Nice-Matin n°2015-03-06 vendredi
Nice-Matin n°2015-03-06 vendredi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-03-06 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 70,9 Mo

  • Dans ce numéro : thermomètre en surchauffe sur la Côte.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Nice ELECT1 ONS DEPARTEMENTALES Uncanton volumineux. Disparate. Décousu. La fauteà un redécoupage improbable, fédérant en deçà de ses frontières, des quartiers dissemblables. Le canton Nice4est mosaïque. Ilest urbain. Limitecampagnardavecses vallonnements encoreparcourus, çaetlà, de cultures de roses et d’œillets. Pas devie humaine uniforme. Ici, règne la mixité sociale, depuis les grands ensembles rébarbatifsduRouret, LasPlanas, LaMadeleine... Jusqu’aux demeures cossues de Saint-Pancrace, La Sirole,Saint-Pierre de Féric... C’est sur ces terres plurielles que se présentent cinq binômes. Des candidats de droite, dont un seul sortant, Bernard Baudin (ex-7 e canton). Des candidats de gauche.Qui, souvent, malgré leurs dissensions politiques,ont tous une approche similaire delaproblématique de ce fief puisant son unité dans la diversité. Tous évoquent la voirie, les transports. Jugés insuffisants.Àrevoir.Àaméliorer pour éliminer le sentiment d’abandon que ressentent les populations collinaires. Le social fait, lui aussi, partie des axes de campagne. Le mieux vivre ensemble. Onveut de l’humain. C’est tendance. C’est vital.Voilà sans doute pour ces raisons tellement évidentes, que les cinq femmes et les cinq hommes, qui briguent le 4 e fief,parlent de proximité, d’approche de terrain. Loin des étiquettes politiciennes finalement. CHRISTINE RINAUDO crinaudo@nicematin.fr Guillaume Spatola et Karine Duvivier. (Photo DR) Entente Républicaine : « Onvit le canton différemment » Ils ont déjà participé àdes élections municipales. Sans succès. Au nom de l’Entente Républicaine,Karine Duvivier, directriced’Ehpad, et Guillaume Spatola, chef d’entreprise,selancent cette fois àl’assaut du canton 4, « unvillage dans la ville » qu’ils habitent. Ils ne sont pas politiciens et l’affirment : « Onvit le canton différemment, à travers une proximité avecses habitants. » Quel visage donnez-vous àlaproximité ? Social, tout d’abord. Petite enfance, collèges,voirie, personnes âgées, handicapés. On a envie d’aiderles gens qui rencontrent des difficultés. Quelle piste pour les collèges ? Il faut les réformer avec un système basé sur des cours fondamentaux et des aprèsmidi réservés aux cours de Nice 4:cinq binômes Un canton de la diversité, certes. Mais dont les enjeux trouvent une unité dans la voirie et les transports. Qui saura convaincre ? soutien, au sport, aux arts… Oui à la professionnalisation des enfants dès la 6e. La voirie fait également partie de votre campagne En effet. Le canton est très collinaire. Beaucoup de routes sont à refaire, àsécuriser. Vous évoquez la desserte de cette zone. Problématique et sans réponse. Il faut développer les transports en commun pour permettrel’accès àlaville des riverains. La sécurité des routes n’est pas la seule àvous préoccuper. Non. Dans ce canton, on n’est pas autant en sécurité qu’on veut nous le faire croire. Si nous sommes élus, nous favoriserons le rapprochement entre polices nationale et municipale. Pas de blabla politicien. Non au cumuldes mandats. Sous l’étendard du Front de Gauche, Ève Galliano, formatrice pour adultes, ex-militante au Nouveau Parti Anticapitaliste, et Philippe Pellegrini, infirmier,militant au PCF, veulent apporter une double candidature différente : « Nous sommes de vrais gens qui travaillent. » Et qui comptent travailler encore plus sur le terrain, si d’aventure, les urnes leur souriaient davantage qu’en 2011, alors qu’ils s’étaient déjà présentés dans ce qui était le 11 e canton, avant « leredécoupage incroyable. » Ce qui apparemment, « n’est pas étonnant de la part du Parti Socialiste ». Vous militez pour quoi ? Notre axe principal, qui fait que nous sommes en alliance avec différents mouvements, c’est le refus de l’austérité. Cette austérité aggravée par l’illogisme du conseil général. Il y a une baisse de la dotation globale et des investissements, notamment dans les collèges et le domaine sanitaireetsocial, alors que les subventions du conseil général se sont développées au profit d’établissements privés.En plus, on manque de structures telles que les Ehpad publics, notamment sur Nice qui ne compte que 300 lits. Il yauntrès gros décalage avec le niveau national, où deux tiers des lits sont publics. Queproposez-vous ? Qu’à l’issue du transfert de l’hôpital Saint-Roch sur Pasteur II, le conseil général transforme le centre hospitalier désaffecté en un grand Ehpad. Quelles carences dénoncez-vous sur le canton 4 ? Les problèmes du département sont accentués dans certains quartiers : sur Las Planas, La Poste ouvre de manière épisodique. La Madeleine souffre aussi du manque d’accès aux services publics. Ce sont des secteurs qui sont laissés de côté au niveau des investissements. On peut parler de ségrégation urbaine. Que ferez-vous si vous êtes élus ? Nous réorienterons l’argent du conseil général vers des investissements utiles aux populations. Notre but est de porter une autre voix, une véritable alternative à la politique départementale. Par exemple en associant les soins publics (services de consultation) à une maison de retraite. Uniquement dans le social ? nice-matin Vendredi 6mars 2015 Repères Redécoupage Le nouveau canton Nice 4 constitue un territoire correspondant aux ex-7 e, 8 e, 9 e, 11 e cantons. Il allait, grosso modo, de Las Planas à la Promenade des Anglais,via le Parc Impérial et La Madeleine. Nombred’habitants 43042 Nombred’électeurs 30 221 Sortants Quatre UMP,tous élus au second tour : Bernard Baudin (54,90%), Olivier Bettati (64,32%), Daniel Benchimol (51,80%), Joseph Calza (61,98%). Front de Gauche : « Remettre l’humain au cœur de tout » Philippe Pellegrini et Eve Galliano. (Photo DR) Non. Il faut également préserver les collines du canton, les mettre en valeur. C’est le poumon vert de notre ville. Il ne doit pas yavoir de spéculation immobilière. On doit cesser de construireàtout va. Vous évoquez souvent le mieux-vivre ensemble. Comment peut-il se décliner dans un territoire aussi disparate ? Nous sommes contrelaségrégation et pour la mixité. On ne doit pas réserver Nice et le département qu’aux riches. Il faut composer un maillage important avec des espaces à échelle humaine, avec un vrai développement. En résumé ? Remettrel’humain au cœur de tout. C’est aussi l’occasion de combattre la politique du parti socialiste.
Nice àl’assaut des collines ! UMP-UDI : « Nos opposants ? Des inconnus » Leurs opposants ne leur font pas peur : « Des inconnus pour les Niçois, qui ne sont pas du tout implantés ». Voilà le sentiment de Nicole Merlino-Manzino et de Bernard Baudin. Elle est adjointe au maire de Nice, ancienne horticultrice, chef d’entreprise. Il est conseiller municipal, déjà conseiller général, président des chasseurs français, créateur du centrescolaire du CHU de Nice. Ils se présentent aux départementales sous l’étiquette UMP -UDI. Et avec le slogan « Ensemble pour le canton Nice 4 ».Ensemble sur fond de mosaïque. Mais sans approche politicienne : « Ils’agit d’une élection de proximité. Peu importent les étiquettes. » Les enjeux de ce canton ? Une diversité énorme. Ce canton est riche, mais pluriel. Nécessitant un très gros investissement. Avec des problématiques différentes àLaMadeleine, Las Planas ou La Costière, nouveau quartier fort de1500 familles. La mixité sociale est importante. Nicole Merlino-Manzino et Bernard Baudin. (Photo Frantz Bouton) Vospriorités si vous êtes élus ? Les transports. Sur les collines, les gens ne sont pas aussi bien desservis qu’en centre-ville. Ce qui est demandé aujourd’hui, c’est une augmentation des fréquences des bus. Par exemple, sur La Madeleine, aux heures de pointe, c’est bondé sur la ligne 3. On étudie àcesujet, la mise en place d’une boucle qui serait limitée àLaMadeleine, pour desservir les collèges. Europe Ecologie Les Verts : « Le social et la solidarité d’abord » « S » comme social.Comme solidarité. Lesdeux maîtres mots des deux candidats d’Europe Ecologie LesVerts sur le canton Nice4.Claude Le Roux et Luc Chesnel, juriste. D’abord une question pour Claude Le Roux, inconnue au bataillon politique.Qui êtes-vous ? Je suis médecin, Niçoise depuis vingt-cinq ans. J’habiteleVieux Nice, mais je vais souvent dans le canton 4. Je n’ai jamais eu de mandat. Je suis issue de la sociétécivile et je ne suis même pas chezLes Verts, même si j’ai beacoup de sympathie pour eux. Je suis déjà engagée dans une épicerie sociale et, en tant que médecin, je suis amenée à constater tous les soucis et les dégradations liés au pouvoir d’achat. Pourquoi avoir accepté ce challenge ? Parce que je pense qu’il faut renouveler les femmes et les hommes politiques. Avoir un regard neuf sur la réalitédu terrain. Et puis,les socialistes ne se présentent pas sur ce canton. C’est aussi une Claude Le Roux et Luc Chesnel. (Photo Laurent Carré) manièredemesurer l’impact des Verts dans ce territoire. Plus généralement, quel seravotreaxe de campagne àtous les deux ? Travailler sur l’égalitédes chances et des aides qu’on peut apporterdans les faits. Ce sont davantage les préoccupations sociales que nous voulons aborder.Elles concernent les compétences du conseil général,mais également tous les quartiers. Des problèmes relatifs àl’enfance, les personnes âgées,les handicapés,leRMI,leRSA, on en trouve aussi dans le canton 4. Quelles solutions concrètes ? Pour nous deux, le fait d’avoir beaucoup œuvré dans le social (Luc Chesnel additionne 13 années de bénévolatdans la vie associativeN.D.L.R.), nous permettradetrouver des réponses à travers l’économie sociale et solidaire. Voirie collinaire etcadre de vie font aussi partie de votre campagne. Il yades chantiers àentreprendre. Dans des directions particulières, distinctes, selon les secteurs. ÀLaMadeleine, le vallon du Magnan doit être curé. Chemin des Sablières, un côté aété fait, mais pas l’autre, d’où un tollé des riverains. C’est acté. Ce sera une de nos premières réalisations si nous sommes élus. Ensuite, il yatous les espaces verts qui contribuent à la qualité de la vie, comme le parcd’Estienne d’Orves, le parc de la Clua... Il faut les protéger. D’autres projets doivent voir le jour. Ainsi, àPessicart, nous nous sommes engagés àcréer un jardin représentant un budget de 110 000 €, au32, de l’avenue. Ailleurs, la verdure est toujours une réalité... Le canton 4est, en effet, un des Ils ont bon espoir « degagner des cantons et de ne plus être un parti d’opposition. » Face aux « trahisons de l’UMP/PS », Jeanne Martin, ex-éducatrice pour enfants et mère defamille, sur la liste de Philippe Vardon aux dernières municipales et Christian Prével, retraité commercial, sur la liste FN aux dernières municipales, placent « lerassemblement du côté Bleu Marine et du Front National ». Quel est votre constat sur Nice 4 ? L’échec du vivre ensemble àunmoment où il faut être pragmatique. Nice, c’est beaucoup de tape-à-l’œil. Tout ce qui est en dehors du périmètre Promenade des Anglais-Gambetta-Dubouchage est catastrophique. Le tandem Estrosi-Ciotti se préoccupe trop de la politique du centre, de la carte postale. Nous, nous sommes plus réalistes. nice-matin Vendredi 6mars 2015 rares cantons où il yaencore des productions horticoles avec des cultures de roses et d’œillets. C’est un canton de la nissardité. Il faut la défendre. De quelle manière ? Nous veillerons àces productions horticoles en essayant de motiver de nouveaux horticulteurs às’installer.Nous voulons parvenir àdéfendre nos PME à travers une politique de la terre active. La sécurité fait-elle partie de votre programme ? Oui, àtravers la perspective d’installer une trentaine de caméras supplémentaires. Le projet est àl’étude. Et le social ? Là encore, un travail conséquent àmener pour la petite enfance et les seniors dans les secteurs populaires. Avec des crèches àcréer et pour les seniors, mutualiser des aides du conseil général et de la métropole, afin qu’ils puissent rester chez eux le plus longtemps possible. FN -RBM : « Il faut êtrepragmatique » Christian Prével et Jeanne Martin. (Photo Sébastien Botella) Précisez votre sens du réalisme… Nous sommes sur des collines, où vit un tiers des Niçois. C’est beaucoup. Pourtant, ces Niçois se sentent un peu coupés du monde, un peu isolés surtout au niveau des transports. Les rotations des bus devraient être plus fréquentes, sur des trajets plus courts. La voirie est également undevos thèmes forts… Sur Cessole, Le Ray, Cyrille-Besset, Auguste-Raynaud… les rues sont en très mauvais état. Là aussi, abandontotal. Un abandon que vous dénoncez aussi au niveau sécurité… Sur des quartiers comme Las Planas, La Madeleine supérieure… il se traduit par une paupérisation, un clanisme, des trafics en tous genres, un communautarisme, une délinquance. Que proposez-vous pour endiguer le phénomène ? Cesser de subventionner toutes les associations. Il faut être sérieux, refuser le clientélisme, notamment communautaire.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 1Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 2-3Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 4-5Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 6-7Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 8-9Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 10-11Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 12-13Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 14-15Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 16-17Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 18-19Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 20-21Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 22-23Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 24-25Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 26-27Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 28-29Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 30-31Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 32-33Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 34-35Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 36-37Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 38-39Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 40-41Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 42-43Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 44-45Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 46-47Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 48-49Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 50-51Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 52-53Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 54-55Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 56-57Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 58-59Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 60-61Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 62-63Nice-Matin numéro 2015-03-06 vendredi Page 64