News Mag n°84 17 nov 2018
News Mag n°84 17 nov 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°84 de 17 nov 2018

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : SASU Société de Journaux Gratuits

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 12,2 Mo

  • Dans ce numéro : les apéros des halles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
ÉTUDES - CONSEILS - VENTE - POSE 03 26 09 25 47 SHOWROOM 121 boulevard Albert 1 er, Reims www.angel-carrelages.fr « Mon rôle n’est pas d’influencer les gens, mais plutôt de partager des découvertes, des bons moments avec ceux qui me suivent. Plus qu’une influenceuse mamanfamille, je me vois comme une personne représentative de mon lectorat. Je suis une maman "type", en laquelle les gens vont se reconnaître, vont s’identifier peut-être. C’est différent pour la mode, la beauté, le makeup  : moi j’ai un côté très accessible, je partage de vrais moments de vie. Les partenariats avec les marques font partie de mon métier. Je reçois beaucoup de propositions, je ne les accepte pas toutes. Elles doivent déjà être en rapport avec mon domaine, avec la réalité de vie aussi  : mes filles sont aujourd’hui plus âgées, je ne vais donc pas parler de produits bébés. Je réponds en fonction de mes valeurs et de mes envies. Nous ne sommes pas nombreux à pouvoir vivre de ce statut d’influenceurs, donc lorsque je conclue un partenariat, je m’investis, je teste vraiment le produit. Les marques ont le choix entre dépenser de l’argent pour des achats publicitaires classiques ou envoyer le produit à un influenceur pour qu’il le teste et exprime son Valérie LAVALLÉ-RIT, « Allo Maman Dodo » DE VÉRITABLES STARS DANS DE MULTIPLES DOMAINES. Il n’existe probablement aucun domaine dans lequel personne ne s’est encore exprimé. Quel que soit le sujet, chacun peut, à partir d’un simple téléphone, intervenir et surtout, diffuser du contenu, qu’il soit écrit, photo ou vidéo. C’est cette facilité d’accès qui a révolutionné la façon de prendre la parole. La qualité et la pertinence ne sont pas forcément au rendez-vous, mais chacun peut aujourd’hui parler de sa passion en caressant l’ambition secrète de devenir influenceur et de vivre de ce statut. La thématique la plus abordée reste le fameux « lifestyle ». Un terme qui parle aux habitués mais qui est parfois difficile à définir pour les non-avertis. On peut ainsi décrire le « lifestyle » comme l’art de vivre, mêlant le style vestimentaire, la déco, les influences culturelles, littéraires, cinématographies. En général, c’est l’univers de l’influenceur ou de l’influenceuse qui est ainsi publié sur les réseaux. Le terme lifestyle englobe donc finalement plusieurs thématiques. Selon les résultats d’une étude annuelle complète sur les relations entre les marques et les influenceurs exposés par Reech, expert en marketing d’influence, le lifestyle représente 60,5% des domaines des influenceurs NEWS actuels. MAG Suivent la mode ‘ I N F O - P E O P L E - T V - M A R N E NEWS MAG N F O - P E O P L E - T V - M A R N E ‘ LE PETILLANT ‘ 10 ressenti. C’est un traitement différent d’un journaliste  : je n’ai pas d’obligation, j’ai plus de liberté. Il m’arrive très souvent de répondre à des questions sur les produits reçus après, je reçois en fait plusieurs centaines de messages par jour. Je réponds à tout le monde, c’est important pour moi de garder cette proximité. Quand j’ai commencé mon blog il y a 5 ans, je voulais trouver de l’humour, sans pour autant verser dans le "badmother". L’idée est de pouvoir dire tout haut ce que l’on pense tout bas et mettre en avant l’ambiguïté de notre ressenti de maman, avec les joies et les doutes. Je veux mettre en avant la notion d’"Happy Family"  : ne pas nier que c’est fatigant, mais insister sur les bons moments, les petites choses que l’on peut faire en famille et qui vont nous apporter du bonheur. J’adore écrire, développer une idée. le blog m’a permis d'explorer mon talent et j’ai ainsi pu écrire différents guides. J’aime quand les gens m’envoient les petits bricolages réalisés à partir de mes tutos, me disent qu’ils ont passé un bon moment grâce à moi ! » (29%), la beauté (27,8%), puis les voyages, la famille, le food, le sport, le bien-être, le high-tech et la déco. Selon cette étude, plus de la moitié des influenceurs ont entre 19 et 30 ans, avec une part des plus jeunes qui a largement augmenté. La tranche des 12-18 ans a doublé entre 2017 et 2018, et est passée de 9 à 17,4% ; celle des 19-25 ans évolue quant à elle de 26 à 31,7%. Et effectivement, on trouve des influenceurs très, très jeunes. Prenons l’exemple de ces deux enfants qui ont fait la une des journaux cet été. Swan et Néo, deux frères âgés aujourd’hui de 6 et 12 ans cumulent plus de 3,3 millions d’abonnés sur YouTube (chiffre au 1er novembre 2018). Leur chaîne a été lancée en 2015, par leur mère Sophie, qui au début filmait le petit Swan en train de fredonner des chansons. Depuis, des vidéos sont publiées à un rythme effréné sur le réseau, posant la question du travail de ces enfants et de son « exploitation » comme l’ont qualifié certains médias. L’Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique (OPEN) a d’ailleurs saisi la justice en mai dernier pour dénoncer une éventuelle situation de « travail illégal » de mineurs. Le cadre légal est effectivement assez flou sur cette question et la chaîne Swan et Néo continue de prospérer. Tests de produits, sorties familiales  : une vidéo par jour mettant en scène
7 les enfants qui rencontre un succès phénoménal. Un livre d’activité vient d’être édité et c’est très certainement loin d’être le seul projet en cours pour ces parents qui semblent pleins de ressources. Autre influenceuse qui séduit particulièrement les enfants, Roxane avec ses 2,1 millions d’abonnés YouTube et ses 827 000 abonnés sur Instagram. L’atelier de Roxane surfe sur son succès dans l’émission « le meilleur pâtissier » sur M6 et propose une chaîne dédiée à la pâtisserie. Des dizaines de recettes sont déclinées  : cupcakes, cake design, cake pops. De nombreux produits dérivés sont disponibles, livres de cuisine, kits complets avec recettes et ustensiles, etc. Des coffrets qui font le bonheur de ses nombreux (jeunes) fans. « Le monde des influenceurs est extrêmement hétérogène, au niveau international, national et même local. On distingue tout de même deux styles d’influenceurs  : ceux qui ont pris la parole et qui ont été suivis, et puis ceux qui décident de se positionner comme influenceurs, avec pour objectif de mettre en avant une compétence particulière, de partager une expertise dans un domaine précis. Il y a plusieurs avantages à cela  : on se présente en tant que référent sur un sujet ou un type de profil, on parle de ce que l’on connaît, sur ce que l’on aime, et cela sert de carte de visite pour la vie professionnelle. On peut également tester de nouveaux concepts  : c’est comme un bac à sable géant à la disposition de chacun pour évaluer les chances de réussite ou non d’un projet. C’est cette dynamique qui existe chez Reims & Digital  : on propose des rendez-vous, des rencontres, de découvrir de nouvelles idées... Et ce qui est d’autant plus intéressant aujourd’hui c’est que l’on peut créer facilement et rapidement, avec peu d’investissements, du NEWS MAG I N F O - P E O P L E - T V - M A R N E ‘ ‘ NEWS MAG N F O - P E O P L E - T V - M A R N E LE PETILLANT ‘ 7. On trouve aujourd’hui des influenceurs de plus en plus jeunes, possédant une emprise très importante sur leur public. contenu, qu’il soit image ou vidéo. C’est devenu très accessible, facile, voire naturel pour tout à chacun. La prise de parole s’est démocratisée de façon très rapide, la démocratisation de la représentativité également. Pour les bloggeurs, il y a malgré tout plusieurs questions qui se posent, comme celle de la déontologie journalistique, à partir du moment où ils acceptent des partenariats avec des marques. Certains sont très transparents, d’autres un peu moins. Ils sont donc confrontés aux questions d’indépendance rédactionnelle, de transparence  : un billet de blog ne doit pas être un publirédactionnel. C’est l’authenticité de ces blogs qui a séduit le public au départ, les partenariats avec des marques peuvent créer des réticences. C’est toutefois un modèle économique intéressant à étudier, ainsi que son évolution. Cela peut être un formidable tremplin pour évoluer dans tout un tas de domaines. Personnellement, j’ai débuté sur Instagram en 2011, un peu par hasard, afin de me perfectionner, de devenir autonome et de me constituer une banque d’images. 7 ans plus tard, on me contacte pour que je fasse une exposition sur la typographie à Reims  : c’était totalement inattendu ! Cela permet de montrer ce que tu sais faire, tes compétences. On n’a jamais autant lu, produit d’images, fait de photos, de vidéos... J’aime beaucoup l’idée que plus de gens soient à l’initiative de se positionner sur certaines thématiques, partagent, s’expriment et diffusent leurs idées facilement. » 11 Richard CARLIER, co-fondateur du collectif Reims & Digital. COLLÈGE Portes Ouvertes Samedi 24 Novembre 9h00-13h00 S’ÉPANOUIR GRANDIRavec NOS VALEURS PROJETS Inscriptions 2019-2020 Groupe scolaire Jeanne d’Arc - La Salle 94 avenue de Laon REIMS groupedelasalle-reims.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :