Nouvelle-vague n°193 mars 2013
Nouvelle-vague n°193 mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°193 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : La Plage

  • Format : (120 x 165) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 16 Mo

  • Dans ce numéro : Mai Lan.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 À LA UNE Nouvelle Vague - mars 2013 Dans ton album on côtoie plusieurs facettes. Rêveuse dans « Easy », survoltée dans « Hard Joy » ou encore délurée dans « Les Huitres ». Ce sont à chaque fois des virages musicaux. Un effet de surprise que tu essaies de susciter ? Je ne sais pas… En fait je n’ai pas réellement réfléchi globalement l’album. C’est plus une envie de faire des choses différentes pour nous surprendre nous-mêmes. J’avais très envie de partir dans plein de petites histoires, ne pas m’enfermer et c’est ça qui m’a pris du temps à comprendre. Quand j’ai cherché à réfléchir les sons de l’album en me demandant : « alors moi, je suis qui ? » Il n’y avait rien du tout qui ne me venait. Tout ce qu’on a fait là, c’est de l’ordre du spontané. Max, alias Schumacher, est ton ami d’enfance qui intervient dans les arrangements de ton album. Jusqu’où est allée ta collaboration avec lui ? Est-ce qu’il t’a conseillé sur le choix des titres ? La composition de l’album ? La pochette ? Lui c’est vraiment mon partenaire musical.
Nouvelle Vague - mars 2013 À LA UNE 13 Tous les morceaux ont été co-composés par lui. Nous sommes hyper liés, hyper connectés. Musicalement nous sommes souvent d’accord. Nous nous respectons beaucoup l’un et l’autre. Et ça marche assez bien. Après en ce qui concerne la pochette, c’est moi qui l’ai faite. Bercée par le hip hop à travers tes premières interventions musicales, on te sent vraiment à l’aise dans ce style, non ? En fait c’est un style que j’adore et qui m’attire beaucoup. Je n’ai jamais prétendu être rappeuse. Mais quand Oxmo Puccino m’a demandé de rapper sur le titre « La Danse Couchée » de son dernier album, je me suis décomposée, je me suis dit : « Comment vais-je arriver à faire ça ? » Je n’ai jamais rappé et puis c’est venu assez naturellement, je suis très contente de l’avoir fait. Pour moi c’est un grand, grand, grand honneur ! Donc c’est vrai, je remarque que le hip hop a une grande influence dans ma musique et je ne pensais pas que ça en aurait eu autant, mais c’est ça que j’aime bien justement. J’aime bien jouer avec les sonorités des mots et en même temps, lier toute la partie de la voie douce. De l’énergie et de la douceur en même temps. Si tu devais choisir un seul titre dans ton album, afin de le mettre en avant et lui apporter toute la lumière, tu choisirais lequel ? J’ai eu une grande période pour le « Dahut ». Il y a « Chrysanthème » qui pourtant ne va pas forcément avec mon monde mais qui, je pense, mérite son heure de gloire. C’est l’histoire un peu triste d’un petit garçon qui perd sa mère qui est représentée, dans la chanson, par les chrysanthèmes. Tu disais te faire plaisir avec l’habillage visuel de tes titres. J’ai pu remarquer que tu avais tourné le clip « Easy » dans le 06. Tu as choisi volontairement ce décor ? En effet ! Mon père est originaire du Sud, nous avons des attaches là-bas. L’histoire de ce clip c’est du soleil, du mouvement, la nature, etc. Nous l’avons tourné en mars et sur Paris il pleuvait. C’est un titre tellement gai que ça ne pouvait pas se passer comme ça et nous avons décidé de tourner dans le Sud car nous savions qu’il n’y a que dans là bas qu’on peut avoir du soleil à cette période ! (rires) Pour moi, le Sud a une grande importance, j’y vais souvent. Ta tournée va bientôt commencer. Tu dois être impatiente de monter sur scène, de partager tout ça, non ? C’est marrant parce que c’est quelque chose de tout nouveau et je suis complètement impatiente de remonter sur scène ! Je ne savais pas comment garder l’attention d’un public pendant une heure entière, donc j’appréhendais beaucoup et c’était vraiment un gros challenge pour moi. Nous avons eu pas mal de concerts pendant l’automne et j’y ai pris goût ! Je ressens même maintenant le manque de la scène ! ✏✏ Elisa Klein Le 07/03 au Poste à Galène – Marseille (13), le 08/03 au Théâtre Lino Ventura – Nice (06) et le 09/03 aux Passagers du Zinc – Avignon (84). www.myspace.com/mailanchapiron



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 1Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 2-3Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 4-5Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 6-7Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 8-9Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 10-11Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 12-13Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 14-15Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 16-17Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 18-19Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 20-21Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 22-23Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 24-25Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 26-27Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 28-29Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 30-31Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 32-33Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 34-35Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 36-37Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 38-39Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 40-41Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 42-43Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 44-45Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 46-47Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 48-49Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 50-51Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 52-53Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 54-55Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 56-57Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 58-59Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 60-61Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 62-63Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 64-65Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 66-67Nouvelle-vague numéro 193 mars 2013 Page 68