News Mag n°59 21 oct 2017
News Mag n°59 21 oct 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°59 de 21 oct 2017

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : SASU Société de Journaux Gratuits

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 12,2 Mo

  • Dans ce numéro : les trésors religieux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
beaucoup et fait l’objet de nombreux tutos sur le net pour que chacun puisse réaliser ses propres pochoirs. Plus étonnant, le YarnBombing habille nos paysages urbains de… tricot. Ce mouvement artistique est apparu aux Etats-Unis en 2005. Magda Sayeg choisit de recouvrir les poignées de porte de son magasin par de la laine. Les réactions enthousiastes des passants la poussent à poursuivre sur différents supports publics comme des panneaux de signalisation. Depuis, elle tricote pour les monuments du monde entier. La pratique consistant à recouvrir du mobilier urbain par des pièces en tricot a pris beaucoup d’ampleur et s’est étendue à toutes les plus grandes villes d’Europe. L’un des mouvements les plus actifs se situe à Londres et se nomme « Knit the City ». En France, « Collectif France Tricot » se compose de trois créatrices et sévit entre Paris et Berlin. Le YarnBombing féminise également le Street Art, univers habituellement très masculin. Dans nos villes aussi, les œuvres de YarnBombing embellissent le mobilier urbain, notamment dans le cadre d’Octobre Rose, afin de sensibiliser au dépistage du cancer du sein. 4//Banksy, personnage mythique du Street Art. C’est peut-être le plus connu des artistes de Street Art. Il a, en quelques années, largement contribué à la popularisation de la technique du pochoir. Ceux qu’il utilise pour couvrir les murs de Bristol, Londres ou de nombreuses autres villes du monde entier sont très élaborés, très détaillés. Ses créations à la fois poétiques, humoristiques et engagées portent des messages contestataires. Il avait notamment réagi au Brexit sur un mur de Douvres, au Royaume-Uni, avec la fresque d’un homme cassant une étoile du drapeau européen à coups de burin. En fin d’année 2015, il avait apposé une de ses œuvres en France, à l’entrée de la « Jungle » de Calais. On y voyait SteveJobs, le créateur d’Apple, lui-même fils d’un immigré syrien, portant un baluchon et un ordinateur. La cote de Banksy sur le marché de l’art a explosé ces dernières années et son identité, jusque là préservée, a peutêtre été dévoilée par mégarde lors d’une interview radio. Celui qui se cache derrière le pseudonyme de Banksy serait Robert del Naja, fondateur du groupe britannique Massive Attack. QUAND LE STREET ART QUITTE LA RUE. Avec juste ce qu’il faut de subversif, le Street Art parle à un large public. Facilement appréhendable, plus accessible que l’art contemporain, il apporte gaité, couleur et un brin de rébellion. C’est donc tout naturellement que cet art de rue a investi les galeries, les musées et les espaces d’exposition. Les entreprises n’hésitent plus à faire entrer les œuvres de Street Art dans leurs locaux et les collectivités passent commande aux artistes pour des projets inédits. Pourquoi un tel engouement ? peut-être parce que le Street Art, à l’image des cultures urbaines très en vogue également, séduit par son état d’esprit empreint de liberté, de simplicité et d’unité ; l’envie de parler à tous, sans barrière, de permettre un accès à différents milieux artistiques quel que soit notre vécu, notre quartier, nos habitudes. En matière de depuis 2006. Son atelier, installé à Vitry-sur- Seine, a permis à la ville de devenir un haut lieu du Street Art en France. Après deux mois de travail, la transformation de la Chapelle de l’Arquebuse est terminée. Baptisée « De profundis », l’œuvre s’inspire notamment de celle d’un autre artiste, Albrecht Dürer, peintre et graveur de la Renaissance. Les pochoirs utilisés ont en effet été réalisés d’après ses croquis. C215, diplômé en histoire de l’art, a pensé ces travaux pour qu’ils s’intègrent harmonieusement avec l’existant. NEWS MAG Qu’elle choque ou ‘ I N F O - P E O P L E - T V - M A R N E NEWS MAG N F O - P E O P L E - T V - M A R N E ‘ LE PETILLANT ‘ 6 pratique artistique, le graffiti, le sticker art, la musique, la danse, les cultures dites urbaines parce que venues de la rue permettent d’unir ceux qui ont envie de les découvrir en toute simplicité, sans cadre ni code, avec envie, tout simplement. 4. Bombe ou pochoir, les différentes techniques permettent d’obtenir des effets variés. LES « CULTURES URBAINES » À L’HONNEUR. Le Street Art n’est pas réservé aux capitales  : il est aussi bien présent au cœur de nos villes. Et même si notre département est souvent taxé de retardataire dans la mise en avant des cultures urbaines, elles arrivent en force, s’imposant tant sur les arts visuels que sur la musique ou dans le sport. Le Street Art qui s’invite dans des lieux institutionnels est l’une des grandes tendances de ces dernières années. Le cabinet d’avocats ACG organise régulièrement des expositions d’art contemporain et est à l’origine de plusieurs initiatives autour du Street Art. La dernière en date  : confier la transformation de la chapelle désacralisée située rue de l’Arquebuse, bâtiment de style néo-gothique datant du XIXème siècle. C’est l’artiste C215 qui a été choisi pour ce projet. Originaire de la région parisienne, Christian Guémy, alias C215, exerce son art CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE CÉLÈBRE LA CULTURE URBAINE. 4 ravisse, cette réalisation ne laisse pas indifférent et c’est bien toute la motivation de cet artiste de Street Art. En septembre dernier fut également inauguré le skate-park situé dans le parc du Grand Jard. Ces cinq hectares de verdure situés en plein centreville et très fréquentés par les chalonnais vont bénéficier de profondes transformations afin d’accueillir plus largement toutes les générations. Le skate-park a été pensé pour s’intégrer parfaitement dans l’environnement existant, tout en respectant le dessin historique de cette partie du Grand Jard. Il
www.mistralreimsboutique.fr La gamme Flexcity de la marque Bugatti offre un confort et une liberté de mouvement unique pour une silhouette élancée et près du corps sans serrer. Trois composants donnent ce sentiment de liberté  : Un tissu élastique haute performance  : Elastomultiester. Un tissu extérieur élastique style Jersey. Un empiècement élastique dans les doublures. 10, rue Condorcet Reims 03 26 47 11 37 MistralReims



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :