Nightlife n°60 jan/fév/mar 2012
Nightlife n°60 jan/fév/mar 2012
  • Prix facial : 5,50 €

  • Parution : n°60 de jan/fév/mar 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Mediapresse Éditions

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : Guillaume Canet, gentleman charmeur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
ZOOM Sur... 18 NIGHTLIFE Crédit Photo : DR
 » > A la fois acteur, scénariste, réalisateur (et même parfois chanteur-compositeur), Guillaume Canet est un de ces artistes complets comme il en existe très peu. Comédien ayant tourné avec de grands acteurs, Guillaume s’est ensuite mit derrière la caméra pour nous offrir trois films au style bien différent, mais qui ont tous connu un succès monstre. Le dernier en date – « Les petits mouchoirs » - a su marqué le public et restera comme le succès majeur de sa carrière. D’étoile montante, il est devenu l’une des valeurs sûres du cinéma français. On n’arrête plus cet hyperactif dont le talent n’a d’égal que l’exigence. > GUILLAUME CANET Guillaume est le type même du garçon sympathique au sourire craquant. Malgré le succès retentissant qu’il a connu, il semble toujours être resté le même. Et c’est pourquoi il est devenu l’un des chouchous du cinéma français ! Pourtant au départ, rien ne le prédestinait à entamer une carrière artistique. Passionné d’équitation, Guillaume Canet, né le 10 avril 1973 à Boulogne-Billancourt, voit une prometteuse carrière de jockey interrompue par un accident Ses rêves de champion se brisèrent à tout juste 18 ans. C’est pourquoi, il part à Paris suivre la classe libre du cours Florent afin de se tourner vers l’art dramatique. Débuts aux côtés de… Franck Dubosc ! Entre deux cours Florent, Canet fait ses armes à la télé, s’essaie au standup. Dans un bistrot, il aide Franck Dubosc, alors comique anonyme, à finaliser son personnage de dragueur ringard, avant que l’ami Rochefort le baptise au cinéma en 1997. Canet réalisateur attendra… Le sérail s’arrache sa bouille d’oisillon tombé du nid. Le jeune premier ne s’en plaint pas, mais rêve d’un éventail plus large. A Télérama, il lâche être « content d’avoir une tête de gentil. D’ailleurs, je suis gentil. Mais pas con. Or, les gens ont tendance à confondre les deux. » Il joue dans plusieurs téléfilms et en 1993, il rencontre donc Jean Rochefort (également féru de chevaux) et tournera à ses côtés dans « Barracuda ». Sa performance sera saluée, puisqu’il recevra le prix d’interprétation de St-Jean-de-Luz. Mais ce sont ses prestations dans « En plein cœur » (1998) de Pierre Jolivet et « Je règle mon pas sur le pas de mon père » de Rémi Waterhouse qui lui assurent une belle notoriété naissante. Succès aux Etats Unis avec « La Plage » En 2000, Guillaume Canet devient un acteur de tout premier plan, donnant la réplique à Leonardo DiCaprio dans « La Plage » en jouant le rôle du frenchy de service. Dossier réalisé par Nathalie-Kai Stolz Le chouchou du cinéma français ZOOM SUR... Si le courant passe avec la star (qui tentera plus tard de produire un remake de « Mon idole », toujours en stand-by), ce premier contact avec Hollywood ne l’enchante guère : « Mon rôle consistait à être en maillot de bain et en vacances. Comme je suis un boulimique du travail, cela m’a énervé. » Son fidèle producteur Alain Attal renchérit : « Il adore piloter les troupes ». Alors jouer les passes-plats des happy few, lisser son vocabulaire en promotion ou se contenter d’un statut d’employé de studio, non merci. Plusieurs longs-métrages s’en suivent où il teste « La fidélité « de Sophie Marceau, goûte aux « Morsures de l’aube » d’Antoine de Caunes et compose le biographe autoproclamé de Vidocq. Après avoir réalisé quelques spots publicitaires et courts métrages (Sans regrets, Je t’aime), il se met en scène en 2002 dans un premier long-métrage, « Mon idole », fable amorale sur le milieu du show business. Après ce galop d’essai réussi, Guillaume Canet aborde des genres différents : il flirte avec Marion Cotillard dans « Jeux d’enfants », rêve d’aventures dans le déjanté « Narco » et combat dans les tranchées du plus solennel Joyeux Noël. Premiers pas derrière la caméra Puis il franchit un nouveau palier en 2006 en réalisant « Ne le dis à personne », adaptation du roman d’Harlan Coben, où il dirige un casting de luxe réunissant François Cluzet, Kristin Scott Thomas ou encore Jean Rochefort. Le long-métrage remporte quatre Césars, dont celui du Meilleur acteur pour François Cluzet et du Meilleur réalisateur pour Canet, qui devient le cinéaste le plus jeune de l’histoire des Césars à être récompensé dans cette catégorie. Depuis le triomphe international de « Ne le Dis à Personne » (4,6 millions d’euros au boxoffice américain, une prouesse pour un film français), la vie de Guillaume Canet a les contours d’un biopic hollywoodien. Adulé des filles (Marion Cotillard en tête), admiré des plus grands (Hollywood compris), l’ex-jeune NIGHTLIFE 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 1Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 2-3Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 4-5Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 6-7Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 8-9Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 10-11Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 12-13Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 14-15Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 16-17Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 18-19Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 20-21Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 22-23Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 24-25Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 26-27Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 28-29Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 30-31Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 32-33Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 34-35Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 36-37Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 38-39Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 40-41Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 42-43Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 44-45Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 46-47Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 48-49Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 50-51Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 52-53Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 54-55Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 56-57Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 58-59Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 60-61Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 62-63Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 64-65Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 66-67Nightlife numéro 60 jan/fév/mar 2012 Page 68