Nightlife n°57 avr/mai/jun 2011
Nightlife n°57 avr/mai/jun 2011
  • Prix facial : 5,50 €

  • Parution : n°57 de avr/mai/jun 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Mediapresse Éditions

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 15,8 Mo

  • Dans ce numéro : David Guetta « Pop Idol »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
interview 20 NIGHTLIFE Crédit Photo : DR
 » > Vincent Elbaz En attendant de le retrouver dans le troisième volet de « La Vérité si je mens ! » en 2012, Vincent Elbaz est à l’affiche d’un des plus beaux films de ce début d’année : « L’Assaut », l’histoire de la prise d’otages d’un Airbus le 26 décembre 1994 à l’Aéroport de Marseille. Une page de l’histoire contemporaine de la France que personne n’a oublié. « L’Assaut » est un film poignant, sur un fait divers qui a frappé l’esprit de beaucoup de français. Qu’estce qui vous a intéressé dans le scénario ? Ce qui m’a plu d’emblée, c’était que le scénario relate un événement historique qui a marqué la France, du point de vue du drame humain. Je me suis demandé pourquoi ce personnage que j’allais incarner avait choisi ce métier : je voulais savoir qui était l’homme qui se cachait sous la cagoule. Justement, comment avez vous abordez votre personnage de « gros bras » du GIGN ? Au début du film, on comprend qu’il est affecté par un événement qui s’est mal passé, même si ses réactions restent très intériorisées. Au fond, c’est un homme tourmenté et habité par son métier et par son dévouement. Avec Julien Leclerq, le réalisateur, on voulait en faire un homme silencieux et taiseux, sans donner beaucoup d’explications. On a même décidé, au fil du tournage, de supprimer certains dialogues pour le faire parler le moins possible. Qu’est-ce qui vous a touché chez lui ? Tout son parcours. Le fait qu’il soit capable de se positionner derrière une porte, en sachant que derrière cette porte il y a des terroristes armés jusqu’aux dents, et qu’il trouve la force d’attendre que la porte s’ouvre pour entrer à l’intérieur et risquer à 90% de se faire tuer − je trouve cela hallucinant ! C’est un peu un acte héroïque quand même ! Non, ce n’est même pas un acte héroïque, narcissique ou désespéré : il ne fait que son boulot, en laissant sa femme et son enfant derrière lui. Et ce qui est très fort, c’est que Julien Leclerq ne l’a pas héroïsé du tout. interview « Le GIGN nous a entrainé lors de ce film ! » > Vous aviez un souvenir précis des événements de 1994 ? J’avais en tête des images de l’assaut de l’avion par le GIGN, et notamment de ces hommes cagoulés qui entrent dans l’appareil par les passerelles et du copilote qui saute par la fenêtre du cockpit. J’ai aussi été marqué par les images des explosions, alors qu’on ne savait absolument pas ce qui se passait à bord. « Je voulais savoir qui était l’homme qui se cachait sous la cagoule » Je suppose que vous avez du suivre un entrainement de malade pour ce film ? On a eu la chance d’être entraînés par les hommes du GIGN eux mêmes. Nos instructeurs nous ont présenté des images d’archives. Ils nous ont ainsi expliqué leur stratégie, leur approche de l’événement, et la manière dont ils ont géré la crise de Marignane. Par la suite, on a effectué des exercices pratiques de tirs et des stages commando. C’était important de savoir comment les événements de 1994 avaient été vécus de l’intérieur par ces hommes qui ont eu à entrer dans l’avion, sans savoir ce qu’ils allaient y trouver. Les liens entre acteurs sur un film sont comparables à ceux qui unissent les troupes d’élite ? Sur ce tournage, on avait fait un tel travail de préparation qu’on avait développé une complicité solide et qu’on n’avait pas vraiment besoin de se parler − un peu à la manière des hommes du GIGN quand ils sont dans l’action. C’était d’autant plus important que le tournage n’a duré que sept semaines ! n Actu) « L’ASSAUT », de Julien Leclerq, avec Vincent Elbaz, Grégori Derangère, Mélanie Bernier… Actuellement dans les salles NIGHTLIFE 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 1Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 2-3Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 4-5Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 6-7Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 8-9Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 10-11Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 12-13Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 14-15Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 16-17Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 18-19Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 20-21Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 22-23Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 24-25Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 26-27Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 28-29Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 30-31Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 32-33Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 34-35Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 36-37Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 38-39Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 40-41Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 42-43Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 44-45Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 46-47Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 48-49Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 50-51Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 52-53Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 54-55Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 56-57Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 58-59Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 60-61Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 62-63Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 64-65Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 66-67Nightlife numéro 57 avr/mai/jun 2011 Page 68