Nice-Matin n°2015-03-07 samedi
Nice-Matin n°2015-03-07 samedi
  • Prix facial : 1,50 €

  • Parution : n°2015-03-07 de samedi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 75,8 Mo

  • Dans ce numéro : la grippe... l'hécatombe.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
la santé Des dessous chicspour parerune féminitéécorchée Témoignage Rester femme, et séduisante, même lorsque l’on vient d’être opérée du sein : Cœur de Lys, ou les secrets de la petite entreprise d’Angélique E nmeregardant dans la glace après l’opération, j’ai découvert que j’avais un sein plus bas que l’autre. Un vrai Picasso… « Jevaux de l’or ! », me suis-je dit ! » Pour Angélique, oui, on peut rire de tout. Même du cancer.Une maladie qui afait irruption dans la vie de cette ravissante jeune maman de deux grands garçons il yatrois ans. « J’avais 41 ans. Un jour, j’ai senti une petite boule dans mon sein. Ma grand-mère maternelle, ma mère, ma tante ayant été touchées par un cancer du sein, je me suis inquiétée… « Arrête de psychoter », m’a dit mon médecin, qui est aussi un ami. » Et les examens semblent lui donner raison : l’échographie comme la mammographie ne mettent aucune anomalie inquiétante en évidence. Angélique va quand même bénéficier d’une IRM. « C’est pas bon… » Quelquesjours plus tard, elle appelle le praticien qui lui a prescrit cet ultime examen de contrôle : « Vous avez mes résultats ? » « Oui, c’est pas bon. » « Ce n’est pas un cancer ? » « Si. » Un échange court etbrutal qui va bouleverser la vie d’Angélique. « C’était un cancer bifocal (deux foyers tumoraux, Ndlr). D’emblée, le médecin m’a dit : « Il faut tout enlever ! » J’avais une toute petite poitrine… Je n’ai pas hésité àdire oui. » Angélique va bénéficier d’une reconstruction immédiate. « J’ai quitté l’hôpital avec mon soutiengorge post-opératoire (qui se porte les mois suivants une opération mammaire, Ndlr). Je me sentais laide. Je me suis dit : « Je vais le jeter ! » Le problème, c’est que je ne supportais plus rien. J’avais des démangeaisons, des douleurs telles que j’en pleurais… Je ne pouvais plus utiliser ma lingerie. Et je n’ai « Ce projet m’a beaucoup aidée à surmonter la maladie », confie Angélique. (Photo N.C.) rien trouvé de joli et que je puisse supporter. » Des dons àlaLigue contre le cancer De là àimaginer créer une ligne de lingerie très sensuelle pour les femmes qui ont subi une chirurgie du sein, il n’y aqu’un pas, que la quadra niçoise n’hésite pas àfranchir. « Ceprojet m’a beaucoup aidée àsurmonter la maladie », concède Angélique. Forte d’une première expérience passée réussie dans la créationd’entreprise, àl’époque déjà dans un contexte de « crise » – « undivorce, pas de famille proche, deux très jeunes enfants » –,laNiçoise va foncer. « Àla styliste, j’ai dit ce que je ne voulais pas : que ça gratte, qu’il y ait des coutures, ou des armatures… Mais que ça reste très joli et féminin. » C’est ainsi qu’ont jailli de délicieux et tout doux modèles, aussi séduisants que silencieux sur leurs intentions : ne pas faire souffrir des cicatrices encorerécentes, s’accommoder de redons… Si Angélique entend bien, avec l’appui d’un de ses fils, fairebien marcher sa société, elle n’en oublie pas la génèse. Elle s’est ainsi engagée àreverser un pourcentage de ses ventes àlaLigue contrelecancer.Une association qui lui aouvert les bras lorsque son moral était en berne. Puis qu’elle aremerciée en offrant àson tour du temps d’écoute. Elle est comme ça, Angélique : cequ’elle areçu, elle abesoin de le donner. NANCY CATTANncattan@nicematin.fr Site web : www.coeur-de-lys.com Contact : Madame Angélique de Rocquigny, 1rue Victor-Juge,06000 Nice. Tél. : 06.62.08.07.63. E-mail : angederoc@icloud.com nice-matin Samedi 7mars 2015 En bref « Mars bleu » : mobilisation contre le cancer colorectal Avec 42000 nouvelles personnes touchées chaque année en France(23200 hommes et 18900 femmes), le cancer colorectal est le troisième cancer le plus fréquent et la seconde cause de décès. Néanmoins, s’il est détecté tôt, il se guérit dans 90% des cas, d’où l’importancedudépistage. C’est le thème central de « Mars bleu 2015 », mois de mobilisation nationale contre le cancer colorectal. De nombreuses actions de sensibilisation se déroulent en région pour le grand public et les professionnels de santé. Conférencesdébats,étapes du Côlontour, séances de ciné-débat, journées de sensibilisation… sont prévues dans le Var durant le mois de mars (1). Dans les Alpes-Maritimes, les actions d’information sont décalées aux mois d’avril et mai, pour se caler sur la campagne d’information de l’Institut national du cancer relative au déploiement du nouveau test. En effet, dès le printemps,le test Hémoccult utilisé depuis 2009 pour le dépistage sera remplacé par le test immunologique OC-Sensor.Unnouveautest annoncé comme plus simple (un seul prélèvement de selles,contre six auparavant) et plus performant (il permet de détecter deux fois plus de cancers et trois à quatre fois plus d’adénomes), qui devrait donner une nouvelle impulsion au programme de dépistage et faciliter la participation, qui reste encore très insuffisante : 30% enFrance, 22% enPaca, alors que l’objectif européen minimal s’élève à 45%de participation, et le taux souhaitable à 65%. 1. Pour connaître les événements près de chez vous : www.cres-paca.org
la santé Sexualité, qued’idées reçues ! Sexo La sexualité est le règne des clichés. Partant dececonstat, la psychanalyste et sexologue Catherine Blanc adécidé de leur tordre le cou dans son dernier ouvrage. Jouissif ! L es femmes font l’amour par amour, les hommes ont plus de besoins que les femmes… Autant de poncifs que nous assénons sans les interroger.Pourtant, la sexualité est bien plus riche et complexe, nous rappelle Catherine Blanc, sexologue et psychanalyste. Rencontre. Pourquoi tant d’idées reçues ? Dans ce domaine comme dans tous les autres d’ailleurs,l’idée reçue sert à apporter une réponse simple,pour ne pas dire simpliste, à une question qui nous dérange. Elle est toujours une tentative de clore le débat une fois pour toutes,là où nous aurions tant intérêt à l’ouvrir… En quoi la sexualité pose-t-elle des questions dérangeantes ? Faire l’amour nous effraie toujours,car cela suppose de se montrerànu, dans les deux sens du terme,de faire avec nos émotions,nos fantasmes, nos impossibilités,nos fragilités. L’idée reçue rassure encore, parce qu’en général,tout le monde y adhère, on se sent moins seul. Mais la sexualité, aujourd’hui, n’est-elle pas libérée de nombreux tabous ? C’est ce qu’un certain discours nous laisse croire, ce n’est pas ce que j’entends dans mon cabinet. Sauf que plus personne n’ose s’en ouvrir franchement, de peur de passer pour quelqu’un de coincé ou d’anormal ! Même quand nous avons l’impression d’avoir trouvé la réponse, elle n’est que provisoire, nous n’avons jamais fini d’apprendre dans ce domaine,nous sommes toujours en mouvement. D’où notre inquiétude,puisqu’il n’y a jamais de certitude. Quelle est l’idée reçue la plus répandue ? L’idée selon laquelle la sexualité « Ilyaautant deformes de sexualité que d’êtres humains », insiste Catherine Blanc. (Photo Patrice Lapoirie) serait « naturelle ». Si c’était le cas, nous ne ferions que nous sauter dessus pour nous reproduire, point ! Or, elle est avant tout une affaire de culture, de relations, à moins de ne considérer le sexe que comme une séance de gymnastique. J’ajouteencoreque,s’ils’agissait d’un besoin naturel,comme boire ou manger,nous ne pourrions pas nous en passer.Or, on peut très bien ne pas faire l’amour sans mettre sa vie en danger. Pourquoi toutes ces idées reçues sur le fonctionnement des hommes,des femmes… Elles témoignent de la peur de l’autre, que l’on aimerait tant contrôler,alors que pour jouir il faut accepter de s’abandonner. On imagine avoir compris le fonctionnement de l’autre, et on le réduit àintégrer un groupe homogène,sur le mode « tous les hommes aiment le porno », « toutes les femmes veulent de longs préliminaires ». Sauf qu’il y a autant de formes de sexualité que d’êtres humains. D’ailleurs,selon le partenaire, nous ne faisons jamais l’amour de la même façon. Cette diversité, au lieu de nous réjouir,est anxiogène pour beaucoup. « Lasexualité « naturelle », une idée reçue » Ne trouvez-vous pas ces préjugés assez rétrogrades ? Il existe un fort décalage entre le discours et la réalité sous la couette. Les femmes tiennent aujourd’hui des propos souvent crus sur leur désir,leur plaisir, mais qu’est-ce qui les fait fantasmer ? 50 nuances de Grey, l’histoire d’une vierge de 20 ans initiée par un milliardaire aux jeux sadomasochistes ! Cela traduit le fait que la femme a besoin d’imaginer être sous la maîtrise totale de l’homme pour pouvoir s’abandonner à la jouissance. Il n’est pas étonnant que le viol arrive en tête dans les fantasmes féminins –même si, bien sûr, cela ne signifie pas qu’elles aient envie d’être violées dans la réalité ! Mais ce fantasme permet à la femme de se débarrasser de sa culpabilité inconscienteàprendreduplaisir. Je reviens sur votre titre : pourquoi une « sexualité décomplexée » ? nice-matin Samedi 7mars 2015 Cela signifie s’autoriser à être ce que l’on aenvie d’être, et cela comprend la liberté de ne pas fairecomme les autres. J’engage le lecteur à résister à l’injonction de jouir à tout prix et dans toutes les positions, au mépris de ses pudeurs,de ses envies, de ses limites. La liberté sexuelle qui consisterait à tout essayer est encore une idée reçue que je dénonce dans mon livre. Votre objectif est d’aider chacun à avoir une sexualité adulte. Qu’entendez-vous par là ? Notre vie sexuelle commence dans la petite enfance, dans notre relation à nos parents. Ce terreau émotionnel sert de matrice à notre comportement futur, et, s’il ne s’agit pas de le rejeter, il est important de s’en affranchir. Beaucoup se comportent au lit comme des petits enfants qui réclament leur dû ou accordent une faveur,tout le contraire de ce que j’appelle une relation d’adulte,où chacun est un individu entier face à un autre individu. Pensez-vous qu’un livre puisse suffire à lever des freins, bien souvent inconscients ? J’ai écrit le mien pour faire baisser la pression que la société met sur la sexualité. J’aimerais qu’il aide chacun à cheminer tranquillement, àprendre le temps de réfléchir,notamment aux questions vers lesquelles il va spontanément. Elles peuvent le faire avancer vers une sexualité plus riche et plus satisfaisante pour lui. PROPOS RECUEILLIS PAR BERNADETTE COSTA-PRADES La Sexualitédécomplexée. Catherine Blanc. Éditions Flammarion. 252 pages.18 €.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 1Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 2-3Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 4-5Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 6-7Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 8-9Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 10-11Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 12-13Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 14-15Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 16-17Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 18-19Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 20-21Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 22-23Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 24-25Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 26-27Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 28-29Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 30-31Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 32-33Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 34-35Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 36-37Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 38-39Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 40-41Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 42-43Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 44-45Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 46-47Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 48-49Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 50-51Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 52-53Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 54-55Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 56-57Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 58-59Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 60-61Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 62-63Nice-Matin numéro 2015-03-07 samedi Page 64