Nightlife n°59 oct/nov/déc 2011
Nightlife n°59 oct/nov/déc 2011
  • Prix facial : 5,50 €

  • Parution : n°59 de oct/nov/déc 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Mediapresse Éditions

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 6,4 Mo

  • Dans ce numéro : Snoop Dogg... sex, drugs and Rap'n'roll !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
ZOOM Sur... 28 NIGHTLIFE Crédit Photo : DR
 » > De MC respecté dans le milieu du hip-hop West Coast à superstar internationale, Snoop Dogg est l’un des musiciens les plus influents de ces 20 dernières années. Véritable boulimique de featurings et forcené des sorties d’albums aux 40 millions de copies vendues, Snoop a imposé son Doggy Style et ses tresses mythiques dans un univers Hip Hop fadement énergisé. Une histoire ponctuée par d’éternelles démêlés avec la justice et les unes des journaux de faits divers. Autant d’ingrédients pour faire naître une légende du Gangsta Paradise ! > Snoop Dogg Allez, petite devinette pour commencer : essayez de deviner le vrai nom de Snoop Dogg. Bon, pas la peine de vous donner un indice, c’est juste impossible à trouver : Cordozar Calvin Broadus Jr. Que celui qui avait la réponse lève le doigt… Avec un nom comme ça, pas étonnant que Cordozar Calvin ait rapidement opté au début de sa carrière pour le blaze Snoop Doggy Dogg (vous comprendrez plus loin pourquoi…). Né en octobre 1971(ce qui en fait cette année un nouveau quarantenaire) à Long Beach, en Californie, Snoop fut d’abord connu comme MC dans le milieu du hip-hop West Coast, et pour être l’un des protégés du producteur Dr. Dre. Sa mère l’a rapidement surnommé « Snoopy » en raison de l’expression de son visage, et il a donc pris le pseudonyme de Snoop Doggy Dogg quand il a commencé à enregistrer. Il a raccourci son nom en 1998 lorsqu’il a quitté le label qui l’a révélé Death Row Records pour signer sur le label de Master P, No Limit Records. Et dans la famille, on ne manque pas de talents puisque plusieurs de ses cousins sont également devenus des rappeurs et des collaborateurs du label Aftermath Entertainment, dont RBX, Nate Dogg et Daz Dillinger. Snoop Dogg est rapidement devenu célèbre pour sa voix « traînante, nonchalante et paresseuse », faisant contraste avec la plupart des rappeurs de sa génération. Son slogan favori qui s’entend dans bon nombre de ses chansons est « fo’shizzle, my nizzle » (contraction de « for sure, my nigger » qui peut se traduire approximativement par « bien sûr, mon négro », à comprendre « bien sûr, mon pote »). Le gang de Snooopy Non content de se faire surnommer Snoopy à cause donc de sa ressemblance avec le célèbre chien, celui qui n’est encore que Calvin commence à chanter pour l’église baptiste Golgotha Trinity et à jouer du piano. Dossier réalisé par Nicolas George « Gangsta paradise » ZOOM SUR... C’est quand il est en sixième, qu’il commence à rapper. Il va au lycée Long Beach Polytechnic High School, puis est transféré au lycée Jordan High School, accusé de trafic de cocaïne et condamné à une peine de six mois de prison à Wayside County Jail. De la mauvaise graine le Snoop ? À l’école, on le dit pourtant « bon élève » et plutôt « discret ». Mais après avoir obtenu son diplôme de l’enseignement secondaire, il recommence à tomber de l’autre côté de la ligne blanche. Il a fréquemment des ennuis avec la justice et se rapproche des Rollin’20’s Crips, un gang connu et surveillé par le FBI. Pendant les trois années qui suivent, il est régulièrement emprisonné et trouve alors un sens à sa vie en se réfugiant dans la musique. C’est beau la rédemption musicale. Même lorsqu’on ressemble à Snoopy… Rencontre avec Warren G et Dr. Dre Snoop Dogg commence alors à enregistrer des cassettes de rap « faites maison » avec son cousin Nate Dogg et son ami de lycée Warren G, qui n’est autre que le demifrère d’un certain… Dr. Dre, le membre du sulfureux groupe de Compton, NWA. À eux trois, ils forment un groupe qu’ils baptisent d’abord Three The Hard Way puis 213, en référence au code téléphonique de Long Beach. Conseillé par Warren G, Dr. Dre commence à collaborer avec Snoop, d’abord sur la bande originale du film « Deep Cover », puis sur le premier excellent album solo de Dr. Dre, « The Chronic » (avec les autres membres de son premier groupe Tha Dogg Pound, notamment Daz Dillinger). Snoop est sur plusieurs morceaux, notamment le légendaire « Nuthin’But a ‘G’Thang » : une pépite sonore qui lui permet d’accéder à la notoriété dans le milieu du hip hop. En août 1993, alors qu’il est en studio pour enregistrer son premier album « Doggystyle », Snoop est arrêté suite au meurtre de Phillip Woldermarian, un membre d’un gang rival. NIGHTLIFE 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 1Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 2-3Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 4-5Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 6-7Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 8-9Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 10-11Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 12-13Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 14-15Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 16-17Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 18-19Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 20-21Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 22-23Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 24-25Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 26-27Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 28-29Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 30-31Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 32-33Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 34-35Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 36-37Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 38-39Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 40-41Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 42-43Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 44-45Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 46-47Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 48-49Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 50-51Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 52-53Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 54-55Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 56-57Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 58-59Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 60-61Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 62-63Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 64-65Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 66-67Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 68