Nice-Matin n°2015-03-08 dimanche
Nice-Matin n°2015-03-08 dimanche
  • Prix facial : 1,50 €

  • Parution : n°2015-03-08 de dimanche

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 72,6 Mo

  • Dans ce numéro : coup d’envoi de la Foire internationale de Nice.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
nice-matin les sports Dimanche 8mars 2015 FOOTBALL LIGUE 1(28 e JOURNÉE) OGCNice:têtebasse Pourtant bien partis àFuriani, les Aiglons n’ont pas tenu leur avantage au score avant de se retrouver en infériorité numérique et de craquer en seconde période face àlavolonté bastiaise D es regrets, Nice ? Forcément. Les Aiglons peuvent se demander comment ils ont laissé échapper un derby si bien entamé, pour finalement terminer la partie à neuf et subir une troisième défaite d’affilée inquiétante dans la lutte pour le maintien. Le Gym atrouvé le moyen de raturer sa belle esquisse. Deux expulsions, c’est trop, la preuve que les Aiglons sont tombés dans le panneau du contexte électrique. Furiani (jets d’objets divers, fumigènes) adefortes chances de se retrouver une nouvelle fois dans le collimateur des instances. Mais, sur la pelouse, outre un engagement digne de la BASTIA -NICE : 2-1 ABastia (Stade Armand Césari-Furiani) : Bastia bat Nice 2à1(1-1). Spectateurs : environ 12.000 Arbitre : F. Fautrel Buts : Bastia : Gillet (26), Sio (68) ; Nice : Carlos Eduardo (18) Avertissements : Bastia : Sio (3), Dr. Diakite (8), Cahuzac (52) ; Nice : S. Diawara (14), Hult (28), Amavi (77) Expulsions : Nice : Puel (44), S. Diawara (83) Bastia : Areola -Dr. Diakite, Squillaci (Peybernes 12), Modesto, Palmieri -F.Ayité, Cahuzac (cap), Boudebouz, Gillet, Danic -Sio (Junior Tallo 70). Entraîneur : Ghislain Printant Nice : Hassen -Puel, Genevois, S.Diawara, Amavi -N.Mendy (cap), Carlos Eduardo, Hult (Pléa 63) -Bauthéac, Maupay (Bosetti 90+3), Eysseric (Gomis 46). Entraîneur : Claude Puel. grande tradition des derbys, les mauvais gestes n’ont pas été légion, ce qui rend d’autant moins compréhensibles les pétages de plombde Grégoire Puel (45 e, semelle sur Danic) et du très expérimenté Souleymane Diawara (82 e, coup de coude sur Peybernes). Bastia, lui, n’a pas brillé, mais a terminé à onze, confirmé sa victoiredel’aller,et accompli un pas important pour son maintien. De quoi réjouir Printant... et agacer Claude Puel. Une ouverture duscore, une domination dans le jeu, un Furiani refroidi et un Sporting plongé dans le doute : le Gym s’était pourtant grandement facilité la tâche en première période. On a même retrouvé, à cet instant, les Aiglons fringants de janvier,à l’image de Carlos Eduardo, dominateur dans le jeu, et auteur de l’ouverture duscore dela tête, un but que personne cettefois n’a pensé àlui refuser. Nice à10puis à9... Heureusement pour Eduardo et pour Bastia, un stadier a pu intercepter à temps un excité descendu de la tribune qui avait décidé de faire payer au Niçois la célébration de son but. Ce n’est, pourtant, pas de la boxe mais, suite àun choc avec Drissa Diakité, Eric Bauthéac aterminé la rencontre avec unœil au beurre noir. Nice adonc mené dans ce derby, leplus logiquement du monde, et l’on se demandait alors si le Sporting, légèrement dépassé, n’avait pas la tête déjà au SDF pour sa finale contrelePSG. Mais le fil d’un match est donc toujours fragile. Surtout àFuriani. Et il amanqué àNice des ingrédients importants àceniveau. Un poil de maîtrise, une once de métier,unzeste de concentration, tout ce qui a permis àBastia, pas malheureux, de revenir en grâce. Car, hormis sur coup de pied arrêté, le Sporting n’était pas dangereux pour les Aiglons. Il n’aurait donc pas fallu laisser Gillet libre de marquage pour remettre les deux équipes à égalité (26 e) etrallumer le volcan de Furiani. Sio ne gâche pas Pire, donc, Nice s’est retrouvé à dix, juste avant la mi-temps. GrégoirePuel, en retard sur Danic, a vu rouge. De quoi changer la face d’une rencontre encore très indécise. Bastia, remis en selle, apoussé un peu Jordan Amavi, Alassane Plea etCarlos Eduardo sont revenus bredouilles de leur voyage en Corse. Voilà maintenant six matchs que l’OGC Nice ne gagne plus en championnat. plus dès la reprise, sans une nouvelle fois faire dans le génie. En remplaçant Hult par Plea (63 e), Claude Puel s’est dit qu’un joli coup était encorepossible. Mais le Gym aperdu la qualité de ses enchaînements, et Bastia a alors attendu son heure, arrivée sous la forme d’un raid de Giovanni Sio, opportuniste àsapremière occasion et bourreau des Aiglons (68 e). Le comble, dans cette affaire, est que le Gym, réduit àneuf pour les dix dernières minutes, a encore trouvé le moyen d’inquiéter Bastia. Areola, pas inspiré, aété sauvé par le coup de sifflet de l’arbitre (faute de Diawara). Et Bauthéac, contré dans le jeu aérien par le crâne de Diakité, afini avec une arcade gauche passablement gonflée. Une sale soirée : dans le bus qui a quitté Furiani, les visages en disaient long sur la déception. Il faudra désormais trouver les ressources pour sauver une maison rouge et noire désormais 15 e au tableau de la Ligue 1. Les buts 18’(0-1) : corner rentrant de Bauthéac frappé avec 4minutes d’arrêt pour cause de jets de projectile. Eduardo profitede la mauvaise sortie d’Areolaetdévie le ballon au rasdupotau gauche d’Areola. 26’(1-1) : coup-franc de Boudebouz àl’angle de la surface:Gillet surgit entreGenevois et Puel aux six mètres et égalise de la tête. 68’(2-1) : décalé en contresur le coté gauche,Sio s’engouffre dans la surfaceetbat Hassen sur son premier poteaud’une frappe puissanteàras de terre. ABastia, François PATURLE Photos : Franck FERNANDES II
nice-matin les sports Dimanche 8mars 2015 LIGUE 1(28 e JOURNÉE)/BASTIA -NICE Eduardo n’apas suffi FOOTBALL Auteur de l’ouverture du score de la tête (huitième but en L1), le Brésilien avait montré la voie HASSEN : fébrile en première période sur une frappe d’Ayité, il revient ensuite dans le match mais il ne ferme pas assez son premier poteau sur la frappe du 2-1 de Giovanni Sio. Grégoire Puel a vu rouge. G. PUEL : il oublie Gillet sur le premier but, avant d’être l’auteur d’un geste non maîtrisé sur Danic pour une expulsion logique qui a pénalisé son équipe. DIAWARA : l’ancien Marseillais avait été convaincant dans les duels défensifs avant de perdre son sang-froid àla82 e (expulsion, coup de coude sur Peybernes). GENEVOIS : un peu hésitant au début, il ahaussé la cadence et imposé son physique. Décalé à droite après l’expulsion de Puel, il a tenté d’apporter offensivement mais c’est Bastia qui aeule dernier mot en contre. AMAVI : volontaire, il n’est cependant pas bien aligné En image Ambiancechaleureuse avant le départ pour la Corse (Photo OGC Nice médias) Hier matin, les supporters niçois – privés de déplacement en Corse – avaient tenu à apporter leur soutien aux joueurs niçois avant leur départ pour Bastia. Ils étaient une centaine à s’être donné rendez-vous le long du Var sur la route qui va du siège du club à l’aéroport pour fêter le passage du bus des Aiglons. Chants, fumigènes... L’ambiance était chaleureuse pour mobiliser les joueurs avant ce derby... Hélas, ça n’a pas suffi. Carlos Eduardo aconfirmé son statut de meilleur buteur du Gym. au départ del’action du 2 e but bastiais. HULT : présent dans les duels, il n’a pas molli au milieu. Il est remplacé par Plea (63 e) alors que le scoreétait toujours de 1-1. L’ancien Lyonnais n’a pas beaucoup pesé sur la dernière demiheure. MENDY : sans doute le meilleur Niçois, avec Eduardo. On l’a beaucoup vu au milieu, pour ratisser mais aussi pour orienter. Dommage, il ne cadre pas sa frappe sur un service de Maupay (6 e). BAUTHEAC : tout àfait dans l’esprit d’un derby,il a tout donné. Un corner décisif pour Eduardo, mais peu de situations dangereuses à l’arrivée. EDUARDO : Il a plané sur la première demi-heure, buteur et principal animateur du jeu niçois, avant de baisser de pied suite à l’égalisation bastiaise. EYSSERIC : l’ancien Monégasque est dans le doute, à l’image de cette action sur le côté gauche où il trébuche avant même de tenter son dribble. Une occasion de but en début de match qui aurait pu tout changer pour Mendy : « On joue le maintien » Claude Puel (entraîneur de Nice) : « J’ai vu un match qu’on débute bien avec l’ouverture du score,des situations pour faire des différences,puis on perd le fil sur deux buts très évitables. C’est une très mauvaise soirée avec un concurrent qui passe devant,des suspendus et des blessés. On pouvait fairebeaucoup mieux. C’était un contexte particulier et difficile, et nous n’avons pas su rester dans le match. Le prochain match sans nos supporteurs à domicile seral’occasion de fairepreuvede plus de solidarité et de calme, car nous n’avons pas su le garder ce soir (hier,ndlr). » Ghislain Printant (entraîneur de Bastia) : « C’est une bonne chose de faiteavec37 points. C’était un match compliqué, avec beaucoup de tension, mais on a su rester sereins. Je restesur ma faim en raison d’un manque de maîtrise collective. » Nampalys Mendy (capitaine de Nice) : « C’est une soirée difficile, avec deux cartons rouges et une défaite à l’arrivée. On se laisse dépasser par un concurrent direct pour le maintien. En perdantcematch, on n’est pas condamnés mais on se rapproche dangereusementettropvitedelazone rouge. Il faut relever la tête et grandir, même si on est jeunes c’est indispensable. On joue le maintien, la réalitéest là, il faut que tout le monde montre qu’il est concerné par la situation ». KévinGomis (défenseur de Nice) : « Onvoulait les trois points et on afailli àla tâche, àcause de faits de jeu qui nous ont fait perdre le contrôle du match. A la fin de la première mi-temps le carton rouge de Greg pénalise l’équipe. Bastia n’a pas produit un grand football.Ils ont mis de longs ballons devant. C’est frustrant, c’est pénible. Avec l’expulsion de Souley, à9, c’était encoreplus compliqué pour égaliser.Les cartons me paraissent tout de même sévères ».eig ee4 idrid Bosetti sous bonne escorte. III LES NOTES HASSEN 4 G. PUEL. 3 GENEVOIS... 5 DIAWARA. 4 AMAVI.. 4 MENDY. 6 HULT. 5 BAUTHEAC... 5 EDUARDO 6 EYSSERIC.. 4 MAUPAY... 5 lui. Remplacé par Gomis (note : 5)àlami-temps, pour cause de réorganisation des Aiglons àdix. Lequel Gomis n’a pas démérité. MAUPAY : titulairesurprise àlaplace de Plea –une premièreenL1cette saison –, il adébuté fortenbousculant la charnière Modesto- Squillaci, ce dernier rapidement sorti pour blessure aux adducteurs. Mais le Valbonnais n’a jamais pu se mettreenposition de tir et il n’a pas réédité le coup de 2013 à Furiani (victoire 1-0 de Nice, but de Maupay). Remplacé par Bosetti dans le temps additionnel. ABastia, François PATURLE Photos : Franck FERNANDES G. Puel s’en prend à Rivère Dans les colonnes de l’Equipe datéed’hier,Grégoire Puel n’a pas hésité às’enprendreàJean-Pierre Rivère,lequel l’avait placé sur la listedes transferts lors du dernier mercato hivernal. « Oui, je me suis senti lâché par mon président, a-t-il confié. Aucun joueur n’aurait aimé lire une telle déclaration. Ç’a été une mauvaise surprise. Je n’ai pas accepté ce qu’a dit le président. Ce ne sont pas ses déclarations qui allaientmefairerenoncer.Au contraire, cette pique m’a fait réagir. » Et de poursuivre sur la relation avec son entraîneur de père. « Làoù il est fort,c’est qu’il a toujours su donner à notre relation un caractère professionnel. Aufoot, ce n’est pas mon père, c’est mon entraîneur. »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :