News Mag n°89 9 fév 2019
News Mag n°89 9 fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°89 de 9 fév 2019

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : SASU Société de Journaux Gratuits

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 12,8 Mo

  • Dans ce numéro : célib ou en couple ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
APPRENDRE À ÊTRE « FEMME », À SE RÉAPPROPRIER SA FÉMINITÉ. Avec toutes les injonctions qui s’abattent sur les femmes comme sur les hommes, il est parfois difficile de trouver ou retrouver sa place. Heureusement pour les premières, une école existe à Reims, dans laquelle il est possible de se réapproprier sa féminité. Une école tout en bienveillance dont nous parle Antoinette Boudoir, sa fondatrice. Votre école s'appelle "Boudoir School, école de féminité"  : pourquoi les femmes devraientelles apprendre ou ré-apprendre ce qu'est la féminité ? « La féminité n’est pas qu'une histoire de talons et de rouge à lèvre. C’est une attitude profonde, un charisme, une force. Il n’est pas question de physique mais d'âme. Nous sommes dans une époque où les femmes doivent être irréprochables en tant que femmes, mères, épouses, employées... Une époque où l’image compte plus que tout, où les avis sont partout sur les réseaux sociaux, dans la rue... Nous devons être séductrices mais pas provocantes, sexy mais pas vulgaires, avoir bonne mine sans avoir l’air maquillée, porter des escarpins oui, mais attention vis à vis du travail, de l’école, des jupes oui mais pas trop courtes... Beaucoup se retrouvent littéralement perdues entre envie, conscience et jugement. Nous ne naissons pas femmes. Les expériences de nos vies peuvent remettre en cause notre confiance, bouleverser notre "curseur féminin". Un corps qui change, une grossesse, une séparation, une éducation très stricte, une maladie, une agression verbale ou physique, des croyances limitantes  : tous ces phénomènes ont une action sur notre image, notre confiance. Nous pouvons à tous moments nous oublier, devenir invisible, ne plus prendre soin de nous, ne plus oser. Alors ici nous apprenons à renaître, à être soi, à s'accepter, à faire de ses défauts des atouts, à en jouer. À être celle que nous désirons être. » « L’image, l'amour de soi, le droit des femmes et la liberté d'expression » sont les fondamentaux de votre école  : en quoi est-ce important aujourd'hui que des lieux comme le vôtre existent ? « Je rencontre chaque jour des femmes qui me confient leur histoire  : problèmes familiaux, harcèlement professionnel, séparation difficile, handicap, maladie Je constate que notre société perd des valeurs fondamentales  : la valorisation, la bienveillance, la reconnaissance, le respect et la liberté. On catégorise et catalogue les gens. Je constate une forme de régression sur certains points. Et ce quels que soient les milieux, mais c’est également culturel. Il est essentiel de pouvoir à un moment dire stop aux diktats, d’avoir le droit d'être soi. Mettre une jolie robe élégante, être sophistiquée avec une paire de talons juste pour soi. Porter nos plus beaux sous-vêtements et sentir le pouvoir de confiance que cela nous apporte. Dans mon école aucun commentaire désobligeant  : ici on pousse, on encourage. Parce que chacune est précieuse et unique. » L'image de la célibataire a évolué, elle est aujourd’hui plus valorisée que stigmatisée dans les médias  : est-ce la même chose dans la réalité ? « Il me sera difficile de répondre, étant mariée, cependant je constate parmi certaines femmes célibataires faisant partie 6 NEWS MAG I N F O - P E O P L E - T V - M A R N E ‘ ‘ NEWS MAG N F O - P E O P L E - T V - M A R N E LE PETILLANT ‘ 6 5 de mon école que le fait qu’elles assurent, qu’elles assument et qu’elles avancent seules peut faire peur. Un homme peut se demander quel sera finalement son rôle et "son utilité" sur une relation durable. Alors il faut apprendre à doser à rassurer, à dialoguer, et à faire des concessions des 2 côtés. » De quelle façon les cours suivis au sein de votre école peuvent-ils permettre aux femmes d'être plus à l'aise dans la séduction ? « La chose qu’elles entendent en participant aux cours c’est que la première personne à séduire c’est elles. Elles apprennent que la séduction est un véritable atout dans nos échanges humains et pas seulement dans le rapport hommes-femmes. Et que ce n’est pas quelque chose de dégradant ou déplacé. Grâce à l'école elles s’acceptent petit à petit et se sentent moins complexées. Nous travaillons sur le corps, les attitudes, le sex appeal, le maintien, la façon de bouger, de parler... Elles apprennent à accepter leurs forces et leurs faiblesses, à sublimer et valoriser leur enveloppe corporelle, à marcher la tête haute en talons ou en baskets. Elles se révèlent et se sentent à nouveau vivantes et vibrantes. Elles changent de look, de couleur ou de coupe de cheveux. Très souvent j’entends des anecdotes qu’elles me rapportent de leur entourage pro ou perso qui ne savent pas forcément qu’elles font partie de la Boudoir School  : "tu as changé quelque chose mais on ne sait pas quoi, tu as l’air épanouie, rayonnante, tu es plus sûre de toi..." Il est indéniable que ces femmes ont un pouvoir extraordinaire en elles  : l'essence de la féminité. J’ai tellement de témoignages incroyables et bouleversants. Aider les femmes à oser est le plus beau métier du monde ; et c'est ma vocation. » 5. Antoinette Boudoir, créatrice de la Boudoir School, « École de Féminité ». SOSO MAC KOÏ. 6. Une école où l’on apprend avant tout à se séduire soi-même.
La SAINT VALENTIN au K Jeudi 14 février 2019, le soir Samedi 16 février 2019, le soir Dimanche 17 février 2019, le midi LE MENU Kir royal cassis et grignotage Foie gras de canard et sa marmelade de rhubarbe pain figues abricots Dos de cabillaud sur sa rosace de chorizo, beurre blanc au champagne Macaron au chocolat et son cœur coulant sur crème champenoise aux biscuits roses de Reims ¼ bouteille de vin rouge du K, ½ bouteille d’eau LE SHOW Animation musicale live pendant le repas Repas suivi de sa pétillante revue « SéduKtion à la folie »  : Danseuses, danseurs, meneuse de revue, chants en live et attractions internationales Soirée dansante pour clôturer votre repas spectacle dès la fin de la revue. LA SOIRÉE TOUT COMPRIS 65 € en Place Tradi 80 € en Place Vip 95 € en place Or Renseignements et réservations au Kabaret Ou au  : 03 26 04 11 11 ou sur  : www.le-k-reims.com L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :