News Mag n°67 17 fév 2018
News Mag n°67 17 fév 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°67 de 17 fév 2018

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : SASU Société de Journaux Gratuits

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 11,2 Mo

  • Dans ce numéro : l'avenir par l'apprentissage.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
4 Au-delà de la formation et de l’adaptation aux multiples réformes subies durant le cursus scolaire, c’est tout autant l’orientation qui pose problème. Difficultés pour trouver des interlocuteurs expérimentés, opacité des filières et des parcours, manque d’informations claires et fiables  : les jeunes et surtout leurs parents se sentent vite démunis. L’établissement scolaire fréquenté par l’enfant reste le contact à privilégier et notamment le professeur principal qui connaît son parcours scolaire et le fonctionnement du système éducatif. Autre personne à contacter en cas de questionnement, le ou la psychologue de l’Éducation nationale qui intervient régulièrement dans les collèges et lycées. Les Centres d’Information et d’Orientation – les fameux CIO – sont également à la disposition des familles pour les renseigner sur les parcours de formation possibles, quelle que soit la situation scolaire de l’enfant. Enfin, les Centres d’Information et de Documentation Jeunesse (CIDJ) sont également des lieux de référence pour recueillir des informations sur les choix d’orientation et la vie professionnelle. Après le scandale des dysfonctionnements de la plateforme APB (Admission Post Bac), permettant de s’inscrire en première année d’études supérieures, qui avait conduit à la non affectation de nombreux bacheliers, c’est le dispositif « Parcourssup » qui prend le relais. Cet outil d’accès à l’information sur les filières possibles et d’aide à l’orientation a été mis en ligne à la mi-janvier. Il ne sera pourtant opérationnel qu’une fois que le projet de loi sur les nouvelles règles d’accès à l’enseignement supérieur sera entériné. Des réunions d’informations se déroulent dans les établissements afin de présenter ce nouvel outil et surtout, de rassurer des parents paniqués par les ratés de l’année dernière. De plus en plus de professionnels indépendants – psychologues, coachs, médiateurs – se spécialisent dans cette problématique d’orientation. S’il était déjà difficile de se projeter il y a quelques années vers un métier en particulier du fait de son jeune âge et de son inexpérience, pour les adolescents d’aujourd’hui, c’est encore pire. Dans un environnement économique en perpétuel mouvement, avec des métiers qui disparaissent, d’autres qui se créent et d’autres encore que nous n’imaginons même pas, comment prendre sereinement des décisions et répondre à la fameuse question « tu vas faire quoi plus tard ? ». Le débat peut devenir parfois houleux autour de la table familiale, lorsqu’il est possible. Ce n’est pas forcément la période la plus aisée pour dialoguer avec son enfant et quand il est déjà difficile de lui arracher une réponse pour savoir ce qu’il a prévu ce week-end, on imagine combien la question de sa carrière future risque de tarder à venir. 5 NEWS MAG I N F O - P E O P L E - T V - M A R N E ‘ ‘ NEWS MAG N F O - P E O P L E - T V - M A R N E LE PETILLANT ‘ 6//Une consultation sur l’orientation des jeunes lancée par le CESE. Le Conseil Économique, Social et Environnemental, a lancé en janvier une grande consultation en ligne sur le thème « Orientation des jeunes  : quelles solutions ? ». Ouverte jusqu’au 23 février, cette enquête a pour objet de recenser des contributions visant à améliorer les dispositifs d’orientation sur 6 thématiques précises. La plateforme dédiée (participez.lecese.fr) recueille les propositions et chacun peut également voter pour les contributions les plus pertinentes. A l’issue de la consultation, le CESE analysera particulièrement les 60 solutions (10 par thème) plébiscitées, afin de préparer le projet d'avis "L'orientation des jeunes" soumis au vote de son assemblée plénière en avril.//Ces experts sont donc là pour jouer les médiateurs dans un premier temps et aussi pour permettre au jeune de s’exprimer, de commencer par trouver les matières pour lesquelles il est doué, les environnements dans lesquels il se sent à l’aise et quelles sont ses envies pour le futur. Cette recherche passe forcément par une expérience concrète. Les stages de découverte sont alors essentiels à la prise de décision pour ne pas avoir une vision idéalisée de tel ou tel métier. Une filière semble répondre parfaitement à ce besoin d’apprendre un métier concrètement auprès de professionnels  : l’apprentissage. 4. L’adolescence  : la meilleure période pour engager une discussion cruciale avec son enfant. 5. Le nouveau dispositif « Parcourssup » est censé faire oublier la polémique de l’an passé sur les affectations en enseignement supérieur.
APPRENTISSAGE APPRENTISSAGE #artisanat51 L’APPRENTISSAGE DU CAP À L’ÉCOLE D’INGÉNIEUR, L’APPRENTISSAGE CONSTITUE UNE VOIE D’EXCELLENCE POUR TOUS LES JEUNES JUSQU’À L’ÂGE DE 30 ANS. Une formation rémunérée et un emploi à la clé ! 80% des apprentis obtiennent leur diplôme et trouvent un CDI en moins de 6 MOIS ! 1 apprenti sur 2 est un futur chef d’entreprise Pour consulter nos offres  : www.cm-reims.fr Pour un RDV avec une conseillère apprentissage  : appelez le 03 26 40 64 94 400 OFFRES dans la Marne



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :