Néoplanète n°8 avr/mai 2009
Néoplanète n°8 avr/mai 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de avr/mai 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 21 Mo

  • Dans ce numéro : trois hommes et un coup fin : le fim « Home ».

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
[BOUGER]ZESTS Par Vincent Rondreux La moto de demain ? Le futur s’électrise avec cette superbe machine conçue par le designer Yves Béhard. Propulsée par des batteries au lithium, la Mission One peut atteindre une vitesse maximale de 240 km/h, une performance pour une moto électrique. ÇA BOUGE DANS L’AUTOMOBILE ! • Les modèles de voitures électriques vont fleurir d’ici 2010-2011. Les grandes manœuvres aussi ! PSA-Peugeot- Citroën et Mitsubishi viennent de conclure un accord pour le développement d’une voiture présentée par la marque japonaise au dernier Mondial de l’auto parisien : l’i-miev comme Mitsubishi Innovative Electric Vehicle, d’une autonomie de l’ordre de 160 km. Commercialisation prévue d’ici début 2011.• « 50 by 50 », comprenez « diminuer de 50% la consommation de carburant à l’horizon 2050 » est une opération lancée par plusieurs organisations internationales, dont le Programme des Nations-Unies pour l’environnement (PNUE) et l’Agence internationale de l’énergie (AEI) dont les prévisions envisagent trois fois plus de voitures à cette date. Au programme : matériaux plus légers, amélioration continue des moteurs et des pneumatiques… Et moindre utilisation par habitant ? [40] WANTED : INNOVATION ! Suite au Grenelle de l’Environnement, un fonds « démonstrateur de recherche » prévoit un budget de recherche et de développement de plus de 130 millions d’euros pour des projets de véhicules à faible émission de CO 2. Bus hybride, véhicule utilitaire, camion réfrigéré, benne à ordure, quadricycle de livraison, convergence énergétique voiture-maison, recharge de batterie aux arrêts de bus… Bon nombre de dossiers ont déjà été validés ou sont à l’étude à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). www.ademe.fr ÉCOLO RIGOLO Un café et ça repart ! Après le carburant au chocolat, voilà le carburant au café. Des chercheurs du Nevada, aux États- Unis, estiment que le café, une fois utilisé, peut être recyclé pour produire de l’huile et ainsi du biodiesel. Si l’on triait et retraitait tout le marc de café, la production pourrait s’évaluer en centaines de milliers de mètres cubes…• La voiture électrique B0 Bluecar lancée par le Français Bolloré et l’Italien Pininfarina sera livrée d’ici un an mais peut déjà être réservée à la location : 330 euros par mois pour un engagement de 3 mois minimum, assistance comprise, pour une consommation de… 1 euro pour 100 kilomètres. En attendant la livraison de leur voiture, les premiers locataires pourront essayer l’un des quelques exemplaires déjà en service. D’une longueur de 3,65 m pour une largeur de 1,72 met une autonomie de 250 km, la B0 Bluecar atteint une vitesse de 130 km/h. Durée de vie de la batterie LMP (Lithium Métal Polymère) : 200 000 km. La B0 doit être d’abord distribuée en Europe, avant l’Amérique du Nord et l’Asie. Réservation sur le site www.bluecar.fr
B.A.- ba L’hydrogène, pas toujours propre La voiture à hydrogène apparaît souvent comme un must pour l’avenir. Parce que ce « vecteur d’énergie » ne rejette que de l’eau. Problème : l’hydrogène n’est pas directement disponible sur Terre. Il faut le fabriquer, mais sans dépenser plus d’énergie qu’il n’en rapportera, et ce n’est pas évident ! Plusieurs techniques existent dont l’utilisation… de gaz ou de charbon ! 1 On peut pratiquer un « reformage » du gaz naturel, en le mélangeant avec de l’eau. Et on obtient de l’hydrogène et… du CO 2 ! 2 On peut gazéifier du charbon ou encore des déchets végétaux, et là, on fabrique de l’hydrogène et du… monoxyde de carbone, CO, gaz toxique à trop forte dose. 3 On peut fabriquer de l’hydrogène par électrolyse de l’eau, en « cassant » les atomes de H 2 O avec du courant électrique (obtenu avec de l’énergie fossile) ce qui créera du CO 2), soit avec du nucléaire, soit avec des énergies renouvelables (éolienne, solaire photovoltaïque…). Dans ce cas, on obtient de l’hydrogène et… de l’oxygène ! 4 On espère pouvoir un jour obtenir de l’hydrogène en décomposant de l’eau à des températures élevées, avec des micro-algues ou même à partir de la lumière du soleil. Moralité : sauf si on capte et stocke un jour le CO 2, il y a bien de l’hydrogène propre et de l’hydrogène… sale ! Pêche miraculeuse dans l’Hudson ! Par Gérard Feldzer [41] [BOUGER]ZESTS « Bravo l’artiste ! » C’est la première réaction spontanée des pilotes devant ce bel amerrissage sur l’Hudson River, à New York. Deuxième réflexion : « Qu’aurais-je fait à sa place ? » Troisième réflexion : « Pourvu que cela ne m’arrive jamais ! » Car, sachant que le trafic aérien double tous les huit ans, il y a de plus en plus de probabilités pour des rencontres peu amicales… De gros programmes de recherche européens type « Clean Sky » travaillent à la réduction du bruit et des émissions de CO 2 (ils en promettent une réduction de 50% avant 2020…). Grâce à des simulations et des tirs réels au canon à poulets (si, si !), ils testent également la résistance à l’impact des réacteurs. Peut-être devraient-ils inclure une meilleure connaissance des oiseaux afin de mieux les éviter ! Chaque année, nous volons à ces derniers un peu plus de territoire. Et pourtant, il leur reste tant à nous apprendre ! • Vols battus : impossibles avec les techniques actuelles.• Voilures variables : les pélicans, avec la même aile, alternent vol à voile performant et style chasseur rapide, en passant par la plongée sous-marine ! Un sous-marin volant, même Jules Vernes n’y aurait pas pensé ! • Winglets : ces ailerons verticaux en bout d’aile, qui améliorent les performances, sont variables en permanence ! Nos calculateurs et senseurs embarqués sont, en comparaison, dignes de la machine à vapeur.• Vols longs courriers en haute altitude totalement inexpliqués : les oies d’Asie franchissent allègrement la chaîne de l’Himalaya en volant à plus de 9 000 mètres, à – 50 °C, sans oxygène.• Navigation embarquée (astronomique, magnétique…) dans moins de 5 g de cervelle ! Mémoriser et transmettre aux générations futures les coordonnées des migrations à plus de 10 000 km tient du mystère. Malgré son acuité visuelle, ses réflexes et son agilité, l’oiseau n’arrive pas à nous éviter. Que peut-il faire avec ses quelques grammes volant entre 0 (vol stationnaire) et 120 km/h face à un géant de 500 tonnes qui fonce à plus de 900 km/h ? Nous avons bien quelques moyens : effaroucheurs, émissions d’ultrasons, canons et fusées, dresseurs de faucons, et même chasseurs qui tirent sur des espèces menacées dans certains aéroports… C’est pourtant à nous les humains de trouver les solutions d’évitement ! D’observer leurs trajectoires et les publier, de nous contraindre à des alertes plus performantes, d’éviter les décharges près des aéroports… L’aviation n’est que le reflet de la société. On ne vole pas sans la nature, c’est elle qui nous fait voler. DR - Vincent Rondreux



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :