Nos'Arts n°2 jui/aoû 2009
Nos'Arts n°2 jui/aoû 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de jui/aoû 2009

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Arts Connection SAS

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 14,4 Mo

  • Dans ce numéro : Michel Das, peintre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
25 Qui veut la peau Peut-être est-ce la faute de Vassily si la figuration est désormais quasi interdite dans la peinture contemporaine ? Jusqu’au 10 août 2009, une rétrospective consacrée à Vassily Kandinsky au Centre Pompidou revient sur l’oeuvre du père de l’abstraction : après avoir fait décanter dans un bain d’expressionnisme ses motifs folkloriques comme celui du cavalier, le peintre russe franchit ce pas esthétique en 1912. La toile perd son objet reconnaissable ; la rhétorique symboliste et spiritualiste délivre un message qui se veut universel. Talonneront Kandinsky, Mondrian et sa nouvelle plastique, Malevitch et son suprématisme, Delaunay et l’orphisme, et plus tard Pollock et l’expressionnisme abstrait, le minimalisme... Ainsi, au XX ème siècle, l’oeuvre d’art change fondamentalement de statut et rompt avec l’exigence de ressemblance. Un style n’en chassant pas un autre, la figuration reste pourtant pratiquée notamment par les surréalistes, par Picasso ou Matisse, mais elle est malheureusement devenue synonyme de programme politique réactionnaire dans le champ du discours historique sur l’art. Le style pictural et l’habileté technique ont été dévalués et sont passés de mode. Les tendances influencées par Marcel Duchamp ou par les conceptuels règnent désormais sur l’art actuel au point que l’expression « art contemporain » désigne un style davantage qu’une contemporanéité. La peinture figurative y est perçu comme un académisme mélancolique et stigmatisé pour son formalisme sentimental. Aussi, depuis les années quatre-vingt, le peintre figuratif ironise-t-il sur sa pratique dont nombre de Cassandre ont prédit la mort. Un courant singulier de peinture figurative a pu transformer ces critiques négatives en une force de dissidence adoptant la perte de crédit général de la peinture comme moyen de de la figuration ? s’affranchir des dogmes de l’histoire de l’art, du bon goût et de l’authenticité. En neutralisant le sentimental, l’humour renverse la culpabilité latente liée aux codes stylistiques de la peinture figurative. A la tête de ce peloton, on trouve John Currin, illustre peintre américain figuratif né en 1962, pour qui la peinture en tant que pratique n’a pas disparu, tandis que la peinture en tant que culture picturale est morte depuis longtemps. La figuration est donc devenu un terrain de jeu élitiste où le kitch, le mauvais goût ou la fiction artificielle se font stratégiques. Ce cynisme fertile et réjouissant pratiqué par Richter ou Kippenberger en peinture, ou Koons en sculpture doitil pour autant évincer une esthétique bienveillante ? C’est malheureusement ce que semble penser les galeries françaises dédiées à l’art contemporain argumentant que le temps est à l’insolence critique. Le peintre britannique Glen Brown (1966) évoque ce paradoxe : « Le modernisme a transformé la main de l’artiste en cliché. Pourtant j’aime les clichés. J’aime les portraits et les fleurs et les natures mortes et les trompe-l’oeil, et l’histoire de Van Gogh se coupant l’oreille. Ces choses impliquent du sentimental, et le sentimental, comme les films de Steven Spielberg, me fait pleurer. Pourquoi est-ce que j’adhère à des clichés quand je sais à quel point ils sont mauvais ? » Lui aussi parachève ses toiles à la dextre technique d’une ironie adolescente. Pourtant, il existe bel et bien une peinture contemporaine internationale épousant avec bonheur cette beauté délaissée. Alex Katz, Peter Doig ou Elizabeth Peyton renouvellent le réalisme pictural actuel et déflorent sans mépris l’air du temps. C’est le cas de la peinture de Marc Lacaze : la mélancolie y est cadrée avec
cinéphilie, le sentiment y est pudique mais honnête. Ses jeunes filles si proustiennes de stature ressemblent aux parisiennes engoncées dans une paradoxale intrépidité criblée de béances inavouables. Cette tendance atteste que l’histoire de l’art n’est ni linéaire, ni condamnée au dépassement positiviste de la modernité comme rhétorique, que l’oeuvre d’art ne s’accompagne pas nécessairement d’un lourd appareillage critique. Pourtant les galeries françaises ne semblent pas trouver le courage de soutenir l’évidence de cette beauté simple, et non simpliste. Alors, il faut peut-être s’en retourner voir Kandinsky, l’innocenter et s’éterniser davantage dans la dernière salle qui illustre l’ultime période du peintre vivant alors à Neuilly : la vie sentimentale n’y est plus abstraite mais, par des organismes grouilleurs et sonores, par des couleurs brouillées comme l’esprit se trouble, enfin félicitée. Juliette Guépratte WSI Gennevilliers Réactivité et expertise aux service des entreprises www.wsi.fr vente de matériels informatique et prestations de services WSI Parc des Barbaniers 2, place des Hauts Tilliers 92632 Gennevilliers Contact Patrick Lapalice 01 41 21 80 00 plapalice@wsi.fr 26



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 1Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 2-3Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 4-5Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 6-7Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 8-9Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 10-11Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 12-13Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 14-15Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 16-17Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 18-19Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 20-21Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 22-23Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 24-25Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 26-27Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 28-29Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 30-31Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 32-33Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 34-35Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 36-37Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 38-39Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 40-41Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 42-43Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 44-45Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 46-47Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 48-49Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 50-51Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 52-53Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 54-55Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 56-57Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 58-59Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 60-61Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 62-63Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 64-65Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 66-67Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 68-69Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 70-71Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 72-73Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 74-75Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 76-77Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 78-79Nos'Arts numéro 2 jui/aoû 2009 Page 80