Nightlife n°63 sep/oct/nov 2012
Nightlife n°63 sep/oct/nov 2012
  • Prix facial : 5,50 €

  • Parution : n°63 de sep/oct/nov 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Mediapresse Éditions

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 9,4 Mo

  • Dans ce numéro : God Bless Madonna

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
> interview Crédit Photo : by pierre dal corso 32 NIGHTLIFE Interview réalisée par Nicolas George Jean Roch Appelez le « Jean Roch’n’roll » ! Celui qui fait trembler les nuits françaises depuis de nombreuses années endosse désormais la casquette de chanteur à succès. Avec à ses côtés des poids lourds du rap américain comme Snoop Dogg et Busta Rhymes, Jean Roch a réussi à hisser son nouvel album « Music Saved My Life » disque d’or en quelques semaines. Ton album « Music Saved My Life » est déjà certifié disque d’or… Joli succès ! Quel chemin parcouru depuis ton premier single « Can You Feel It », il y a 9 ans… Oui ce single était très expérimental ! (rires) Je pense qu’à l’époque je n’étais pas mature pour vivre ça. Le costume de DJ producteur, ce n’était pas mon truc. J’avais même peur de monter sur scène et d’affronter le regard des gens. Le plus dur, c’était sans doute de passer de la direction artistique de club au métier de DJ, non ? Non, mais là, tu me parles comme si tu lisais Wikipedia… Les deux ne sont pas si différents : dans les deux activités, j’ai toujours mis en avant l’artistique et mon envie de donner du plaisir aux gens. Le tout était d’essayer de faire les choses pour de bonnes raisons. Et je crois avoir réussi mon pari ! D’autant plus que tu as réuni des invités de marque sur cet album ! Mes featurings avec Snoop Dogg, Busta Rhymes ou encore Pitbull et Flo Rida, ce n’est que du bonheur ! Mais attention, c’était loin d’être gagné ! Ce n’est pas parce que tu es à la tête de clubs que les artistes te donnent leur accord immédiat pour être sur ton album… Prendre un verre au VIP, c’est différent que de prendre le risque de venir poser sur ton album. Mais tous ces featurings m’ont donné confiance au fur et à mesure. A Paris, ton VIP Room a déménagé rue de Rivoli. Tu ne regrettes pas, parfois, les Champs Elysées ? Pas une seule seconde ! Les Champs Elysées, pour la clientèle féminine, c’était vraiment devenu compliqué. Il y avait de plus en plus d’insécurité… Tu n’étais plus dans un environnement festif. Maintenant, rue de Rivoli, c’est très relax ! Et puis j’aime le côté théâtre et arène du lieu ! Ca ressemble à ce que je recherche : un endroit où il y a un vrai mélange des genres ! Et puis c’est un lieu qui offre une excellente dynamique de travail. « La nuit s’est sans cesse améliorée depuis 15 ans mais le public est devenu plus capricieux » Ce que tu préfères dans le milieu de la nuit ? Quand les clients deviennent des amis… Parce qu’il n’y a pas à dire : on fait vraiment de belles connaissances ! Ta plus belle rencontre de ces 15 dernières années ? Bono de U2 ! Il représente le modèle parfait du mec bien. Il met sa notoriété au service des autres, il a toujours un combat à mener. C’est beau, je respecte ! Comment a évolué la nuit depuis 15 ans ? La nuit s’est sans cesse améliorée. Il y a 15 ans, on n’avait qu’une soirée de temps en temps. Aujourd’hui, chaque soir tu as 2 ou 3 événements. Seul petit hic : le public est devenu plus capricieux. C’est un public d’enfants gâtés. Ce n’est plus le DJ de Lady Gaga qu’ils veulent, comme il y a 15 ans, mais Lady Gaga elle-même. Mais bon, il faut évoluer avec ça aussi. Je me souviens d’une parole de Frédéric Taddeï. Il disait concernant ceux qui aiment comparer les époques : « Ne dites pas que c’était mieux avant. Dites que vous étiez jeunes avant ! » … n Actu) ALBUM « MUSIC SAVED MY LIFE » Actuellement dans les BACS EXCLUSIF BOOKING : AAC mani@aacbooking.com
Devenez fan



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 1Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 2-3Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 4-5Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 6-7Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 8-9Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 10-11Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 12-13Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 14-15Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 16-17Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 18-19Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 20-21Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 22-23Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 24-25Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 26-27Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 28-29Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 30-31Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 32-33Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 34-35Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 36-37Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 38-39Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 40-41Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 42-43Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 44-45Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 46-47Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 48-49Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 50-51Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 52-53Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 54-55Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 56-57Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 58-59Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 60-61Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 62-63Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 64-65Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 66-67Nightlife numéro 63 sep/oct/nov 2012 Page 68