Nightlife n°59 oct/nov/déc 2011
Nightlife n°59 oct/nov/déc 2011
  • Prix facial : 5,50 €

  • Parution : n°59 de oct/nov/déc 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Mediapresse Éditions

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 6,4 Mo

  • Dans ce numéro : Snoop Dogg... sex, drugs and Rap'n'roll !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
interview 20 NIGHTLIFE Crédit Photo : DR
 » > Louise Bourgoin « Ce rôle est un défi ! » L’ex-Miss Météo de Canal Plus a gagné ces dernières années ses galons en tant qu’actrice, faisant taire au passage les mauvaises langues et les sceptiques. Avec « Un Heureux Evénement », Louise Bourgoin accouche d’un rôle taillé à sa mesure, à la fois mature, glamour et touchant. Rencontre avec « maman » Bourgoin, juste après le tournage du film… > Louise, qu’est-ce que tu as pensé à la première lecture du scénario ? Je me suis dit que c’était un projet que je ne pouvais pas laisser passer. C’est un vrai grand rôle, un portrait de femme comme il en existe peu au cinéma. Barbara, ce n’est pas un personnage statique : elle évolue, elle se transforme, elle vit même une véritable métamorphose. Ce rôle était un défi personnel à relever ? Du point de vue du jeu, c’était un défi. En plus c’est totalement un rôle de composition ! Je n’ai jamais été enceinte et effectivement j’ai eu à la fois très envie de le jouer et très peur aussi. La peur ne m’a pas lâchée durant tout le tournage. On peut dire que tu t’es même totalement travestie ! Plus je suis travestie, déguisée, changée, plus j’arrive à construire un personnage différent de ce que je suis, c’est une évidence. Et puis le temps d’installation des faux ventres était un temps que je pouvais pleinement consacrer à entrer dans la peau de mon personnage, très concrètement. Je me levais aux aurores pour qu’on me colle les prothèses sur tout le bassin et la poitrine, et qu’on les colore en y projetant de la peinture afin de leur donner cet aspect de carnation humaine. Je devais rester debout pendant cinq heures d’affilée, si je m’asseyais je risquais de créer des plis sur le latex. Ce n’était donc pas un tournage de tout repos ! Au début, j’ai cru qu’on n’allait jamais y arriver, c’était difficile de s’abandonner dans le jeu alors que le bébé que je tenais dans les bras me balançait sa main dans la figure ou racontait sa vie en onomatopées. Et petit à petit on s’est apprivoisés. Entre les scènes, je restais avec les bébés pour qu’ils s’habituent à moi, je jouais avec eux, je les rassurais, je suis même allée passer quelques dimanches avec eux chez leurs parents. interview Tu as quand même vécu des moments magiques ! Oui bien sûr ! Comme durant les scènes d’allaitement, où j’ai senti sur mon sein les mouvements de succion du bébé. Je n’ai pas eu besoin de jouer la comédie à ce moment-là, j’étais tremblante d’émotion. Et puis il ne fallait pas raté la scène de l’accouchement : un accouchement c’est toujours risqué dans un film, ça peut vite être un peu grotesque. Là, c’était LA scène. Si on la ratait, le film serait raté parce qu’on n’y croirait plus. « On a dû préparer les scènes intimes avant le film » Tu penses que dans la vie, cela peut faire peur aux garçons ? N’empêche oui, je me demande si je ne préfèrerais pas accoucher sans mon compagnon quand même, j’aurais trop peur que ça le dégoute de moi à vie ! Je me souviens que dans son livre, Eliette décrivait Nicolas comme ça : « il était aussi épouvanté que s’il venait de sortir d’un film d’horreur avec pour actrice principale... sa femme ». Les scènes intimes ou de sexe n’ont pas dû être évidentes à jouer… Avec Pio Marmaï, quand on a su qu’on allait jouer ensemble, on s’est beaucoup vus avant le tournage pour répéter, s’exercer avec des bébés et apprendre à se connaître. On allait avoir des scènes très intimes à partager, des scènes de baisers, d’amour, de sexe. Donc on a préparé cette intimité. Du coup, on est devenus très proches. Et aujourd’hui, Pio c’est comme… … Un petit ami ? (rires) Non, comme mon frère ! n) Actu Un film de Rémi Bezançon, d’après le roman d’Eliette Abécassis avec Louise Bourgoin, Pio Marmaï, Josiane Balasko, Thierry Frémont… NIGHTLIFE 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 1Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 2-3Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 4-5Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 6-7Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 8-9Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 10-11Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 12-13Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 14-15Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 16-17Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 18-19Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 20-21Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 22-23Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 24-25Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 26-27Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 28-29Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 30-31Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 32-33Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 34-35Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 36-37Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 38-39Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 40-41Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 42-43Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 44-45Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 46-47Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 48-49Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 50-51Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 52-53Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 54-55Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 56-57Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 58-59Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 60-61Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 62-63Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 64-65Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 66-67Nightlife numéro 59 oct/nov/déc 2011 Page 68