News Mag n°89 9 fév 2019
News Mag n°89 9 fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°89 de 9 fév 2019

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : SASU Société de Journaux Gratuits

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 12,8 Mo

  • Dans ce numéro : célib ou en couple ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
« L’image du célibat a évolué. Cela peut aujourd’hui être une revendication, une force, jusqu’à la valorisation de la personne. Nous sommes dans une société où plus nous sommes indépendants, plus nous réussissons et plus nous sommes valorisés. Cela peut créer des hésitations au moment de se mettre en couple. Pour certains, il s’agit aussi d’un célibat "faussé" parce qu’ils ont au moins un partenaire sexuel. On a besoin de satisfaire ses besoins affectifs et sexuels. Mais l’image du célibataire qui subit n’est pas acceptée dans notre société  : on ne doit pas subir, on doit être acteur, être pro-actif, responsable de nos actes et volontaire. D’un autre côté, si on est amoureux, on doit l’être beaucoup. Dans les couples, tout est attendu du partenaire ; il doit combler tous les besoins  : affectifs, sexuels, économiques… il y a peu de place pour la frustration, on ne voit pas l’autre comme un être incomplet. Si les besoins ne sont pas comblés, alors il y a séparation, avec l’objectif de trouver un autre, qui nous comblera davantage. La période de célibat est rarement vue comme un moment heureux à passer de soi avec soi. On pourrait ainsi apprendre de soi-même et s’apporter ce besoin affectif. Un célibat peut être choisi, assumé, réfléchi, on peut le vivre très bien, même si cela rend les rencontres plus difficiles. Une fois qu’on ne demande plus à l’autre de combler nos besoins, il faut rencontrer une personne qui a fait la même démarche. C’est ce que l’on peut nommer "l’amour mature", une relation où il est question d’attachement, de partenaires de vie. Les possibilités de rencontres suivent l’évolution technologique, les sites, les réseaux… il Mathilde ROBERT, Sexothérapeute - Psychothérapeute. y a en parallèle de moins en moins de possibilités de rencontres physiques comme les bals, les guinguettes, les lieux où l’on danse. Les réseaux ne vont pas modifier forcément les comportements  : ceux qui cherchent des relations d’un soir y vont avec cette intention ; et ceux qui recherchent une relation à prédominance émotionnelle, affective peuvent trouver même si ça parait artificiel. Il y a des mots, des messages et quelqu’un qui les lit, on ne fait pas l’impasse sur la phase de séduction. Cela permet en outre à ceux qui sont inhibés d’avoir des contacts. Les récents mouvements comme "me too" ont permis aux femmes de prendre la parole mais cela n’a eu qu’une valeur de décharge ; il n’y a pas eu d’impacts judiciaires, pas d’implications réelles en termes de législation. Les hommes qui ont été le plus touchés sont ceux qui n’avaient pas un comportement répréhensible avant. Il n’y a pas eu de grand débat public sur la place de l’homme et de la femme dans notre société, sur la façon dont on aborde la sexualité, dont on parle du désir, du plaisir, dès le plus jeune âge, alors qu’il peut y avoir une véritable souffrance en lien avec la sexualité ; lorsque les personnes ne sont pas dans la norme, qu’elles n’ont plus de désir, qu’elles se trouvent confrontées à des difficultés physiques, etc. La sexologie est une discipline jeune, il n’y a pas encore eu beaucoup de recherches, c’est un petit milieu. La particularité de la sexualité, c’est que c’est la rencontre entre le psychisme et le corps, dans une société donnée, avec une législation, une politique, un environnement particulier. » NEWS MAG I N F O - P E O P L E - T V - M A R N E ‘ ‘ NEWS MAG N F O - P E O P L E - T V - M A R N E LE PETILLANT ‘ 12 14//15 Strasbourg mon amour, ou comment la ville du Grand-Est mise sur la Saint-Valentin. Pour la septième année consécutive, la capitale européenne se mobilise pour fêter les amoureux avec une programmation qui se veut tout à la fois poétique, culturelle, glamour... et un peu décalée du 8 au 17 février. Parmi les temps forts qui marqueront les dix jours de l’opération  : soirées festives et délicieusement régressives, concerts exclusifs, visites insolites... et de nombreuses surprises. Strasbourg souhaite ainsi attirer les amoureux de tous horizons et les inviter à s’imprégner de la dimension romantique de la ville et de ses multiples richesses  : c’est là tout l’esprit de « Strasbourg mon amour ». Le festival fait entrer en symbiose culture, patrimoine et tourisme. Manifestation à la portée de tous, avec de nombreuses gratuités et des tarifs tout doux, « Strasbourg mon amour » a pour ambition de mettre tous les publics et toutes les générations au diapason de l’amour à travers une grande variété de propositions, intimistes ou plus festives, glamour ou décalées...//14. Une des missions du sexologue est d’accompagner vers un mieux-être les patients qui viennent exprimer leurs problématiques sexuelles. 15. Jolie opération de communication de la ville de Strasbourg autour de la Saint-Valentin.
Acuitis Reims, Une Maison d’optique et d’audition Rencontre exclusive avec Catherine Tana, Maître de Maison Acuitis Reims AB  : Comment est née l'enseigne Acuitis ? CT  : La première Maison a été créée en 2010 ; nous comptons, aujourd'hui, presque 80 Maisons Acuitis, principalement en France. Acuitis est née des nombreuses et créatives expériences professionnelles de Daniel et Jonathan Abittan. C’est une Maison dans laquelle cohabitent harmonieusement les métiers de l’optique et de l’audition. AB  : Quelles solutions proposez-vous à ceux qui ont constaté une baisse de leur audition ? CT  : Nous proposons des solutions adaptées exclusives pour le confort et dans le respect des besoins de chacun, aan de leur restituer le meilleur de l'audition. Notre audioprothésiste expert les accompagne dans le Biophone ; c'est notre observatoire acoustique haute déénition qui permet de régler les aides auditives sur place en reconstituant les ambiances sonores de leur quotidien. Grâce à cet environnement de pointe, nous sommes à même d’offrir un accompagnement sur-mesure. AB  : Pouvez-vous nous parler de cet accompagnement ? CT  : Il s'agit d'un parcours d'adaptation idéal pour l'audition. Acuitis a développé ce parcours pour que vous puissiez retrouver les doux sons que vous aimez, et cela dès le premier rendez-vous avec votre audioprothésiste. Il se déroule en trois étapes clés, pour atteindre progressivement vos objectifs et votre entière satisfaction. 1.Découverte et évaluation de vos besoins, pour une livraison dès le premier rendez-vous quand cela est possible. 2.Phase d'adaptation à la réhabilitation du son, vériication de la bonne intégration des aides auditives. 3. Accompagnement à 6 mois/1 an/3 ans aan de suivre l'évolution de votre confort et de la maîtrise de vos appareils. AB  : Quelle est la réponse d’Acuitis concernant la réforme 100% santé audition ? CT  : L’Etat vient de mettre en place le « reste à charge maîtrisé » des aides auditives. L’objectif est de diminuer la part du reste à payer par l’usager, une fois déduits le remboursement de la sécurité sociale et de la mutuelle. De quoi permettre au plus grand nombre de s’équiper. A condition toutefois d’accéder à des appareils de qualité. C’est là l’engagement d’Acuitis Reims  : une offre 100% santé d’un remarquable rapport qualité-technologie-prix, pour soigner son audition et son budget. Acuitis Reims - 4 Rue Théodore Dubois - 03 26 24 60 57 acuitis.com PUBLI-INFORMATION Biophone Acuitis



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :