Nightlife n°58 jui/aoû/sep 2011
Nightlife n°58 jui/aoû/sep 2011
  • Prix facial : 5,50 €

  • Parution : n°58 de jui/aoû/sep 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Mediapresse Éditions

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 9,5 Mo

  • Dans ce numéro : Lady Gaga... born to be a star.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
ZOOM Sur... 28 NIGHTLIFE Crédit Photo : DR
 » > Ses prestations scéniques offrent un mélange de trash, de sexe, d’art et de pop, à l’image de l’avatar que Lady Gaga s’est inventé. La Success Story est en marche et semble être partie pour durer… Retour sur une ascension qui dérange, une histoire hors du commun : comment, en deux ans, Stefani Germanotta, alias Lady Gaga est devenue la nouvelle reine de la Pop ? > LADY GAGA Pour mesurer le succès fulgurant de Miss Gaga, commençons déjà par quelques chiffres qui parleront d’entrée : son clip « Téléphone » a été vu 11 millions de fois en 48 heures, plus d’un million d’exemplaires du single « Just Dance » ont été vendus en moins de trois mois, le cachet de chaque date de tournée s’élève à 2 millions d’euros, 27 camions et 3 avions la suivaient pour ce « World Tour ». Des chiffres qui pourraient donner le tournis à n’importe quel producteur ou starlette en devenir du moment. Mais Lady Gaga, au delà de ces performances chiffrées, a réussi, en moins de 3 ans à s’imposer sur la planète Pop et Dance mondiale, exilant les Britney Spears, Christina Aguilera et autres Kylie Minogue ou Shakira au rang de fifilles de cour de récré. Leurs quatre déhanchés et exhibitions réunis n’arriveraient pas à un sein ou une fesse dévétue de Lady Gaga. Surtout, elle arrive là où les autres n’ont pas réussi à s’imposer : créer un « monde », une « image de marque » Lady Gaga. Seule Madonna, à qui on la compare souvent, a réussi cette performance jusqu’à maintenant. Avec le physique en plus… Car il faut bien l’avouer, Lady Gaga est loin d’être une bombe au niveau physique : 1,55 mètre, un décolleté qui ressemble d’avantage aux Vosges qu’au Kilimandjaro, une bouille ni angélique, ni très glamour… Mais voilà, l’attirance est dans l’attitude, dans l’univers qu’elle crée, dans ce qu’elle est. Et dans sa musique, of course. De gogo danseuse à Gaga chanteuse En 2005, Stefani réussit à obtenir un contrat avec Def Jam. Le directeur du label l’avait entendu chanter et était tombé sous le charme... Mais le contrat est brisé Réalisé par Nicolas George le Monde est à elle ! ZOOM SUR... 3 mois après. Pour celle qui est encore Stefani, c’est le choc. En 2007, Interscope Records s’intéresse à elle. La maison de disques lui offre un contrat avec, en plus de ça, une collaboration avec Akon. Stefani, qui a compris qu’un nom de scène qui marque sera la première pierre dans l’édifice de sa personnalité, devient officiellement Lady Gaga : un nom sybillin qui rend hommage à la chanson de Queen, « Radio GaGa ». Par la suite, Gaga a plusieurs fois décrit son expérience en studios avec Akon comme exceptionnelle. Akon pousse ensuite Interscope Records à accepter que Gaga leur écrive des chansons. Ces paroles seront utilisées pour les albums de Britney Spears et les Pussycat Dolls entre autres... Pendant ce temps, elle commence à se produire dans de petites salles new-yorkaises. Gaga annonce en 2009 qu’il fallait qu’elle se déshabille pour que les gens l’écoutent ! Il faut dire que dès l’âge de 19 ans, la miss devient gogo « Chaque chanson de « Born This Way » est un paradis artificiel différent » NIGHTLIFE 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 1Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 2-3Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 4-5Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 6-7Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 8-9Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 10-11Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 12-13Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 14-15Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 16-17Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 18-19Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 20-21Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 22-23Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 24-25Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 26-27Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 28-29Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 30-31Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 32-33Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 34-35Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 36-37Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 38-39Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 40-41Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 42-43Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 44-45Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 46-47Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 48-49Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 50-51Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 52-53Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 54-55Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 56-57Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 58-59Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 60-61Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 62-63Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 64-65Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 66-67Nightlife numéro 58 jui/aoû/sep 2011 Page 68