Nos'Arts n°4 nov/déc 2009
Nos'Arts n°4 nov/déc 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de nov/déc 2009

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Arts Connection SAS

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : marraine Caroline Loeb.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
39 Nouvelle L’extinction des feux Le repas est terminé, la table débarrassée… la soirée va pouvoir commencer. Pourtant il commence à être tard. Ils ont travaillé toute la journée, réussi à faire ce qu’ils voulaient. Un peu de détente, de plaisir, de vacuité leur plairaient maintenant… Mais dans la rue c’est l’extinction des feux déjà. Ils ne sont pas fatigués. Ils ont envie de bouger. Non, un film, un livre, non. Dehors. Voyager. À l’aventure. C’est l’été, l’air est moite et chaud, proche de l’orage. Ils ont enfilé leur veste mais c’est une erreur, enfin tout dépend de l’heure à laquelle ils vont rentrer. Ils enfourchent leur moto. Comme deux pies, ils sont attirés par tout ce qui brille, néons, intérieurs de café, feux rouges… Ils ne se sentent bien que la nuit, quand le contraste est apparent. Ce ciel noir et cette terre qui brave la nature en s’éclairant ellemême. L’air tiède les rafraîchit tout de même. Lui pense à cette scène de Rusty James où Matt Dillon et Mickey Rourke font de la moto. C’est le même été, la même douceur. Que faire ? Continuer de rouler ainsi, au gré des rues, de leurs éclairages ? Aller à un endroit précis, s’arrêter ? Ils aimeraient aller vers quelque chose qui fasse battre leur cœur, mais ne savent pas où le trouver. Le hasard peut-être les y amènera. Ils cherchent le paradis sur terre, - Madame, savez-vous où c’est ? - Monsieur, vous me dîtes que l’enfer est là-bas ? Merci, mais on n’a pas envie d’y aller ce soir… Non… Ils n’ont pas envie d’aller gentiment se coucher. Les terrasses sont bondées. Beaucoup de gens ont passé la soirée au restaurant et terminent de manger, calmement. Que feront-ils après ? Ils rentreront chez eux car demain ils travaillent. Eux, demain, travaillent aussi mais ne sont pas soumis à des horaires… et ils n’ont pas envie de penser à demain. Les gens ont l’air bien calmes, ne ressemblent pas à leur agitation intérieure. Ils ne se demandent pas pourquoi ils sont agités intérieurement… ça leur a pris comme ça à elle et lui et ils n’ont pas l’esprit à réprimer ce désir de mouvement. Ils passent non loin de son atelier à elle, y entrent, un dessin est en cours, elle le regarde, voit les défauts mais n’a pas envie de le remanier maintenant. Pas envie de travailler. Elle aimerait autre chose, que son cœur se déverse quelque part, mais tout a l’air bien clos. Ils grimpent au Sacré-Cœur. Des cadavres de bouteilles jonchent le parvis. Des touristes assis sur les marches discutent, ivres, de jeunes garçons français draguent les plus jolies filles. Lui s’avance jusqu’au balcon, observe Paris quelques instants, aux côtés d’amoureux qui se prennent en photo. Il aime cette vue. Il regarde le peu d’étoiles qui apparaissent, ça le divertit. Puis simultanément ils ressentent l’envie de partir, de ne pas s’appesantir.
Julien Chabot En redescendant, ils croisent deux hommes dans un recoin qui fument du shit. Les restaurants et cafés ferment, les employés sortent les poubelles ou rentrent les tables. Leurs amis les attendent sur le perron pour continuer la nuit. Après d’autres déambulations dans le nord de Paris, ils concluent que rien ne les attire et qu’ils ne parviendront pas ce soir à se contenter. C’est comme ça, leur humeur romantique respective, un peu différente de l’un à l’autre, le restera et leur point de vue sur les choses s’en trouvera renforcé… La semaine dernière elle a vu Tom Waits en concert. Elle se donne ce soir le même sentiment que celui qu’elle a eu en voyant le chanteur : d’être un homme seul se démenant avec ce qu’il sait faire. Un homme éclairé en rouge au milieu de l’ombre environnante, criant un chant éternel devant un parterre de fidèles. L’Univers de Julien… par les mots ! On retrouve, sous forme de mots, l’atmosphère solitaire et urbaine de Julien que l’on croise dans ses images… Ça l’avait frappée, malgré la notoriété de la star, ce qu’elle avait vu c’était un homme seul, une solitude qui le montrait au plus nu, et cette nudité au plus vrai. Par là, il incarnait l’humanité toute entière. À présent, au-delà de Paris, de la France, ils parlent d’autres pays où il y a d’autres coutumes, d’autres mœurs, lui, évoque son frère qui est en Afrique… ils se disent qu’il faudrait peut-être les tenter, ces endroits, et que dans le voyage, déjà, il y a contentement. Quoi qu’il en soit, à 2 heures du matin, leur rêve de contrées lointaines est reclus. Ils sont forcés d’enfourcher leur moto et de rentrer sagement dormir, comme deux prisonniers qui ont tenté l’évasion et qu’on vient de prendre en train de passer la clôture. 40 Littérature - Portrait



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 1Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 2-3Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 4-5Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 6-7Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 8-9Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 10-11Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 12-13Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 14-15Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 16-17Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 18-19Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 20-21Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 22-23Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 24-25Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 26-27Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 28-29Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 30-31Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 32-33Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 34-35Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 36-37Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 38-39Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 40-41Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 42-43Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 44-45Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 46-47Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 48-49Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 50-51Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 52-53Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 54-55Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 56-57Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 58-59Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 60-61Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 62-63Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 64-65Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 66-67Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 68-69Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 70-71Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 72-73Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 74-75Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 76-77Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 78-79Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 80-81Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 82-83Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 84-85Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 86-87Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 88-89Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 90-91Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 92-93Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 94-95Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 96-97Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 98-99Nos'Arts numéro 4 nov/déc 2009 Page 100