Nice-Matin n°2015-05-07 jeudi
Nice-Matin n°2015-05-07 jeudi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-05-07 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 69,4 Mo

  • Dans ce numéro : le Star Breeze a mis le quai en fête.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
nice-matin Sports Jeudi 7mai 2015 Vica Ravva : « Ma vie Samedi, pour sa 20 e finale du championnat de France, la « Grande Dame » du Volley-ball tirera définitivement sa révérence après avoir porté le numéro 12 du RC Cannes pendant 20 ans ! Une longévité exceptionnelle de plus de 25 ans dans le milieu professionnel, qui lui aura permis de tout connaître : la gloire avec deux titres européens en Ligue des champions (2002 + 2003), d’innombrables titres nationaux, mais aussi d’énormes déceptions comme cette finale de Ligue des champions perdue à domicile en 2006 ou plus récemment l’échec en finale de Coupe de France au bénéfice des voisines du Cannet. Des larmes, Vica en aura versées qu’elles soient de joie ou de tristesse. Mais aujourd’hui, à quelques jours de tourner une nouvelle page « de sa vie d’après » comme elle dit, la capitaine du Racing Club de Cannes ne veut garder que le meilleur de ces ultimes instants qu’elle va partager avec ses partenaires et tout un club, LE SIEN ! Entretien avec Victoria Ravva, femme du monde. Vica, peux-tu décrire ce que tu ressens en ce moment ? C’est à la fois du soulagement car j’ai bien failli arrêter la saison dernière, finir sur une blessure et sortir par la petite porte.Ça a été très compliqué à vivre alors que cette année,c’est moi qui ai pris cette décision. Alors je suis triste, bien sûr,mais j’ai aussi hâte d’être de l’autre côté, de vivre de nouvelles aventures. Je suis sereine et je n’ai aucune frustration. Malgré la discipline imposée par le haut niveau, les voyages,jen’aipas l’impression d’avoir manqué quelque chose. Ma vie sportive a été géniale. J’ai toujours ressenti beaucoup d’amour autour de moi. Stagiaireenmanagementmarketing au Racing Justement, que sera cet après ? Je vais suivre une formation de management-marketing et le Racing a bien voulu accepter que je resteauclub en tant que stagiaire... J’ai choisi cette voie parce que je veux faire avancer le sport français et particulièrement le volley qui aune belle marge de progression dans ce domaine (doux euphémisme !). Avec tonaura, ce sera plus facile ? J’arrive avec une belle carte de visiteetbeaucoup de personnes me connaissent dans le milieu du sport, alors il est clair que je serai peut-êtreunpeu plus écoutée que d’autres. Mais ce que je veux avant tout, c’est que mon travail soit légitime.J’aiencore beaucoup de choses àapprendre et je suis prêtepour ça. Belle et... rebelle ! Tu es également très engagée dans différentes causes ? La souffrance des enfants me touche beaucoup, aussi, dès que je le peux, j’apporte mon soutien et je réponds présente pour aider une association, notamment « Sourire et Partage » dont je suis l’une des marraines. Après, je suis très engagée dans le combat de la parité « hommes-femmes ». Si c’est ça êtreféministe, alors oui je le revendique,mais ce n’est pas être rebelle que de réclamer ce qui devrait être la normalité, dans le sportcomme dans la vie. Je restetrès vigilantelà-dessus caril yaencoretant de choses àfaire... On pourrait croire que le Palais des Victoires a été construit pour toi ? Oui, peut-être...Finalement, je me rends compte que j’ai résisté à tous les changements. J’ai toujours fait partie des projets du Racing et pour cela je dois remercier Anny (Courtade) et Yan (Fang) qui m’ont toujours fait confiance. As-tu été tentée d’aller voir ailleurs ? Oui, deux fois j’ai reçu des propositions très intéressantes. Comme je ne voulais pas m’installer dans une routine, j’étais prêteàpartir,mais à chaque fois Yan a réussi à me (Photo Patrick Clemente) convaincre de rester. Te souviens-tu de ton arrivée en France et au Racing ? Ce serait difficile de l’oublier car ça n’a pas été simple.C’était l’été 1995 et pour des raisons administratives,je n’aipas pu jouer pendant trois mois. Le club ne m’a pas lâchée.Anny (Courtade) adéployé touteson énergie pour que les choses se règlent au plus vite,mais à cette époque je ne pensais pas que je serais là 20 ans plus tard.
nice-matin Sports Jeudi 7mai 2015 sportiveaété géniale » Si tu devais choisir des moments forts au cours de ta carrière... Il y en a eu beaucoup.Je pense notamment aux deux titres en Ligue des champions et à tous ceux que nous avons gagnés en Coupe comme en championnat. Finalement, avec le recul, je m’aperçois que certaines défaites font aussi partie des moments forts. Ces instants de pudeur et de solidarité, je les ai partagés avec mes partenaires et ce sont aussi de merveilleux souvenirs. C’est comme dans la vieoùtu passes par toutes ces étapes de joie et de tristesse et qui au bout du compteterendent plus fort. Le respect des autres D’où te vient cettesagesse ? Sans doute de mes origines. Je suis née dans le bloc soviétique où tout était conditionné, dans une politique utopique et puis quand tout a éclaté,ça n’a pas été aussi simple. En Géorgie,nous avons connu la pauvreté. Les gens n’ont pas toujours su gérer ce nouveauvent de liberté et je le comprends. J’ai quitté ma famille très jeune pour jouer àBakou en Azerbaïdjan puis àAnkaraen Turquie. Tout ça m’aouvert l’esprit. J’ai deux pays dans mon cœur : laGéorgie où sont mes origines et la France, une vraie terredeliberté.Mais où que j’aille je me sens bien. J’essaye de comprendreles différentes cultures et mes parents m’ont toujours appris le respect des autres. C’est fondamental ! Tes filles (les jumelles Nina et Kallista) vont-elles suivreton exemple ? Elles jouent déjà au volley au Racing et elles adorent ça ! Après, elles suivront leur chemin mais aujourd’hui elles sont perturbées car elles ont compris que très bientôt je ne serai plus sur le terrain. « Tu seras plus une star alors ? » Ce àquoi je leur ai répondu qu’une star restait toujours une star ! Avec ses deux filles, les jumelles Kallista et Nina. Un dernier mot sur TA dernière finale du championnat de France, samedi, àParis, faceau Cannet ? Tout va se jouer sur un seul match et les joueuses du Cannet ont prouvé qu’elles pouvaient le faire. Nous connaissons la valeur de cette équipe qui s’est montrée dangereuse toute la saison. Après la défaiteenfinale de la Coupe de France(remportée par Le Cannet le 21 mars àParis), nous avons une revanche à prendre. Il faut justegarder la tête froide et se préparer comme nous le faisons d’habitude pour aller chercher ce titre. Ce serait une belle façonde quitter la scène ? La plus belle ! Pour moi bien sûr mais aussi pour tous les supporters du club qui me suivent depuis le début. Je suis consciente que sans Anny, Yan, la ville de Cannes,tous les bénévoles du club et le monde du volley dans son ensemble,je n’aurais pas pu réussir un tel parcours. C’est pour ça que ce titre, si nous le remportons,je voudrais le dédier à mes proches et à toutes ces personnes qui ont partagé avec moi tous ces merveilleux moments. KATHERINE NATTON (Photos Patrice Lapoirie) Digest VICTORIA RAVVA ❑Née le 31 octobre1975 à Tbilissi (Georgie). ❑ Mariée à Alexandre Jioshvili (ex-joueur de Nice, Ajaccio, Avignon). ❑ Maman de Kallista et Nina, nées en octobre2006. Palmarès Ligue des champions (2) Vainqueur : 2002, 2003. Finaliste : 2006, 2012. Sacrée meilleure joueuse du Final Four de la Ligue des champions 2003 et 2006. Sacrée meilleure attaquante de la Ligue des champions 2003/2004. Sacrée meilleure marqueuse du Final Four de la Ligue des champions 2005. Championnat de France (18) Vainqueur : 1996, 1998, 1999, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014. Finaliste:1997. Coupe de France (18) Vainqueur : 1996, 1997, 1998, 1999, 2000, 2001, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014. Finaliste:2002, 2015.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 1Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 2-3Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 4-5Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 6-7Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 8-9Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 10-11Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 12-13Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 14-15Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 16-17Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 18-19Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 20-21Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 22-23Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 24-25Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 26-27Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 28-29Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 30-31Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 32-33Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 34-35Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 36-37Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 38-39Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 40-41Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 42-43Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 44-45Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 46-47Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 48-49Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 50-51Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 52-53Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 54-55Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 56-57Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 58-59Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 60-61Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 62-63Nice-Matin numéro 2015-05-07 jeudi Page 64