Nightlife n°60 jan/fév/mar 2012
Nightlife n°60 jan/fév/mar 2012
  • Prix facial : 5,50 €

  • Parution : n°60 de jan/fév/mar 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Mediapresse Éditions

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : Guillaume Canet, gentleman charmeur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
Dossier » > LA POKERMANIA : CERCLE DE JEUX, ARGENT ET ADDICTION Internet, télévision, Smartphone… le poker ne passe plus inaperçu ! En ces temps de crise économique rythmés sur fond de plans sociaux, le jeu de carte le plus célèbre au monde continue de brasser, chaque année, des millions d’euros en France. Sites internet, cercles de jeux ou encore l’Etat, nombreux sont les acteurs qui profitent des vertus lucratives de cette nouvelle industrie tout droit venue des Etats-Unis. Aujourd’hui, le Poker a pris une place prépondérante dans notre société mais que se cache t-il vraiment derrière ce joli « coup de poker » ? Intérêts économiques, banditisme et accoutumance…. Enquête sur le nouveau loisir des français. » > Difficile d’être à la pointe de la « glam’attitude » lorsque l’on est un jeu de carte ! Contre toutes attentes, un jeu a relevé le challenge avec succès. Au placard les souvenirs rétro de parties de belote dont nos grands-mères étaient friandes et standing ovation au Poker ! Hommes, femmes, étudiants, ouvriers, cadres… toutes les classes sociales sont tombées sous le charme irrésistible du Texas hold’em, variante du jeu la plus jouée. Grâce à une campagne médiatique considérable, le Poker a crée un véritable buzz et devient le jeu de carte le plus célèbre au monde. En France, c’est le chanteur et acteur Patrick Bruel qui a permis au Poker de s’inviter au cœur des foyers français. Ancien champion du monde, il fut, en 2006, le premier commentateur télé de tournois de Poker. Un pari gagnant pour la chaîne Canal plus ! La Pokermania contamine dès lors des milliers de joueurs en France. Internet et les cercles de jeux sont les premiers à jouir de cette notoriété et font salles combles. Alors, pour répondre à une demande toujours croissante, de nouvelles tables s’ouvrent et les sites de jeux en ligne fleurissent sur Internet. En quelques années le Poker est devenu plus qu’une distraction, un business ! La face cachée du Poker » > Face à cette success story, se perd peu à peu l’image mythique du jeu de carte favori des cow boys, attablés avec ivresse dans un saloon. Pourtant entre réalité et légende, la frontière est mince. Le Poker reflète l’innocence d’un divertissement mais il n’en reste 52 NIGHTLIFE pas moins un jeu d’argent. A l’instar des cow-boys, de nombreux scélérats contemporains l’ont bien compris et ont pris le contrôle de certains cercles de jeux parisien. Mais dans tous les westerns, le shérif arrête les méchants. Aussi pour maintenir l’ordre, l’Etat contrôle de plus en plus la vie nébuleuse des établissements de Poker. Même si le Poker a connu sa première vague d’immigration avec l’armée américaine durant la seconde guerre mondiale, c’est Internet qui est à l’origine de ce succès plus que juteux. Ce « boom du Poker » fût observé en France à partir de 2005. L’invention du Poker en ligne, la diffusion des tournois à la télévision et la célébrité des grands joueurs comme Patrick Bruel en sont les principaux facteurs. Aux Etats-Unis, les retransmissions des finales des tournois prestigieux attirent plus de 15 millions de téléspectateurs réguliers. Les millions de dollars de gain en tournois live font rêver les joueurs du monde entiers autant que le Poker attire les investisseurs. Une industrie millionnaire… sur internet ! » > Billets verts, jolies filles, célébrités…, les sites de Poker opte pour une stratégie commerciale très « bling bling » afin de séduire les joueurs. Et ça marche ! 160 millions d’euros de chiffre d’affaires ont été réalisés au premier semestre 2011 d’après les derniers chiffres de l’ARJEL (Autorité de régulation des jeux en ligne) dont 70% du gâteau sont absorbés par Pokerstars et Winamax, deux géants du Poker en ligne. « Le nombre potentiel des joueurs
de poker en ligne régulier [en France] pourrait s’élever à 1,5 million », citait le journal Libération en juin 2010. Alors pour faire face à cette demande, les sites de Poker en ligne prolifèrent sur la toile internet attirés par l’appât du gain. « La croissance fulgurante du marché des tournois de Poker en ligne enregistre une hausse de 89% de droits d’entrées en un an », ce qui représente « 286 millions d’euros » d’après l’ARJEL (Autorité de régulation des jeux en ligne). Certains géants industriels ont compris où il fallait investir leur argent. Aussi, aux dernières nouvelles, le Groupe Bernard Tapie a racheté le site Full Tilt Poker (site de Poker en ligne réputé à travers le monde). Le Département de la Justice américain a accepté la reprise de l’opérateur par le groupe français pour la somme de 80 millions de dollars. A l’instar du site Full Tilt Poker, le site PokerStrategy.com prospère dans l’univers du poker en ligne. Fondé en 2007, c’est la première école gratuite de poker en ligne mise à disposition de tous dans l’apprentissage du poker. Présente dans 50 pays et disponible en 19 langues, elle compte aujourd’hui 5 millions de membres à travers le monde. L’entreprise emploie aujourd’hui 280 personnes à temps plein et fait appel au service de plus de 1000 pigistes afin de publier des centaines de milliers d’articles et vidéos de stratégies, tout en proposant du coaching et de l’accompagnement personnalisé. L’avenir du Poker est dans l’apprentissage, le site l’a bien compris et il va encore plus loin en lançant une application Iphone, l’application « Poker No-Limit Trainer » : le nouveau coach de poche de Pokerstrategy.com ! Cette application aide à débuter au poker. L’interface est sous forme de table ronde où les actions des adversaires sont indiquées. A celles-ci, trois actions possibles : se coucher, suivre et relancer. L’application joue alors le rôle de coach en corrigeant les erreurs du joueur et en expliquant l’opération qu’il aurait fallu adopter. Les dessous des cercles de jeux » > Derrière les géants d’internet, les cercles de jeux tirent également profit de la frénésie du Texas hold’em. Après s’être formés sur les sites de Poker en ligne, nombreux sont les « nouveaux » joueurs qui poussent la porte des cercles de jeu parisiens pour découvrir les délices d’un luxe feutré. Le prestigieux Aviation Club de France (ACF), sur les Champs-Elysées, est le cercle parisien le plus prisé de la capitale. Crée il y a un peu plus d’un siècle (1907) par des aviateurs français surnommés les « fous du volant », l’idée était de recréer l’ambiance des clubs anglais : des clubs privés où les gentlemen se retrouvaient pour discuter et se restaurer, toute la nuit entre amis et proches. A la fin de la première guerre mondiale, le cercle dépasse le milieu restreint des aviateurs. Dorénavant hommes politiques, artiste, combattants de guerre médaillés et industriels deviennent des habitués. Ces élégants des années folles s’y retrouvent pour boire un verre, connaître le frisson du tapis vert ou se lancer dans de longues parties de Bridge. Ce n’est qu’en 1995 que s’installe le Poker, l’Aviation Club de France devient alors le premier établissement à proposer ce jeu encore inconnu du grand public français. Un choix novateur qui se révèlera perspicace car la Poker room devient, en très peu de temps, l’attraction Dossier réalisé par Lilya Saadia Dossier de joueurs curieux en quête de nouveaux frissons. En 2003, pour la première fois en Europe, les caméras du World Poker Tour s’y installent et les joueurs du monde entier se pressent pour assister à l’évènement. Incontestablement, l’Aviation Club de France est, aujourd’hui, un des cercles les plus célèbres du monde. Avec ses 260 salariés et une surface de 1350 mètres carrés, l’établissement a enregistré 250 000 entrées en 2010 pour atteindre 8,8 millions d’euros de chiffre d’affaires. Grand leader du jeu, le cercle devance largement les autres cercles parisiens au nombre de 4 à l’heure actuelle : Cercle Cadet, Cercle Clichy-Montmartre, Cercle Gaillon, et Cercle Central, dont les cagnottes avoisineraient les 2 millions d’euros. « Mafia, parties clandestines et blanchiment d’argent... » Avant de défrayer la chronique, quelques heures après sa fermeture dans la nuit du 7 au 8 Juin 2011 par les autorités judiciaires, le Cercle Wagram était le concurrent direct de l’Aviation Club de France. Haut lieu du Poker parisien, situé à deux pas des Champs Elysées, le cercle faisait salles combles tous les jours et les clients attendaient patiemment au bar qu’une place se libère à l’une des nombreuses tables. Contrôlé en sous-main par le gang bastiais de la « Brise de Mer », l’établissement brassait suffisamment d’argent pour alimenter le grand banditisme corse. Le service central des courses et jeux (SCCJ) ainsi que l’Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO) enquêtaient depuis près d’un an sur les Cercles Hausmann(fermé en mai 2011), Wagram et Eldo (fermés tous deux le 8 juin 2011). Ces trois affaires viennent renforcer la réputation sulfureuse de ses clubs occultes : Mafia corse, bilans comptables trafiqués, blanchiment d’argent, organisation de parties clandestines… l’heure des comptes semblent avoir sonné pour les mafiosos corses ! « Billets de banque ou encore objets de valeurs, souvent de belles montres (Rolex) que des joueurs échangeaient contre des jetons une fois leurs poches vides, il y a toujours des choses à trouver dans un cercle […] Les comptes sont plus opaques contrairement au casino […] Et les bandits sont très présents. », témoigne un ancien administrateur de cercle de jeu. Les cercles sont une magnifique entreprise pour blanchir l’Aviation Club de France sur les Champs Elysées NIGHTLIFE 53



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 1Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 2-3Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 4-5Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 6-7Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 8-9Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 10-11Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 12-13Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 14-15Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 16-17Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 18-19Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 20-21Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 22-23Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 24-25Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 26-27Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 28-29Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 30-31Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 32-33Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 34-35Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 36-37Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 38-39Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 40-41Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 42-43Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 44-45Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 46-47Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 48-49Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 50-51Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 52-53Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 54-55Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 56-57Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 58-59Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 60-61Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 62-63Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 64-65Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 66-67Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 68