Nouvelle-vague n°135 décembre 2007
Nouvelle-vague n°135 décembre 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°135 de décembre 2007

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : La Plage

  • Format : (209 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,9 Mo

  • Dans ce numéro : Nouvelle Vague.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
# 135 La couv’... il y a 10 ans Derrière la porte est un de ces disques qui s'installe dans une vie, qui prend ses aises, fourmillant de cavités obscures et de points d'eau. C'est un album tendre et romantique, qui s'entend plus qu'il ne s'écoute. Avec toute la précision que demande un travail d'orfèvre, Jil et Jay (Alansky) réalisent une sorte d'ode musicale à la bio-diversité. Sure d'elle-même, la jeune femme s'est transformée en femme fatale qui connaît le tarif d'une existence où le plaisir a toujours pris le pas sur l'abandon. Qui y a-t-il « Derrière la porte » ? C'est avant toute chose de l'espoir. U n espoir sans issue, une énergie du désespoir d'un noyé. C'est tiré de la chanson A la fenêtre… En fait cette fille, en l'occurrence moi, qui se sent un peu cernée, un peu isolée, seule et qui se dit : il faut faire quelque chose. J'ai écrit cette chanson avec cette phrase : « il faut que la lumiè re apparaisse ». Que l'hélicoptè re arrive à temps ! D erriè re la porte, c'est toutes les sensations extérieures que j e peux ramener, c'est la violence de l'existence qui est charriée partout autour de nous et qui pénè tre dans nos existences… Il y a peut-être eu plus de perfectionnisme sur ce dernier disque par rapport à tous les autres ? J'approuve. D e mon cô té, j e le suis toujours, mais parfois en face de moi, ce n'est pas le cas. U n disque c'est une équipe, une voiture qui roule. J ay et moi étions sur cet album au petit poil, exactement à sa place, il devait être conforme à ce que l'on avait dans la tête, une proj ection mentale de l'album. Tu retrouves ton comparse des débuts : Jay Alansky, après une parenthèse dans votre collaboration, est-ce encore l'idée de la muse et du Pygmalion ? C'est l'avantage et l'inconvénient de vieillir, mais dorénavant c'est plus un travail d'égal à égal. J e l'ai rencontré, j'étais excessivement j eune, j e ne connaissais pas grand-chose, même si j e la ramenais beaucoup (rire), et lui cristallisait une part de ses fantasmes sur moi et j'aimais ça, car c'est une image qui m'allait bien. J e n'étais pas une sorte de poupée Barbie épurée. C e qui est bien avec J ay, et qui perdure, c'est que lorsqu'il rencontre quelqu'un, il veut que la personne soit elle-même, il a une vision de la personne j uste et ne fait que dire : « D evient ce que tu es ». S implement, tous les scories, il va te les enlever. Et ça il faut l'accepter. Même là, quand j e lui apportais certains textes, j'étais trè s contente, et lui était capable de trouver le thè me moins fort, redondant. Bon sur le moment, on est chamboulé, mais si l'on fait acte de réflexion, on se rend compte qu'il a raison. J ay c'est l'inverse du meilleur ami qui te dit alors que tu es amoureuse d'un crétin, que ce type est génial quand tu lui présentes pour la premiè re fois, et qu'au moment de la séparation revient pour te dire « j e le savais ». Dans ce milieu, tu as dû en voir beaucoup de l'hypocrisie ? Oui, mais pire encore, il y a un moment de l'indifférence. C'est-à-dire que tout le monde s'en fout de ta gueule. A part si tu vends des tas de disques, là les gens rient à gorge déployée à la moindre de tes phrases. M ais des gens qui s'intéressent à ce que vous faites, il n'y en a pas beaucoup. C e qui ne m'étonne pas, car dans la vie c'est exactement pareil. Que tu ailles dans une usine à chaussures, que tu ailles chez R enault où les mecs se suicident, c'est trè s français d'avoir tout le temps cette critique à la bouche. La nuit tous les chats sont gris, mais l'inspiration est elle grisante pour Jil Caplan ? C'est à ce moment-là qu'elle a le plus de chance de remonter à la surface. L'inspiration ne vient pas par hasard. Il y a des circonstances plus favorables que d'autres. Quand on a une vie de merde, dans une neutralité de soi, de pensées, de vie, ce n'est j amais trè s inspirant ces moments-là. A u contraire, quand on est dans des moments excitants, extrêmes de l'existence, j e pense que c'est là qu'on ressent quelque chose de fort et qu'on a envie de l'exprimer. M on inspiration s'est nourrie de nos conversations avec J ay. Nos j outes verbales. Effectivement, parfois on travaillait quelques heures dans l'aprè s-midi, puis on Jil Caplan passait 2 ou 3 heures à discuter, et le soir, j e rentrais en scooter dans Paris à la belle nuit de mai chaude et pendant tout ce traj et, j e sentais des mots qui remontaient. D onc chez moi j e faisais vite à manger, j e leur disais de se dépêcher de bouffer pour qu'après, quand tout le monde est couché, la nuit pose une atmosphè re particuliè re sur nos vies. J'adore la nuit, elle a les capacités de me faire penser différemment et mes sentiments sont beaucoup plus forts. Tu as déclaré que Jay et toi vous étiez tous les deux blessés, peut-on savoir ce qui vous avez meurtri ? Il y a des périodes que l'on traverse qui sont plus extrêmes que d'autres, avec l'impression d'être sur un rocher pointu. J e pense que nous étions tous les deux à cet endroit-là. M oi j e n'avais plus de label, j'avais le ressort — pas cassé mais bien endommagé — et d'une certaine façon, j'en souffrais. La solitude t'a touchée et transparaît dans tes textes, mais plus que tout elle t'a permise de rebondir sur ce disque et de souffler l'espoir ? J e pense aussi. G énéralement on me dit que c'est un disque triste et noir. C'est un album qui a voulu s'ancrer dans une réalité, une vérité, que j'espère évidemment sublimée par le prisme de l'écriture et de la musique. D ans toutes mes chansons, il y a la lumiè re des mots face à la vie dans ce qu'elle a de plus sale. La chanteuse avec un bac littéraire en poche, puise-t-elle son inspiration dans la littérature ? Pas tant que ça. A vant j e m'en servais beaucoup. J'essayais même des fois de restituer une atmosphè re que j'avais lue. On a des exemples, des maî tres, mais j e pense qu'avec ce disque et ce qui est important pour moi, c'est d'avoir la sensation d'avoir commencé à trouver ma propre voie. Derrière la porte s'est réalisé très vite ? D eux mois ! J e crois que l'on bouillait (rire). C'était rapide. A prè s quand le processus est en marche, il faut raj outer des couches, additionner, arranger, mais les chansons, globalement, ça été assez rapide. On a du mal à lui donner une seule couleur musicale : entre le rock, la pop, l'électro tout se mélange ? Effectivement. C e ne sont pas des chansons acoustiques, même s'il y en a, ce n'est pas de l'électro même si il y a des petites touches sur On n'entre plus chez toi avec ce beat house à certains moments qui est trè s engourdissant, avec cette boucle qui est une solitude infernale où l'on a beau faire, on se cogne toujours au même mur. C e n'est pas de la pop, encore moins de la variété. C a pourrait s'apparenter au rock, encore que… Au petit jeu de ce que tu aimes et de ce que tu détestes ? J'essaye d'aimer tout, même si ce n'est pas facile. J'essaye d'être moins regardante. Exigeante et moins regardante. À un moment donné, il y avait certaines choses trop simples que j e boudais par plaisir. Jil Caplan est pour moi un mélange de glamour et de punk ? Voilà, ça j'aime bien, ce coté ébouriffée, mais pas mode à la Franz Ferdinand. J'ai toujours adoré les dandys. Pour moi le dandysme, c'est réinterpréter les choses via un processus mental et pas un simple effet de vêtements. É videmment, il y a le soin de soi, et moi quand j e faisais ma banane, j'étais Elvis Presley. Tu as toujours pris des hommes en référence ? T oujours. C'est fou. J'ai été plus souvent qu'il ne faut G eorge H arrison (rire). L éonard C ohen, Bob D ylan, Bowie qui fut ma grande passion. M ais tout ça n'est quand même qu'une grande cour de récréation. ✍ Pierre Derensy J il C aplan « D erriè re la porte » (Odéon) En concert le 06/1 2 au R ouge G orge - A vignon (8 4), le 07/1 2 à C ap D’A gde (3 4) et le 08/1 2 au Poste à G alè ne - M arseille (1 3).
✉ BP 62 - 06142 VENCE cedex Téléphone 04 93 58 51 51 Fax 04 93 58 51 53 E-mail nouvelle-vague@wanadoo.fr Site nouvelle-vague.com Directeur de la publication & Rédacteur en chef Philippe Perret (philippe.perret@nouvelle-vague.com) Responsable communication et publicité David Bartoli (david.bartoli@nouvelle-vague.com) Rédacteur Matthieu Bescond (matthieu.bescond@nouvelle-vague.com) Ont collaboré à ce numéro Aboubacar Mbae, Alexandre Labourdette, Amélie Maurette, Anaïs Vaillant, Annabelle de l'Epine, Aurélie Selvi, Aurore Harrouis, Benjamin Brégeaut, Benjamin Videau, Céline Rastello, Christel Beguin-Berard, Christophe Guilbert, Christophe Meade, Daniel Chauvet, David Jeanne, Delphine Oliva, Elodie Morana, Emmanuel Truchet, Fabrice Le Querré, François Devred, Frédéric Perret, Guillaume Lacombe, Guillaume Martel, Jacques Lerognon, Jean-Jacques Massé, Jean-Paul Boyer, Jean-Sébastien Zanchi, Jeoffroy Vincent, Jessica Losco, Justine Sirkis, Laure Rivaud-Pearce, Laurence Masing Ah Hong, Marc Chaix, Marc Di Rosa, Michel Pelini, Micheline Perret, Mourad Rebbani, Olivier Kerdudo, Patricia Perret, Pierre Derensy, Raymond Serini, Rita Veltri, Simon Pégurier, Stéphanie Augier, Virginie Polsinelli, Virginie Ratto, Yan Degorce-Dumas. Correspondants Thierry Arnaud/Cosmic Trip (Draguignan), Sébastien/Evenement Del Mar (Fréjus), Sylvain Besse/Tandem (Toulon), Eric Prenot/Zigoto Production (Drôme/Ardèche), Manu/Machination (Avignon). Tirage 10 000 exemplaires (certifié par l’OJD 2006) Dépôt légal 4ème trimestre 2007 N°ISSN 1266-8591 Maquette Patricia Perret & Philippe Perret Illustration couverture Tim Knox Impression NIS Photoffset - St Laurent du Var Régie publicitaire régionale La Plage Régie publicitaire nationale Public Nouvelle Vague est édité par l’association La Plage. « La rédaction ne peut en aucun cas être tenue pour responsable du contenu des encarts publicitaires. » Prochain numéro le 21 décembre 2007 « Nouvelle Vague » est distribué gratuitement sur plus de 350 points de la région Sud-Est. HAUTES ALPES (05) - EN PARTENARIAT AVEC LE CDMDT 05 BRIANÇON : ESPACE BABYLONE./EMBRUN : ASSOCIATION EMBRUN MUSIQUES ACTUELLES./GAP : CDMDT 05 - CENTRE DÉPARTEMENTAL MUSI- QUE DANSE ET THÉÂTRE, CMCL, IMPULSE, LIVE CAFE. ALPES-MARITIMES (06) ANTIBES : OFFICE DU TOURISME D'ANTIBES, DEAL MUSIC, AU BAR EN BIAIS, BIJ, MÉDIATHÈQUE./CAGNES SUR MER : A CAPELLA, STUDIO MARYLIN, MILLENIUM STUDIO, LE BIRDY, CENTRE CULTUREL, OFFICE DU TOURISME, GAME'S, BLACK CAT, PLANÈTE JEUNES, ACADÉMIE DE MUSI- QUE./CANNES : VILLE DE CANNES - DIRECTION DES AFFAIRES CULTURELLES, MIXAGE, MJC PICAUD, LIME LIGHT RECORDS, MADISON NUGGETS, FNAC, LYCÉE CARNOT, LYCÉE BRISTOL, SUN7 CAFÉ, TWIGGY, CANNES JEUNESSE INFORMATION, PREMIUM SHOP, WORK MUSIC CONCEPT, THÉÂ- TRE DE LA LICORNE, THÉÂTRE ALEXANDRE III, LOGIS DES JEUNES DE PROVENCE, CONSERVATOIRE DE MUSIQUE ET D'ART DRAMATIQUE, IUT NICE- CÔTE D'AZUR, ANNEXE MJC PICAUD./CANNES LA BOCCA : LASER QUEST, SALLE LES ARLUCS./GRASSE : ESPACE CULTUREL ALTITUDE 500, AGORA FM, MAIRIE DE GRASSE, BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE, MÉDIATHÈQUE MUNICIPALE./LA TRINITE : MÉDIATHÈQUE./LE CANNET : RADIO AS 89.6 FM, ESPACE LASER./CARROS : FORUM JACQUES PREVERT./MANDELIEU : CULTURA./NICE : THÉÂTRE LINO VENTURA, SACEM, CEDAC CIMIEZ, RTL 2, ESRA, NOUVELLES, FRANCE BLEU, EUROPE 2, FNAC, ADEM 06, ESPACE D'ANIMATION ET DE LOISIRS, STUDIO ARION, SB MUSI- QUE, HIGH TECH, HARMONIA MUNDI, HIT IMPORT, ESPACE MAGNAN, AGORA NICE-EST, LE BIG BEN, MEP, EDHEC, DISCOTHÈQUE DE CAUCADE, FACULTÉ DES LETTRES, FACULTÉ DE DROIT, GATTI MUSIQUE, BIBLIOTHÈQUE LOUIS NUCÉRA, APOCALYPSE RECORDS, LA BODÉGUITA DEL HAVANA, CENTRE INFO JEUNESSE, RELAIS DES ASSOCIATIONS, APP, FACULTÉ DE PSYCHOLOGIE, DISCOTHÈQUE ST-ROCH, FACULTÉ DES SCIENCES, VIRGIN MÉGASTORE, BAR DES OISEAUX, TAPAS MOVIDA, LES DEUX FRÈRES, L'AFTER, LES DISTILLERIES IDÉALES, TOP US, GHOST HOUSE, L'ATELIERBLUE WHALES, SONIC IMPORT, HELIOTROPE, AKIRA, LES FICTIONAUTES, SEZAMO, STACCATO, BULLDOG PUB, HI HOTEL, NICE RADIO, LYCÉE LES EUCA- LYPTUS, OFFICE DU TOURISME, LE HUBLOT, SMARTIES, JUNGLE ART, LE GRAND CAFÉ DES ARTS, IPAG, LE VOLUME, LE BAGATELLE, IUT (INSTITUT UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE), UFCV, LE KETJE, LE SNAKE PIT, L'ARENE, LE TÉOCALI, CMCA - CENTRE MUSICAL CÔTE D'AZUR, ESPACE DJANGO REINHARDT, CAVE ROMAGNAN, STUDIO MEANCAT, CONSERVATOIRE NATIONAL DE RÉGION, DES GOÛTS ET DES COULEURS, SOLID SOUND STU- DIO, MILLE CENT ONZE (1111)./SAINT ANDRE DE LA ROCHE : POINT INFORMATIONS JEUNESSE, MEDIATHEQUE./SAINT LAURENT DU VAR : CONSERVATOIRE MUNICIPAL, BIJ, LE PRIEURE, MUSIC 3000, JAZZ ROCK CAFÉ, OFFICE DE TOURISME/NO LIMIT./SAINT JEANNET : POINT JEU- NES./SAINT PAUL : LA BROUETTE./LA TRINITE : MÉDIATHÈQUE./VENCE : MAIRIE DE VENCE, NICE-MATIN, NUITS DU SUD, MÉDIATHÈQUE MUNICIPALE, STUDIOS DU SOLEIL, LE PETIT CREUX, SERVICE JEUNESSE, TRÉSOR PUBLIC, CENTRE CULTUREL, OFFICE DU TOURISME, CINÉMA CASINO, LA GRIGNOTTE, BAR LE CLUB, LYCÉE HENRI MATISSE, ACCUEIL EMPLOI, LE DÉMOCRATE./VILLENEUVE-LOUBET : SUN MUSIC. ARDÈCHE (07) VIVIERS : ZIGOTO PRODUCTIONS. BOUCHES-DU-RHÔNE (13) AIX EN PROVENCE : DRAC P.A.C.A., ARCADE, COMPACT CLUB, HARMONIA MUNDI, NUGGETS, TROC'N'ROLL, CECDC, OFFICE DU TOURISME, MJC PRÉVERT, LABO MISTRAL, MUSICA AIX, FNAC, FRANCE BLEU PROVENCE, ECOLE DE COMMUNICATION VISUELLE, PAVILLON NOIR./AUBAGNE : ESCALE ST MICHEL, LA BOITE A REPET./CABRIES : MILONGA./MARSEILLE : LE MOULIN, VIRGIN MEGASTORE, L'AFFRANCHI/R'VALLÉE, ESPACE HYPERION, LE CRI DU PORT, RADIO GRENOUILLE, CMA LA BARASSE, POSTE A GALENE, LEDA ATOMICA MUSIQUES, L'INTERMEDIAIRE, FNAC, STU- DIO CACTUS, CITÉ DE LA MUSIQUE, LA MACHINE A COUDRE, CAFÉ JULIEN, LE BALTHAZAR, LE PELLE MÊLE, TROLLEYBUS, ESPACE CULTURE, LA BAGUETTERIE, SABRE-TOOTH RECORDS, A.T.S. MUSIC/AFQH PRODUCTION, GEBELIN MUSIQUE, SCOTTO, MUSIC SHOP, MUSIC LEADER INTERNA- TIONAL, LA MAISON HANTEE, TRIPSICHORD, MASSILIA RECORDS, LA FRICHE LA BELLE DE MAI, STUPEUR & TROMPETTE !, EL ACHE DE CUBA, POLE INFO MUSIQUE/AGESCA, L'EXODUS, PARVIS DES ARTS, BAR DE LA PLAINE, GIBERT JOSEPH, CRIJ, ESPACE JULIEN, O'CD, LE SON D'ORIENT, LE POULPASON, CONSEIL REGIONAL P.A.C.A., LE LOUNGE, LES DANAÏDES, CULTURA, CABARET ALÉATOIRE, PLANET SATURN, LA MESON, DAN RACING, ATHANOR THEATRE, BIBLIOTHEQUE DE MARSEILLE À VOCATION RÉGIONALE - ALCAZAR, CENTRE RÉGIONAL DE DOCUMENTATION PÉDA- GOGIQUE, LA CAVE (CITÉ DE LA MUSIQUE DE MARSEILLE), FACULTE SAINT-CHARLES, HARMONIA MUNDI, OFFICE DU TOURISME, VIDEODROME, CENTRAL MUSIC OCCASION, REPETITA, AUCHAN, HÔTEL DE LA MUSIQUE, STUDIOM, LE NOMAD'CAFÉ/ESPACE CULTUREL MÉDITERRANÉE, L'ATE- LIER DES VENTS, FNAC, L'EMBOBINEUSE, LOLLIPOP MUSIC STORE, RED LION IN TOWN, OOGIE, LE PARADOX, LE LOCAL, MAISON DES MUSICIENS./PLAN DE CAMPAGNE : AVANT CAP, PLANÈTE SATURN, VIRGIN MÉGASTORE, MUSIC N°1. VAR (83) DRAGUIGNAN : CTHÉÂTRE EN DRACÉNIE, RHAPSODY, COSMIC TRIP, LE MARQUE PAGE, SMAD, BIJ, LIBRAIRIE PAPIERS COLLÉS, OFFICE DE TOU- RISME, MÉDIATHÈQUE DÉPARTEMENTALE DU VAR./FRÉJUS : ACDC, MELODY, RHAPSODY, MÉDIATHÈQUE, MISSION LOCALE, POINT INFO JEU- NESSE, LASER QUEST, HBN MUSIC, PAPA ROGER SNACK, ORLANDO, FORUM ACOUSTIK, AGORA, HORIZON 2000, BAR TABAC (BD DE LA MER)./LA GARDE : STEEL MUSIC, VIRGIN STORE./LA VALETTE : INDIANA COFFEE./ST RAPHAËL : RTL 2, L'INTROUVABLE, LASER MUSIC, BUREAU INFOR- MATION JEUNESSE, MÉDIATHÈQUE DU CENTRE CULTUREL, TRIANGLE, LOCH NESS, LE GRAPHITO, IUT NICE-CÔTE D'AZUR, ARIA, AGORA, HELP MUSIC, BAR DU PEYRON, COMKWATT COMMUNICATION, RTL 2./SAINT AYGULF : COX IN HELL STUDIO./TOULON : ZENITH OMEGA, TANDEM, FNAC, FWF SONORISATION, STEEL MUSIC, PIM, LE BAR A THYM, MUR DU SON, PEOPLE RAG, STUDIO MUSIC, SAMBA, NATURAL MYSTIC, KFS SKATE SHOP, MÉGAPHONE, CONSEIL GÉNÉRAL DU VAR, CREP DES LICES, CINÉMA LE ROYAL, OMEGA LIVE./VILLECROZE : LE CERCLE DE L'AVENIR./SIX FOURS LES PLAGES : ESPACE CULTUREL ANDRE MALRAUX. VAUCLUSE (84) AVIGNON : AJMI/LA MANUTENTION, ADDM 84, IDOLS, CONSEIL GÉNÉRAL DE VAUCLUSE, SOUND SYSTEM, ROUGE GORGE, UTOPIA, SING SING MARKET, BODY ART, FNAC, PUB Z, CECCANO, FESTIVAL MUSIC DAMPIERRE, GUITARE BROTHER, LE ZINGO, TRAX, RED LION, LES YEUX DU CHAT, LA BULLE SONORE, GENERAL MUSIC, LA CAVE BREYSSE, LE COULOIR, LE MAGAZIN, LA CUISINE DES MECHANTES, LES FERRAILLEURS, JARDINS SUSPENDUS. Disponible également par abonnement (voir ci-contre) Vous avez dit « Nouvelle Vague » ? Nouvelle Vague (le groupe) dans Nouvelle Vague (le magazine), c’était une rencontre inévitable. Bien sûr, notre nom (commun) fait référence à l’illustre mouvement cinématographique qui bouleversa l’ordre établie dans les années 60 en s’appuyant sur des principes novateurs. Interpeler le spectateur-auditeur-lecteur, en stimulant sa sensibilité, son intellect, ses idées. Provoquer la réflexion, l’émancipation, l’autonomie. Ne pas le considérer comme un consommateur passif et sans conscience propre. Il y aussi cette image d’une vague, sans cesse renouvelée, qui vient effacer les traces sur le sable et redonner un aspect « vierge » à la plage. Et puis « Nouvelle Vague », ça sonne bien dans toutes les langues : New Wave, Nueva Ola, Neue Welle, Bossa Nova, etc. Et ce n’est sans doute pas un hasard si deux de ces traductions définissent des genres musicaux... Finalement, « Nouvelle Vague » évoque un peu tout ça : une attitude, l’envie d’être « acteur » de sa propre vie, un désir profond de changement et de nouveauté. ✍ Philippe Perret ETE 67 Hérésie passagère (CD 14 titres) Ete 67 est un groupe belge de la région liégeoise pratiquant une musique pop/rock le plus souvent en français dans le texte. JEREMY WARMSLEY I believein the way you move Après tant d’autres, l’Angleterre nous envoie son nouveau jeune prodige tout juste âgé de 23 ans. On dit de ses compositions qu’elles se situent dans la droite lignée de celles de Divine Comedy. Mais Jeremy a su se construire un univers bien personnel, sa voix fragile ajoutant une pointe d’originalité qui transporte vite l’auditeur. www.franchuta.info LA MOUSE Hérésie passagère (CD 12 titres) Le combo a digéré ses influences (16 Horsepower, Gun Club, Fugazi, Nick Cave, Arno…) et les entrechoquent aujourd’hui pour donner un rock sombre alliant rage et émotion. Les compos varient entre l’électrique et l’acoustique et posent les ambiances d’un western sauvage pour une cavalcade épique sur les sentiers du folk, du rock et de la noise. BABET Drôle d’oiseau (CD 15 titres) « Jai tout joué, de la chanson vieille de six ans (Mon oncle) à celle écrite un matin dans le grand salon (Andy) en attendant l’accordeur de piano, et voilà ! Un disque folk-rock, mes textes parlent de voyages, de rencontres et d’amour, un condensé de ma vie emprisonné sur un disque de presque une heure que j’ai appelé : Drôle d’oiseau. » Babet LOOP Superflux (CD 12 titres) Un patchwork électronique coloré et inventif : entre jazz, funk et world music. ✃ + 1 AN DE NOUVELLE VAGUE (11 N°) + 2 CD AU CHOIX* (VOIR CI-CONTRE) + 1 CD SURPRISE Oui, je m’abonne ! Prénom Nom Adresse Code Postal Ville E-mail Je désire recevoir les cadeaux suivants* : Choix n°1 Choix n°2 Choix n°3 en cas de rupture de stock, je souhaite recevoir : Choix n°4... Choix n°5... Choix n°6... Découpez ou recopiez ce bulletin, joignez un chèque de 15 euros à l’ordre de La Plage pour les frais d’expédition et envoyez le tout à : Nouvelle Vague - BP 62 - 06142 Vence cedex. (Abon. Union Européenne : 20 euros - Abon. hors UE : nous consulter)-



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :