Nice-Matin n°2015-03-08 dimanche
Nice-Matin n°2015-03-08 dimanche
  • Prix facial : 1,50 €

  • Parution : n°2015-03-08 de dimanche

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 72,6 Mo

  • Dans ce numéro : coup d’envoi de la Foire internationale de Nice.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
L’interview Anthony Delon : « Halte au Frenchbashing » Le comédien prochainement à l’affiche de Des amours, désamour au cinéma revient sur l’actualité récente, sans concession ni faux-semblant. Il appelle ses compatriotes à faire preuve d’optimisme À l’image du docteur Romain Lucas, le charismatique médecin de la série Interventions,diffusée àl’automne dernier sur TF1, Anthony Delon s’inscrit dans une perpétuelle quête d’exigence. Assénant ses idées, en particulier sur la France et le monde actuel, avec une conviction qui n’a d’égale que la sensibilité qui perce au détour de certaines confidences. En attendant de le découvrirbientôt sur grand écran dans Des amours, désamour, une comédie romantique de Dominique Bachi sur la difficulté d’êtreen couple aujourd’hui (avec Denis Maréchal, Linda Hardy et Joy Esther), Anthony Delon s’est livré en mode tout feu tout flamme… Que retirez-vous de l’expérience Interventions ? J’ai été vraiment très heureux de fairecettesérie,çaaété une vraie rencontre avec un personnage riche en couleurs, qui m’abeaucoup apporté, et avec des acteurs formidables. En outre, la presse dans son immensemajoritéatrès bien accueilli la série,donc j’en garde le souvenir d’une expérience concluante, même si ça n’a pas été suffisant pour TF1. Depuis,ilyaeuCharlie Hebdo. Qu’est-ce que cela vous inspire ? Ce qui s’est passé est évidemment une tragédie, et rien ne justifie que l’on tue des êtres humains. Mais pour moi, la liberté d’expression doit s’arrêter là où elle blesse profondément les autres. Peut-être est-ce lié au fait que je cultivedepuis dix ans la philosophie bouddhiste, je porte probablement un regard différent là-dessus. Quoi qu’il en soit, je suis contre ce genre de caricature, parce que la religion touche àcequ’il ya de plus fondamental chez une grande partie de la population, c’est pour beaucoup un soutien moral,un point d’ancrage,un chemin de vie, et c’est primordial, essentiel même. Donc on doit respectercela, et ce quelle que soit la religion. J’estime qu’il y a deux poids et deux mesures, en étant d’un côté condamnable lorsqu’on insulteunmagistrat ou un agent de la fonction publique, et de l’autre autorisé à bafouer une religion de cettefaçon. Et Dieudonné, qu’avez-vous envie d’exprimer à son sujet ? Il ne m’intéresse pas beaucoup. Je ne sais pas vraiment ce qu’il pense,s’il surfe, s’il fait de la provocation pour attirer un certain public,ous’ilest réellement fasciste etantisémite. Je ne suis pas du tout d’accord avec sa démarche en tout cas. ‘‘ La liberté d’expression doit s’arrêter là où elle blesse autrui » Vous avez défilé, le 11 janvier ? Non, carj’avais des obligations familiales,mais j’ai été très choqué bien sûr.Même s’il faut aussi ajouter qu’on est toujours bouleversé quand ça se produit chez nous,mais quand vous regardez les informations, vous vous rendez compte que ça arrive tous les jours ailleurs dans des proportions beaucoup plus importantes. Quand je vois ce qui se passe au Nigeria ou au Pakistan, par exemple,ça me bouleverse tout autant, même si je ne suis pas directement menacé. Tout cela me donne l’impression de revenir mille ans en arrière, à l’époque de tous ces massacres commis au nom des guerres de religion, des pratiques obscurantistes comme d’envoyer au bûcher les femmes à la chevelure rousse,etaujourd’hui, avec l’accèsàlaculture, àl’information, àlaconnaissance, c’est totalement incompréhensible. Quelles solutions,selon vous, par rapport à l’après-Charlie ? Cela fait des années qu’on déstabilise le Moyen-Orient, l’Histoirenous donneratort ou raison, mais le résultat est qu’aujourd’hui on se rend compte que l’on est en guerre. Ce qui s’est passé en janvier est justeundébut, hélas. Et je ne vois pas comment on peut trouver des solutions politiques ou diplomatiques avec des gens qui font commettre par des petites filles de sept ans des attentats-suicides, qui enlèvent des chrétiens pour les égorger,qui précipitent des homosexuels du haut des tours ou qui détruisent des statues (Photo Jacques Beneich) comme ça vient d’être le cas en Irak. Il va falloir fairepreuve de fermeté, caronnenous laisse pas le choix. Vous vivez avec vos filles depuis septembre dernier. En quoi vous ont-elles changé ? J’ai toujours pris mon rôle de pèretrès àcœur.Mais il est vrai que depuis que leur maman, dont j’ai divorcé il yatrois ans, est partie aux États-Unis l’étédernier,cela m’aobligé àm’inscriredans une réalité encore autre ! Ce n’est pas toujours de tout repos,mais c’est bien pour elles comme pour moi, et au final cela m’a fait grandir et c’est magnifique. Pourquoi avoir vous-même décidé de quitter les Etats-Unis pour revenir en France ? Parceque c’est là que j’ai grandi, que je fais mon métier,et aussi parce que j’aime l’Europe. Je me positionne plus en tant que tel d’ailleurs.Mais il est clair que si demain la Francebascule Front national et qu’on a un président nice-matin Dimanche 8mars 2015 de cette formation, je prendrai mes cliques et mes claques carje ne me reconnaîtrai plus alors dans cettenation qui est la mienne. Que changeriez-vous dans notrepays, si vous en aviez le pouvoir ? Une mentalité. J’ai l’impression que par rapportàilyavingt ans, les gens vivent davantage dans la peur du lendemain. Et quand on apeur,on se renferme sur soi et c’est ainsi que l’on devient sectaire. Donc je voudrais tout simplement que les gens aient davantage confiance, qu’ils soient plus optimistes. Le pessimisme ne sert à rien, si ce n’est àralentir le cours des choses. Diredumal des autres, se plaindre en permanence ne fait qu’influer de manière négative sur notrechemin de vie, et les autres vous renvoient toujours ce que vous projetez sur eux. ‘‘ Le pessimisme influe sur notre chemin de vie » C’est pour cela que vous condamnezleFrench bashing ? Oui, depuis que Thierry Ardisson ainventé cela il yavingt ans dans Lunettes noires pour nuits blanches,c’est restéàlamode et c’est même devenu un sport national.Çaaprisdes proportions énormes. C’est peutêtre ce que les gens attendent, parce qu’on les a habitués à cela, mais sans vouloir non plus verser dans la complaisance, je pense qu’à force, cela devient toxique. Un mot sur le paysage musical français,vous qui étiez présent aux NRJMusic Awards ? J’aime bien le rap, Stromae, Sexion d’Assaut, Eminem, 50 Cent et le R’n’B, avec notamment Shy’m que je trouve très créative et très belle,cequi ne gâche rien. Mais je reste aussi très nostalgique de mecs comme Notorious B.I.G., Snoop Dogg ou U2 et Bruce Springsteen côté rock. J’ai essayé de faire découvrir aussi à mes filles des artistes comme Brel,Bécaud ou Aznavour,mais elles écoutent, comme elles disent, « duson », autrement dit de la musique électronique ! Et je reste un inconditionnel de Cabrel,qui demeure pour moi un poètemagnifique. PROPOS RECUEILLIS PAR LAURENCE LUCCHESIllucchesi@nicematin.fr
l’Histoire SOIT DIT EN PASSANT Cannes : duquai de la Douane au quai Saint-Pierre De l’antiquité à1838, Cannes n’a pas de port. Sa côte déchiquetée et bordée de rochers n’est pas assez sûre pour la marine àvoiles quand soufflent mistral et vent d’est. De plus, sa rade n’est pas assez profonde pour les gros tonnages. Seuls les pêcheurs cannois yaccostent avec leurs tartanes, barques àfond plat garnies de voiles. Lamer arrive alors jusqu’à l’actuelle mairie et les jours de forte houle, les vagues viennent lécher les pieds des maisons de la rue Félix-Faure. Et si aujourd’hui, la ville bénéficie de l’une des ouvertures sur lamer les plus pittoresques de la Côte d’Azur, c’est grâce à Lord Brougham, conseiller et protecteur de la municipalité cannoise auprès de la monarchie du Second Empire. Lorsqu’en 1834, Lord Brougham en transit à Cannes tombe amoureux du petit port depêche, il met son influence au service des Cannois. Il préconise notamment l’installation d’une jetée-promenade, là où il n’y avait qu’une petite route qui menait en Italie. A cette époque, ce genre d’aménagement est soumis à l’autorisation de l’état. Aussi, Brougham intervient auprès du roi Louis- Philippe qui donne son aval. C’était le temps Jusqu’au milieu du XVe siècle, les hommes des bords de la Méditerranée vivent librement de la pêche. Les choses changent lorsqu’en 1448 des statuts signés par le Roi René reconnaissent à l’abbaye de Lérins ainsi qu’aux évêques de Grasse et de Fréjus, l’exclusivité de la pêche dans la « mer de l’abbé », autrement dit de la côte de Menton àMarseille. Ce sera pendant longtemps une cause de discorde importante entrel‘abbaye de Lérins et les habitants du littoral qui revendiquent la liberté de la mer.Malgré l’espoir que véhicule la création en 1452 des « Prud’homies de Pêcheurs », institution habilitée à régler les conflits de cette corporation, les pêcheurs restent soumis au paiement du droit de madier ou droit de pêche, àl’abbaye. Soit le prélèvement d’1/35 e du produit de la pêche. Le poisson roi, le thon fait l’objet d’un règlement encore plus pénalisant puisque le prélèvement représente un quart des thons pêchés. Seule la pêche « au train », c’est-à-dire au filet traînant et relevé à pieddepuis la plage est exempte de la taxe. ❶ ❷ ❶ La douane toujours omniprésente sur le Quai Saint-Pierre en1905. (Archives municipales de Cannes) ❷ et ❸ Au XIX e siècle, les bateaux accostent sur le nouveau quai d’une façontotalement anarchique (Archives municipales de Cannes) ❹ Le quai Saint-Pierre encore appelé quai de la Douane vers 1862. (Davanne dans Les métamorphoses de la Côte d’Azur) A partir de là se développe la pêche clandestine. Les pêcheurs bravent les interdictions et tentent d’échapper aux contrôles. S’ils sont surpris, ils sont redevables d’une amende de 100 livres et de la confiscation du poisson et des bêtes qui les transportent. GÉRARD DROUOT PRODUCTIONS PRÉSENTE ENNIO MORRICONE EN CONCERT AVEC CHŒURS ET ORCHESTRE JEUDI 12 MARS 2015 NICE -PALAIS NIKAIA RETROUVEZ GÉRARD DROUOT PRODUCTIONS SUR www.enniomorricone.it Locations : gdp.fr,0 892 392 192 (0.34e/min),ticketnet.fr, digitick.com, Fnac et points de vente habituels Un bateau àaube amène jusqu’à 400 personnes par jour de Marseille Le 5juin 1838, l’évêque de Fréjus vient bénir la pose du premier bloc de la nouvelle jetée de Cannes. La communauté accueille ce nouvel aménagement avec beaucoup d’enthousiasme, mais souhaite rapidement voir l’installation d’un quai pour l’accostage de plus gros bateaux. Un quai, d’une longueur de 32,50 met d’une largeur de 20mpris sur la mer, émerge donc sur lalancée. Les aménagements sont terminés en 1841 et très vite, àcause de sa faible profondeur,il est augmenté jusqu’à 28 mètres pour recevoir de plus gros tonnages. Voyageurs et marchandises commencent àdébarquer par la mer dans un désordre indescriptible. Un luxueux bateau àaube assure même une liaison Cannes-Marseille quotidienne déversant jusqu’à 400 personnes par jour sur le quai. Sans dénomination officielle et du fait de l’omniprésence des douaniers lors de l’arrivée des bateaux, le quai est alors désigné quai de la Douane par les Cannois. Lors de la délibération du 7décembre 1862, sous la municipalité de Joseph- Louis Le Goff, il est officiellement baptisé quai Saint-Pierre en mémoire delaChapelle Saint-Pierre des Pêcheurs érigée sur le site puis démolie il yalongtemps et qui était affectée àlaConfrérie des Pénitents Bleus des Pêcheurs. Un oratoire aété érigé àl’emplacement de la chapelle en août 1951. Des cafés s’installent alors sur le port etnedésemplissent pas jusqu’à la concurrence du chemin de fer vers 1920. Le quai se reconvertit alors en port deplaisance recevant les yachts de riches étrangers et la jetée devient un lieu de promenade. Long de 260 metposé entre les boulevards Pantiéro etJean-Hibert, le quai Saint-Pierre aconnu une rénovation totale en 2012. NELLYNUSSBAUM Sources : Cannes et ses rues par Pierre Ipert, éditions Gilletta Nice-Matin, 2002. Les métamorphoses de la Côte d’Azur par Yvan Christ. Éditions Balland 1971. De Menton àMarseille, les pêcheurs obligés de payer les abbés de Lérins pour exercer leur activité Seule la pêche « au train », c’est-à dire au filet traînant et relevéàlamain depuis la plage ou un quai n’est pas soumise aux taxes des abbés de Lérins. Ici vers 1890 sur le port de Tamaris à La Seyne. Archives municipales de Cannes ❸ Apartir de 1789, les pêcheurs ne paient plus aucune taxe. Un droit dont ont hérité ces hommes de la mer, ici à Sanary en 1911. l’Association des Pointus de Sanary Le seigneur de Bandol s’oppose aux abbés Seul, Guilhem Boyer, seigneur de Bandol, tente de contrer les nouveaux statuts. Il affirme posséder le droit exclusif de pêcher le thon entre la Ciotat et Antibes. Pour preuve, il présente des lettres patentes de 1298 reconnaissant que rien ni personne ne peut dépouiller le souverain de ses droits régaliens. Appuyé par les seigneurs d’Ollioules et du littoral varois, il remet en question la légitimité de l’abbé qui doit alors leur céder les droits de pêche. Mais en 1541, l’abbaye adresse une requête àFrançois 1er pour faire rétablir son droit de pêche dans la totalité de « samer », en vain. C’est alors qu’entre 1624 et 1661, les bords de mer voient l’installation d’une Marine nationale permanentequi, devenant propriétaire du littoral, va établir la liberté de pêche en 1681. Désormais il est interdit aux seigneurs côtiers autant qu’aux abbayes de lever des droits de pêche. Ce que les religieux contestent. Dans un premier temps, la Marine est déboutée par le Conseil d’État. Elle va cependant user de sa puissance et de son influence et l’abbaye va perdreses droits le 8septembre1736 sauf sur le poisson pêché dans le bras de mer entre les Îles de Lérins et la côte cannoise. Petite prérogative à laquelle elle est contrainte de renoncerdéfinitivement en 1789. Apartir de là, la pêche en Méditerranée va se pratiquer librement, de façon artisanale à l’aide de petites embarcations (brios, bombardes à deux mats, felouques, tartanes et pointus) évoluant non loin des côtes. Avec ses saints patrons, l’apparition de rituels et superstitions, la pêche s’inscrit définitivement dans l’histoire de la civilisation méditerranéenne ! NELLYNUSSBAUM Sources : Le droit de pêche de l’abbaye de Vérins par Roger Aubenas (1955). Collection des documents,textes et mémoires conservée aux archives départementales duVar. Cartulaire de l’Abbaye de Vérins par Vérins (partie II) ❹



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :