Nice-Matin n°2015-12-04 vendredi
Nice-Matin n°2015-12-04 vendredi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-12-04 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 75 Mo

  • Dans ce numéro : « Maréchal-Le Pen candidate du mensonge »

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
nice-matin Sports Vendredi 4décembre 2015 HANDBALL Défi mondial pour les Bleues L’équipe de France débute son championnat du monde demain soir au Danemark face àl’Allemagne. Avec, dans un coin de la tête, l’envie de (re)goûter àune médaille I lyaeu, chez les hommes, les Bronzés, les Barjots, les Experts... Autant de surnoms qui ont marqué, par des titres, leur époque. Chez les femmes, la sobriété est de mise. Les Bleues sont donc, depuis plusieurs années, des Femmes de défis. Sans peur ni reproche. Mais de là àdécrocher l’or au cou des tenantes du titrebrésiliennes –ceque seule la génération Pecqueux-Rolland aréussi il ya douze ans déjà –ilyaunpas (immense). Et du monde se bouscule au portillon. Revue des forces en présence. En bref HANDBALL D1 (12 e journée) Hier : Saint-Raphaël -Chambéry 24-24 BASKET Pro A(11 e journée) Aujourd’hui : Châlons/Reims -Nanterre Paris/Levallois -Dijon Demain : Chalon -ASVEL Monaco -LeMans Pau-Lacq-Orthez-Orléans Cholet -LeHavre Antibes -Limoges Dimanche : Nancy -Rouen Lundi : Strasbourg- Gravelines/Dun. RUGBY Afrique du Sud : Meyer s’en va Heyneke Meyer va quitter son postedesélectionneur CHAMPIONNATS DU MONDE FÉMININ (AU DANEMARK, DU 5 AU 20 DÉCEMBRE) Alexandra Lacrabère etles Françaises partent au Danemark avec l’étiquette d’outsider pour un championnat du monde particulièrement relevé. (Photo Cyril Dodergny) Que valent ces Bleues ? Les Françaises ne sont plus grimpées sur un podium international depuis 2011 et une finale mondiale perdue face à la Norvège (24-32). Depuis, elles enchaînent les solides performances (6 es des championnats du monde 2013, 5 es des championnats d’Europe 2014) grâce à un jeu axé sur la défense. Avec l’arrivée à sa tête d’Alain Portes en 2013 qui succède à l’emblématique Olivier Krumbholz, les portes de l’équipe de France se sont ouvertes. Le sélectionneur teste beaucoup de joueuses, surprend parfois par ses choix (Dazet, Moretto...) ou ses « oublis » (Gnabouyou). Les lignes bougent, mais les cadres (Leynaud, Lacrabère, Pineau, Dembélé) restent les mêmes. Suffisant pour se sortir sans encombre d’une poule homogène (Allemagne, République démocratique du Congo, Corée du Sud, Brésil, Argentine) (1), mais il ne faudra pas commettrelemoindrefaux pas. Car le groupe de la France croisera avec le D, celui de l’Espagne, la Russie, la Norvège et la Roumanie pour les huitièmes de finale. Outsider première catégorie, la France avance masquée. Attention toutefois à ne pas se prendre les pieds dans le tapis... de l’Afrique du Sud, troisième de la dernière Coupe du monde,a annoncélaFédération sudafricaine (Saru). « Heyneke Meyer a informé la Saru qu’il ne souhaitait plus être considérécomme un candidat au poste des Springboks. Il a décidé de s’effacerentant qu’entraîneur dans l’intérêt du rugby sud-africain, après de récents développements », a indiqué la Fédération. Meyer,âgé de 48 ans,était depuis 2012 à la tête des Springboks, battus à la surprise générale en poules par le Japon (32-34) lors de la dernière Coupe du monde avant d’accrocher la troisième place. Guitoune àToulouse L’arrière-ailier international Sofiane Guitoune,qui évolue à Bordeaux-Bègles, asigné pour les trois prochaines saisons au Stade Toulousain, aannoncéle club hier.Guitoune (26 ans, 5sélections)a participé àla dernière Coupe du Monde et ainscrit un doublé face à la Roumanie,lors du seul match qu’il a disputé.Le natif d’Alger est à l’UBB depuis la saison dernière, après avoir évolué à l’USAP (2012-2014), àAlbi et Agen. Ce recrutement par le Stade Toulousain s’ajoute à celui du deuxième ligne international écossais Richie Gray,qui évolue à Castres. FORMULE1 Toro Rosso auraun moteur Ferrarien2016 L’écurie italienne Toro Rosso de Formule 1seraautorisée à courir l’an prochain avec des moteurs Ferraride 2015, suite à une décision du Conseil mondial du sport automobile. Le Conseil mondial a donc validé la possibilité pour Ferrari de fournir quatre écuries en Les favoris Titré à la surprise générale en 2013, en Serbie (et face àlaSerbie en finale s’il vous plaît !), le Brésil ne semble pas en mesure de conserver son titre. Logiquement, les favoris se nomment Danemark,pays hôte, Norvège, Serbie et Espagne. Derrièrecequatuor,les postulants au dernier carré ne manquent pas. La France en est, tout comme les Pays-Bas de la Toulonnaise Sanne 2016, mais sans les nommer : la Scuderia bien sûr,ainsi que Sauber, équipée depuis 2011, Toro Rosso donc,mais aussi Haas F1 : l’écurie américaine de Gene Haas,leroi de la machine-outil,débuteraen F1 l’an prochain et bénéficiera elle de moteurs 2016 sur ses châssis Dallara. BIATHLON Marie Dorin deuxième à Östersund Dorothea Wierer a remporté son premier succès de sa carrière sur le circuit suédois. A 25 ans, l’Italienne,parfaite sur le pas de tir (20/20), a devancé de 14 secondes Marie Dorin-Habert(2pénalités) au terme des 15km de course. L’Ukrainienne Olga Pidhrushna, également sans fauteautir,aprisla troisième place à 37 secondes. van Olphen, la Pologne de Karolina Kudlacz, l’Allemagne ou l’éternelle Russie. Le Monténégro, la Suède et la Roumanie peuvent prétendre à un carton d’invitation. Mais peuvent aussi se voir refouler à l’entrée des quarts de finale... Les stars àsuivre La Ligue féminine de handball peut se targuer d’être le championnat le plus représenté à ce Mondial (30 joueuses, en incluant celles de l’équipe de France). Mais les championnats du monde sont l’occasion de découvrir des joueuses horsnorme évoluant en dehors de l’Hexagone. Si le public français connaît bien l’arrière espagnole Alexandrina Barbosa (29 ans, 1,75 m) –laFleuryssoise devrait éclabousser de toute sa classe cette compétition –il connaît moins bien la Russe Ekaterina Ilina (24 ans, 1,75 m). La demi-centre de Rostov-Don pourrait être la révélation de ce Mondial. Elle est en tout cas bourrée de talent. Il faudra également garder un œil sur la « serial buteuse » néerlandaise Estavana Polman (24 ans, 1,74 m), sans qui les Oranje n’ont pas le même goût. Ainsi que sur Katarina Bulatovic (Serbie), Cristina Neagu (Roumanie), Isabelle Gulldén (Suède)... Bref, tout ce que le handball féminin fait de mieux. Et que les Femmes de défis s’apprêtent à affronter. VINCENT WATTECAMPS 1. Chaque groupe comprend six équipes.Les quatre premièresàl’issuedelaphasedepoules,sontqualifiées pour les huitièmes de finale. LE GROUPE TRICOLORE Alain Portes aretenu 18 joueuses pour participer à ce Mondial. Gardiennes : Amandine Leynaud (Vardar Skopje, MKD), Laura Glauser (Metz), Julie Foggea (Fleury). Ailières : Marie Prouvensier (Dijon), Manon Houette (Fleury), Siraba Dembélé (Vardar Skopje, MKD), Chloé Bulleux (Nîmes), Coralie Lassource (Issy-Paris). Pivots : Béatrice Edwige (Nice), Laurisa Landre (Craiova, BUL), Nina Kanto (Metz). Arrières : Camille Ayglon (Nîmes), Alexandra Lacrabère (Nice), Gnonsiane Niombla (Fleury),Estelle Nze Minko (Fleury), Grace Zaadi (Metz), Alice Lévêque (Metz), Allison Pineau (Baia Mare,ROU). En zone Cinq matchs pour le premier tour L’équipe de France évolueradans le groupeC, àKolding. Demain : France - Allemagne (18h15). Lundi 7:Corée du Sud - France (18h15). Mardi 8:France- Argentine (18h15). Jeudi 10 : France - RD Congo (18h15). Vendredi 11 : Brésil - France(18h15). Noah veut jouer la Coupe Davis aux Antilles France-Canada en Guadeloupe ou en Martinique ? A la demande du capitaine Yannick Noah, la Fédération française devrait décider aujourd’hui d’organiser le premier tour de la Coupe Davis aux Antilles,une première. Le bureau fédéral de la FFT se réunit dans la matinée pour désigner la ville parmi les quatrecandidates-Baie-Mahault (Guadeloupe), Fort-de-France(Martinique), Rouen (Seine-Maritime) et Albertville (Savoie) -qui accueillera le duel entre la Franceetlabande de Milos Raonic,du4au6mars 2016. A moins d’un improbable revirement de situation, le ‘’sorcier Noah » célèbrera son retour à la tête des Bleus par un voyage outre-mer.Nommé en septembre après l’éviction brutale d’Arnaud Clément, le lauréat de Roland-Garros 1983 a fait le forcing, avec le soutien des joueurs,pour que la rencontre se déroule sur terre battue et en extérieur. Pour Noah, qui aguidé deux fois la Francevers le Saladier d’argent (1991, 1996), le but est de limiter l’impactdugrand serveur Raonic,14 e mondial,etde son acolyteVasek Pospisil (39 e), peu àl’aise sur cette surface. A cette époque de l’année,impossible de trouver pareilles conditions en France métropolitaine. Du coup,tout laisse àpenser que la rencontre se déroulera de l’autre côté de l’Atlantique.
nice-matin Sports Vendredi 4décembre 2015 C’est une victoire qu’ils ont célébrée ensemble. Al’hôtel Fairmont, le Prince Albert, président de la Fédération d’Athlétisme Monégasque a trinqué avec Jean-Pierre Schoebel et ses équipes à l’une des plus belles réussites sportives de la Principauté : le meeting Herculis. Sacré pour la deuxième année d’affilée, meilleur meeting au monde, Jean-Pierre Schoebel, son directeur depuis les débuts de l’épreuve en1987 nous livre les secrets de cette longévité. Jean-Pierre Schoebel Vous conservez le titre de meilleur meeting au monde.Ça doit être une satisfaction énorme ? C’était une surprise. On avait fait quelque chose de très bien en 2014. Pour 2015, on avait une enveloppe budgétaireplus restreintepour fairevenir les plus grands athlètes (1,8 million d’euros). Cerise sur le gâteau, on aeudroit àunrecord du monde,Dibaba sur 1500m. C’était une superbe soirée.Pour moi, ça aété le meilleur meeting au monde de ces 20 dernières années ! Quels sont les critères retenus pour établir ce classement ? Il y a le critère de la performance, mais aussi le prestige du plateau. C’est pour cela que l’enveloppe réservée aux athlètes pour les faire venir et courir est très importante dans notre sport. Nous, le classement qui nous tient à cœur, c’est celui de la performance. Ce qui se passe sur la piste. Pendant le meeting, je m’assois et je regarde. Si je n’ai pas le temps de me lever pour aller boire un verre, c’est que c’est une réussite. Il yades moments où je suis incapable de m’absenter carilsepasse toujours quelque chose dans le stade. De l’extérieur,on a l’impression qu’Herculis est une machine qui ne se grippe jamais. Quelle est la chose la plus compliquée en terme d’organisation ? Sérieusement, avec la Diamond League,tout est devenu plus compliqué. On est entré dans une nouvelle dimension. Mais ça nous apermis de faireunbon en avant énorme en terme de qualité ! Tout est mieux. Il yaune vraie émulation entre les 14 meetings qui composent ce championnat. Et tout le monde se tirevers le haut. La date du meeting, mi-juillet, est pour beaucoup dans cetteréussite ? Oui, on ne va pas se mentir.Lestade Louis-II et sa piste rapide comptent énormément. Le public est proche des athlètes. Il ne faut pas oublier l’auradelaPrincipautédeMonaco qui permet également d’attirer les coureurs. La météo est exceptionnelle. Concernant le demi-fond, le fait d’être au niveau de la mer,çaapporte un vrai plus. On a énormément d’atouts Sur quels points devrez-vous encore progresser ? Sans hésiter,on doit se pencher sur la question des partenaires. On n’est pas bon et on doit progresser. Quand on sait que le budget c’est la clé pour fairevenir les athlètes... C’est paradoxalement sur le plan local que les gens ont du mal àse rendrecomptedelaqualitédu meeting, alors qu’on est félicité à chaque fois à l’étranger. C’est frustrant. On cherche à multiplier les sponsors locaux pour franchir un nouveaucap. Parce que personne court pour la gloire, l’argent est omniprésent... Ça ne me choque pas,c’est leur métier.Quand vous allez au théâtre ou à l’opéra, vous savez que les artistes sont payés. En athlétisme, c’est la même chose.Usain Bolt, peu importe la distance sur laquelle il s’aligne,c’est entre 330 et 360 000 euros. C’est comme ça. Vous fixez-vous des barrières ? Oui, mais elles sont très naturelles. La première, c’est notre budget qui nous pousse àfairedes choix. Nous,ce qu’on ne veut pas,c’est avoir une star dans une course et plus personne derrière. On cherche toujours à avoir un plateau équilibré pour que l’intérêt de la compétition soit préservé.L’athlétisme,ce n’est pas qu’une histoiredesecondes et de centimètres. C’est aussi une question de lutte pour la victoire. On n’est pas dans la surenchère. Ce qu’il faut comprendre, c’est que tout le monde veut venir courir àMonaco. Les athlètes ne comprennent presque pas pourquoi on n’apas l’enveloppe pour les fairetous venir. Un autremeeting pourrait-il venir vous fairedel’ombre ? Oui, si dans la Région un meeting avec beaucoup de moyens voit le jour,ça pourrait arriver.Mais vous savez, l’athlétisme, c’est une question de mode. Àl’époque, aucun athlète s’imaginait ne pas courir à Zurich dans sa saison. Maintenant, personne ne veut faire une croix sur Monaco. Mais tout ça peut changer Quel grand souvenir retenez-vous ? L’interview Princedelapiste ‘‘ Ce n’est pas qu’une question de secondes et centimètres » Je me souviens d’une conférence de presse de présentation où j’avais autour de moi les Pérec, El Guerroujetc. Tout ce dont je rêvais,était là ce jour-là. Je me suis dit dans ma tête « oh pétard ! On a franchi un très grand pas ». L’autrerêve, c’était d’avoir dans un meeting une fille qui pouvait réussir à courir en moins de 4 minutes au 1500m. Le même soir,j’en ai eu 8 en 1998 ! C’était incroyable. Vous parliez dustade Louis-II : l’AS Monaco football pointe régulièrement ses limites, qu’en est-il de votre côté ? En ce qui nous concerne,lestade est parfait... Lestribunes sont très bien et on ne veut pas perdre de places pour les spectateurs (ils étaient 17 987 le 17 juillet dernier,ndlr). Ils font partie de la réussite du meeting. Peut-être que pour le foot il n’y apas assez deloges,alors que de notrecôté, on doit fairedes progrès pour les remplir.Mais le Louis-IIest un très bel outil. L’année 2015 a été marquée par de nombreuses affaires de dopage et corruption... On est blessé et on souffredeça. Nous sommes heureux de l’élection du nouveauprésident Sebastian Coe. Il est soutenu et devra mener un dur combat. C’est l’occasion ou jamais de repartir de zéro. Vous êtes au plus près des athlètes ting Internationalrq d'A thlétisme MONACO (Photo Philippe Fitte) et devez êtreaucourant de ce qu’il se passe.Où positionnezvous le curseur en tant qu’organisateur concernant le dopage ? C’est àlafois très compliqué à évaluer et très simple à juger.C’est l’IAAF (Fédération internationale) qui rend ou non ses décisions. Ils ont le personnel et le matériel pour effectuer les contrôles. Mais tant qu’un athlèten’est pas contrôlé positif,iln’y apas de raison de ne pas l’inviter.Onnepeut qu’être contreledopage,mais nous ne pouvons pas nous baser uniquement sur la rumeur.Notre curseur,c’est celui de l’IAAF.C’est pour cela qu’on espère que les choses vont bouger et que l’Agence mondiale antidopage va aussi faire le ménage dans les pays où ça ne fonctionne pas bien. Des agences indépendantes devront être chargées d’effectuer les contrôles pour plus de transparence. Ces affaires de dopage ne nous aident pas à promouvoir notre sport. Faut-il faire plus de contrôles ? Je ne pense pas que ce soit une question de quantité. Vous savez, un athlète de haut niveau doit être contrôlé une quinzaine de fois dans la saison. Le système Adams vous oblige à signaler tous vos déplacements. On va aller plus loin encore avec une obligation de localisation entre 23h et 6h du matin ! PROPOS RECUEILLIS PARFABIEN PIGALLE Le Prince Albert a célébré la réussite du meeting en compagnie de Bernard Fautrier vice-président de la Fédération et Jean-Pierre Schoebel, directeur du meeting. Photo Gaétan Luci



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 1Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 2-3Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 4-5Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 6-7Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 8-9Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 10-11Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 12-13Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 14-15Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 16-17Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 18-19Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 20-21Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 22-23Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 24-25Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 26-27Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 28-29Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 30-31Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 32-33Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 34-35Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 36-37Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 38-39Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 40-41Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 42-43Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 44-45Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 46-47Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 48-49Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 50-51Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 52-53Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 54-55Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 56-57Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 58-59Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 60-61Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 62-63Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 64-65Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 66-67Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 68-69Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 70-71Nice-Matin numéro 2015-12-04 vendredi Page 72