Numéro Spécial n°5 déc 14/jan-fév 2015
Numéro Spécial n°5 déc 14/jan-fév 2015
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°5 de déc 14/jan-fév 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 57,4 Mo

  • Dans ce numéro : Johnny et Laeticia... la vie de famille.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
Ses Enfants, David, Laura, Jade & Joy Son fils DAVID David Michael Benjamin est né le 14 août 1966 à Boulogne Billancourt et a été élevé en Californie où ses parents s’étaient installés dans les années 70 et où sa mère est restée vivre sa vie après sa séparation d’avec Johnny. Il se passionne très jeune pour la musique et notamment pour la batterie, mais aussi le piano et la guitare. Dès ses quinze ans, il monte une formation, les Weekenders avec ses copains de l’époque et chante des chansons en anglais. Il a choisi de prendre l’homonyme de son père pour son nom de scène. Quelques années plus tard il enregistre, toujours en anglais, son premier disque professionnel et connait un certain succès avec le titre phare High. En 1990, il enregistre son deuxième album, toujours en anglais, mais il n’arrive pas à s’imposer en France, malgré la curiosité de tous ceux qui surveillent les pas de l’héritier du rock à la française. Son troisième album, toujours en anglais, ne s’impose pas mieux et le succès n’est toujours pas au rendez-vous… Mais cela n’affecte guère David qui file le parfait amour avec sa jeune femme, Estelle Lefébure, épousée en 1989, sublime mannequin française qui lui donnera deux enfants, deux filles prénommées Ilona et Emma. Ils se séparent en 2000. David s’est remarié. Il vit aujourd’hui entre Monaco et Genève avec Alexandra Pastore, fille d’un magnat de l’immobilier dont il a eu un fils : Cameron. Il faudra attendre 1999 pour que le père et le fils se rapprochent. David compose alors plusieurs titres pour son père qui seront réunis sur l’album Sang pour Sang, qui connaît un énorme succès avec plus d’un million d’exemplaires vendus. Le succès est enfin au rendez-vous : David Hallyday s’est fait un prénom dans le milieu, il est enfin reconnu à sa juste valeur et sa patience a payé. Son père et sa mère peuvent être fiers de lui. Fort de ce succès, il publie alors un disque en français qui sera un vrai succès commercial avec deux titres phares, Repenses-y si tu veux et Un Homme libre. Les autres albums qui suivront se feront plus rock et il s’affirme enfin. Il admire son père et se retrouve bien évidemment à son chevet lors des ennuis de santé de ce dernier fin 2009. Pourtant, depuis, beaucoup de choses ont été dites et écrites : qu’il a voulu reprendre à son compte l’organisation des concerts de son père, qu’il a voulu écarter des gens de l’entourage de son père et qu’il en veut un peu à Laeticia… mais Johnny reste fidèle à sa famille et il dira : « David sera toujours mon fils, même s’il s’est montré disons... assez léger avec Laeticia » 44
Sa fille LAURA Née le 15 novembre 1983, à Neuilly sur Seine Cette petite fille a pour papa Johnny Hallyday, pour maman Nathalie Baye, pour demi-frère David Hallyday, pour parrain l’agent artistique Dominique Besnehard. C’est déjà une star, à peine née… Enfant de la balle, Laura est devenue actrice, comme maman, et son premier rôle dans Les Corps impatients de Xavier Giannoli est bouleversant. Il lui vaut un le prix Romy Schneider et une nomination aux Césars en 2004 dans la catégorie Meilleur espoir féminin. La sur-médiatisation arrive vite et trop brutalement pour cette jeune fille pourtant déjà bien médiatisée. En effet, déjà, dans la cour de l’école, elle sera parfois la risée de ses camarades de classe et entendra résonner plus d’une fois à ses oreilles le Ah que Coucou de la marionnette des Guignols représentant son père. Ce qui n’était qu’une plaisanterie pesait lourd pour la jeune Laura : pour une enfant, les moqueries sur son père, c’est difficile à gérer, surtout que celui-ci se montre absent et qu’elle le voit peu, voire jamais… Son père aussi participe à sa médiatisation, sans le vouloir, en lui criant son amour, alors qu’elle n’a que trois ans, à travers une chanson écrite par Jean-Jacques Goldman et intitulée tout simplement Laura. À 16 ans, comme sa maman, elle décide de quitter l’école et de prendre des cours de théâtre. Après son premier film qui la propulse comme actrice à part entière, elle enchaîne les tournages mais dans des films toujours un peu sombres, tels La Demoiselle d’honneur de Claude Chabrol, ou L’Heure zéro de Pascale Thomas. Elle enchaîne aussi les histoires d’amour, toujours avec des hommes plus âgés. Parmi les plus connus, Frédéric Beigbeder, écrivain, présentateur de télévision mais aussi fêtard notoire qui l’emmène au bout de la nuit, et qui la fragilise. Ils rompent après trois ans d’idylle, elle a du mal à s’en remettre et avouera plus tard être beaucoup sortie pour fuir son quotidien et avoir consommé beaucoup d’alcool et de produits illicites… elle dira : « je suis entrée trop tôt dans le mondes adulte, (…) mais j’ai failli tout perdre. » Elle dit alors que les excès sont finis, qu’elle aime la vie, qu’elle est heureuse… c’était en 2009. Or depuis, il y a eu encore des coups de blues, encore des dépressions, encore des abus. Elle est pourtant très entourée, et son demi-frère David qu’elle a retrouvé lors de l’hospitalisation de leur père fin 2009, lui a composé une chanson qui résonne encore (On se fait peur) et a bien l’intention de lui écrire un album car elle en aurait envie. Mais Laura est comme son père : rongée par des démons, elle a été hospitalisée plusieurs fois pour des déprimes et des consommations abusives de médicaments. Sa mère est son roc, elle est là, celle qui a l’air si sage mais qui a pourtant vécu avec des gens avec de sérieux penchants pour l’autodestruction, que ce soit Philippe Léotard ou le père de sa fille. Pour ce dernier il a fallu qu’il ait plus de 60 ans pour arrêter. Après Frédéric Beigbeder, elle a enchaîné une relation avec Julien Delajoux, le frère de celui qui a opéré son père et qui a failli causer sa perte. Encore le mauvais choix, encore une situation scabreuse face à laquelle elle n’a pas su faire face. Bien qu’elle ait annoncé à coup de déclarations que sa vie privée n’avait rien à voir avec l’amour qu’elle portait à son père, la situation était trop délicate : elle a de nouveau mis un terme à cette relation pour se sauver elle-même, comme si l’histoire de son père se répétait à travers elle. Début 2010, elle aurait fait une tentative de suicide, démentie par ses proches. Mais quoiqu’il en soit aujourd’hui, sa mère demande qu’on la laisse se reconstruire et qu’on lui laisse du répit. 45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 1Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 2-3Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 4-5Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 6-7Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 8-9Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 10-11Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 12-13Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 14-15Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 16-17Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 18-19Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 20-21Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 22-23Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 24-25Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 26-27Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 28-29Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 30-31Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 32-33Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 34-35Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 36-37Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 38-39Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 40-41Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 42-43Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 44-45Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 46-47Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 48-49Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 50-51Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 52-53Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 54-55Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 56-57Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 58-59Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 60-61Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 62-63Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 64-65Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 66-67Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 68-69Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 70-71Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 72-73Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 74-75Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 76-77Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 78-79Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 80-81Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 82-83Numéro Spécial numéro 5 déc 14/jan-fév 2015 Page 84