Nightlife n°61 avr/mai 2012
Nightlife n°61 avr/mai 2012
  • Prix facial : 5,50 €

  • Parution : n°61 de avr/mai 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Mediapresse Éditions

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 7,2 Mo

  • Dans ce numéro : Bob Siclar, disco king.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
INTERVIEW 20 NIGHTLIFE > Pourquoi avez-vous décidé de faire appel à plusieurs réalisateurs, et comment les avez-vous choisis ? Jean Dujardin : Dès le début du projet, nous avons décidé de ne pas réaliser nous-mêmes parce que la charge aurait été trop lourde. Nous avons à la fois choisi les réalisateurs par affinité et pour ce qu’ils pouvaient apporter aux histoires. Ils n’étaient pas interchangeables. Nous leur avons proposé ce qui correspondait le mieux à leurs univers. Pour « La bonne conscience », je pressentais intuitivement Michel Hazanavicius. Je savais que son sens du décalage allait apporter quelque chose de drôle et de signifiant. Pour le « Prologue », il fallait être vif, efficace et très visuel, avec une grande énergie de montage et de découpage. Fred Cavayé était l’homme de la situation. Gilles Lellouche : Emmanuelle Bercot est d’une grande intelligence et d’une grande sensibilité – il suffit de voir sa collaboration avec Maïwennsur « Polisse ». Il était évident que le sketch de « La question » était pour elle. Dans le cas d’Eric Lartigau, tout son travail, des comédies à « L’homme qui voulait vivre sa vie », dessine un esprit social qui nous attirait. Son choix était donc cohérent pour « Lolita ». En associant des talents aussi variés, notre but était d’offrir différentes couleurs au film. Chacun des sketchs montre aussi des comédiens sous des jours inédits… Comment s’est porté votre choix ? Jean Dujardin : Certains étaient évidents, comme Géraldine Nakache, Sandrine Kiberlain ou Alexandra Lamy. Elles se sont appropriées ces personnages de façon impressionnante. Guillaume Canet devait aussi naturellement faire partie de notre aventure. Nous l’avons utilisé à contre-emploi. Nous avions choisi de travailler avec des gens que nous apprécions. Nous avons donc demandé à Manu Payet et Isabelle Nanty, entre autres. Tous sont de grands acteurs. Sans que nous ayons quoi que ce soit à leur dire, ils sont arrivés avec une idée exacte de leur rôle. C’est par exemple Guillaume qui a décidé de doter son personnage de cette coiffure d’abruti ! Le tournage a-t-il été aussi particulier que la conception et l’écriture ? Gilles Lellouche : Nous tournions les films les uns à la suite des autres. Même si c’était du domaine du non-dit, chaque réalisateur s’inquiétait de ce qu’avaient fait les autres. Cette pression a finalement servi le projet, qui a été un condensé d’énergie pure avec la volonté de tous de faire le mieux possible, dans la joie. Jean Dujardin : Le simple fait d’avoir sept réalisateurs différents était déjà un peu particulier. Pour l’équipe aussi. Mais c’est l’un des aspects qui rendait le projet aussi intéressant. Chaque lundi, on redémarrait avec un autre metteur en scène, ailleurs, dans un autre endroit, avec des personnages différents. On ne s’ennuyait pas ! Que représente ce film pour vous aujourd’hui ? Jean Dujardin : Le film m’a rappelé à quel point j’adore lancer un projet, fédérer, amener des gens. J’aime ce côté bande. Mais je n’ai pas spécialement envie de réaliser. Ce film restera sans doute un des grands moments de ma carrière. J’ai fait des comédies, des films plus sérieux, et les mélanger m’amuse. Cet exercice me permet de proposer autre chose, de ne pas devenir « The Artist ». Je ne veux pas me laisser enfermer dans une image figée. Je veux toujours surprendre, quitte à me brûler les ailes. Gilles Lellouche : J’ai l’impression que le film est un peu un condensé de tout ce qui est possible, pour Jean et moi. Faire un long métrage tous les deux avec cette énergie dans le jeu et cette complicité a été formidable. Le film m’a aussi confirmé mon envie de réaliser. Au début, j’ai l’impression que ce projet passait aux yeux des autres presque pour un caprice d’enfants gâtés. Nous avons eu la chance que des gens nous suivent et nous permettent d’aller jusqu’au bout. Le résultat final est au-delà de nos espérances. Je me vois bien faire un film avec Jean tous les trois/quatre ans, comme un rendez- vous... Après avoir traité de l’infidélité masculine, aborder le thème sous l’angle féminin ne vous tente pas ? Jean Dujardin : Nous y pensons et il y aurait, là aussi, beaucoup à dire ! n Actu) les infidèles avec Jean Dujardin, Gilles LelLouche, Alexandra Lamy, Géraldine Nakache, Guillaume Canet... actuellement dans les salles C M J CM MJ CJ CMJ N



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 1Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 2-3Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 4-5Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 6-7Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 8-9Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 10-11Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 12-13Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 14-15Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 16-17Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 18-19Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 20-21Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 22-23Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 24-25Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 26-27Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 28-29Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 30-31Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 32-33Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 34-35Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 36-37Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 38-39Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 40-41Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 42-43Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 44-45Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 46-47Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 48-49Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 50-51Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 52-53Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 54-55Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 56-57Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 58-59Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 60-61Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 62-63Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 64-65Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 66-67Nightlife numéro 61 avr/mai 2012 Page 68