précisant qu’elle Juillet/Août/Septembre 2013 ★ Célébrité magazine 51 79



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 1Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 2-3Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 4-5Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 6-7Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 8-9Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 10-11Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 12-13Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 14-15Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 16-17Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 18-19Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 20-21Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 22-23Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 24-25Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 26-27Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 28-29Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 30-31Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 32-33Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 34-35Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 36-37Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 38-39Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 40-41Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 42-43Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 44-45Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 46-47Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 48-49Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 50-51Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 52-53Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 54-55Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 56-57Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 58-59Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 60-61Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 62-63Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 64-65Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 66-67Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 68-69Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 70-71Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 72-73Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 74-75Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 76-77Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 78-79Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 80-81Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 82-83Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 84