New London n°12 oct/nov/déc 2011
New London n°12 oct/nov/déc 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de oct/nov/déc 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Technikart Conseil

  • Format : (148 x 205) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 7,5 Mo

  • Dans ce numéro : le doux big bang du design, c'est cet automne à Londres.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Stylist Palace Hôtel Kit Kemp et son approche du design sont définitivement anglaises. Elle revisite l’excentricité so British pour l’enrichir et la faire évoluer. Du haut des sept hôtels estampillés Firmdale, Kit Kemp réenchante avec légèreté le design made in London. Attention : rêve à la clé (de chaque chambre). Design audacieux, mélange des genres : voilà comment l’on pourrait décrire le style Kit Kemp. Mais il est difficile de l’enfermer, même dans des mots, tant il rebondit et se renouvelle vitesse grand V. C’est là le secret de son incroyable réussite, récompensée par le très prestigieux Andrew Martin International Interior Design Award en 2008. Autodidacte, Kit Kemp a débuté aux côtés de son mari au début des 80’s. Ils créent leur premier hôtel Firmdale (le Dorset Square) et enchaînent dès lors les succès : sept bijoux design, dont le dernier, le Crosby Hotel, a ouvert ses portes à New York cet été. À chaque fois, Kit en a fait une expérience unique, à tous points de vue : des personnalités différentes pour chacun d’eux, mais aussi des moments loin des standards parfois ennuyeux, trop chargés ou over-designed, vieillissant mal. « Hotel should be living things, not stuffy institutions » (les hôtels devraient être vivants, pas des institutions étouffantes) : voilà son crédo. Et ça lui réussit. Alors c’est quoi, la Kit Kemp Touch ? Elle mélange les genres et les continents, remonte le temps et le mixe avec les tendances à venir. Aucune chambre ne se ressemble. Les objets qui les composent sont uniques, chinés de-ci de-là par ses soins, partout dans le monde. Ici, un lustre en bois flotté surplombant un salon élisabéthain, là une tête de lit digne du Alice’s adventures in Wonderland, de Lewis Caroll... Pour sûr, Kit Kemp et son approche du design sont définitivement anglaises. Elle revisite l’excentricité so British pour l’enrichir et la faire évoluer. Quand on lui demande d’où lui vient cette inspiration, elle répond « de tout le monde ». De son enfance à la campagne, dans une petite ville côtière au sud, elle garde le goût des matières organiques, des ouvertures sur l’extérieur et de la lumière (qu’elle considère comme cruciale). Des artistes qu’elle aime (souvent anglais et irlandais), elle expose les pièces qui exaltent nombre de ses suites et lobbys. À l’écouter, tout est jeu. « Il devrait toujours y avoir un élément d’intrigue ou de légèreté. » Le style Kit Kemp ressemble finalement au menu de ses restaurants (à tester absolument !) : cela se picore avec délectation, sans jamais se prendre au sérieux. À découvrir d’urgence. David Garcia » > www.firmdale.com NEW 12 LONDON n°12 Kit Kemp Experience Chambres uniques et influences cinq continents : la décoratrice KitKemp est à la tête d’une chaîne d’hôtels design dont le style bricolo-chic revisite les contes de Lewis Caroll. Firmdale hotels
Tim E White Art will eat itself Morgan Quaintance, leader du groupe Plugs, est un fada d’art contemporain. Pour ce fondateur du blog « Frequency Modulations », le « Brit style » est comme un serpent qui se mord la queue. par Thomas Ducrès Acclamé par la critique avec ton groupe Plugs… pourquoi avais-tu encore besoin de créer le blog arty Frequency Modulations ? Je voulais un espace où archiver mes écrits sur l’art contemporain (morganquaintance.wordpress.com) et transmettre les sensations que je ressens face à une œuvre, à un nouveau public, parce que moi ça me bouleverse ! Et puis c’était une façon de rendre hommage aux artistes qui m’ont fait aimer l’art, qu’il s’agisse de David Hockney, Andy Warhol ou Marcel Duchamp ; ces artistes vous aident à pénétrer le monde des idées. Qu’est-ce qui définit le mieux le « Brit Style » actuel ? Le maximalisme, l’excentricité ? L’histoire de la mode anglaise est jalonnée de créateurs exubérants tels que Christopher Kane ou Gareth Pugh. Ces artistes ont définitivement contribué à faire de l’Angleterre un pays à part. Le « Brit style » pourrait être comparé au serpent mythologique Ouroboros qui se mord la queue. C’est ça, le « Brit style » : un mouvement circulaire qui se nourrit de l’intérieur et qui influence toutes les classes sociales de notre pays. Voilà pourquoi la mode anglaise s’inspire de la rue et des gens du quotidien. C’est aussi une question d’attitude. Quels artistes et quels quartiers londoniens conseillerais-tu à un amateur d’art fatigué par les visites guidées à la Tate Gallery ? L’un des artistes plus prometteurs est certainement Robert Orchardson, un sculpteur écossais exilé à Londres qui puise son inspiration dans la science-fiction et les films de Kubrick. On pourrait aussi citer le créateur Eddie Peak, mais à Londres ce sont surtout les galeries qui sont intéressantes. Elles poussent un peu partout mais trois quartiers se distinguent des autres comme les incontournables. D’abord le West End qui est devenue la vitrine huppée et commerciale de la création anglaise, ensuite l’East End pour l’aspect arty et indépendant, avec de grands espaces toujours en friche, et puis South London, un quartier qui commence à monter en flèche où tu peux trouver des collectifs artistiques intéressants. Si tu viens à Londres, tu dois absolument visiter ces trois quartiers ! Pour finir sur une note proustienne, si votre prochain album (à paraître début 2012, NDLR) était une œuvre d’art, quelle serait-elle ? Une peinture, une sculpture, un mélange ? Je pense au collectif d’artistes underground Assume Vivid Astro Focus, spécialisé dans les animations 70’s et 80’s, ça correspond mieux à la démarche de Plugs qu’aucune autre œuvre d’art ! En tant que musicien, je passe énormément de temps dans les galeries londoniennes, ça m’inspire autant que certaines galeries virtuelles comme Or-Bits (www.or-bits.com) où je suis l’un des contributeurs. D’ailleurs, pour l’album de Plugs, nous allons créer une galerie similaire, uniquement disponible via Internet, pour proposer un contenu atypique à nos fans ! Bien Pluggés sur Eurostar Records Plugs et sa tête pensante Morgan Quaintance (au premier plan sur la photo), sous influence trip-hop, quelque part entre Vampire Weekend et Talking Heads, fait partie des groupes brit à l’avant-garde édités par le label indé Eurostar Records (plus d’infos sur www.eurostarrecords.com et sur facebook.com/eurostarrecords). Un label qui défriche de nouveaux territoires. Sortie du 1 er album, janvier 2012 NEW LONDON n°12 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 1New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 2-3New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 4-5New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 6-7New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 8-9New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 10-11New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 12-13New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 14-15New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 16-17New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 18-19New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 20-21New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 22-23New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 24-25New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 26-27New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 28-29New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 30-31New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 32-33New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 34-35New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 36-37New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 38-39New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 40-41New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 42-43New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 44-45New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 46-47New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 48-49New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 50-51New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 52-53New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 54-55New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 56-57New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 58-59New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 60-61New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 62-63New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 64-65New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 66-67New London numéro 12 oct/nov/déc 2011 Page 68