Novo n°48 fév/mar 2018
Novo n°48 fév/mar 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de fév/mar 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Médiapop

  • Format : (200 x 260) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : le théatre regarde le monde à Strasbourg.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Quatre derniers pour la route Extérieur jour. Sur fond de crépuscule grandiloquent, Sailor lance son corps en culbute par-delà la portière de sa Ford Thunderbird et des mots d’amour ébouriffés à Lula. Le corps et le cœur sont réunis par David Lynch dans les entrelacs magistraux de l’Im Abendrot quatrième poème musical des Vier letzte Lieder de Richard Strauss. Sailor et Lula seront très vite rejoints par la nuit, comme l’a été Richard Strauss en 1949. Au lendemain de la WWII, l’Allemagne nazie voit ses rêves de Reich millénaire s’effondrer. Et le reste du monde de découvrir le cauchemar et l’horreur indicible qui renverseront violemment l’ordre du monde. Richard Strauss est alors un vieillard ambigu. Prêt, lors de la précédente décennie, à vendre son âme et sa musique pour rester hors de portée du revolver de Goebbels, il devient une sorte de témoin mélancolique. Assis sur la catastrophe, il convoque la poésie d’Herman Hesse, tout récent prix Nobel de littérature, et celle d’Eichendorff. « J’ai le fervent désir/D’accueillir en amie la nuit étoilée,/Comme un enfant fatigué », entend-on dans le troisième lied Beim Schlafengenhen. Au cours d’un programme augmenté d’autres réussites comme Le Bourgeois Gentilhomme ou Till Eulenspiegel, l’Opéra de Dijon reçoit Anima Eterna Brugge dirigé par Jos van Immerseel. La soprano Yeree Suh donnera voix aux brillances enfantines, aux pas feutrés du crépuscule d’un vieil homme ayant fait fausse route. Par Guillaume Malvoisin Les quatre derniers lieder, anima eterna brugge, opéra le 24 mars à l’Opéra de Dijon www.opera-dijon.fr 12 focus Roland Barthes, Paris, 1979 François Lagarde/Agence Opale Barthes fever « La sémiologie est un truc très étrange. » Ainsi débute une enquête échevelée parue en 2015 et astucieusement nommée La Septième fonction du langage. Elle vise un grand mystère de l’année 1980  : le décès brutal d’un philosophe toujours tiré à quatre épingles, Roland Barthes. Laurent Binet, pour décrypter cet événement tragique ébranlant le petit monde franco-américain du structuralisme (french theory outre-Atlantique), y convoque donc ses figures majeures  : Foucault, Derrida, Deleuze, entre autres. Alors que la CIA leur préférait à l’époque des constructions médiatiques tels que BHL ou Glucksmann, certes plus faciles à entendre pour des esprits polic(i)és, les positions métaphysiques de la petite clique de gauche provoquent en effet un bouleversement de la sphère politique. Sur un mode ironique et jubilatoire, l’auteur s’emploie donc à dénouer les fils de cette affaire rocambolesque, tentant de résoudre la fonction supposément détenue par le sémillant sémiologue, d’où dérive une reconstitution haute en couleur de cette période où l’on prend les intellos en photo. Pour parler la langue des signes, le théâtre semble tout indiqué. C’est un metteur en scène adepte de drames et de secrets, Sylvain Maurice, qui a pris en main cette adaptation du polar érotico-satirique. Il focalise son spectacle sur les échanges verbaux de trois acteurs, synthétisant du livre sa dimension caustique et la quête d’un commissaire pataud adjoint d’un étudiant en lettres. Par Antoine Ponza La 7 e fONCTION du langage, théâtre du 20 au 23 mars au Centre dramatique national de Dijon www.tdb-cdn.com
TNS Théâtre National de Strasbourg 83 B 24 Rd Www Ins fe I #11n51112 Aurélien Bellanger Julien Gosselin 26 mars 10 avril zrt inkuptues



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 1Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 2-3Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 4-5Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 6-7Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 8-9Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 10-11Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 12-13Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 14-15Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 16-17Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 18-19Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 20-21Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 22-23Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 24-25Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 26-27Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 28-29Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 30-31Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 32-33Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 34-35Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 36-37Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 38-39Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 40-41Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 42-43Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 44-45Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 46-47Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 48-49Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 50-51Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 52-53Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 54-55Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 56-57Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 58-59Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 60-61Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 62-63Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 64-65Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 66-67Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 68-69Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 70-71Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 72-73Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 74-75Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 76-77Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 78-79Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 80-81Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 82-83Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 84-85Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 86-87Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 88-89Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 90-91Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 92-93Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 94-95Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 96-97Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 98-99Novo numéro 48 fév/mar 2018 Page 100