Nos'Arts n°9H jan/fév/mar 2011
Nos'Arts n°9H jan/fév/mar 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9H de jan/fév/mar 2011

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Arts Connection SAS

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 5,3 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Facebook.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 Jacques Cauda PEINTURE Contact : caudajacques@yahoo.fr Site : www.jacquescauda.canalblog.com Depuis quand pratiquez-vous cet art ? J'ai commencé à peindre à la fin des années 1990. À cette époque, en France, la peinture était considérée comme morte. Seule la performance occupait l'espace artistique. Ce fut donc une folie que de se mettre à peindre. Et aussi un privilège, car j'étais complètement libre de faire ce que je voulais ! Libre d'être voluptueusement anachronique en utilisant une pratique d'un autre âge : le pastel. Le pastel à l'huile, qui a également l'avantage, pour moi qui suis aussi écrivain, de placer le peintre dans la position de celui qui écrit au dessus du papier. En somme, depuis, j'écris de la peinture et je dessine de l'écriture. Quel est votre parcours initial ? J'ai fait des études de philosophie, puis j'ai réalisé des documentaires pour la télévision. La peinture a été une manière pour moi de poursuivre la philosophie et la télé, de penser en images aussi bien qu'avec les mots. Photo : DR PARIS - PORTRAIT Quelles sont vos sources d’inspirations ? Je ne peins que ce que j'aime : le jazz et les femmes. Quand je dis le jazz, je parle de portraits de musiciens, car la figure est au commencement de la peinture occidentale. C’est son motif premier. C’est ce qu’elle montre avec empressement pour cacher ce qui ne saurait se montrer. À la différence de la photographie qui ne cache rien, la peinture recèle aux yeux du monde l’inavouable, le monstrueux. Ainsi toute peinture est un masque posé sur l’invisible. Toute figure est déjà une surfigure. Pouvez-vous nous parler de votre « Style » et de vos techniques ? Mon style est figuratif, plus exactement surfiguratif, dont j’explique les principes dans un essai intitulé « Toute la lumière sur la figure » paru en 2009 aux Éditions Ex Aequo. La surfiguration, qu’est-ce que c’est ? C’est un mouvement que j’ai créé au début des années 2000, mouvement qui s'appuie sur l'affirmation suivante:"Aujourd'hui que le visible est dans un rapport de stricte égalité avec le réel, rien n'existe
« Je ne peins que ce que j’aime : le jazz et les femmes... » Wallace, pastel à l’huie marouflage, 65x46cm, 2009. 21 Peinture - Portrait



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :