News Mag n°93 6 avr 2019
News Mag n°93 6 avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°93 de 6 avr 2019

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : SASU Société de Journaux Gratuits

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 7,0 Mo

  • Dans ce numéro : la mode en rose.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Par Fabienne HUET Bal CHÂLONS de promo Vous avez le look d’un adolescent ? Vous vous sentez à l’aise sur un plateau ? La Comète recrute une 20e de filles et garçons pour endosser le rôle de jeunes au bal de leur université américaine. « First Trip », adaptation de « Virgin Suicides » sera joué à La Comète. Pas de tirades à retenir, aucun texte à apprendre, juste une petite chorégraphie est demandée pour monter sur les planches de La Comète, pour l’adaptation théâtrale de « Virgin Suicides », le roman de Jeffrey Eugenides sorti en 1993. Portée à l’écran par Sofia Coppola en 1999, cette histoire a donné l’idée à Katia Ferreira, metteuse en scène, de créer avec sa Cie professionnelle la pièce « First Trip ». L’originalité ? Pour ce remake de « Virgin Suicides », dans chaque ville où auront lieu des représentations, elle demande la participation d’une vingtaine de jeunes figurants du cru. Il n’y a pas d’âge précis requis, il faut juste ressembler à un ado, garçon et fille, participant au bal de promo de son école, dans la plus pure tradition américaine. 1. 2. Les 22 et 23 mai Deux représentations seront données les mercredi 22 et jeudi 23 mai à 20 h 30 à Châlons, sur la scène nationale de la Comète. Envoyez vite deux photos de vous, un portrait et en pied, avant de vous présenter à la Comète pour être sélectionné. « Pour l’instant, quelques jeunes mineurs châlonnais ont postulé, dont un âgé de 16 ans répondant aux critères » confie Marie Cayre, chargée des relations avec le public à La Comète (mcayre@ la-comete.fr). « Les inscriptions initialement closes au 27 mars restent ouvertes jusqu’à ce qu’il y ait les figurants demandés ». Seule contrainte, il faudra être présent pour les ateliers des 18, 19, 21 et 22 mai pour mémoriser une chorégraphie simple à retenir. Avoir vu le film est un plus. I 16 « Virgin suicides est un fait divers mystérieux et irrésolu, le suicide en série de 5 adolescentes d’une famille puritaine dans l’Amérique pavillonnaire des années 70 à Détroit » retrace Katia Ferreira. Les garçons du quartier, les voisins, 25 ans après les faits, décident de reprendre l’enquête dans l’espoir d’en finir avec une énigme qui les obsède. « L’incompréhension paralyse la communauté qui se réfugie dans le mutisme et le déni de cette nouveauté qui l’habite  : l’adolescence ». Reste alors à la jeunesse elle-même la charge de sonder la profondeur de son malaise. 1. Marie Cayre attend les postulants et postulantes. Christophe Manquillet. 2. Pour la pièce « Virgin suicides », il faut 10 filles et 10 garçons de Châlons et des environs. Florent Dupuis.
Par Fabienne HUET Bijoux EPERNAY Essentiels Les bijoux de Christine Bouet n’ont rien d’accessoire, ils sont indispensables ! En argent ou en or, agrémentés de pierres, ses modèles uniques ou déclinés en petites séries à portée de toutes les bourses séduisent à la fois touristes de passage et Champenois. C’est ce qu’on appelle une reconversion réussie ! Christine Bouet a toujours aimé les bijoux et adoré en faire. Des enfilages déposés chez sa coiffeuse à ceux qu’elle offrait à ses amies dès 2005, elle est passée à une première formation au pôle bijoux de Baccarat sur le travail de la pâte de métal, dont elle est sortie instructeur certifié. Son CAP de bijoutier en poche en 2015, passé à l’Académie des métiers d’Arts à Paris, elle installe son atelier pignon sur l’Avenue de Champagne, à « La Suite » et vit une belle aventure entre artistes et artisans. Aujourd’hui, elle poursuit son rêve en solo à Epernay où elle a installé son atelier et reçoit uniquement sur rendez-vous. Du fait main « On peut trouver chez moi un bijou original à partir de 50 €  » dit-elle. Une volonté d’être accessible, même si 1. ses parures peuvent atteindre des sommes plus importantes selon les matériaux utilisés. De l’argent, du corail, de l’ébène des pierres ornementales comme l’agate, la turquoise, l’onyx, citrines et péridots ou bien de l’or, des diamants, rubis, saphirs et émeraudes, deviennent des bagues bubbles, boucles d’oreille florales, des bracelets et pendentifs uniques ou produits en mini séries. Elle peut les adapter à votre taille, vous pouvez aussi lui confier vos idées pour qu’elle les réalise. Chaque gemme, chaque perle de Tahiti est choisie avec soin. Chacun de ses bijoux est unique, fait de ses mains. « Une femme m’a amené les pierres de plusieurs bijoux qui l’ont accompagnée des années, pour que j’en fasse un bracelet ». Christine Bouet donne aussi une nouvelle vie au solitaire de vos fiançailles et crée des alliances poétiques, à partir de 200 € pour les amoureux, que ce soit en or blanc ou rose. I 17 2. On peut la joindre sur son site Internet www.christinebouet.com bientôt transformé en site de vente. Dans le but de faire de plus en plus de joaillerie et de sur-mesure, elle continue à se perfectionner à Paris. Des anglais lui avaient acheté une bague l’été dernier, en argent et corail. « Le monsieur m’a contactée pour que je fasse la broche assortie, pour les 60 ans de sa femme ». Christine a reçu un petit mot adorable en retour. « Ma satisfaction, c’est de rendre les gens heureux ». Un cœur d’or ! 1. Des bijoux au lignes contemporaines. 2. Christine Bouet, créatrice à Epernay.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :