Nice-Matin n°2015-11-26 jeudi
Nice-Matin n°2015-11-26 jeudi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-11-26 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 59,5 Mo

  • Dans ce numéro : les Alpes-Maritimes vont manquer d’eau avant la fin du XXIe siècle

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
COP21 L es précipitations seront-elles plus importantes ou moins importantes dans le futur ? Deux modèles s’affrontent dans les scénarios duchangement climatique. Peu importe en réalité, car la seule hausse des températures va impacter cette ressource. La canicule de 2003 l’a prouvé. Dans le Var, il afallu en urgence partager cette eau devenue rare. Interdiction d’arroser les jardins pendant les heures chaudes, L’eaudoit être protégée, Le manqued’eau risque de toucher plus fortement la Méditerranée que d’autres régions du globe. Le barrage de Sainte-Croix met –pour l’instant –àl’abri le Var... et, demain, les Alpes-Maritimes ? de remplir la piscine et de laver la voiture. Georges Olivari est directeur de Àpartir de 2050, il fera à NiceetToulon, les températures d’Alger,annonçait il yaquelques mois Yves Bidet, responsable de la division Études/climatologie au Centreinter-régional Météo-France àAix-en-Provence. « Enmoyenne annuelle, l’écartdetempérature pourrait êtredel’ordre de +1,9 °C à+4,6 °C par rapportàlapériode de référence1976-2005 »,indique Yves Bidet. Ce scénario de Météo-France, baptisé Aladin aété repris par le GIEC.Les hivers seront aussi plus chauds. Quant aux étés,ils seront torrides : +1,2 à+5,7 °C par rapportàlaréférence. Le modèle Météo Franceprévoit une diminution de la quantitéannuelle de pluie,moins de jours de fortes pluies et moins de précipitations estivales,contrairement au modèle de l’Institut Pierre-Simon Laplace, qui en prévoit plus. la Maison régionale de l’eau, installée àBarjols. « Dans les Alpes- Maritimes, la hausse des températures entraîne une réduction du manteau neigeux et une fonte plus précoce. Ce département n’a déjà plus de glacier depuis les années 1960 »,constatet-il. Conséquence : laneige qui autrefois constituait une réserve d’eau pour l’été, fond avant le printemps et finit sa course dans la mer sans avoir été utilisée ou stockée. Quelques degrés de plus dans l’air entraînent une réaction en chaîne. À l’image des humains, les arbres vont boireplus mais aussi transpirer plus. Cette évapotranspiration est aussi de l’eau perdue, qui entraînera un dessèchement des forêts. Et l’agriculture devra irriguer plus. L’exploitation des gaz de schiste : une menace « L’important n’est pas de savoir la quantité d’eau qui tombera mais comment elle tombera », poursuit George Olivari. D’autant que deux éléments sont certains : il y aura des périodes de sécheresse plus longues et plus sévères et des fortes pluies plus fréquentes. » Impossible d’espérer dans ces cas-là que l’eau s’infiltre lentement sous terre pour constituer des réserves, que l’on appelle les karstes. Elles sont possibles partout où il yadelaroche calcaire, quasiment dans tout le Varsauf dans les Maures et le secteur de Tanneron. Toulon : les collégiens font leur COP21 Les élèves de 5 e de la classe Rousseau donnent aujourd’hui une conférence théâtralisée sur le thème de la COP21. (Photo Patrick Blanchard) « Vous avez la main verte, est-ce que vous avez la main bleue ? » Les élèves de 6 e, 5 e et 4 e du collège Django Reinhardt vont interpeller le monde entier avec cette question. Leurs propositions pour lutter contre le changement climatique ont été ajoutées au livre blanc qui sera remis àFrançois Hollande à l’ouverture delaCOP21 : « Utiliser l’eau non potable des puits pour les toilettes, la lessive, le jardinage. Réserver l’eau potable àlaconsommation alimentaire, etc. » Et ils ne rigolent pas. Ils suggèrent de mettredes compteurs qui couperont l’eau en cas d’abus. Les tricheurs seront passibles d’une amende de 90 €.Ça, c’était dans le cadre du projet « Maplanète 2050 » qui leur apermis d’échanger sur ce thème avec d’autres élèves lors d’un voyage àParis et de rencontrer YannArthus-Bertrand. Les 5 e de la classe Rousseau ne se sont pas arrêtés là. Cet après-midi, ils donnent « une mini-conférence théâtralisée sur le thème de la COP21 » aux 6 e Villon. Comment la France peut consommer moins d’énergie, comment aider les pays en voie de développement àstopper la déforestation, etc. La génération COP21 est en marche ! Tout le fronton des Alpes- Maritimes et le plateau de Gréolières bénéficient de cette géologie qui ouvreles entrailles de la terre, àdes sources, des ruisseaux qui ne voient jamais la lumière. En revanche, le Mercantour reste imperméable. « Ces réserves souterraines nécessitent une protection contre toute forme de pollution, même issue de l’urbanisation et surtout contre l’extraction de gaz de schiste, en raison des risques qu’elle leur fait encourir. Car l’idée n’a pas été abandonnée », s’inquiète Georges Olivari. Il existe un autre facteur dont il faut tenir compte : la démographie. La population du Varetdes Alpes- Maritimes va continuer à augmenter et le nombrede touristes aussi, qui arriveront en masse au moment où la ressource en eau sera la plus fragile. Faudra-t-il construire des retenues collinaires pour stocker l’eau en hiver et la restituer en été avec les risques écologiques que cela peut entraîner ? Une chose est sûre : il faut anticiper, tout en ayant conscience qu’aucun aménagement par l’homme n’est innocent pour la nature. fiti£ Quoi te) Jos% Le dico de Pt’it Louis Cop21 ça veut dire quoi ? Le vrai nom de ce sommet c’est 21 e Conférencedes parties de la Convention-cadredes Nations Unies sur les changements climatiques. La COP21 se tient du lundi 30 novembrejusqu’au vendredi 11 décembre. Elle doit aboutir àunaccord universel –donc entretous les pays –etjuridiquement contraignant pour obliger tous les Étatsà réduireleurs émissions de gaz à effetdeserre. Lesémissions mondiales ont augmentéde+2,2%/an entre 2000-2010. Àcerythme,lahausse des températures moyennes mondiales devrait atteindre+3,7 à +4,8 °C d’icià2100. Pour la limiter à+2°C, il faut réduireles émissions mondiales de gaz àeffet de serrede40à70%d’ici2050 par rapportaux niveaux de 2010. La premièreconférencemondiale sur le climats’est tenue en 1979 àGenèveenSuisse. Il yaen eu plusieurs autres depuis,enparticulier le sommet de la TerreàRio de JaneiroauBrésil en 1992, qui a reconnu officiellement l’existence du dérèglement climatique et la responsabilitédel’homme dans ce phénomène. En 1997, l’adoption du protocole de Kyotoafixépour la premièrefois aux pays développés des engagements chiffrés de réduction des émissions de gaz àeffetdeserre. Entré en vigueur en 2005, le protocole devait couvrir la période 2008-2012. Tout le monde peut aller sur le siteduministèredel’Écologie et participer àlaGrande conversation.Onypeut pose des questions par mail,SMS,twitter ou Facebook. http://www.grandeconversation.com/. Il yauraune COP22. Elle aura lieu au Maroc en 2016. II
économisée, partagée Medo rempote cuterticee Ri COUS.,\femme ue &eue agmr eett Le Canal de Provence prêt àalimenter les Alpes-Maritimes « Laliaison Verdon-Saint-Cassien du Canal de Provence, prolongée jusqu’à Sainte-Maxime, va s’arrêter à la frontière des Alpes-Maritimes. Demain, elle pourrait être raccordée àuncertain nombre deréseaux de ce département, en cas debesoin. » Bruno Vergobbi, directeur de la SCP n’exclut pas cette hypothèse. Il yadelaressource. « Malgré les contraintes duchangement climatique, l’eau des Alpes qui alimente le barrage de Sainte-Croix, ne va pas manquer, estime-t-il. Il yaura peut-être discussion sur la répartition des différents usages, mais la SCP est prioritaire par rapport àlaproduction hydroélectrique. De La canicule de 2003 et les sécheresses qui ont suivi sont des épisodes qui vont se multiplier. Autant dire qu’il faut préserver toutes les ressources en eau qui peuvent l’être. D’autant qu’un autre phénomène lié au changement climatique vient compliquer les choses. Le niveau de la mer monte. Il a gagné 20 centimètres au XX e siècle et ne va pas s’arrêter là. Trois nappes phréatiques pourraient en être victimes : celle qui accompagne l’Argens qui se jette àFréjus et draine plus de la moitié du département du Var ; celle du Gapeau qui finit sa course àHyères et celle accompagnant la Giscle et son affluent la Mole qui plongent dans le golfe de Saint-Tropez. La mer s’infiltre d’autant plus facilement dans les nappes d’eau souterraines que les prélèvements des forages ysont importants. L’eau salée, plus dense, se positionne sous l’eau plus, elle est autorisée àmobiliser 600 millions de mètres cubes, elle n’en prend que 200 millions qui vont essentiellement aux communes et àl’industrie. » Le principal client n’est pas l’agriculture, contrairement àceque l’on peut imaginer, même si celle-ci avec des températures plus chaudes, devra arroser plus. Elle représente 20% denos prélèvements, lemême volume que les jardins. C’est là-dessus qu’il faudra seposer des questions », insiste Bruno Vergobbi, les consommateurs doivent être plus vertueux que par le passé et il faut impérativement avoir des réseaux sans fuite. douce : c’est le biseau salé. La dépression créée par les prélèvements entraîne une remontée de l’eau de mer,qui prend la place de l’eau douce, entraînant une avancée du biseau salé dans les terres. Limiter les prélèvements Cette intrusion saline naturelle, combinée àl’exploitation voire la surexploitation par pompage et d’autre part par la modification du niveau marin, lié au Lesressources souterraines : une précieuse réserve ÀSainte-Maxime, leforage du Préconil aété abandonné en raison d’un risque de pollution. En 2017, l’eauqui desservira le golfedeSaint-Tropezproviendra dubarrage de Sainte-Croix. (Photo Roland Gal) changement climatique, menace la quantité d’eau douce disponible dans ces réservoirs souterrains. À Hyères, le pompage dans les nappes aété limité. Sur la Giscle-Mole, la situation s’est améliorée avec l’arrivée du canal de Provence dans les années 2000, qui apermis de réduire ces prélèvements. Ce petit fleuve côtier prend sa source sur la commune de Collobrières, dans le massif des Le service Eau et Assainissement du département du Var s’efforce de préserver les ressources souterraines, dites stratégiques. Elles ont plusieurs avantages. D’une partelles sont situées près des communes qu’elles desservent. Cela limite le transport qui est le plus coûteux dans le prix de l’eau. 215 captages alimentent diverses communes varoises. Un tiers de l’alimentation des collectivités provient de forages communaux. L’autre avantage c’est la qualité de l’eau. Elle est simplement chlorée le temps du transport jusqu’au robinet. C’est un traitement faible en comparaison avec les eaux issues de retenues comme celles du canal de Provence qui cheminent plus longuement, doivent être filtrées et reçoivent une quantité de produits plus importante. Dans les Alpes-Maritimes, 95 sources recensées doivent faire l’objet d’un périmètre deprotection. Cela représente 1,5 millions d’euros de travaux. Dans le Var 150 sources sont protégées et 65 doivent l’être. Le Beausset : des réserves à 4600 m de profondeur ÀSainte-Maxime, par exemple le forage du Préconil a été abandonné parce que situé en zone urbaine, source de pollution. La liaison Verdon/Saint-Cassien du canal de Provence doit être prolongée jusqu’à Sainte-Maxime. Cela permettra entreautres, de compenser cette perte. Sa mise en eau est prévue pour 2017. Le Var dispose de plusieurs ressources dites stratégiques. Cependant, toutes ne sont pas facilement exploitables c’est le cas de celles du bassin du Beausset, à4600 mètres de profondeur. Le coût serait trop élevé mais elles sont là au cas où. La mer met son grain de sel dans l’Argens,laGiscle-Mole et le Gapeau III Maures, particulièrement pauvre eneau, du fait de la nature de ses roches trop imperméables. C’est un secteur naturellement déficitaire en eau souterraine. Le changement climatique sera un sur-problème àpartir des années 2050. Mais les conflits d’usage apparaîtront avant, lors d’épisodes caniculaires, comme en 2003. Il yaura des usagers prioritaires et des restrictions pour les autres



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 1Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 2-3Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 4-5Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 6-7Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 8-9Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 10-11Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 12-13Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 14-15Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 16-17Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 18-19Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 20-21Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 22-23Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 24-25Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 26-27Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 28-29Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 30-31Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 32-33Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 34-35Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 36-37Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 38-39Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 40-41Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 42-43Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 44-45Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 46-47Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 48-49Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 50-51Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 52-53Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 54-55Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 56-57Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 58-59Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 60-61Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 62-63Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 64