Nouvelle-vague n°141 juin 2008
Nouvelle-vague n°141 juin 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°141 de juin 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : La Plage

  • Format : (209 x 296) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 8,5 Mo

  • Dans ce numéro : Mademoiselle K.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
M83 À La découverte de ton cinquième album est une surprise, on connaissait M83 comme un groupe instrumental maniant les références 70 Teenage Dream et 90 My Bloody Valentine, on découvre aujourd'hui un groupe chanté qui regarde vers les années 80 Cocteau Twins, Kate Bush ? J'avais vraiment envie de faire un album différent, j'avais besoin de me renouveler. J'en avais assez de la noisy rock des précédents. Une tournée américaine très rock et surtout très fatigante m'a poussé à faire des choses plus tranquilles, c'est pourquoi j'ai sorti Digital shades, volume 1, un album ambiant et celui là : Saturdays = youth, aujourd'hui. Je suis un gros fan des Cocteau Twins et de la musique des années 80 en général. J'étais un peu jeune à l'époque pour écouter ça puisque je suis né tout juste en 1980. J'ai découvert bien après vers l'age de 13, 14 ans des groupes comme Tears for Fears ou Talk Talk que j'ai adorés et qui m'ont influencé pour ce disquelà. Il y a aussi eu Bauhaus que j'ai vu sur scène il y a 2, 3 ans, et ça a été une énorme claque qui m'a donné envie de faire des trucs presque gothiques. En effet, le précédent album Digital shades, volume 1 avait été déjà une surprise, c'était très ambiant. Pour moi c'est plus un side project. Je suis un grand fan de musique ambiante en particulier de Brian Eno, je pourrais écouter ça pendant des heures. La collection Digital shades me permet de faire mes disques ambiants à moi et de me Retour vers le futur seulement 28 ans, Anthony Gonzalez (seul à la barre de M83) a déjà derrière lui une longue carrière internationale, avec pas moins de cinq albums au compteur et une popularité qui ne désemplit pas outreatlantique. Ce succès est d'autant plus remarquable que l'Antibois prend des risques, changeant régulièrement de cap, inventant constamment un nouveau son qui s'appuie sur des références plus pointues les unes que les autres. Jusqu'à présent la musique de M83 était quasiment instrumentale, mélangeant psyché et noisy, elle est aujourd'hui chantée et lorgne vers les années 80 et Kate Bush. faire plaisir. Je vais essayer de sortir un volume tous les ans. Je l'ai sorti exclusivement en digital. Comment a réagi ta maison de disque quand tu es arrivé avec un projet qui n'est pas dans la lignée M83 ? Je ne pense pas qu'ils aient été autant surpris que ça puisqu'ils avaient écouté les démos. Je pense que la répétition c'est la mort, si on ne se renouvelle pas on meurt. J'arrive à un âge où j'ai envie de prendre des risques. Avant l'enregistrement d'un album, je ne sais jamais où je vais aller, j'essaye seulement de garder une ligne directrice par album. Cela dit je crois que tu es assez libre vis-à-vis des maisons de disques puisque que tu as quitté Gooom ! En effet, j'ai quitté Gooom pour monter ma structure, mais je suis en licence chez EMI. Qui sont les intervenants au chant sur l'album ? Il y a surtout une chanteuse américaine Morgan Kibby à la voix super typée années 80 à la fois soft et proche de Kate Bush. C'est vraiment ça que je cherchais. Elle a composé quelques textes pour l'album, les autres textes sont de mon frère ou de moi. Elle va d'ailleurs être avec nous sur scène. La voix de garçon c'est la mienne. Je me suis lancé, j'ai passé le cap. J'avais envie de compositions plus pop, couplet refrain, ça me semblait évident que ce soit moi qui les chante. Comment as-tu rencontré Morgan Kibby ? Elle a un groupe à Los Angeles : The Romanovs. Je travaillais sur la musique d'un film, je cherchais une voix féminine et la réalisatrice m'a parlé de Morgan, j'ai de suite su que c'était d'elle dont j'avais besoin. Comme elle connaissait déjà M83 et qu'elle était fan, ça a facilité les choses. Cerise sur le gâteau, elle parle parfaitement le français, et elle est super mignonne et super motivée du haut de ses 22 ans. Tu peux nous en dire plus sur cette musique de film ? Standing danceur : c'est le premier film d'une réalisatrice française, qui a fait ses études à New York. Si tout va bien le film sort dans l'année. Parle nous de la scène. La formule, c'est des claviers, guitares, basse, batterie et chant. Moi je suis polyvalent, je vais d'un instrument à l'autre : je chante, je joue des claviers, de la guitare et de la basse. Le batteur me suit depuis 3, 4 ans ; quant à Morgan Kibby, elle a enregistré l'album avec moi. J'ai donc l'habitude de travailler avec cette équipe. ✍ Simon Pégurier & la Dream Team (Benoit, Mr Alain, Mr Pirate, Philippe & Gilbert) Une Interview www.loreillequigratte.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :