Nice-Matin n°2015-12-01 mardi
Nice-Matin n°2015-12-01 mardi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-12-01 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 74,2 Mo

  • Dans ce numéro : manger local.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Côted’Azur Yvon Grosso : « Ilfaut gérerla région comme une entreprise » Y von Grosso, levice-président du Medef, appelle les candidats aux régionales àfairedavantage confiance aux entrepreneurs. Pourquoi le devraient-ils ? « Parceque notre cote depopularité parle d’ellemême : 85%des Français ont confianceenleur entreprise. Pourquoi les politiques seraient les seuls à ne pas croire en nous ? » Le chef de file des patrons azuréens invite aussi ses pairs à aller voter massivement. Qu’ils soient à la tête de start-up,d’entreprises artisanales,de PME, ETI ou grands groupes. Voter sans émotion avec le pragmatisme qui les caractérise au quotidien. Voter sans faire d’amalgame avec le national, en se concentrant uniquement sur le régional. À ses yeux, un seul candidatmérited’êtreélu : Christian Estrosi. Parce qu’il a le discours et les actes passés pour preuve de son engagement auprès des entreprises. DÉBAT ANIMÉ PARDENIS CARREAUX, CHRISTELLE LEFEBVRE « On se laisse dépasser par d’autres » Quel est votre diagnostic ? Il est celui de Cartes sur table pour une Région compétitive, ledocument travaillé au Medef Paca et àl’UPR pendant huit mois pour envoyer des propositions concrètes aux candidats. Notre photographie fait ressortir un nombre d’ETI insuffisant. Nous sommes à1,2 ETI pour mille entreprises en PACA alors que le national est à2,8. Les PME y innovent également moins qu’ailleurs. Leur taux d’innovation est à45,8% contre 51,2% aunational. Un comble pour qui compte des technopoles comme Sophia… Les Alpes-Maritimes sont motrices en matière d’innovation, mais toutes les régions sont en compétition. Marne-La Vallée s’est emparée de la Silver économie, l’Anjou des objets connectés. Rhône-Alpes, Lille, Bordeaux sont très bien placées aussi. On se laisse dépasser. L’élan qui avait été donné avec Sophia n’a pas été assez soutenu par la Région. Quelles sont les autres faiblesses àenrayer ? Nous sommes insuffisants sur l’export, nous sommes la septième région française exportatrice etdans des volumes inférieurs àlamoyenne nationale. Il faut impérativement rattraper la moyenne nationale et même la dépasser. C’est un enjeu majeur. Tout comme faire face àlaconcurrence internationale en matière detourisme. Il faut que nos visiteurs trouvent une offre àlahauteur en PACA. Nous avons des besoins de mise àniveau des équipements, deformation des personnels. Là-aussi, il ne faut pas s’endormir sur nos lauriers. Il faut faire évoluer les structures. Le transport reste un cheval de bataille ? Ça reste une difficulté majeure. Avec plus de sept jours passés dans les bouchons par an àNice, dix àMarseille. Un réseau ferroviaire inadapté. « LeFront n’apas un programme adaptéauXXI e siècle » Que craindre d’une Région Front national ? Une économie propulsée vers l’arrière. Leur programme n’est pas adaptéauXXI e siècle. Prenez l’âge de la retraite. Le Front veut le repasser à 60 ans. C’est accélérer la faillite du système par répartition. On sait très bien que les caisses seront vides àpartir de 2020 et qu’avec l’allongement de la durée de vie, l’âge de la retraite doit remonter.Ou il faut un autresystème. Que pensez-vous de leurs propositions pour les TPE ? C’est du discours cosmétique. Et l’augmentation du smic ? On adéjà le smic le plus élevéd’Europe. Une augmentation de 200 € a un coût de 20 Mds €. Insupportable par notre économie. C’est contreproductif.C’est accélérer notredéclin économique. La sortie de l’euro ? C’est vouloir l’isolement de la France. C’est revenir à une monnaie de singe. Peut-on se passer des crédits européens ou des appels d’offres européens. Nombre d’entreprises de PACA prospèrent grâceaux marchés européens. Comment continuer à y prétendre avec une telle politique de repli sur soi. Que les électeurs aient de la mémoire. Qu’ils se souviennent de l’état dans lequel le Front aplongé Toulon quand il en apris les manettes. Les investissements ont cessé. « Parvenir à co-construire » Quel contrat régional proposez-vous ? On demande d’abord aux candidats de fairedela politique autrement. De la faire avec nous. De nous faireconfianceetdemieux nous concerterpour prendredes décisions sur les investissements àfaire pour le développement économique. Quelle est l’ambition ? Obtenir un guichet unique du financement regroupant public et privé. Ça rationalise les dépenses publiques. Fin du millefeuille qui égare le demandeur.Ça donne une vraie visibilité des compétences de la Région. Il faut aussi créer un pôle d’experts territoriaux qui metteles problématiques sur la table et amène des solutions. L’avenir est àlacoconstruction. Il faut faire de l’intelligenceajoutée. Quelle est l’urgence ? Repenser la fiscalité et la répartition des investissements. Paca est la 18 e région sur 22 en matière de dépenses économiques. La ligne pour l’aménagement du territoire et pour l’économie vient après tout le reste. C’est insensé. Il faut adopter une culturedurésultat. Mesurer ce que l’ont fait. En d’autres mots,gérer la région comme une entreprise. (Photo Frantz Bouton) « Unseul programme, celui d’Estrosi » Quel candidat a votre soutien ? Nous avons regardé l’ensemble des professions de foietelles parlent toutede l’entreprise. C’est déjà une bonne chose.Après,ilya en parler et transformer en action. Et là, un seul programme économique fait la différence. C’est celui de Christian Estrosi. Parce qu’il a les arguments pour demain et les preuves de ce qu’il a déjà engagé. Sur quel critère jugezvous les programmes ? Sur les preuves et sur leurs propositions en terme de fiscalité, d’apprentissage, d’aménagement de territoire, de transport et d’emploi. On aencore beaucoup de progrès à faire. Les chiffres de Paca sur l’emploi sont durablement mauvais. Le chômage (11,6% au troisième trimestre 2014) reste supérieur à la moyenne nationale. Vous estimez que la politique menée par la majoritésortanten’est pas satisfaisante ? Elle ne l’est pas pour l’emploi mais elle ne l’est pas davantage en matière nice-matin Mardi 1er décembre 2015 C’est dit Comment passer des propositions aux actes ? En dialoguant réellement. L’entreprenariatetle politique sont deux mondes qui vivent en parallèle. L’amateurisme dont ont fait preuveles élus ces dernières années adécrédibilisé toutela classe politique. Là où nous,entrepreneurs, bénéficions d’un capital confiance. Cesélections sont une opportunitéà ne pas laisser passer. Il faut que la région soit présidée par un homme qui parle le même langage que le nôtre. Parce que nous ne pouvons continuer dans une région qui ades problèmes d’endettement et de gestion. d’investissement. Avec les pouvoirs élargis qui seront les siens,laRégion doit pouvoir contrebalancer la politique qui va perdurer au national au moins jusqu’à la Présidentielle. Tous les candidats font des propositions pour l’entreprise… Oui, mais un seul en a l’expérience. L’électeur peut juger sur des éléments factuels. Un exemple ? Christian Estrosi aété ministre de l’Industrie. Il a multiplié par trois le crédit impôt recherche,ce qui est important dans une région comme la nôtre où la R&D est très présente. Ces crédits attirent aussi les entreprises étrangères créatrices d’emplois : elles sont 1775 sur le 06 et emploient 30000 personnes. Cescinq dernières années,nous avons eu 120 nouvelles implantations,qui ont apporté 30% d’emplois supplémentaires. Christian Estrosi a aussi impulsé le livre blanc de l’Industrie et l’éco-vallée, qui est la premièreOIN en matièred’environnement durable. Il alesens de l’entreprise.
Grand Sud Ramatuelle : leKon Tiki ravagé par un incendie Situé sur la plage de Pampelonne, le plus exotique et luxueux établissement de plein air de la Côte d’Azur en grande partie détruit par les flammes. La piste accidentelle est privilégiée P ampelonne sur la commune de Ramatuelle (Var). 6 heures du matin hier.Unspectaculaire et épais panache de fumée noire sur fond rouge s’élève du complexe Kon Tiki où des dizaines de luxueux bungalows, résidences de vacances, sont en flammes. La scène est visible àdes kilomètres àlaronde. Le soleil n’est pas encore levé et donne àl’incendie une dimension encore plus stupéfiante. Le très huppé village de vacances se consume violemment au gré du mistral qui souffle en rafales. Tout autour l’air est irrespirable. Sur le sable, les pompiers luttent par dizaines depuis la fin de la nuit, s’attaquant avec ardeur àchaque mur de flammes. Au fil de leur reconquête, ils avancent sur les restes incandescents des bungalows, les troncs d’arbres calcinés, et scrutent la moindrereprise de foyer. Une soixantaine de soldats du feu, venus des casernes du Golfe et de tout l’Est-Var, sont mobilisés. Ils répondent aux ordres du lieutenant-colonel Pasquini, avec en appui une trentaine d’engins-incendies. Aucune victime Il faudra plusieurs heures d’efforts aux sapeurs-pompiers pour venir àbout de ce gigantesque incendie, sans précédent de ce type dans la presqu’île depuis très longtemps. Une intervention d’autant plus difficile que menée avec la crainte omniprésente de voir exploser l’une des très nombreuses bouteilles de gaz présentes sur le site. Au final, l’incendie a été maîtrisé vers 10 heures du URGENCE FNAIM 06 PUBLICITÉ Le service de dépannage et d’intervention d’urgence des copropriétés en dehors des heures ouvrables : La Fnaim Côte d’Azur lance une plateforme téléphonique avec un numéro d’appel non surtaxé pour gérer des interventions d’urgence en cas de sinistres, d’incidents ou de pannes survenant dans les parties communes des copropriétés en dehors des heures ouvrables : UNE PLATEFORME D’APPEL GRATUITE Joignablede18h00 à22h00 du lundiauvendredi.Etde8h00 à22h00 le samedi. DES RÉSIDENTS SÉCURISÉS Sur simple appel de copropriétaires désignés oudugardien d’immeuble, interventions en électricité, plomberie et curage de canalisations des parties communes. DES ENTREPRISES RÉACTIVES Intervention dans les 2 heures* pour les communes de Cannes, Grasse, Menton, Nice et leurs communes limitrophesdu06. Intervention dans les 4heures* pour les autres communes du département des Alpes-Maritimes. *Saufcas de force majeure. Des tarifs d’interventionsforfaitairesetadaptés. Ce service s’adresse aux syndics de copropriété adhérents de la FNAIM Côte d‘Azur, qui désigneront un référentparmi le conseil syndical pour accéder àcenuméro d’appeld’urgencegratuit. Ce service innovant, qui s’inscrit dans le cadre d’une démarche citoyenne, a été lancé le 13 novembre dernier au Salon Solutions Copropriétés en présence de Madame Dominique Estrosi-Sassone, Sénateur des Alpes-Maritimes,deJean FrançoisBuet,Président delaFNAIM,etFrédéric Pelou Président de la FNAIM Côte d’Azurainsi que des partenaires et membres du conseil d’administration. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.fnaim06.fr Paysage d’immense désolation hier matin. 80 huttes ont été détruites sous l’assaut des flammes. (Photo Philippe Arnassan) matin, laissant apparaître un paysage de désolation. Heureusement aucune victime n’est àdéplorer, le complexe étant fermé depuis la fin de la saison estivale. En revanche, le bilan matériel est sans doute colossal. Environ, 80 huttes, sur les 350 que compte l’établissement, ont été totalement détruites. Le resto de plage, Tiki Beach, et le spa voisin, sont également réduitsen cendres. On se souvient que l’an dernier, àlami-octobre, ce Restos du cœur : c’est hélas reparti La 31 e campagne d’hiver des Restos du cœur aété ouverte hier. Dans les Alpes- Maritimes, crise économique aidant, la présence des Restos du cœur n’a jamais, hélas, été aussi importante. 550 bénévoles se dévouent cette année, sous l’égide de la présidente départementale, Anne Froment. Eric Ciotti, président du Conseil départemental a redit hier tout son soutien aux Restos, lors d’une visite effectuée rueDabray àNice. L’an dernier, 655000 repas ont été distribués au cours la campagne hivernale qui s’est tenue de décembre 2014 àfin mars 2015. 6500 personnes en ont bénéficié dans les seize centres des A travers la région Régionales : Michèle Mercier soutien Christian Estrosi Nouveau soutien « people » pour Christian Estrosi aux élections régionales : l’actriceMichèle Mercier, inoubliable Angélique, marquise des Anges au cinéma. « Même si je réside désormais àCannes,jesuis niçoise, j’aime Nice, et Christian Estrosi a fait de cette ville une merveille. Il faut qu’il poursuive ce travail Hier au centre Restos du Cœur de Nice, rue Dabray, l’ouverture dela31 e campagne. (Photo François Vignola) au niveau de la Région qui ne doit surtout pas tomber aux mains du Front national »,justifie la comédienne. Un loup abattu à St-Etienne-de-Tinée Un loup mâle adulteaété abattu dimanche,dans le vallon de Demandols, sur le territoire de la commune de Saint-Etiennede-Tinée.C’est le onzième loup tué dans les Alpes- Maritimes. même restaurant du complexe de plein air,avait déjà été la proie dévastatrice des flammes. Il avait, depuis, été entièrement reconstruit à neuf. Concernant les circonstances du départ defeu, on était encoresûr de rien hier soir. Ce serait le gardien qui aurait donné l’alerte dans la nuit. Les premiers éléments de l’enquête conduisent vers la piste accidentelle mais aucune thèse n’est officiellement écartée. Dépêchés sur place, les techniciens en identification criminelle (TIC), ont effectué de nombreux prélèvements. Leurs conclusions permettront sans doute de nourrir l’enquête confiée à la brigade de la gendarmerie de Saint-Tropez. S. CHAUDHARI Alpes-Maritimes. Dans le département, près de 1000 tonnes de denrées sont récupérées chaque année, données par des enseignes de distribution et collectées notamment par la Banque alimentaire, avant d’êtreredistribuées. G.L. Roquestéron-Grasse va s’appeler La Roqueen-Provence Roquestéron-Grasse,dans la vallée de l’Estéron, qui compte81habitants,vient de changer de nom. Depuis la publication au journal officiel du 18 novembre, le village se nomme La Roqueen-Provence. Une initiative du maire, Joseph Valette qui s’est agacé des confusions dans les courriers avec Grasse et la commune voisine de Roquestéron.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 1Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 2-3Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 4-5Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 6-7Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 8-9Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 10-11Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 12-13Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 14-15Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 16-17Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 18-19Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 20-21Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 22-23Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 24-25Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 26-27Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 28-29Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 30-31Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 32-33Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 34-35Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 36-37Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 38-39Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 40-41Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 42-43Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 44-45Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 46-47Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 48-49Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 50-51Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 52-53Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 54-55Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 56-57Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 58-59Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 60-61Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 62-63Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 64-65Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 66-67Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 68-69Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 70-71Nice-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 72