News Mag n°90 23 fév 2019
News Mag n°90 23 fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°90 de 23 fév 2019

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : SASU Société de Journaux Gratuits

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 9,7 Mo

  • Dans ce numéro : les aider à choisir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
//Dispositif « 100% Réussite »  : épauler les jeunes qui décrochent. Six acteurs de la formation, de l’emploi et de la solidarité ont décidé d’unir leurs forces pour lutter contre le décrochage des jeunes et leur apporter des réponses pertinentes. L’AG2R LA MONDIALE, Alméa – formations – interpro 51, la Ligue de l’enseignement, le Mouvement Associatif Champagne-Ardenne, l’UFR STAPS de Reims et l’URIOPSS Champagne-Ardenne ont ainsi bâti un dispositif baptisé 100% Réussite. Une première phase a consisté à étudier la population des jeunes en situation de décrochage. Et les chiffres sont parlants  : ¼ des étudiants inscrits en première année de licence sortent de l’URCA dans les premiers mois suivant le début de l’année universitaire ; une situation que l’on retrouve surtout en filière Droit Économie et Gestion, Sciences Humaines et Sociales, et STAPS. Autre donnée, les NEET (Not In Education, Employement or Training, soit les jeunes qui ne sont ni en cursus scolaire, ni en formation, ni occupant un emploi) représentent 1 7% des jeunes âgés de 15 à 29 ans sur le territoire Champagne-Ardenne, soit 43 000 jeunes. L’étude s’est aussi intéressée aux quartiers prioritaires de la ville de Reims  : au sein de ceux-ci, un peu moins de 20% des jeunes ont entrepris des études après le Bac, contre plus de 50% pour l'ensemble de la ville de Reims. La deuxième phase du processus a permis d’identifier et de mettre en relation les différents acteurs de la formation, de l’emploi et de l’accompagnement social sur le territoire. La troisième phase débute aujourd’hui avec l’ambition de suivre pour cette année 50 à 70 jeunes. Une fois identifiés, les jeunes vont pouvoir travailler à la formalisation d’un projet avec la cellule 100% Réussite. Une équipe constituée de professionnels des trois domaines d’action (formation, emploi, accompagnement social) va ainsi accompagner le jeune dans son projet, en lui apportant une aide personnalisée et adaptée. Une fois entré en parcours de formation ou occupant un emploi, il sera suivi par la cellule 100% Réussite afin de s’assurer du bon déroulement de son nouveau parcours. Et s’il souhaite arrêter sa formation et mener un nouveau projet, il pourra réintégrer le processus. Soutenue par la puissance publique, mettant en action la coopération et la complémentarité des différents acteurs présents, cette initiative vise à mettre toutes les chances du côté des jeunes pour réintégrer un parcours professionnalisant. COMMENT TROUVER SA VOIE ? Il n’y a malheureusement pas de méthode miracle afin de permettre à nos ados de trouver leur voie. Cependant, il existe aujourd’hui de nombreux professionnels de l’orientation qui peuvent accompagner, coacher nos jeunes afin qu’ils arrivent à déterminer ce qui peut leur plaire. L’avantage de faire appel à un tiers permet aussi de dépasser les tensions et conflits familiaux. La question de l’orientation peut rapidement devenir le sujet tabou dans la famille, surtout en cas de désaccords. L’expert en révélation de potentiel pourra ainsi dans certains cas jouer le rôle de médiateur. Et même lorsque la situation n’est pas conflictuelle, il est parfois difficile de faire parler son ado. Loin d’être une période de communication parents-enfant optimale, l’adolescence coïncide pourtant avec celle des choix importants pour son futur. Enfin, il faut aussi que chacun reste bien à sa place. Trop de parents vont ainsi se projeter à travers leurs enfants et leur faire emprunter des chemins qu’eux-mêmes auraient voulu suivre ou qu’ils imaginent depuis la naissance de leur progéniture. Difficile aussi de se débarrasser des idées reçues de certaines professions. L’exercice est d’autant plus délicat aujourd’hui que de 10 nombreux métiers n’existaient pas il y a encore quelques années. Certains parents sont ainsi un peu perdus face aux nouvelles professions, leurs exigences, leurs débouchés et les formations à suivre. Réussir son orientation nécessite une implication régulière et s’articule autour de deux notions  : l’intérêt et l’information. La première partie va 11 NEWS MAG I N F O - P E O P L E - T V - M A R N E ‘ ‘ NEWS MAG N F O - P E O P L E - T V - M A R N E LE PETILLANT ‘ 10 nécessiter de se poser les bonnes questions sur ce qui motive. L’idée est de pouvoir cerner les activités qui nous plaisent, celles que nous n’apprécions pas et de définir ainsi un profil. On ne se limite bien entendu pas au domaine scolaire, on intègre toutes les facettes de sa vie  : sport, musique, associations, loisirs culturels, etc. Une fois la liste dressée, il est intéressant de comprendre pourquoi telle activité ou telle autre se situe d’un côté ou de l’autre. Qu’est ce qui ne me plait pas dans la pratique de la gymnastique (manque de souplesse, d’agilité) et qui au contraire m’attire dans le rugby (le collectif, le contact, le plein air) ? Tout doit être pris en compte et surtout les conditions d’exercice. On peut adorer s’occuper des plantes et détester se retrouver à l’extérieur en permanence ; le métier de jardinier ou de paysagiste n’est alors peut-être pas la bonne option. On peut adorer les chiffres et ne pas se projeter sur une vie de bureau. Il est donc important de trouver ce qui nous motive mais aussi de comprendre la réalité d’exercice de la profession. Pour cela, il ne faut pas hésiter à 12
« Pour cette première promotion de MediaSchool Reims, nous accueillons 87 étudiants, avec un objectif à terme de 200. Nous attendons des candidats une certaine posture, un état d’esprit, qu’ils soient positifs, qu’ils n’aient pas peur d’être optimistes. Au-delà du diplôme, c’est l’ADN du candidat qui est important ; nous cherchons des personnes qui ont de la personnalité et qui savent s’imposer. Cet état d’esprit est nécessaire dans nos métiers  : il faut être conscient des exigences de mobilité géographique, de flexibilité dans les missions et d’être en veille permanente, toujours au courant des nouveautés et de ce qui se fera demain. Il faut être au contact du marché en permanence. C’est pour cela que nous faisons appel à des intervenants qui sont en activité, soit à leur compte, soit occupant des postes à responsabilité. L’apprentissage ne va ainsi pas se résumer à la théorie  : le professionnel va agrémenter son intervention d’exemples, d’anecdotes, les apprenants vont être en lien permanent avec la réalité du terrain. C’est très important pour nous parce qu’au-delà des contenus de nos différents cursus, nous avons la volonté de faire réfléchir nos apprenants sur ce qu’ils sont, qu’ils se connaissent mieux professionnellement. Cette ouverture d’esprit est plus qu’aujourd’hui nécessaire face à l’évolution de notre environnement. Il faut avoir une vision à 360°, s’intéresser à tout ce qui nous entoure en France et ailleurs. Notre rôle est aussi d’anticiper les compétences qui seront nécessaires pour exercer les métiers de demain. Un comité de pilotage composé d’experts de la communication décide des nouvelles orientations qui vont enrichir nos programmes. Là encore, il s’agit d’une vision très large, une vue internationale qui permet de détecter ce qui arrive en matière de communication, dans l’univers du digital, …  : il y a des nouveautés technologiques tous les jours. C’est cette vigilance, cette connaissance des métiers de demain, cette vision à 360°, cette envie d’aller au-delà de ce qu’on connaît, qui vont permettre aux étudiants de mieux appréhender l’avenir ». José OLIVEIRA, Directeur MediaSchool Reims. Route de Novion 08300 RETHEL - 03 24 39 60 00 - contact@cense08.fr - www.cense08.fr 09 MARS 2019 NEWS MAG I N F O - P E O P L E - T V - M A R N E ‘ de 9h à 17h LYCÉE AGRICOLE DE RETHEL ‘ NEWS MAG N F O - P E O P L E - T V - M A R N E LE PETILLANT ‘ 11 pousser les portes des entreprises et solliciter les professionnels. Rien de tel qu’une immersion dans les coulisses pour mieux appréhender une activité. On multiplie ainsi les contacts, on croise les données et on définit quels domaines, quelles conditions de travail, quelle carrière semblent nous convenir. Il faut aussi compter avec son ambition et ce qui nous permet d’avancer. Ai-je besoin d’être rassuré dans un métier offrant de nombreux débouchés, à exercer dans une entreprise m’apportant une (relative) stabilité ? Ai-je envie de prendre des risques, de suivre mes passions avant tout ? Ai-je besoin d’être autonome et d’être maître de mon destin, même si cela présente plus d’incertitudes ? Notre manière de travailler est aussi très révélatrice  : quels sont mes points forts dans le travail, mes points faibles ; suis-je organisé, efficace, quelles sont mes réactions face au stress, comment je me comporte en équipe, etc. Parce qu’avant d’envisager un métier, on appréhende tout d’abord des études et il est important de connaître ses aptitudes et préférences d’apprentissages afin d’identifier la filière la plus adaptée, le type de formation qui nous convient. 10. « 100% Réussite » arrive en soutien des jeunes en décrochage grâce à la synergie de tous les acteurs du territoire. 11. Se questionner, s’informer, expérimenter  : les phases incontournables de l’orientation. 12. De nombreux professionnels accompagnent aujourd’hui les jeunes dans leur quête d’un métier épanouissant. Formations scolaire, apprentissage ou continue CAPA - Bac Général Bac Techno STAV Bac Pro CGEA-CGEH Titres pro - CS Agricoles BP JEPS-REA BTSA Licence Pro Agriculture, Nature, Equitation, Sciences du vivant mais aussi Services, Commerce, Administration-Gestion ou tout autre domaine en formation personnalisée www.cense08.fr 2016 Pixem Asso  : DEJARDIN Steven - POTA Alexandra



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :