Nouvelle-vague n°136 janvier 2008
Nouvelle-vague n°136 janvier 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°136 de janvier 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : La Plage

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : Massilia Sound System.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
#136 HUGUES AUFRAY Hugh (Mercury/Universal) Ce nouvel opus d'Hugues Aufray, enregistré au studio ICP de Bruxelles, nous présente quinze chansons inédites. Hugues Aufray se raconte à travers ses principales sources d'inspiration musicale : folk songs, jazz manouche, belles ballades aux sonorités gaëliques, blues du bayou et rythme sud américains. Produit par deux orfèvres en la matière Georges Augier de Moussac, ancien musicien producteur de Francis Cabrel dans les années quatrevingt et Phil Delire, producteur de plusieurs albums de Bashung et d'Indochine, Hugh sonne résolument moderne et bénéficie d'une production impeccable. La voix d'Hugues, si unique et si présente, est le fil rouge d'un opus de grande qualité que l'on a plaisir à écouter encore et encore. On remarquera entre autres la signature en compositeur de Clint Eastwood (Petit prince, petit frère). Avec cet album, Hugues Aufray confirme qu'une seconde jeunesse est possible et que le talent ne se perd jamais. ✍ Raymond Sérini ★★★★ LUCIANA SOUZA The new bossa nova (Verve) Abonnée aux nominations des Grammy Awards, pour ses talents de chanteuse « world » et son goût pour la musique classique contemporaine, Luciana Souza revient à sa culture d'origine (ses parents font partie des inventeurs de la bossa nova). Reprenant façon bossa des tubes de Léonard Cohen, Joni Mitchell, Sting, Steely Dan ou James Taylor (présent sur un titre), et aux côtés de jazzmen comme le sax Chris Potter ou le batteur Antonio Sanchez, elle donne ici une version très « cool » de la bossa de son enfance. Ambiance « saudade » garantie. ✍ Daniel Chauvet ★★★ CHRISTIAN ROUX Défardé (Nicri Production) Christian Roux est musicien, compositeur, parolier. Il accompagne aussi, sur scène, au piano, des pièces de théâtres. Défardé est son premier album. Une collection de 14 chansons grises, chansons d'automne, un regard décalé sur les maux qui nous entourent. Des textes très beaux, sombres souvent, de la rage parfois mais pas de haine. La guitare vient de temps à autre disputer la première place au clavier, donnant une onde de fraîcheur au morceau. Parfois la voix fragile de Nicole Champenois s'empare du micro et mêle son chant à celui de Christian Roux. Avec ses chansons Christian Roux redonne de la couleur au gris… Une mention particulière à Salùd et libertad. Mais derrière le chanteur qui aime les mots se cache aussi un auteur de romans noirs dont Ombres mortes (Rivages/Noir) récemment primé et Braquages réédité dans la collection Folio Policier. À découvrir absolument. ✍ Jacques Lerognon ★★★★ SOLAL The moonshine sessions (Ya Basta Records ! /Discograph) Solal, c'est Philippe Cohen Solal, le producteur, l'hommeorchestre de Gotan Project et de The Boys From Brasil. Après s'être essayé avec un certain bonheur au tango-électro puis à la Salsa numérique, $olal s'attaque au mythe de la musique américaine : la country, en dépit, ou surtout à cause de la piètre réputation qu'elle a en France. Et comme il est un musicien et un producteur hors pair, qu’il réussit tout ce qu'il touche, il nous propose 12 morceaux que l'on croirait sortis d'un classique de la country. Un résultat sympathique, parfaitement exécuté par des musiciens de Nashville et des environs. Mais le tout manque d'âme, trop formaté, démonstratif. Même la malicieuse reprise d'Abba, avec guitare et banjo, tombe un peu à plat. Ce n'est pas avec ce CD qu'il réconciliera les français avec la country. Un petit verre, un bon vieux Johnny Cash ou un Hank Williams III & JackAss — pour faire plus récent — vous feront passer un meilleur moment. ✍ Jacques Lerognon ★★ HELLOGOODBYE Zombies ! Aliens ! Vampires ! Dinosaurs ! (Drive-Thru Records/Sony BMG) Que peut-on attendre d'un groupe comme Hellogoodbye ? L'inattendu, justement ! Nullement question de monstres ou de créatures d'outre-tombe dans ce nouvel album Zombies ! Aliens ! Vampires ! Dinosaurs !. Et pourtant, ce disque a bien quelque chose de fantastique : un combiné electro-rock en parfaite symbiose. La plupart des chansons parlent d'amour et de drague. Mais il suffit d'écouter n'importe lequel des titres de cet album, pour s'apercevoir que ce groupe a vraiment ce « je ne sais quoi « qui le rend exceptionnel. Dès les premiers beats de All of my love revisitant la new wave à un Oh, it is love résolument plus tendre, c'est un pur bonheur à l'écoute, du début jusqu'à la fin. Guitares électriques, batterie poussée et synthétiseur à outrance y seraient bien pour quelque chose, hein hein l'enquête se poursuit… à moins qu'il ne s'agisse de la voix de Forrest Kline (y aurait-il du White Stripes ou du Muse là-dessous, mais non impossible c'est incomparable). Et si tout simplement, il s'agissait de talent ! ✍ Justine Sirkis ★★★★ SUKI BROWNIES (LaFolie.rec) Suki Brownies, derrière ce nom énigmatique se cache un trio pop-rock à l'énergie débordante et aux personnalités bien trempées… À l'origine, deux potes qui se sont rencontrés dans un lycée de Chalon-sur-Saône (près de Dijon), Romu (guitare rythmique) et Joe (guitare solo), deux jeunes musiciens, bercés depuis l'adolescence par le rock puissant des années 90, du grunge, de Nirvana aux sons pop et hypnotiques de Radiohead, en passant par les références rock comme les Pixies ou le Velvet Underground... Suki, la chanteuse y pose sa voix. Cette jeune et jolie chanteuse venue d'outre-manche séduit par sa voix mystérieuse et aérienne, mais aussi par sa plume : percutants et poétiques, ses textes abordent des problématiques contemporaines, mais toujours universelles, dans lesquels s'entrecroisent les notions récurrentes d'enfermement et de liberté. Un premier opus éponyme envoûtant donc, et un album pop rock aux sonorités british plutôt convaincant ! ✍ Justine Sirkis ★★★ Légende (exclamative) ★ ! ★ Bô ! ★★ Bömuf ! ! ★★★ Muuumm !!! ★★★★ Aaaahhh !!! ! ! JNEB Ideaux et ébats (autoproduit) Idéaux et ébats est un projet ambitieux qui mérite bien son titre de multimédia. Jneb qui en est l'auteur est un artiste lillois dont on ne va pas tarder à entendre parler en France. Son projet, bientôt traduit en anglais et en espagnol, prône le port du préservatif à une époque où la présence du SIDA est presque devenue naturelle pour la nouvelle génération qui l'a toujours connu. Idéaux et ébats se compose d'un roman : Idéaux et ébats, d'un film : Vidéo et ébats et d'une bande originale du film : Des hauts et des bas. La réussite de ces œuvres réside dans leur imbrication, chacune pouvant être appréciée indépendamment, mais une fois réunies, elles prennent tout leur sens. On est alors face à une ouverture comme on en a rarement connu, chacun pouvant aborder le projet comme il le désire : commencer par le livre pour ensuite regarder le film ou l'inverse, puis revenir s'il le désir sur le premier support pour mieux le comprendre maintenant que le deuxième a levé des zones d'ombres. Mais on peut aussi s'amuser à passer de l'un à l'autre, jonglant avec les œuvres dans une totale liberté. L'expérience devient alors interactive, le lecteur/spectateur/auditeur se plaçant en position active, cherchant à connecter tous ses sens pour appréhender le message. ✍ Justine Sirkis ★★ Mail : jnebesoinderien@yahoo.fr. ✆ 06 86 94 53 12. ED MUDSHI Mudshissimo Formé depuis maintenant plus de 10 ans, Ed Mudshi, imperturbable, poursuit sa route, essentiellement dans le sud de la France et aux Etats-Unis. Duo guitarechant/batterie, Benoit Dettori et Christian Testanier ne sonnent pas pour autant comme les White Stripes. Beaucoup plus haché, beaucoup plus bruyant, et se prenant beaucoup moins au sérieux (leur devise sur MySpace résume assez bien l'esprit du duo : « Notre ambition : faire une musique sans ambition »). Les textes sont bruts de décoffrages, qu'ils racontent le quotidien d'un groupe de rock sur Le buzz, de deux chats Clara & Bootsy, ou qu'ils dénoncent, les automobiles (Gris), les nombreux travers humains (Maître du monde, Plus, Ventes d'armes), ils n'y vont pas par quatre chemins. Pas de sujet tabou, chez Ed Mudshi on appelle un chat un chat et un pet un pet (Fartmaniac). Textes réalistico-naifs, ou poétiques donc ; sur une rythmique à 100 à l'heure qui ravira les fans de hardcore jazz barré qui n'ont pas peur de se faire un peu mal aux tympans. Guitare funkisante, métallisante, ou tout simplement rock, les 14 morceaux (plutôt courts) de ce disque se suivent et ne se ressemblent pas. Cet album (leur 3 ème) est encore un bel exemple du fameux DIY qu'ils pratiquent avec réussite depuis le debut ; à l'image de cette superbe pochette où ils ont eu bien raison de couronner Benoit comme roi du rock n'roll. A voir et à écouter ! ✍ Pirlouiiiit ★★★ TÉTARD Faudra faire avec (Booster Prod./WTPL Music) Hé bien oui, il va bien falloir « faire avec « ce troisième disque de David Tétard. Et peut-être que le bambin de la pochette se pose autant de questions face à la mer que moi face à cet album. Fidèle à lui-même, plume au bec avec ses chroniques d'amour grinçants, de sportif KO qui continue d'avancer en toute adversité, nonchalant sur le disque face à une nostalgie adolescente ensevelie par le bilan qu'on immisce quand arrive la trentaine. Voilà pour le bon coté des choses : des textes de qualités, des rythmes de guitares et des mélodies entraînantes, une voix pénétrante de prince charmant qui se préfère en crapaud perdant. Un titre fantastique qui s'intitule Ton grain de beauté suspendu par une allitération douce et simple et mis en valeur par un accordéon plaintif. Mais bien sûr, il y a un hic, car Tétard est bon, voire excellent quand il est seul, mais plus il s'entoure de noms, plus on le perd lui au profit d'une image globale qui va peutêtre plaire au public, mais reste floue pour ceux qui l'ont suivi depuis 12 pures chansons. Touchant à trouer les nuages quand il joue dans un jardin à l'ombre d'un chêne plutôt que sur une scène immense et disproportionnée pour ses chansons miniatures sur l'humain de qualité. On a l'impression que l'arrivée de 2 Louise (Gaëtan et Robin) à la réalisation, c'est un manque d'oxygène pour cet artiste et une imitation de ce que peut proposer la chanson française (qui reste de qualité). Il y a donc de la dentelle sur cet opus et de la production industrielle. Tétard est aguichant dans l'acoustique Slide song ou l'émouvant Sad song, voire sur l'heureux Moi de janvier, et devient presque trop séduisant sur des titres comme Peu de choses ou La tête la première. Le triste sire a quelque chose à faire passer, le fou du roi n'est là que pour divertir. Faudra faire avec est honorable mais pas remarquable. Ce qui est déjà énorme. ✍ Pierre Derensy ★★★
DOMINIC SONIC Phalanstère # 7 (Wagram) Ce retour de Dominic Sonic avec Phalanstère #7 est brillant, éblouissant, un gros coup de poing dans le plexus, une bombe qui marquera l'electrorock. Ancien punk flamboyant dans le groupe Kalashnikov, Dominic devient Sonic vers la fin des années 80 et se construit par la suite une belle réputation sur disque et sur scène. La grosse machine universelle et Universal l'emmènent pourtant dans certaines galères qui l'éclipseront du devant des projecteurs. Quand on parle d'un destin particulier, d'une histoire mêlant les hauts et les bas, Dominic Sonic a autant de crédit qu'un Daniel Darc par exemple. Malgré les aléas d'une carrière brouillonne, chacune de ses réapparitions, sous une forme ou une autre, sont autant de preuve que l'envie est intacte et qu'il y a peu de monde en France pour utiliser aussi bien la magie électricité. Enregistré à Rennes, cet album comprend de nouvelles chansons arrangées à grands renforts de sons et instruments vintage. D'autres compositions sont plus anciennes, mais furent réajustées pour l'occasion afin de donner une couleur indivisible à ce comeback. Entouré de 3 musiciens, leur offrant la possibilité d'aller se frotter à tous les instruments disponibles dans le studio pour jouer et prendre du plaisir, Dominic livre un disque où chaque piste est une merveille de concision furieuse. Ce qui donne un album « de groupe « où ces 4 mousquetaires ont co-signés tous les titres, qui que soit l'instigateur initial du morceau. Alternant les chansons en français puis en anglais, avec pour seul consigne de mettre un véritable mur du son grâce aux guitares, Dominic signe également deux ballades, dont une reprise de John Lennon. Définitivement, ce type est à part, sa musique est singulière entre l'electro, le rock et une maîtrise du rythme phénoménale. Ça fait plaisir de constater que lorsque l'on essaye d'enterrer vivant quelqu'un six pieds sous terre, celui qui a du caractère remonte toujours à la surface. ✍ Pierre Derensy ★★★★ THE WHO Amazing journey : the story of The Who (Universal) Réalisé par Murray Lerner, « Amazing Journey : The Story of the Who » retrace la vie du légendaire groupe rock britannique. Ce document épique, nous permet de rentrer dans l’intimité des Who. De leur formation à leur consécration, nous suivons toutes les étapes de l’ascension météorique de l’un des plus grands groupes de rock du monde, marquées par des tubes comme My Generation, Baba’O’Riley, et le fameux opéra rock Tommy qui fut adapté au cinéma par Ken Russel. L’ensemble de deux disques de collection présente de toutes nouvelles interviews de Roger Daltrey et Pete Townshend et des extraits de concerts rares et inédits jamais diffusés s’étalant sur 4 décennies. Du côté des suppléments, on trouvera des interviews des membres du groupe, le segment « Les Who et le Pop’Art », des images d’archive inédites, un documentaire exclusif réalisé en 2003 dans leur studio d’enregistrement, le segment « Railway Hotel en 1964 », des images de leurs premières performances et enfin une compilation de rushes destinée aux fans. Indispensable ! ✍ Endive Ouarol ★★★★ BEYONCÉ The Beyoncé experience live (Sony BMG) Nom : Knowles. Prénom : Beyoncé Giselle. Surnom : « Bee «. Signe particulier : show girl à l'américaine. On la disait « has been « depuis l'arrivée de la tornade à parapluie Rihanna, ce DVD live nous prouve qu'il n'en est rien. À 26 ans, Beyoncé reste « la « référence en matière de r'n'b US. Le sticker de la jaquette annonce la couleur : « are you ready to be entertained ? » — comprendre « êtes-vous prêt à vous amuser ? ». Les plus sceptiques craindront sans doute d'endommager leurs tympans à coup de « wooo ooo ooo ». Mais hormis la visite éclair de ses ex-acolytes des Destiny Child, aucune fausse note dans cette mémorable Beyoncé experience. Deux heures de concert, 36 titres, une bonne douzaine de tenues, danse du ventre et featuring : tous les ingrédients sont là pour faire swinguer dans les chaumières. C'est qu'elle surprend, la Beyoncé. Loin de la diva frivole à la Maria Carey, la sculpturale chanteuse mouille le top et réinvente sa musique, à l'image du hit Crazy in Love qu'elle mixe à la sauce Gnarls Barclay. Très peu pour elle le cliché de la star du r'n'b à boîte à rythme. Trois batteries, guitares, piano, violons et autre saxophone… Bee aime la musique, la vraie, et a su s'entourer pour la faire dans les règles de l'art. Aucun doute, « l'experience « vaut le détour et risque fort de mettre l'ambiance au pied du sapin. ✍ Aurélie Selvi ★★★ OBISPO Les fleurs de Forest (Jive Epic/Sony BMG) Avec Les fleurs de Forest, Pascal Obispo livre un véritable objet collector de qualité pour ses fans. Enregistré au Forest National de Bruxelles début 2007, ce live en double DVD nous permet de retrouver ses derniers titres sur scène, ainsi qu'une flopée de classiques qui ont fait sa renommée comme Millésime, Sa raison d'être ou encore Mourir demain. L'artiste a réussi à transformer un simple concert en un véritable show de sons et lumières ! L'énergie est là, l'émotion aussi. En plus de ce spectaculaire concert, divers bonus complètent cette édition : deux reportages, des clips ou encore un livret de photos live inédites de 28 pages. Ce DVD nous permet également de découvrir un titre inédit, Nouveau voyage. À posséder par tout fan qui se respecte. ✍ Alexxx Labourdette ★★★



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :