New London n°7 avr/mai/jun 2010
New London n°7 avr/mai/jun 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de avr/mai/jun 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Technikart Conseil

  • Format : (148 x 205) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : Art in London... attention, peinture très fraiche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
NEW FACES Une artiste costumée déjantée à la Monty Python, un plasticien propriétaire d’une fausse île, une performeuse qui récupère de vieilles archives… À New London, les New Faces ont un gros message derrière leurs petits délires. Photo : Aurélie Joly
Crédit photo : DR Boy from nowhere Charles Avery Charles Avery est obsédé par les Islanders, habitants d’une île imaginaire sur laquelle ces chasseurs, pionniers et aventuriers accros aux pickled eggs sont lancés à la poursuite du Noumenon, bête mythique réputée pour résider dans les montagnes de l’Intérieur Noir mais qu’aucun n’a jamais réussi à voir. Une obsesssion que ce jeune artiste de 37 ans basé à Londres explique en ces termes : « Attiré par de multiples formes d’expression (dessin, sculpture, installation, texte), doté d’un penchant naturel pour la philosophie et les mathématiques pures, j’étais pourtant incapable de rationaliser toutes ces idées qui m’assaillaient, j’ai donc décidé de créer un espace subjectif dans lequel je pourrai les étudier spatialement. Face à la standardisation croissante du marché de l’art, The Island était pour moi un moyen de redonner à la production artistique son statut de chasse gardée de la pensée et de l’imagination. » Charles Avery revient d’une île imaginaire : la sienne. Personne n’y croit, mais c’est forcément vrai puisqu’il a rapporté des images… Alors, depuis cinq ans, Charles, qui a déjà représenté son pays, l’Écosse, lors de la 52 e Biennale de Venise, se consacre exclusivement à l’exploration de cette île dont il ramène des souvenirs et fragments hétérogènes comme autant de descriptions parcellaires de sa topologie, sa faune, ses habitants et sa cosmogonie. « L’art est un fantôme qui rôde dans cet espace subjectif, raconte Charles. En créant dans le monde objectif, l’artiste cherche à réaliser une structure dans laquelle, il l’espère, ce fantôme viendra s’attarder un moment. » Au fil des expositions, l’observateur est invité à se rendre lui aussi sur l’île en puisant au sein de sa propre subjectivité. La présentation la plus complète de cette fiction à ce jour a eu lieu à la Parasol Unit Foundation (14 Wharf Road, N1 7RW. www.parasolunit.org) Qu’elle dérange ou fascine, tout le monde parle de l’île : des fans de Jorge Luis Borges (qui ne manquent pas d’y voir de curieux parallèles avec l’œuvre du maître) jusqu’à la presse qui classe souvent un peu trop vite Charles Avery dans le tiroir de la littérature fantastique. « The Island est une fiction, mais elle ne relève pas du domaine fantastique et reste dénuée de toute clé d’entrée narrative linéaire,appuie leur auteur. Elle possède un début et une fin, pas un A-Z, et l’aventure sera consignée à terme dans un livre comprenant de nombreux volumes : une encyclopédie dont la lecture sera à la fois finie et infinie. » En attendant sa parution, vous pouvez toujours découvrir les dernières curiosités rapportées de l’île par Charles chez Pilar Corrias.C. B. » > Charles Avery, « Onomatopoeia. Part 2 : The Port » : Galerie Pilar Corrias, du 12 février au 31 mars. 54 East Castle Street, W 1. www.pilarcorrias.com 13 NEW LONDON N°7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 1New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 2-3New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 4-5New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 6-7New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 8-9New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 10-11New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 12-13New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 14-15New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 16-17New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 18-19New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 20-21New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 22-23New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 24-25New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 26-27New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 28-29New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 30-31New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 32-33New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 34-35New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 36-37New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 38-39New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 40-41New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 42-43New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 44-45New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 46-47New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 48-49New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 50-51New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 52-53New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 54-55New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 56-57New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 58-59New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 60-61New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 62-63New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 64-65New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 66-67New London numéro 7 avr/mai/jun 2010 Page 68