Novo n°48 fév/mar 2018
Novo n°48 fév/mar 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de fév/mar 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Médiapop

  • Format : (200 x 260) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : le théatre regarde le monde à Strasbourg.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
MARS me 14 20:30 * je 15 20:30 * Kulturbus Offenburg fp Strasbourg MAILLON-WACKEN MENUET Première française Théâtre musical/Belgique D’APRÈS LOUIS PAUL BOON THÉÂTRE DE STRASBOURG SCÈNE EUROPÉENNE maillon.eu +33 (0)3 88 27 61 81 COMPOSITION DAAN JANSSENS MISE EN SCÈNE FABRICE MURGIA Kurt Van der Elst
Un moment de grâce Après m’avoir entièrement déshabillé et attaché à un poteau planté en rase campagne, Catherine D. s’est mise à me jeter des pleines poignées de boue tout en me traitant de fumier féministe, de misérable mytho et de pisse-copie psychotique. J’en étais là quand mon réveil a sonné et ce n’est qu’après une douche brûlante que j’ai fini par retrouver mes esprits. Comme tous les matins, j’avais rendez-vous pour prendre un café avec un ami qui passait ses nuits dans un club de fitness décrépi. Dans le journal, la ministre de la Culture appelait à « agir en faveur des migrants ». Selon elle, le monde de la culture avait « tous les pouvoirs pour rappeler à ces personnes que le rêve existe et leur offrir des moments de grâce ». J’ai repensé brièvement à mon rêve. C’était curieux de vouloir offrir « du rêve et des moments de grâce » à des personnes qui gaspillaient déjà beaucoup d’énergie à rêver qu’on veuille bien les accueillir avec un peu d’humanité. Mon ami est arrivé en sueur, une serviette de bain Playboy autour du cou. L’espace d’un instant, j’ai imaginé qu’il venait de croiser Catherine M. dans le vestiaire de son club, mais ses exploits nocturnes étaient purement sportifs  : « Devine combien de temps j’ai pédalé cette nuit ? — Tu ferais mieux de dormir. — Quand je pédale, je pense à un tas de choses. Au sens de ma vie, par exemple. Il n’y a que dans ces moments-là que je peux réfléchir sérieusement. — Tu m’as déjà raconté ça. Si tu pensais un peu moins, tu dormirais plus. — Sur mon vélo, j’ai les idées claires. C’est quand je mets pied à terre que tout s’embrouille. — Tu devrais commencer par arrêter la picole et la clope. — Toi aussi, tu voudrais me priver de mes seuls plaisirs ? — Tu as mauvaise mine. Tu ne dors pas assez. — Pour Borges, dormir c’est se distraire du monde. — Ça dépend de ce dont tu rêves… — Justement, j’ai encore fait un rêve horrible. — Tu traversais la Méditerranée sur un canot pneumatique ? — Presque. J’étais couché à plat ventre sur le toit d’un train qui fonçait dans un tunnel interminable. Il fallait que je m’agrippe de toutes mes forces pour ne pas lâcher prise. — Tu aurais pu t’électrocuter… As-tu fini par tomber ? — Non, je me suis réveillé juste à temps. Voilà pourquoi j’ai fini la nuit au club… Il fallait que je pédale pour chasser ce rêve épouvantable. — Sans tes rêves, tu ne penserais pas autant à ceux qui risquent leur vie pour venir se réfugier chez nous… — Et toi, tu ne rêves jamais ? » édito Par Philippe Schweyer J’ai préféré ne pas lui raconter. Me faire asperger de boue par Catherine D. n’avait rien de reluisant. En touillant mon café, j’ai regardé autour de moi. Des habitués prenaient le temps de parler de la pluie et du beau temps, d’autres se dépêchaient de filer pour ne pas arriver en retard au bureau. On se serait cru dans un film de Claude Sautet, sauf que personne ne fumait. Attablés à côté de nous, un homme et une femme qui ressemblaient vaguement à Michel Piccoli et Romy Schneider se faisaient face silencieusement. La femme ne quittait pas son smartphone des yeux tandis que l’homme était plongé dans son journal. J’ai fouillé mes poches à la recherche de quelques pièces. Je n’avais même pas de quoi payer mon café. Mon ami s’est dirigé vers le comptoir pour régler l’addition. Tout d’un coup, d’un geste souple, il s’est hissé sur le zinc et s’est mis à chanter à tue-tête le vieux hit de France Gall qui passait à la radio  : Musique/Et que chacun se mette à chanter/Et que chacun se laisse emporter/Chacun tout contre l’autre serré/Chacun tout contre l’autre enlacé… Le patron a aussitôt monté le volume et la salle s’est instantanément métamorphosée en discothèque  : Musique/On est trop faible pour s’entretuer/On est trop seul pour se détester/On est trop mal pour s’en rajouter/On est trop rien pour se déchirer… Maintenant, tout le monde se trémoussait en chantant à pleins poumons. Même Michel Piccoli et Romy Schneider dansaient comme dans un remake un peu cheap de La Fièvre du Samedi Soir. Pour les moments de grâce, il suffisait d'un peu de musique.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 1Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 2-3Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 4-5Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 6-7Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 8-9Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 10-11Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 12-13Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 14-15Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 16-17Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 18-19Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 20-21Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 22-23Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 24-25Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 26-27Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 28-29Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 30-31Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 32-33Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 34-35Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 36-37Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 38-39Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 40-41Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 42-43Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 44-45Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 46-47Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 48-49Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 50-51Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 52-53Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 54-55Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 56-57Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 58-59Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 60-61Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 62-63Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 64-65Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 66-67Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 68-69Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 70-71Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 72-73Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 74-75Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 76-77Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 78-79Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 80-81Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 82-83Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 84-85Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 86-87Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 88-89Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 90-91Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 92-93Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 94-95Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 96-97Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 98-99Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 100