Nice-Matin n°2015-12-02 mercredi
Nice-Matin n°2015-12-02 mercredi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-12-02 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 74,6 Mo

  • Dans ce numéro : la fontaine du Soleil et son Apollon sont recouverts, pour les fêtes, d’une membrane plastique.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Nice S’il vous plaît… Dessine-moi une phrase ». Et si àlaplace, je t’écrivais un rêve ? Saphir ou améthyste, tracé àlaplume. Plume évoquant la mitre étincelante de l’évêque. Plume velours, qui n’écorche pas, ne gratte pas, n’agresse pas les mots. Plume d’or,élégante, souple, docile, flexible, courant, glissant, s’évadant, volant sur le papier. Dégainée d’un capuchon joliment clippé. Reliée àuncorps svelte ou massif comme un cigare, métallique, laqué, noir, acier, coloré, guilloché… Ces silhouettes allongées, on les trouve chez Creutz. Maison de famille ancestrale. Institution niçoise du stylo. Qui va fêter ses 120 ans en 2016. Bille en tête… Janine Creutz, la patronne est comme ses employées, Noèle (25 ans de boîte), Magali, Martine. Toutes en blouse blanche de coton. Quatre pros àlapointe du savoir stylographié, évoluant dans une boutique qui n’a pas varié d’une ligne, depuis sa création, en 1896, 19, ruedeL’Hôtel-des-Postes. Boiseries lustrées, portes en vitraux cloisonnés par des fils de plombbombé, boutons d’interrupteur en cuivre. Tiroirs et petites cases partout. Remplis de pièces détachées. Flanqués d’étiquettes notées àla main : Pelikan, Cartier,Waterman, Cross, Dupont-Dior… « Jen’ai rien enlevé, car je sais qui aécrit les étiquettes : papa, mon oncle, une ancienne employée »,murmureaffectueusement Janine. Loupe sur le front, doigts bleu outremer, sourire indélébile. Elle ne sèche pas. « Jesuis en train de nettoyer un vieux stylo. J’ai tout démonté… ». Ici, on répareintégralement, « même si ça devient compliqué, car les fabricants préfèrent changer des modules entiers. Cela revient moins cher.Les clients paient la pièce, pas la maind’œuvre ». Unpanneau l’atteste : « Lapose des plumes est gratuite ». Il date des années vingt. On soigne, on nettoie, on purge, on transforme. On vend. « Toutes les bonnes marques de stylos. Une vingtaine ». Des marques françaises comme Parker, Waterman, Dupont, Jean- Pierre Lépine… Allemandes, suisses, italiennes, japonaises… Stylos à cartouches. À pistons écolos. « Mais commercialisés que si on peut changer la plume ou le bloc plume ». Dette bonne mine Allez la plume… Raconte… Charles Creutz. Le grand-père de Cœur àl’ouvrage Janine. Alsaço-allemand. Arrivé à Nice en 1890 avec une famille russe, « car à l’origine, il était cuisinier ».Ildevient philatéliste, s’installe dans un ex-commerce de charbon. Un ami àqui il aprêté de l’argent et qui ne parvient pas àle rembourser, lui donne une plaquette de porte-mines en gage. Charles la vend illico ! Alors il développe un rayon crayon. « En1926, mon père, également prénommé Charles, mécanicien-dentiste, le rejoint. Suivi par son frère, Georges, typographe chez Mathieu à Nice, dans =_Z les années trente. Papa, qui avait multiplié des stages dans des maisons de stylos, lance les stylos à plume qui prennent le dessus sur les timbres ». Précision majeure : « Des stylos àplume. Pas des porteplumes. Mon père disait : nous sommes trop modernes pour les vendre ! ». Les deux frères travaillent jusqu’en 1993. En 1976, Janine apporte la touche féminine. « Çam’a plu immédiatement. J’ai été élevée là-dedans. À l’école, je réparais les stylos. Avec d’autres enfants, je jouais surr..=...-...1.'e-se-e.. la POSE DES RUNES EST GRATUITE La maison familiale, spécialiste des beaux stylos, va fêter ses 120 ans. Plus d’un siècle de passion écrite par une institution qui n’est pas prête de brûler ses dernières cartouches… Janine Creutz est comme l’ami Pierrot : dans son magasin séculaire de la rue de L’Hôtel-des-Postes, elle prêtesaplume ou plutôt ses plumes pour fairecraquer les inconditionnelsdes bons stylos et de la belle écriture. (Photos Jean-Sébastien Gino Antomarchi) nice-matin Mercredi 2décembre2015 Creutz : saplumefacile fait couler beaucoup d’encre la place Wilson, mais le soir, je m’asseyais au magasin et je regardais papa réparer ». Formée sur le tas Janine. Mais pas seulement : « Onne peut pas travailler le stylo sans la passion ». Passion sans tache et multi-tâches : « Lorsque vous vendez un stylo, vous essayez de trouver le meilleur modèle. On commence par la prise en main, le confortdel’écriture, le choix de la plume ou de la bille, car celles-ci ainsi que la forme, le poids du stylo, impactent l’écriture ». Il yales idées reçues. À raturer : « Contrairement à ce qu’on pense, les petits doigts ne se crispent pas sur un gros stylo »,ajoute Magali. Le stylo ? Unaboutissement, comme l’exprime poétiquement Noèle : « La plume doit filer, car elle suit le fil de la pensée. C’est le dernier chaînon entre soi et l’écriture ». Un bijou Qui utilise la plume ? « Beaucoup de monde, intervient Martine. Tous les gens qui aiment écrire, car il n’y arien de plus confortable. C’est un cadeau obéissant à une notion de transmission. Ce qui est important, c’est ce que vous avez écrit ». Alors, un beau stylo, c’est quoi ? « C’est un bon stylo avec lequel on rédige facilement, qui ne vous laisse jamais en panne »,argumente Janine. Fusée fonctionnelle. Sensuelle. Spirituelle : « On reporte dans le stylo certaines croyances, superstitions. Il y a le geste aussi. Dévisser, revisser… On le tient comme un bijou ». Toutes ces vertus viennent de trouver un nouvel écrin : « Pour les 120 ans de la maison, j’ai fait entrer la marque japonaise Namiki. Des stylos qui demandent des semaines de fabrication. Garantis àvie, ils sont en laque nippone incrustée de poussière ou de parcelles d’or,de nacre, d’haliotis… Les plumes sont àsedamner ! ». Et àtremper dans l’extase… CHRISTINE RINAUDO crinaudo@nicematin.fr
Nice L’association créée en 2003 vient d’ouvrir son antenne àNice. Une porte ouverte, un lieu de reconstruction, pour les jeunes victimes de violences homophobes, ou mis àlaporte de chez eux U ne entrée. Banale. Un interphone. Fatigué. Un hall d’immeuble, comme un autre. Et, au rez-de-chaussée, une porte qui s’ouvresur une nouvelle vie. Une vie où êtrehomosexuel n’est plus une honte. N’est plus un crime. Une vie, où l’on peut être homo, debout et fier. Une porte qui s’ouvresur un refuge. Le Refuge. Cet endroit, où l’on pourra souffler,sereconstruirephysiquement, mentalement, socialement. Un cocon sobre etsans fioritures, pour que chacun puisse s’approprier le lieu. Fondée par Nicolas Noguier en 2003 et reconnue d’utilité publique en 2011, l’association Le Refuge aide et accompagne des jeunes majeurs, filles ou garçons, victimes d’homophobie et de transphobie. Victimes de violences. Rejetés par leur famille. Il existe déjà 15 antennes ou délégations en France. L’antenne niçoise vient d’ouvrir ses portes. Bruno Turin en est le responsable. Pourquoi ne pas avoir choisi un lieu avec pignon sur rue ? Il faut que les jeunes puissent entrer au Refuge sans être identifiés comme homosexuels. Nous privilégions les endroits moins identifiables,même si, selon les antennes,ce n’est pas une règle absolue. Qui prenez-vous en charge ? Nous hébergeons les jeunes de 18 à25ans. Très rarement des mineurs. Dans cescas-là, c’est sur décision de justice, sur décision du juge des tutelles. Quel est le rôle du refuge ? Notre objet est de nous occuper des jeunes en rejet familial,ou Bruno Turin, responsable de l’antenne niçoise du Refuge. (Photo Franck Fernandes) victime d’homophobie ou de transphobie.Nous intervenons aussi en milieu scolaire. Comment prenez vous en charge un jeune homosexuel en souffrance ? Nous construisons un projet avec eux. On les aide àconstruireun projet de vie. Pour la plupart d’entre eux, l’adolescence a été une période d’errance, très complexe. S’ils arrivent vers nous,c’est qu’ils ont une gravefêlure, une importantefragilité, une instabilité. Beaucoup n’ont plus de toit, jeté à la rue par les familles,ou poussés dehors. Ils ont aussi besoin d’un accompagnement social et psychologique. Notre but est de les amener vers une sortie positive. Combien de personnes travaillent au Refuge ? Nous sommes trois. Je suis le responsable,ilyaunréférent social,chez nous c’est un éducateur spécialisé, et il y a un psy. Après, ilyal’équipe accompagnante, soit une quinzaine de bénévoles. Avez-vous déjà des jeunes à l’antenne niçoise ? Oui deux victimes d’homophobie. Ils ont 22 ans. Ils ont étéhébergés dans une chambremeublée en attendant que l’on ouvre notre premier appartement, hier. On est en train de finir de l’aménager et il yatrois places. Et nous avons une jeune fille en suivi de jour.Elle a un contrat d’accompagnement simple. Le soir,elle est en centre de jeune travailleur.Elle abesoin d’une écouteetd’unsuivi. Comment vit votreassociation ? Des subventions locales et nationales. Des demandes sont en cours à la mairie et au conseil départemental.Nous visons aussi des dons sur notreplateforme. Il nous faut un budget de 25000 à 30000 euros par an pour fonctionner. Le jeune qui pousse votreporte a besoin de quoi en tout premier ? Nous lui offrons d’abord un espace de parole ouvert. Il va au rythme qu’il souhaite. Les deux jeunes que nous hébergeons sont différents. L’un parle énormément, l’autre est plus dans la retenue. On laisse les jeunes parler selon leur besoin. On leur laisse toujours un sas d’une semaine pour se poser,manger, dormir… Beaucoup sont passés par la rue. Une fois le sas fini, on commence la construction du projet. Il y a un bilan psychologique obligatoire. Avez-vous de plus en plus de AIRFRANCE1 FRANCE IS IN THE AIR JUSQU'AU 3 DÉCEMBRE 2015 nice-matin Mercredi 2décembre 2015 Le Refuge panse les plaies des victimesd’homophobie NEW YORK 508CucR jeunes qui se tournent vers vous ? Il y a eu une explosion, après les manifestations contre le mariage pour tous. La parole homophobe s’est libérée à ce moment-là… Nous avons eu une recrudescence très nette d’appels à notre numéro d’urgence. Certains homosexuels avaient même dû manifester contrelemariage pour tous avec leurs parents… En contrepartie,ily a eu aussi une nette empathie vers des structures comme le Refuge. Au Sénat, comme à l’Assemblée, des élus nous ont donné une partie de leur réserve parlementaire. Les portes s’ouvrent plus facilement pour nous lorsque l’on évoque notrecause ? Y a-t-il un schéma homophobe ? Non, ça transcende les milieux sociaux, les religions,les cultures… Se découvrir homosexuel aujourd’hui, est-ce toujours compliqué malgré l’évolution de la société ? Oui. Dans sa construction, un homo est toujours seul,car la sociétéest hétéronormée. Et ce, même si les parents sont ouverts. C’est toujours difficile. Un ado hétéro n’a rien àdireàses parents. Un ado qui découvreson homosexualitéauntruc àleur dire. Et il sait que cela va entraîner une situation qui devraêtregérée. Elle seraplus ou moins facile àgérer, mais ce sera toujours complexe. Même si pas forcément difficile. STÉPHANIE GASIGLIA Savoir + Le Refuge,antenne de Nice,5 rueTrachel. Tel:09.86.16.22.48 www.le-refuge.org AIRFRANCE KLM AI RFRANCE.FR France is in the air : La France est dans Vair. Partez du 11/01/2016 au 31/03/2016. Tarif à partir de, hors frais de service, soumis à conditions et à disponibilité, au départ de Nice sur vol direct. Renseignez-vous sur airfrance.fr, au 36 54 [0,35 € TTC/min d'un poste fixe) ou dans votre agence de voyages.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 1Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 2-3Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 4-5Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 6-7Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 8-9Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 10-11Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 12-13Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 14-15Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 16-17Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 18-19Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 20-21Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 22-23Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 24-25Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 26-27Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 28-29Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 30-31Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 32-33Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 34-35Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 36-37Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 38-39Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 40-41Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 42-43Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 44-45Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 46-47Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 48-49Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 50-51Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 52-53Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 54-55Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 56-57Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 58-59Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 60-61Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 62-63Nice-Matin numéro 2015-12-02 mercredi Page 64