Nouvelle-vague n°190 décembre 2012
Nouvelle-vague n°190 décembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°190 de décembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : La Plage

  • Format : (120 x 165) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 8,8 Mo

  • Dans ce numéro : Bat for Lashes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
62 CHRONIQUES Nouvelle Vague - décembre 2012 RimBauD : Retrouver Montcalm Part 2 (tram/e/) JJJ JJ Le Destin fait (bien) les choses. Devant boucler un papier sur Dionysos, votre serviteur apporte les dernières touches à la présente chronique et constate avec amusement que l’auteur-compositeur-interprète chante exactement comme Mathias Malzieu. Pour les malins, c’est peut être l’occasion de vendre « Retrouver Montcalm » sur E-Bay comme le projet solo ultra-secret de ce dernier, et ainsi de faire une jolie plus-value ! Blague à part, il faut être sacrément culotté pour oser prendre « Rimbaud » comme nom de scène, la comparaison littéraire étant rarement à l’avantage de l’artiste. N’empêche que cette « Part 2 » tient plutôt bien la route, avec son curieux « Monstre Sous-Marin » s’échappant sur « Italia », et ce, malgré le dispensable quatrième titre, auto-reprise du premier. Neuf minutes de musique originale, ça fait un peu court camarade… ✏ Dimitri Walas Datune : Changer d’air (Daproject/Mostre Gentil Label) JJ JJJ Depuis sa formation en 2006, Datune est l’un des groupes de la scène reggae française incontournable. Les deux premiers opus du groupe, mais surtout les centaines de concerts donnés par les sept acolytes survoltés, ont permis à Datune de se faire une belle réputation et de se donner sur les plus grandes scènes. Dans un style surfant entre reggae et ragga, « Changer d’air » est dans la ligné des précédents albums du groupe. Mais malheureusement cet album est sans surprise. Malgré une qualité musicale sans faille, les titres ne suffisent pas à emporter l’auditeur et rendront sans doute mieux leurs puissances sur scène. En conclusion, un bon album mais on aurait attendu plus d’un groupe qui, en quelques années, à réussi à conquérir le public reggae français. ✏ Matthieu Leger livre neil young : Une autobiographie (Robert Laffont) JJJJJ En fait ce n’est pas une autobiographie, le titre original « Waging Heavy Peace, Hippie Dream » que l’on pourrait traduire par « Mener une paix acharnée - un rêve hippie » indique mieux le sujet du livre, une méditation catharsistique sur sa vie. Début 2011, Neil s’est arrêter de boire et de fumer de l’herbe et du coup, il s’est aussi arrêter d’écrire des chansons, alors, il s’est mis à écrire, tout court. Peu d’anecdotes mais une confession au lecteur qui rentre ainsi, par bribes, dans sa vie, son ranch, son bureau, sa famille. Une chronologie chaotique. Il parle plus de ses voitures que de sa musique. Revient comme une rengaine, « Pono », son futur bébé, un lecteur audio HD, (anti MP3), le son sublimé. Une porte ouverte sur ce grand musicien canadien, à savourer en musique avec son Crazy Horse. ✏ Jacques Lerognon
Nouvelle Vague - décembre 2012 CHRONIQUES RÉGION 63 BleSSeD ConneXion : Traveler (Autoproduction) JJJ JJ Un groupe de reggae azuréen, c’est déjà suffisamment rare pour le noter. Alors un groupe de reggae azuréen qui, à l’écoute de son premier EP, promet de peser sur la scène reggae française, on ne peut pas se permettre de passer à côté. Formé en 2010, le groupe tourne sur les scènes du Sud où elle a pu se faire remarquer. Cet EP transforme l’essai et donne un avant-goût à l’auditeur de ce que pourra donner l’album à venir. Des titres efficaces, aux sonorités variant entre reggae atmosphérique et festif, une section rythmique puissante, de bonnes mélodies sur des textes engagés et accessibles. On regrettera par contre le manque d’aisance de la chanteuse sur les textes en anglais… Contrairement à la remarquable puissance dégagée dans sa langue natale. On attend avec impatience la suite ! ✏ Matthieu Leger RaPiDo De noiR : Equidistant Lonelinesses (15 Degrees Records) JJJ JJ Rapido de Noir. Rien que le nom donne envie de s’acheter un bourrin stéroïdé pour faire quelques tours à Vincennes. Graphiquement, les sudistes ont également le mérite d’avoir trouvé, simultanément à Muse, l’idée grandiose d’un brocoli multicolore en guise de pochette. Niveau musique (vous êtes venus pour ça…) l’étalon dispense une cold-wave de belle volée,eighties en diable, référence directe aux synthés d’antan et aux vocaux punky d’un Clash. Rien que ça. Sonnant sans trébucher, l’écrin sonore fait merveille, multipliant les références discrètes sans jamais tomber dans le « revival », même si, comme souvent, l’ensemble souffre de compacité, et du soupçon d’universel qui transforme le bel ouvrage en œuvre indiscutable. Sans verser dans le culte de l’avant, on en vient à penser que ce n’est pas pour rien qu’il n’existe qu’un seul Depeche Mode… ✏ Dimitri Walas maniaCX : Vision (Medside/Monstery Music) JJJJ J Après deux ans d’absence et une nouvelle recrue (CKLM remplace Nawak), c’est plein d’enthousiasme qu’on retrouve le style électro 8 bit (créé à partir de vieilles consoles de jeux vidéo) caractéristique du groupe Maniacx. D’entrée de jeu (donc), le 1er titre « Many Acts » attaque sec avec un rap vif et démoniaque. La sympathique « Vision » scandée par des contrechants aux voix enfantines évoque la liberté et le goût de vivre. On sourit à l’écoute de « The Hills », à sa musique hip hop old school de séries télé américaines et aux refrains de boys band très clichés. On bouge et on délire sur le flow entrainant de « Circle », un flashback bon enfant des années seventies. Enfin, « Death Becomes Her » ponctue cet EP en beauté avec une superbe interprétation rap/hip pop plus acéré. En conclusion, remarquable retour du trio cannois qui nous présente un cd mêlant plaisir, déconne et bougeotte. De quoi donner l’envie d’aller les voir de plus près. ✏ Muriel Lorent



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 1Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 2-3Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 4-5Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 6-7Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 8-9Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 10-11Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 12-13Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 14-15Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 16-17Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 18-19Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 20-21Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 22-23Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 24-25Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 26-27Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 28-29Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 30-31Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 32-33Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 34-35Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 36-37Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 38-39Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 40-41Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 42-43Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 44-45Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 46-47Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 48-49Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 50-51Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 52-53Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 54-55Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 56-57Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 58-59Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 60-61Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 62-63Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 64-65Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 66-67Nouvelle-vague numéro 190 décembre 2012 Page 68