Nos'Arts n°5 jan/fév/mar 2010
Nos'Arts n°5 jan/fév/mar 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de jan/fév/mar 2010

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Arts Connection SAS

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 20,6 Mo

  • Dans ce numéro : interview de Guillaume Durand.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
Photo : Bruno Lépine 35 Litterature Marie Line Kirch Les paroles s’envolent, mais les écrits restent Marie Line fait trois à quatre biographies par an. La biographie est un témoignage qui perdure, c’est un acte de transmission. Marie Line Kirche a eu cette révélation après le décès de son grand-père. « Tout est parti d’un affectif, confie-t-elle, certaines choses qu’il avait à dire sont restées dans l’ombre ». Elle a donc pensé que d’autres personnes pouvaient être dans le même cas. En 2004, Marie Line a débuté son activité de biographe. Grâce à son site, certaines personnes la contactent, soit car elles veulent laisser un souvenir à leurs proches, soit les descendants demandent un témoignage de leurs parents. « Généralement, nous nous rencontrons une dizaine de fois indique Marie Line. Plus nous avançons dans la relation, plus celle-ci devient intime, c’est tout le but du travail, établir la confiance ». La biographie est pour les proches, un message d’espoir www.a-livre-ouvert.fr Développer un rapport intimiste Ces personnes sont des particuliers, qui racontent leur vie, leurs expériences, leurs rapports familiaux. Certaines sont plus ou moins loquaces, Marie Line doit parfois aller chercher l’information, mais avant tout, il faut qu’ils aient le temps de se connaître, pour développer un rapport intimiste. Faire une biographie demande souvent six mois à un an. Parfois les gens savent écrire, mais ne peuvent pas s’exprimer. D’autre fois, c’est l’inverse, ils s’expriment, mais ne savent pas rédiger. Souvent Marie Line doit les pousser dans leurs retranchements. Après toutes ces heures passées à écouter, elle rédige, en organisant le récit, afin que ce soit cohérent. « J’essaie d’être au plus près de chacun, que la personne qui lit sa biographie se reconnaisse, mais qu’elle soit également reconnue par les autres ». Le travail d’écoute est largement aussi important que l’écriture, il faut retranscrire le souvenir, la mémoire, le vécu de la personne, dans son style. « J’écris avec ses mots, précise-t-elle, j’utilise sa façon personnelle de s’exprimer, les silences ont un sens ». Chaque vie est une histoire différente. Bruno Lépine Photo : DR
PoÉsie La poésie, une éternelle création Le sens de la fraternité, le brouhaha du monde, le bruissement de l’intimité, tout devient chez Roland Tixier, un sujet, une inspiration poétique. Dès l’enfance, la poésie lui a tout de suite parlé. Les nombreux voyages qu’il fit dans sa jeunesse, lui ont permis de s’évader, et de mûrir ce qu’il voyait et ressentait. Pour rester au cœur de la poésie, Roland crée en 1979, les éditions « Le Pré de l’Age », qui lui permettent de rencontrer de nombreux poètes, d’organiser des lectures, des animations, bref, d’être immergé dans la poésie. Mais Roland est aujourd’hui un artiste de la rue, de la banlieue lyonnaise. Avec le troisième millénaire, il croit que tout va changer, et se met alors à publier des Haïkus, en trois lignes « Ces mini poèmes me permettent de capter un instant, un événement, de faire une collection d’instantanés ». Ces instants sont des agglomérés, ils représentent la banlieue. Cacitti.therese@numericable.fr Roland Tixier Encore la pluie Mais cette lumière Ta compagne de trottoir L’artiste cherche plus à donner des témoignages qu’à créer une histoire. Aujourd’hui, il se noie dans la poésie. Dès qu’il se déplace, il compose mentalement, une personne, une attitude, un fait divers, tout est prétexte à versifier. « J’écris ce que je vois, ce que je ressens sur les joies de la vie, les difficultés, en restant près du peuple » confie Roland. Il nous montre ce qu’on voyait sans le voir. Dans ce métro bondé De visages fermés Deux quand même s’embrassent Son principe est de vivre le moment présent, sans se laisser emporter par le courant de la vie, et d’être heureux là où il est, d’essayer d’avoir une vie harmonieuse et d’apprécier les moments qui passent. « Je considère cela comme un rempart face à la vie trépidante de notre époque » indique-t-il, lui qui se nourrit de spirituel et d’intellectuel, avec les éléments qui l’entourent, le promeneur solitaire, ou le merle sur la branche. Noter puis restituer ces instants constitue son bonheur. Après-midi au square Deux moineaux dans l’herbe amande Tolèrent ma présence Bruno Lépine 36 Littérature - Poésie



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 1Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 2-3Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 4-5Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 6-7Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 8-9Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 10-11Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 12-13Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 14-15Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 16-17Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 18-19Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 20-21Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 22-23Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 24-25Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 26-27Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 28-29Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 30-31Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 32-33Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 34-35Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 36-37Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 38-39Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 40-41Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 42-43Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 44-45Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 46-47Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 48-49Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 50-51Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 52-53Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 54-55Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 56-57Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 58-59Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 60-61Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 62-63Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 64-65Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 66-67Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 68-69Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 70-71Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 72-73Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 74-75Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 76-77Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 78-79Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 80-81Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 82-83Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 84-85Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 86-87Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 88-89Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 90-91Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 92-93Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 94-95Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 96-97Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 98-99Nos'Arts numéro 5 jan/fév/mar 2010 Page 100