Nice-Matin n°2015-11-26 jeudi
Nice-Matin n°2015-11-26 jeudi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-11-26 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 59,5 Mo

  • Dans ce numéro : les Alpes-Maritimes vont manquer d’eau avant la fin du XXIe siècle

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
nice-matin Sports Jeudi 26 novembre2015 FOOTBALL LIGUE EUROPA/GROUPE J(5 e JOURNÉE) S’offrir un printemps doré Avant de se déplacer àTottenham dans quinze jours, Monaco peut déjà valider son billet pour les seizièmes de finale en s’imposant àdomicile contre Anderlecht ce soir au Louis-II (19 h) À force de s’ennuyer en regardant l’AS Monaco, on en oublierait l’essentiel : leclub de la Principauté peut se qualifier pour le prochain tour de Ligue Europa et s’offrir un nouveau printemps européen. Quand on se remémoreles sensations des quatrematches contreArsenal et la Juventus, on salive d’avance. Certes, le plateau de la Ligue Europa est àla fois moins relevé et moins médiatique que celui de la Ligue des Champions mais il adequoi mettreenappétit. Surtout que l’adversairedu soir, Anderlecht, n’est pas un bizut européen : 50participations, 3titres et 3fina- les dans les années 70 et 80. De la folie, vite On parle d’une équipe dont le musée contient des CV qui feraient sauter une braguette : Robbie Rensenbrink, Paul Van Himst, Marc Degryse, Pär Ztterberg, Jan Koller, Vincent Kompany, Francky Vercauteren ou encoreplus récemment Lucas Biglia, capitaine de la Lazio et récent finaliste de la Coupe du monde. Certes, Anderlecht a perdu de sa superbe mais reste un nom et une référence du football européen. Chose qui ne doit pas effrayer l’AS Monaco, capable de renverser des Lacina Traoré, buteur àl’aller. (Photo AFP) noms quand elle en aenvie. Mais c’est justement là le souci. Monaco en a-t-il envie ? Dans les paroles, oui, c’est une évidence. Mais comme Saint-Thomas, nous jugeons ce que nous voyons. Et depuis le début de saison on n’a pas vu grand-chose de follement excitant. Il y a bien eu cette double confrontation contre Berne, à relativiser tant les Suisses n’étaient pas au niveau. Il y a eu cette réaction d’orgueil face à Valence au match retour au Louis-II. Mais c’est peu. Alors que l’ASM surfait sur une vague de folie entre février et mai, le bateau est à quai depuis cet été. Tout est plus lent. Moins sexy. Plus ennuyeux. L’ensemble est poussif. Oui, on s’ennuie en regardant cette équipe même quand elle gagne par le plus petit des scores comme ce fut le cas contre Angers et Nantes (1-0 à chaque fois). Bien entendu, le poids des absents joue dans tout ça, contre Anderlecht, Leonardo Jardim sera encore privé de Thomas Lemar,Ivan Cavaleiro, Nabil Dirar et Adama Traoré. Aces blessés de longues dates, il faut également ajouter Gabriel Boschilia et Rony Tielemans, l’avenir d’Anderlecht Au cœur de Bruxelles,on comparelaprécocitédeYouri Tielemans,18ans,àcelle de Vincent Kompany, autre produit de la formation d’Anderlecht. Présent dans les rangs du RSCdepuis l’âge de 5ans,Tielemans asigné son premier contrat professionnel à16ans avant de débuter avec l’équipe première unmois plus tard. Au sein du club,onvoit en lui le « futur Witsel ». Capable de jouer àtous les Moutinho àlapeine face àTielemans. (Photo AFP) postes du milieu de terrain, le jeune Belge apris lasuccession de l’Argentin Lucas Biglia dans l’entrejeu. Fin, àl’aise techniquement et doté d’une grosse frappe de balle,Tielemans affiche déjà plus de 100 matches professionnels àseulement 18 ans. Véritable talent précoce, il ne devrait pas tarder às’inviter en équipe de Belgique, lui qui fréquente toutes les équipes de jeunes depuis son enfance. L’été dernier,tous les grands clubs lui ont fait les yeux doux, àcommencer par l’Atlético Madrid qui souhaitait le ramener dans la capitale espagnole. Dans une équipe d’Anderlecht enmanque de stars,Tielemans fait office de jeune crack,aumême niveau que ses collègues Praet et Dendoncker. Bien connu des amateurs de Football Manager -célèbre jeux vidéo de management footballistique -Youri Tielemans est sans doute dans les petits papiers monégasques. Après tout, connaissant l’amour des recruteurs monégasques pour les jeunes joueurs àgros potentiels,Tielemans est la recrue idéale. M.F. Lopes, pas qualifiés en Ligue Europa, et cela donne, encore une fois, un groupe restreint pour espérer aller chercher une qualification pour le prochain tour. Ce soir, on pardonnera à Monaco un match terne si la victoire est au bout. Dans une poule, l’important est de se qualifier. Toujours invaincu en Ligue Europa, Monaco peut valider son billet dès ce soir et s’offrir une finale pour la première place à Londres, contreTottenham, dans quinze jours. On aconnu scénario plus dégoûtant... MATHIEU FAURE La phrase « En 2010 en Coupe UEFA, j’avais déjà rencontré Anderlecht quand je jouais à Split, on avait gagné 1-0 à la 95 e minute (sourire) » De Danijel Subasic, gardien de l’AS Monaco Le chiffre 11 Le nombre de buts marqués par MonacoauLouis-II contre les équipes belges. En deux matches seulement. En 1988, le FC Bruges prenait 6-1 enC1alors qu’en 1997, c’est Lierse qui succombait en poule de Ligue des Champions sur le Rocher : 5-1. 19H Subasic Stade Louis-II, direct sur BeInsport 1 MONACO ANDERLECHT Coentrao Toulalan (c) Wallace Raggi Fabinho Okaka MoutinhoL. Traoré Pasalic El Shaarawy Silva Ezekiel Tielemans Arbitre : Manuel Gräfe (ALL) Defour Gillet Mbodji Proto Deschacht (c) Dendoncker Praet N’Sakala Remplaçants Monaco : Nardi (g.), Carvalho, A.Touré, Echiéjilé, Bakayoko, Carrillo, Andzouana. Entr : Leonardo Jardim Remplaçants Anderlecht : Boeckx (g.), Heylen, Najar, Acheampong, Suarez, Conte, Sylla. Entr. Besnik Hasi. Monaco qualifié si... Monacol’emporte sur AnderlechtetTottenham bat Qarabag. Ainsi, les Spurs et l’ASM auraient 10 et 9points et ne pourraient plus êtrerejoints par leurs poursuivants. Le dernier match, Tottenham-Monaco, serait alors une finale pour la premièreplacedugroupe. Monacol’emporte et Qarabag fait un matchnul contreTottenham. Monacocompterait alors 9points, Tottenham 8etQarabag 5. GROUPE J Classement (tous 4 matches) 1. Tottenham 7 points 2. Monaco 6points 3. Qarabag 4 points 4. RSC Anderlecht 4 points 5 e journée(aujourd’hui) : Monaco -Anderlecht (19h) Qarabag -Tottenham (19h) 6 e journée(10 décembre) Tottenham - Monaco (21h05) et Anderlecth - Qarabag (21h05) Autour du match BILLETERIE Pasdesupporters belges L’ASM a fait savoir que le Gouvernement monégasque a pris la décision d’interdirelaprésencedes supporters du RSC Anderlecht sur son territoire, et par conséquent au Stade Louis-II,cesoir.Cettedécision intervient suiteaux dramatiques événements survenus à Paris mais également à l’état d’alerte de Bruxelles,amenant la Principauté de Monaco à relever son niveau de vigilance et prioriser la mobilisation des forces de police. ANCIENS Koller,Mbokani, Debbah et les autres Ils sont peu nombreux àavoir porté le maillot des deux équipes. Le plus connu étant bien sûr Enzo Scifo(voir ci-contre). Mais le Belge n’est pas le seul, le Tchèque Jan Koller aura également marqué de son énorme empreinte les deux clubs. Deux saisons à Anderlecht(1999-2001) et deux àMonaco(2006-2008) pour le meilleur buteur de l’histoire de la République Tchèque. Moins marquant en revanche fut le passage sur le Rocher de Dieumerci Mbokani. Le Congolais n’aura pas laissé un souvenir impérissable sur le Rocher (2010-2011) alors que son passage belge fut plus convainquant (43 buts entre 2011 et 2013). James Debbah et Dan Petersen ont également porté les deux maillots. A noter que le père d’Eidur Gudjohnsen,Arnor,a joué sept ans à Anderlecht.
nice-matin Sports Jeudi 26 novembre2015 FOOTBALL À Monaco, personne n’a oublié Enzo Scifo. Personne. Le Belge ajoué quatre saisons en Principauté (1993-1997) mais c’est àAnderlecht qu’il avu le jour. Cematch, c’est un peu le sien. Un derby des émotions. On aurait aimé coucher sur le papier du Scifo mais entredimanche et hier,ilaété très compliqué de cadrer le Belge. Comme sur un terrain, il aété insaisissable. Pas grave, on est beau joueur. On adonc changé de tactique. Le football,Scifo l’a appris dans la rue delaLouvière, sa ville natale. C’est là qu’une grande partie de la diaspora sicilienne s’est établie en Belgique. À7ans, il signe sa premièrelicence au club du coin avant de rejoindre legrand Anderlecht en 1982. Avec les jeunes de la Louvière, il gagne un surnom : « Lepetit Pelé du Tivoli »,dunom du stade local et quitte le cocon familial à16ans. L’histoire est en marche. Un an plus tard, il foule la pelouse du ParcAstrid pour la premièrefois. Le début d’une folle histoired’amour avec le club le plus titré de Belgique. Très vite, Scifo devient le maîtreàjouer d’Anderlecht et conduit les siens en finale de la Coupe UEFA contre Tottenham. Àses côtés, des vieux routiers européens : Morten Olsen, Franky Vercauteren, Frank Arnesen. Scifo n’est pas plus impressionné que ça et mène sa barque entrebuts et caviars. Sapé comme Scifo Entre 1985 et 1987, Anderlecht braque trois titres de champions consécutifs. En 1986, Scifo est aussi demi-finaliste de la Coupe du monde au Mexique. Bref, il vole. L’homme est tellement sur un nuage qu’il déborde même sur la musique en s’essayant à la variété avec le chanteur Toto Cutugno lors Te" AZUR TRUCKS Groupe IPPOLITO LIGUE EUROPA/GROUPE J(5 e JOURNÉE) Scifo, le Princebelge Formé et révélé àAnderlecht, Enzo Scifo aura passé quatre saisons sur le Rocher entre 1993 et 1997. Ce match demeure la meilleure raison de parler du « petit Pelé du Tivoli » Scifo, numéro 10princier. (Photo archives Nice-Matin) d’un 45 tours intitulé Gagné d’avance.Unéchec. Le début d’une période noire pour lui. En 1987, il file àl’Inter Milan où il se perd pendant une saison avant d’être prêté, sans succès, à Bordeaux en 1988. Il faudra attendre 1989 pour que la France s’amourache du milieu de terrain. C’est Guy Roux qui le ramène dans l’Yonne pour retrouver le disparu de l’Inter et de Bordeaux. À Auxerre,Scifo va revivrependant deux saisons (plus de 30 buts). Sur place, Guy Roux lui confie tout, et notamment les clés du camion de l’AJA. Il retrouve foi en son football et brille lors du Mondial 1990 avec la Belgique. Comme le garçon est têtu, il veut retenter l’aventure italienne. Ça AVEC PLUS DE 350 VÉHICULES DISPONIBLES, 1 JOUR, 1 SEMAINE, 1 MOIS, VOUS ÊTES SÛR DE TROUVER CHEZ CLOVIS LOCATION LES VÉHICULES ET LES ÉQUIPEMENTS QU'IL VOUS FAUT, QUAND IL VOUS FAUT sera Torino avec une Coupe d’Italie en guise de cadeau. Rassuré sur son niveau, Scifo revient en France, àMonaco, en 1993. Il a 27 ans, l’âge de la maturité. « C’était la grande classe, se souvient Luc Sonor,coéquipier monégasque du Belge pendant deux ans. Au-delà du joueur merveilleux, c’était un rassembleur.Il parlait Français et Italien, alors Monaco c’était l’endroit idéal. Après les matches, il avait instauré les repas au restaurant pour ressouder l’équipe. Même s’il n’était pas très bavard, il avait une classe naturelle qui faisait qu’on l’écoutait. Et puis il était toujours tiré àquatre épingles. C’est simple, quand il n’avait pas son costume, il n’était pas bien. Je me souviens de lui quand il sortait de sa Mercedes bordeaux àlaTurbie, il avait son costard cravatte dès le matin alors qu’on était tous sapé en jean ou jogging, débraillés, quoi. Enzo, lui, était sapé avec classe. » Sur le Rocher, tout le monde est unanime sur le Belge aux pieds dorés. Coéquipier dans les années de galère de l’ASM (quatre entraîneurs en 7 mois entre 1994 et 1995), Mickaël Madar se souvient d’un « joueur classe, d’un monsieur qui s’était mis ànotre niveau alors que c’était une vraie star. Enzo, c’était du niveau de Rivaldo ou Zidane quand il était en forme », poursuit l’actuel entraîneur de Cannes. Au fond, le Belge était plus un Italien qu’un Belge. Madar : « ilétait toujours sur son 31, tiré à quatre épingles comme ces Italiens à l’ancienne ». Puel, Enzo etAdamo Au-delà de l’apparence, il y avait surtout un homme simple. Sur le Rocher, Enzo Scifo est en chambre avec un certain Claude Puel. Figure de l’ASM, celui qui officie aujourd’hui sur le banc de l’OGC Nice parle facilement d’un homme qu’il a toujours apprécié. « C’était quelqu’un qui avait l’habitude d’être choyé, de recevoir des louanges et pourtant c’était un garçon que je chambrais assez facilement, détaille Puel. Il avait pour habitude de venir chercher les ballons dans les pieds de ses partenaires, donc dans les miens, je l’ai gentiment repoussé au début », rigole le coach du Gym. Sur le pré, les qualités de Scifo sont évidentes. Puel toujours : « Beaucoup de facilités techniques, une belle frappe, il n’était pas explosif mais très élégant. C’était un joueur avec du coffre, on se tirait la bourre dans ce domaine. Il avait toutes les capacités pour être un milieu relayeur moderne ». Même loin des siens, Scifo demeure une sommité OPTEZ POUR LA SOLUTION CLOVIS LOCATION ! RÉSERVATION 04 83 84 02 73 - info@somca.fr La earfède en Belgique. « Il était aussi aimé que le Roi », se souvient Claude Puel. Dans ses amis, on compte un certain Salvatore Adamo, Belge d’origine sicilienne comme lui. Avec Scifo, jamais d’embrouilles. Même quand Puel raccroche les crampons et devient entraîneur adjoint de l’ASM. « Il a fallu que j’établisse un autre rapportavec lui car j’étais passé de l’autre côté, ça s’est très bien passé »,conclut Puel. Sentant ses jambes ralentir, ilfait comme tous les grands de ce monde : il rentre chez lui en 1997. Anderlecht jusqu’en 2000, puis une dernière pige à Charleroi. Là, il dit stop. « Unprofesseur s’est demandé comment j’avais pu jouer aussi longtemps avec une hanche dans un tel état »,s’étonne-t-il àl’aube de sa retraite sportive. Mais Enzo ne va pas rester très longtemps éloigné des terrains. Bien entendu, il place dans l’immobilier.ÀWaterloo, sur le site de la bataille perdue par Napoléon, il met des billes dans un restaurant : le « 1815 ». Mais il abesoin de football pour respirer.Alors il devient coach : Charleroi, Tubize, Mouscron, Mons, puis l’évidence : lasélection belge. Depuis peu, il est en charge des Espoirs où son franc-parler fait du bien. Récemment, il a recadré Adnan Januzaj qui estimait que les Diablotins n’étaient pas assez bons pour lui. Et si l’ailier de Dortmund ala mémoire courte, il peut reluquer les exploits de Scifo sur la toile. Àson âge, Enzo ne parlait pas, il jouait. Et plutôt bien. MATHIEU FAURE Fréjus CFA Hier,dans le cadredela11 e journée du groupeC, Monaco, 11 e, se rendait àMont-de-Marsan, 3 e, scorefinal : 0-4 00 LOCATION Virfencuxec-Lnuirt



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 1Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 2-3Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 4-5Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 6-7Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 8-9Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 10-11Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 12-13Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 14-15Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 16-17Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 18-19Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 20-21Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 22-23Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 24-25Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 26-27Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 28-29Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 30-31Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 32-33Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 34-35Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 36-37Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 38-39Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 40-41Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 42-43Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 44-45Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 46-47Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 48-49Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 50-51Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 52-53Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 54-55Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 56-57Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 58-59Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 60-61Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 62-63Nice-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 64