Nice-Matin n°2015-09-17 jeudi
Nice-Matin n°2015-09-17 jeudi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-09-17 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 100,0 Mo

  • Dans ce numéro : tickets chocs... Marseille ou Aix pour moins de 10 € ? Montpellier pour moins de 20 € ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
France M anuel Valls a annoncé le déblocage de plusieurs centaines de millions d’euros pour l’accueil des réfugiés et ouvert la voie àunrétablissement temporaire des contrôles aux frontières, lors d’un débat sans vote, hier à l’Assemblée nationale. Dans un hémicycle qui n’a pas fait le plein de députés, le Premier ministre a défendu, d’un ton solennel, des « choix » du gouvernement, guidés par un « cœur intelligent, un cœur ferme », avant de laisser les groupes politiques s’exprimer. Manuel Valls adit refuser le discours de ceux qui « nous disent : ilfaut tout fermer »,comme celui de ceux qui disent, àl’inverse : « Il faut tout ouvrir ». 80% des Français sont favorables Il a annoncé d’un côté plusieurs centaines de millions d’euros supplémentaires pour l’accueil des réfugiés (1), mais aussi pour les sans domicile fixe, et de l’autre 900 créations de postes dans les forces de l’ordre dans le cadre de la lutte contrel’immigration irrégulière. Et il aaffirmé que la France n’« hésitera pas » àrétablir temporairement le contrôle aux frontières, comme elle l’a déjà fait àlafrontière franco-italienne et comme vient de le faire l’Allemagne, « si nécessaire dans les prochains jours ou prochaines semaines ». 80% des Français sont favorables àdetels contrôles, selon un sondage Elabe pour BFM TV.Dans l’hémicycle, une fois n’est pas coutume, les différents groupes de gauche se sont rejoints sur la nécessité « morale » d’accueillir ceux qui fuient la Azur Viager Votre spécialiste du viager sur les Alpes-Maritimes dès 60 ans Expertise gratuite 04 93 38 04 44 www.Ie-viager.fr Réfugiés : Valls prêt àfermer temporairementles frontières Tout comme l’Allemagne et l’Autriche, le Premier ministre s’est montré favorable pour rétablir des contrôles pour faire face àlacrise des migrants. Une annonce qui suscite de vives réactions Manuel Valls adit refuser le discours de ceux qui « nous disent : ilfaut tout fermer », comme celui de ceux qui disent, à l’inverse : « Il faut tout ouvrir ». (Photo AFP) Par MICHELE COTTA Sarkozy-Valls,même combat ? Nicolas Sarkozy s’est exprimé devant les militants au siège des Républicains hier à midi. Quatreheures plus tard, Manuel Valls ouvrait à l’Assemblée nationale le débat sur le même sujet : la politique migratoire de la France. Qu’on m’autorise à un soupçon, bien fragile,d’optimisme : derrièreles clivages politiques, en dehors des différences de vocabulaire, de ton, de propositions parfois,endépit, souvent, de procès d’intention et de formules politiques àl’emporte-pièces,ledébat sur le sujet, sur deux points au moins,a révélé hier plus de convergences qu’on pouvait s’y attendre entrelamajoritéetl’opposition, au moins à l’intérieur du Parlement. Le premier d’entre eux est sans doute le plus important : il s’agit de l’aide à apporter, dans l’urgence, à « ces populations qui fuient le chaos, la guerre, les ignominies et les barbaries de Daesh. ». La phrase est de Nicolas Sarkozy, elle aurait pu êtrecelle de Manuel Valls. « Tout fermer, a dit un peu plus tard le Premier ministre, ce serait fermer les yeux sur les réfugiés qui meurent à nos portes, tout ouvrir,ce serait fermer les yeux sur les difficultés de la sociétéfrançaise. » Personne donc,parmi les partis représentés à l’Assemblée nationale,n’a remis en cause l’ouverturedelaFranceaux demandeurs d’asile chassés de chez eux par les persécutions. À condition qu’il s’agisse vraiment de demandeurs d’asile,relevant du droit d’asile tel qu’il existe en Europe,etspécialement en France. De ce point de vue,pas de différence entre le gouvernement et l’opposition, qui envisagent de séparer,après des formalités nécessaires,ceux qui sont chassés par les guerres et les guerre en Syrie et en Irak et sur la conviction que la France pouvait surmonter ce défi, comme dans le passé avec les Espagnols fuyant le franquisme ou avec les boat-people vietnamiens et cambodgiens. Ils ont aussi déploré la désunion européenne sur le sujet. « Onne s’exonère pas en Europe du devoir de solidarité » et « on ne peut pas d’un côté prendre les aides et l’argent et de l’autre refuser les hommes », aainsi lancé le chef de file des députés PS Bruno Le Roux, disant avoir eu par exemple « honte des propos et décisions des autorités hongroises ». Faisant entendre des bémols, certains ont néanmoins glissé que la décision de François Hollande d’accueillir 24 000 réfugiés sur deux ans était « modeste » (Sergio Coronado, écologistes), voire « dérisoire » (André Chassaigne, Front de Gauche). Des « pas » en direction du FN Du côté de l’UDI, Philippe Vigier a soutenu la décision « tardive mais courageuse » de François Hollande, tout en souhaitant des mécanismes pour « distinguer les réfugiés des clandestins » ou « une politique d’asile et une politique d’asile commune » en Europe alors que « l’espace Schengen est mort ». Les Républicains, qui avaient été dans un premier temps pris de court par la décision d’Angela Merkel « Reste ce qui n’est pas dit dans les débats parlementaires : la peur de l’autre,la peur de l’inconnu, la peur de ce que l’on ne connaît pas,la peur de l’implosion. » exactions,et les migrants économiques. Les uns bénéficieront d’aides, ils ont vocation à rester en Europe, au moins jusqu’à ce qu’ils puissent rentrer dans leur pays,une fois les guerres terminées. Les autres seront raccompagnés dans leur pays de départ. Le deuxième point commun, (que l’on condamne ou non les accords de Schengen, malmenés en effet en ce moment par les pays européens de l’Est) tient à l’engagement pris par le Premier ministre, dans son discours d’hier : le gouvernement n’hésiterait pas à rétablir des contrôles provisoires d’accueillir largement les réfugiés en Allemagne et laissé apparaître leurs divergences, ont cherché à se ressouder autour de la « refondation » de Schengen, l’espace de libre circulation des biens et des personnes de l’Union européenne, dans un « Schengen 2 ». Dans le sillage de la proposition de Nicolas Sarkozy, le principal parti d’opposition plaide aussi pour un statut de « réfugié de guerre », qui prendrait fin avec le retour àlapaix. « Monsieur le Premier ministre, c’est votre « père » en politique, Michel Rocard, qui l’a dit lui-même : « Nous ne pouvons pas héberger toute la misèredumonde » »,alancé l’oratrice du groupe LR Valérie Pécresse, une allusion incomplète àlaphrase de M. Rocardqui aprovoqué des protestations dans les rangs socialistes. 1. Le Premier ministre s’est dit, hier soir sur TF1, opposé à la suppression, réclamée par Nicolas Sarkozy,del’Aide médicale d’Etat (AME),qui permet aux étrangers en situation irrégulière de bénéficier d’un accès aux soins. Crééeen2000souslegouvernementJospin, l’AME a bénéficié à 220 000 personnes en 2011 pour un coût global de 588 M € contre 75 M € en 2000 ! aux frontières françaises,comme l’a fait l’Allemagne,submergée au cours du dernier week-end. Proposition, assortie de la création de 900 postes dans les effectifsde la police des frontières,qui rend presque secondaire le débat sur les accordsdelibrecirculation de Schengen qui peuvent à tout moment être mis entre parenthèses. Reste ce qui n’est pas dit dans les débats parlementaires : la peur de l’autre, la peur de l’inconnu, la peur de ce que l’on ne connaît pas,la peur de l’implosion. Disonsle : elle existe en chacun de nous. Raison de plus pour êtreferme. Sans en devenir inhumain. Équilibrenécessaire, et pourtant difficile.
nice-matin France Jeudi 17 septembre 2015 Eric Ciotti plaide pour une réduction de l’immigration familiale Juppé, Fillon, Le Maireou NKM n’étaient pas là. C’est la droite dite « forte » qui s’est réunie hier matin au siège des Républicains, àParis, pour un séminairederéflexion sur l’immigration. Àson terme, Nicolas Sarkozy a invité les adhérents àseprononcer par Internet sur onze questions, dont celle-ci, symbolique : « Faut-il demander aux migrants de s’intégrer ou de s’assimiler àlasociété française ? ».La préférence du président des Républicains, on l’aura deviné, va évidemment àl’assimilation, là où Alain Juppé reste fidèle àla notion d’intégration permettant le maintien de différences. Nicolas Sarkozy a, par ailleurs, réitéré ses principales propositions : « Refondation de Schengen, démarche euro-méditerranéenne permettant la création, àl’ex- térieur de l’espace Schengen, de centres européens de rétention pour déterminer quelles personnes peuvent être accueillies, lutte contre les abus au statut de réfugié politique, suppression de l’aide médicale d’État pour les étrangers en situation irrégulière »,essentiellement... e Eric Ciotti était lui bien présent àcette séance de travail et Nicolas Sarkozy a d’ailleurs fait plusieurs fois référence à ses suggestions. Durcir les critères du regroupement Notamment celle portant sur un retour au droit du sang, formulée dans son livre Autorité au printemps. Le président des Alpes-Maritimes souhaiterait que le En bref Les vents violents causent la mort de deux personnes en Rhône-Alpes Les vents inhabituellement violents qui soufflent en Rhône- Alpes ont causé, hier, la mort de deux personnes dans l’Ain et la Métropole de Lyon et suscité de nombreuses demandes d’intervention des secours. Dans la soirée, les rafales laisseront placeàdefortesprécipitations dans la région, selon les prévisions de Météo France. ÀLaiz (Ain), près de Mâcon, un sexagénaire a été mortellement frappé par un toit arraché. Une seconde victime,un Lyonnais de 25 ans,a été écrasée dans sa voiture stationnée sur un parking par la chute d’un gros chêne,àLimonest (Métropole de Lyon). Le Sénat supprime le paquet de cigarettes neutre,contre l’avis du gouvernement Le Sénat, àmajoritédedroite, asupprimé, hier, la création du paquet de cigarettes neutre, vivement critiquée par les buralistes,contre l’avis du gouvernement dans le cadre de l’examen du projet de loi santé. La ministre de la Santé Marisol Touraine a exprimé sa volonté de présenter à nouveau cette mesure en nouvelle lecture devant l’Assemblée, oùlagauche est majoritaire. « Je n’ai pas entendu dans cet hémicycle d’alternative pour faire baisser de manière significative le nombre de victimes du tabac »,a-t-elle dit. Notes de taxis : Agnès Saal aété entendue mardi en garde àvue L’ancienne présidente de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) Agnès Saal aété entendue mardi en garde àvue àParis dans le cadre de deux enquêtes ouvertes sur des notes de taxis. Agnès Saal aété entendue sous le régime de la garde à vue par la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE), selon une source policière confirmant une information d’Europe 1. Elle « a été à la fois interrogée sur ses notes de taxisquand elle était àlatêtedel’INA dans le cadre de l’enquête ouverte par le parquet de Créteil et sur ses notes de taxis lorsqu’elle dirigeait le Centre Pompidou »,selon une source judiciaire. Le parquet de Créteil a ouvert une enquête préliminairequi porte sur 40000 euros de frais de taxi en dix mois quand Agnès Saal présidait l’INA. Elle avait dû démissionner en avrilàlasuitedelapolémique. Eric Ciotti a notamment proposé de rendre plus draconiennes les conditions du regroupement familial. (Photo Jean-Sébastien Gino -Antomarchi) Au plus fort du trafic, ils étaient une quarantaine, certains cagoulés ou filant sur des scooters sans plaques, pour tenir le principal « supermarché de la drogue » de Marseille. Vingt-sept d’entre eux, petites mains et grands dealers présumés, se sont retrouvés, hier, au tribunal. Extrait de sa prison, Nordine Achouri, 33 ans, la tête présumée de ce réseau, aécouté avec attention la juge brosser le portrait rapide de ce trafic, qui afait l’objet de trois ans d’enquête dans les quartiers norddelaville. Cet homme mince àlabarbe soignée, surnommé « Nono » par ses affidés, est considéré par les enquêteurs comme le chef d’un trafic qui rapportait plusieurs dizaines de milliers d’euros par jour à la Tour Ketplace du Mérou, au cœur de la cité de la Castellane, plaque tournante de la drogue à Marseille. La police n’y est pas la bienvenue, arappelé la juge, narrant l’une des rares surveillances à découvert menées par les policiers dans ce dossier,qui s’est soldée par un fiasco : les policiers ont dû fairedemi-tour face aux dealers qui « gardaient » l’entrée de l’une des tours. Derrière la sobriété du détenu, qui a comparu vêtu d’une veste grise sans manches sur une chemise, se cache un homme qui amené grand train, se payant prostituées, voitures de luxe, une Rolex et même un cheval, le tout en liquide. Et il n’utilisait pas de compte bancaire. « Mon client n’est pas un chef de réseau, on n’a pas de preuves, que des droit du sol soit réservé aux seuls ressortissants européens. Plus prudent sur ce sujet, Nicolas Sarkozy aspire deson côté non àune suppression mais à une « adaptation du droit du sol », qu’il voudrait davantage encadrer, concernant les délinquants en particulier. Eric Ciotti a mis longuement l’accent sur les caractéristiques de l’immigration en France : « L’immigration familiale représente 50% du total, 100000 personnes sur 210000 chaque année, alors que l’immigration économique n’en forme que 10%. » Et il aplaidé pour une inversion de cette tendance, sur le modèle australien où l’immigration économique représente 60%. Pour cela, il souhaite un durcissement des critères du regroupement familial : « Aujourd’hui, il suffit de dix-huit mois de présence et 1300 euros de revenus pour pouvoir accueillir six personnes. Il faudrait augmenter la durée de présence àdeux ou trois ans, le niveau de ressources également, vérifier que les personnes sont véritablement intégrées et disposent d’un logement adapté. » De la même manière, il amilité pour « une présence sur le territoire d’au moins trois à cinq ans, à débattre, avant tout déclenchement des aides sociales ». Il s’est enfin déclaré favorable, comme l’a déjà proposé François Fillon, àfairevoter chaque année par le Parlement des quotas d’immigration. L’une des onze questions posées aux militants sur Internet... THIERRY PRUDHON rumeurs et des renseignements anonymes »,affirme pourtant son avocat, Philippe Vouland. Pistolets au congélateur Selon l’enquête, Nordine Achouri, qui a échangé, hier,quelques regards et sourires complices avec ses co-prévenus assis dans la salle, aurait pourtant blanchi une partie des revenus du trafic dans deux bars et snacks marseillais. Rémunérateur, le métier n’est toutefois pas sans risque, et Nordine Achouri, alors même que les policiers sont sur ses traces, est victime d’une tentative de règlement de comptes, le 10 avril 2013. Rien à voir avec le trafic, prétend-il devant les enquêteurs : on a simplement cherché à « l’humilier » par jalousie, sans vouloir le tuer.Nordine Achouri n’a pas porté plainte mais, s’est ensuite procuré armes et gilet pare-balles. Lors Transferts àl’OM:l’ancien président Dassier entendu par un juge marseillais L’ex-président de l’Olympique de Marseille,Jean-Claude Dassier,est arrivé, hier en début d’après-midi, au palais de justicedeMarseille,oùilétait convoqué chez le juge marseillais chargé de l’enquêtesur des transferts présumés douteux dans le club marseillais. A22h30, il n’en était toujours pas ressorti. Contacté lundi, M. Dassier avait confirmé cetteconvocation –révélée par le Journal du dimanche (JDD) –mais sans donner de précision sur sa nature. Selon le JDD,M.Dassier qui aété président du club phocéen de 2009 à2011, devrait êtremis en examen par le juge Guillaume Cotelle de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs)deMarseille pour « abus de bien sociaux, blanchiment en bande organisée,association de malfaiteurs,faux et usage de faux ». « Autotal, l’enquêteamis au jour 55,3 M € douteux au préjudice potentiel de l’OM. Entre2009 et 2011, les transferts de 14 joueurs (Lucho,Mbia, Diawara, Abriel,Niang, Azpilicueta,Rool,Morientes, Kaboré, Rémy,Gignac,Cheyrou, Ben ArfaetHeinze)auraientdonné lieu àdes versements illicites sur lesquels Jean-Claude Dassier va êtreamené à s’expliquer »,assurait le journal. Le procès du « supermarché » de la drogue s’ouvre à Marseille Intervention du GIPN après la fusillade du 9février 2015 dans le quartier de la Castellane àMarseille. (Photo AFP) (Photo AFP) d’une perquisition chez lui, les policiers découvriront d’ailleurs deux pistolets automatiques Glock, dont les numéros de série ont été limés, cachés dans son congélateur. Au total, vingt-huit personnes (l’une d’entreelles est en fuite et ne s’est pas présentée à l’audience) ont été renvoyées devant le tribunal, des petites mains du trafic, nourrices qui gardaient la drogue chez elles ou guetteurs, jusqu’aux lieutenants de Nordine Achouri. Les juges ont débuté, hier, par les auditions de nourrices, qui gardaient chez elles drogue, argent et armes pour le compte des trafiquants. La première s’est murée dans le silence.Un classique dans un quartier qualifié de « forteresse » par les enquêteurs, où se joue une lutte sanglante entre trafiquants rivaux. Le procès doit durer de deux àtrois semaines.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 1Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 2-3Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 4-5Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 6-7Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 8-9Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 10-11Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 12-13Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 14-15Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 16-17Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 18-19Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 20-21Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 22-23Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 24-25Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 26-27Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 28-29Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 30-31Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 32-33Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 34-35Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 36-37Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 38-39Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 40-41Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 42-43Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 44-45Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 46-47Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 48-49Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 50-51Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 52-53Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 54-55Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 56-57Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 58-59Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 60-61Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 62-63Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 64-65Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 66-67Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 68-69Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 70-71Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 72-73Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 74-75Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 76-77Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 78-79Nice-Matin numéro 2015-09-17 jeudi Page 80