Numéro Spécial n°5 déc 14/jan-fév 2015
Numéro Spécial n°5 déc 14/jan-fév 2015
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°5 de déc 14/jan-fév 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 57,4 Mo

  • Dans ce numéro : Johnny et Laeticia... la vie de famille.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
64
Partie V : diaLogues intimistes... amour et soLitude ★ Oui, je crois. Il n’y a jamais de repos pour l’homme, alors… Ça dépend, parce que justement j’aime bien être avec quelqu’un qui me fait disparaître. Ça ne doit pas être facile avec vous… Si, c’est possible. Il y a du boulot, alors ! Disparaître, ça fait un bien fou. Ça ne veut pas dire qu’on ne parle plus, mais… comment dire… on n’est plus un objet de curiosité pour l’autre. J’arrive à disparaître auprès de gens qui sont très différents de moi en apparence. Je suis un peu lassée de ces communications où tout est codé, où on est pris dans un système… Alors je suis comme vous. Moi, je suis lassé de faire des interviews, parce qu’on me pose toujours les mêmes questions. Et je ne sais plus quoi dire, je n’ai pas toujours envie de répondre la même chose ! Le blues, c’est le blues, qu’est-ce que vous voulez… C’est une musique. La difficulté de faire cette musique avec des mots en français, c’est qu’en anglais les mots du blues sont ceux des gens de la rue. Comme la langue française est une langue littéraire, faire passer du blues en français, c’est ce qui a été le plus difficile. Et traduire du blues de l’anglais au français, ce n’est pas possible… J’ai donc choisi des auteurs qui ont écrit des mots simples, mais quand même inscrits dans la culture française. Pas des « Oh baby, tu me quittes, reviensmoi », parce que le blues américain, c’est ça. Le blues, c’est la musique qu’il y avait avant le rock and roll. Dans les premiers temps du rock and roll en France, on a chanté des choses ineffables comme « Petit Bikini » … C’est inimaginable aujourd’hui. Pour prendre un exemple, j’ai voulu chanter « Sarbacane », de Francis Cabrel, et c’est d’ailleurs la seule adaptation que j’ai faite dans cet album. Si on écoute les paroles, on se rend tout de suite compte que Cabrel écrit très, très bien. Qu’est-ce qu’une chanson bien écrite ? Ce sont des mots intelligents. Il y a une autre chanson que j’aime beaucoup, c’est Chavirer la foule. Je la trouve superbe, précise, elle raconte tout… dans ce langage universel « qui parle de nos problèmes ». Elle est dans l’esprit de Toute la musique que j’aime, mais c’est du blues. Autrement dit, j’ai mal à en crever, mais ça peut être gai, triste, épidermique, sensuel… C’est difficile d’exprimer vraiment ce qu’est le blues, mais disons qu’à travers lui je peux vous dire vraiment les choses que j’aime… Je n’ai eu aucun problème à chanter. C’est venu tout seul, j’ai chanté tout simplement, comme on chanterait pour des amis. Comme si on était là, que j’avais une guitare, et puis voilà. Et on l’a fait comme ça. Et c’est comme ça que le blues se fait. Pas avec vingt-cinq musiciens pour en mettre plein la patate à tout le monde. Je pense à la période américaine d’Elia Kazan, à Steinbeck, Des souris et des hommes… C’est le vrai combat des hommes de rien pour arriver à pouvoir vivre et survivre. Votre combat à vous pour survivre, c’était quoi ? Ce qui m’a fait le plus mal dans ma vie, ça a été le mépris. Je n’étais pas allé à l’école, donc il y a des choses que je ne connaissais pas, et on me traitait d’abruti. Pendant longtemps, je n’osais pas parler pendant les interviews, parce que Johnny Starck, mon premier manager, me disait : « Moins tu parles aux journalistes, moins tu diras de conneries ! Alors, ne parle célèbre. Si on m’avait dit « tu vas être Johnny Hallyday », j’aurais dit non, je chante des chansons, c’est tout. Mais êtes-vous content que ce soit arrivé quand même ? … C’est beaucoup de tracas, mais oui, je préfère ça plutôt que d’être resté dans la rue. Mais il faut être assez costaud pour l’affronter. Et puis, il y a tous ces gens qui viennent me voir et qui m’aiment vraiment, je veux les respecter en faisant honnêtement mon métier. Certains m’ont énormément touché, j’ai toujours pensé qu’il n’y a que les gens simples et vrais qui m’ont fait avancer dans la vie. Et des gens faux, vous en avez rencontré ? Beaucoup ! On en vient à se poser des questions du genre : « Est-ce que je vis avec la femme avec qui il faut vraiment que je vive, parce qu’elle m’aime pour moi, ou est-ce qu’elle m’aime pour autre chose ? » « Ce qui m’a fait le plus mal dans ma vie, ça a été le mépris. » pas. » Et du coup, je disais « oui », « non ». Quand j’étais môme, c’était après la guerre, comme je n’avais pas de père, les gens disaient : « Ta mère t’a eu avec un Allemand. » Ça m’a détruit, j’ai mis longtemps à m’en remettre… C’est la sœur de mon père qui m’a élevé, elle était mariée avec un prince déchu, issu de la famille de Hailé Sélassié, et qui avait collaboré avec les Allemands avant de venir en France. Tout ça n’a pas été facile. Je ne supporte pas non plus les gens qui humilient les autres parce qu’ils ont de l’argent. En même temps, vous n’êtes pas dans la revanche. Non, je n’ai pas eu envie de faire subir à d’autres ce que j’avais subi moi-même. Et puis, étant né très pauvre, jamais je n’aurais imaginé que je serais un jour Il y a des interprètes, on croit qu’ils sont en train d’éprouver ce qu’ils chantent… Vous, par exemple, on est convaincu que les sentiments qui sont chantés, vous les éprouvez, vous les avez éprouvés… Et pourtant, pas toujours ! Je crois que cela vient d’une façon que j’ai de savoir transmettre ce que je vis à travers mes émotions, et que, vous, vous pourriez écrire. Je serais incapable de rester derrière un micro à chanter des chansons les unes après les autres sans rien ressentir moimême… C’est la raison pour laquelle j’aime tant Brel. Quand je l’ai entendu chanter sur scène Amsterdam ou Chez ces genslà, j’ai pleuré. C’est le seul mec qui m’ait fait pleurer dans ma vie. Le blues est un état d’esprit, des sentiments à l’état pur… Moi, j’aimerais vivre jusqu’au mariage de ma fille de trois ans, parce que j’aimerais connaître le mec avec qui elle va se marier. Pourquoi voulez-vous le connaître ? Parce que je voudrais partir tranquille, savoir que ça va, qu’elle a fait le bon choix. Et ne pas me dire : sur qui va-t-elle tomber ? Ça fait partie du blues, ça ! Juillet/Août/Septembre 2013 ★ Célébrité magazine 37 65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 1Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 2-3Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 4-5Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 6-7Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 8-9Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 10-11Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 12-13Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 14-15Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 16-17Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 18-19Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 20-21Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 22-23Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 24-25Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 26-27Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 28-29Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 30-31Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 32-33Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 34-35Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 36-37Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 38-39Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 40-41Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 42-43Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 44-45Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 46-47Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 48-49Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 50-51Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 52-53Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 54-55Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 56-57Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 58-59Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 60-61Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 62-63Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 64-65Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 66-67Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 68-69Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 70-71Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 72-73Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 74-75Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 76-77Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 78-79Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 80-81Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 82-83Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 84